Mots du libraire

  • Des souris et des hommes

    John Steinbeck

    • Gallimard
    • 19 Mai 2022

    En plein coeur de la Grande Dépression, George et Lennie, deux ouvriers agricoles, parcourent à pied la Californie en quête de travaux journaliers dans des fermes. Malgré la rudesse de leur quotidien, ils partagent le même rêve : s'offrir leur propre lopin de terre avec des animaux. Plus que tout, ils veulent croire qu'un jour ils récolteront les fruits de leur labeur.
    Pourtant, tout oppose ces deux hommes : Lennie est un colosse à l'esprit simplet qui adule les bestioles au pelage doux, tandis que George s'avère lucide et malin. Ils sont néanmoins inséparables et George veille sur son acolyte qui ne sait pas toujours maîtriser sa force. Souvent, Lennie dérape, et les deux hommes s'empressent de plier bagage.
    Lorsqu'ils sont embauchés un mois entier dans un ranch de la vallée de Salinas, ils sont convaincus que, cette fois, ils réuniront le pactole nécessaire à leur rêve. Or c'était compter sans les oeillades ravageuses de l'épouse du jeune patron, qui n'annoncent rien de bon.

    Des souris et des hommes est un monument de la littérature américaine qui interroge brillamment les thèmes de l'injustice et du destin. Mais c'est avant tout le portrait d'une amitié insolite et bouleversante qui nous dévoile une Amérique encline à engendrer un monde d'exclus.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Paru en 1937, le chef d'oeuvre de John Steinbeck constitue le deuxième volet de sa "trilogie du travail", comprenant également Les Raisins de la colère. Retraduit ici par Agnès Desarthe, ce fameux roman n'a rien perdu de sa pertinence. L'errance californienne de ces deux hommes perdus et à bout de souffle, alors que sévit la Grande Depression, nous émeut toujours et encore. Magnifique!

  • L'atelier noir

    Annie Ernaux

    • Gallimard
    • 10 Février 2022

    Tous les livres que j'ai écrits ont été précédés d'une phase, souvent très longue, de réflexions et d'interrogations, d'incertitudes et de directions abandonnées.À partir de 1982, j'ai pris l'habitude de noter ce travail d'exploration sur des feuilles, avec des dates, et j'ai continué de le faire jusqu'à présent. C'est un journal de peine, de perpétuelle irrésolution entre des projets, entre des désirs. Une sorte d'atelier sans lumière et sans issue, dans lequel je tourne en rond à la recherche des outils, et des seuls, qui conviennent au livre que j'entrevois, au loin, dans la clarté.A. E.Parallèlement à ses romans, Annie Ernaux tient un journal d'avant-écriture; une sorte de livre de fouilles, rédigé année après année, qui offre une incursion rare de «l'autre côté» de l'oeuvre.Plongé au coeur même de l'acte d'écrire, le lecteur devient témoin du long dialogue de l'autrice avec elle-même:la pensée taillée au couteau, des idées en vrac, des infinitifs en mouvement; des associations de mots, de morceaux de temps, et de confidences.Pour la réédition de L'atelier noir, Annie Ernaux a souhaité augmenter l'ouvrage de pages inédites de son journal de Mémoire de fille.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Magnifique journal d'écriture que tient Annie Ernaux depuis 1982 : elle y consigne ses reflexions et pensées sur la vie ainsi que sur son travail, les deux se confondant souvent. Indispensable pour comprendre la genèse d'une des oeuvres les plus importantes de la littérature contemporaine et pour les amateurs de littérature tout court.  

  • Jeune fille en bleu, à la fenêtre, au crépuscule

    Alena Schröder

    • Jacqueline chambon
    • 16 Mars 2022

    Berlin, 2017 : Hannah, 27 ans, trouve une lettre d'un avocat, identifiant sa grand-mère et elle comme les possibles héritières d'une collection d'art qui avait été confisquée sous le régime nazi. Pourtant, c'est la première fois que la jeune étudiante entend quelque chose sur d'éventuelles racines juives. Et pourquoi sa grand-mère bien-aimée Evelyn, sa seule parente vivante, n'a-t-elle jamais livré un seul mot sur son passé ?
    Entremêlant le sort de plusieurs personnages féminins, Alena Schröder retrace avec empathie la question de savoir comment nous parvenons à gérer notre histoire personnelle et l'héritage de nos ancêtres.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    A travers l'histoire tourmentée d'une famille berlinoise traversant le XXe siècle, Hannah essaye de retrouver certaines oeuvres d'art spoliées à son grand-père durant la Seconde Guerre mondiale. Cela la plongera dans bien des découvertes. Ce premier roman étonne par la finesse d'analyse de l'auteure qui met en question la complexité de l'histoire autant que celle des émotions humaines. Une belle réussite!

  • Jack

    Marilynne Robinson

    • Actes sud
    • 4 Mai 2022

    L'amour peut-il sauver un homme de la perdition ?
    Saint Louis, Missouri, post-Seconde Guerre mondiale. Jack Boughton, un Blanc fort instruit, sans ressources, vivote tant bien que mal sans pouvoir toujours se payer une chambre. Depuis qu'il a purgé une peine de deux ans pour un vol qu'il n'avait pas commis, il passe le plus clair de son temps à lire de la poésie à la bibliothèque. Jusqu'au jour où il fait la rencontre de Mlle Della Miles, professeure d'anglais noire, et fille de pasteur comme lui. Lors de rendez-vous toujours plus risqués ils s'apprivoisent, se parlent de Hamlet, de foi, de leurs pères respectifs, de l'âme, de la fin du monde.
    L'évidence de leur amour, le risque terrible qu'il leur fait courir dans une ville divisée par la ségrégation, le regard que porte la famille de Della sur une telle union et les penchants destructeurs de Jack convergent pour donner à ce roman auréolé de spiritualité la tension, la beauté et la force d'un très grand livre.
    Une histoire d'amour autant que de survie, qui met en jeu deux pensées, deux postures morales, deux coeurs purs, et l'un des personnages masculins les plus bouleversants et facétieux de la littérature, à la frontière entre l'ombre et la lumière.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Quel superbe roman Marilynne Robinson nous offre-t-elle de lire ici! La romancière met en scène la rencontre aussi improbable qu'impossible entre Jack et Della, un Blanc et une Noire à l'époque de l'après-guerre, en pleine ségrégation. Par les mots et leur pouvoir de transfiguration, ces deux personnages aussi perdus qu'éperdus, s'éveilleront à leur amour. Un livre d'une grande intelligence et d'une rare sensibilité!

  • à quoi rêvent les étoiles

    Manon Fargetton

    • Gallimard-jeunesse
    • 17 Septembre 2020

    Ces liens qui nous unissent.

    Ils sont cinq. Il y a Titouan qui ne sort plus de sa chambre... Alix qui rêve de théâtre... Luce, restée inconsolable depuis la mort de son mari... Gabrielle, trop éprise de liberté pour s'attacher à quiconque... Armand, en?n, qui a construit son existence entière autour de sa ?lle... Cinq personnages en quête de sens, cinq destins dont les ?ls vont s'entrelacer irrésistiblement.

    La librairie Compagnie aime cette lecture d'extrait

  • Les hommes ont peur de la lumière

    Douglas Kennedy

    • Belfond
    • 5 Mai 2022

    Dans un Los Angeles crépusculaire, le grand retour de Douglas Kennedy au roman noir !

    Un après-midi calme et ensoleillé, un bâtiment en apparence anonyme et soudain, l'explosion d'une bombe.

    L'immeuble dévasté abritait l'une des rares cliniques pratiquant l'avortement. Une victime est à déplorer et parmi les témoins impuissants, Brendan, un chauffeur Uber d'une cinquantaine d'années, et sa cliente Elise, une ancienne professeure de fac qui aide des femmes en difficulté à se faire avorter.

    Au mauvais endroit au mauvais moment, l'intellectuelle bourgeoise et le chic type sans histoires vont se retrouver embarqués malgré eux dans une dangereuse course contre la montre. Car si au départ tout semble prouver qu'il s'agit d'un attentat perpétré par un groupuscule d'intégristes religieux, la réalité est bien plus trouble et inquiétante...

    Tout à la fois thriller haletant et chronique d'une Amérique en crise, Les hommes ont peur de la lumière est surtout le puissant portrait d'un homme et d'une femme qui, envers et contre tout, essaient de rester debout.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Dans Les hommes ont peur de la lumière, Douglas Kennedy s'empare de sujets de société qui agitent l'Amérique d'aujourd'hui. L'auteur nous offre une chronique sociale des plus pertinentes et signe là un roman percutant. 

  • Ce genre de petites choses

    Claire Keegan

    • Librairie generale francaise
    • 27 Avril 2022

    En cette fin de 1985, Bill Furlong, le marchand de bois et charbon, a fort à faire. Parmi ses commandes, une livraison pour le couvent voisin. Le bruit court que les soeurs y exploitent à des travaux de blanchisserie des filles non mariées et qu'elles gagnent de l'argent en plaçant à l'étranger leurs enfants illégitimes. L'épouse de Bill, Eileen, est d'avis que de telles choses ne les concernent pas.
    Un avis qu'il a bien du mal à suivre par ce froid matin de décembre, lorsqu'il reconnaît, dans la forme recroquevillée et grelottante au fond de la réserve à charbon, une très jeune femme qui y a probablement passé la nuit. Tandis que, dans son foyer et partout en ville, on s'active autour de la crèche et de la chorale, cet homme tranquille et généreux n'écoute que son coeur.

    Claire Keegan, avec une intensité et une finesse qui donnent tout son prix à la limpide beauté de ce récit, dessine le portrait d'un héros ordinaire, un de ces êtres par nature conduits à prodiguer les bienfaits qu'ils ont reçus.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Ce genre de petites choses évoque l'Irlande rurale des années 80. C'est là que la romancière situe l'intrigue réaliste et empreinte d'empathie de ce "polar" campagnard. Un récit subtil et d'une grande finesse!

  • Nous sommes ici, nous rêvons d'ailleurs

    Patrick Boucheron, Mathieu Riboulet

    • Verdier
    • 5 Mai 2022

    Les cinq textes de Mathieu Riboulet rassemblés dans Nous campons sur les rives (Verdier, 2018) furent écrits en amorce de ce que Patrick Boucheron allait dire sous la halle du village de Lagrasse cet été 2017 dans le cadre de ses « conversations sur l'histoire » qu'il anime depuis des années au Banquet du Livre.
    En réunissant les préludes de l'écrivain et les interventions de l'historien, il s'agit ici de livrer, telles quelles, ces paroles autour de l'histoire, mondiale ou plus locale, de la littérature, des arts, des sciences, et de tout ce qui a nourri leur dialogue, leur imagination cet été-là. Ce livre est l'archive de la parole d'un nous.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Ce livre magnifique est l'archive de la parole d'un nous, celui de l'écrivain Mathieu Riboulet et de l'historien Patrick Boucheron. Dialogue fécond autour de l'histoire, de la littérature, des arts et des sciences, c'est aussi une belle invitation à réfléchir sur la tension entre l'ici et l'ailleurs de même que sur l'esprit des lieux. Brillant et stimulant, un petit bijou d'intelligence !

  • Le soir

    Anna Ahmatova

    • Heros limite
    • 13 Mai 2022

    Une voix sonore et fragile En 1912, la poétesse russe Anna Akhmatova va sur ses 23 ans. L'année semble pleine de promesses : en mars paraît Le Soir, son premier cycle de poèmes.
    Ce premier recueil, paru la même année que Pierre d'Ossip Mandelstam, constitue l'une des oeuvres fondatrices de l'acméisme, mouvement littéraire dont la naissance est proclamée par Nikolaï Goumiliov. L'esthétique acméiste s'oppose radicalement au lyrisme musical des symbolistes qui dominent alors la poésie russe. Les acméistes revendiquent l'utilisation d'un langage simple et concret, censé porter à son apogée la dimension poétique du quotidien. Le Soir d'Akhmatova frappe justement par l'absence de tout arrière-plan mystique. Le recueil est composé de brefs tableaux précis et sobres où l'état d'âme n'est souvent que suggéré. Les détails ou objets concrets jouent un rôle essentiel ; ils deviennent les vecteurs des sentiments ou des idées.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Publié en 1912, Le Soir constitue le premier cycle de poèmes d'Anna Akhmatova. Pareillement au recueil de Mandelstam, La Pierre, Le Soir initie le mouvement d'avant-garde russe que fut l'acméisme. Les textes ici joliment présentés rappellent cette révolution littéraire du début du XXe siècle.

  • La femme à la jupe violette

    Natsuko Imamura

    • Mercure de france
    • 14 Avril 2022

    Dans mon quartier habite une personne surnommée « la femme à la jupe violette ». On l'appelle ainsi car elle porte toujours une jupe de couleur violette... Régulièrement, à quinze heures, elle se rend à la boulangerie pour y acheter une brioche à la crème, puis traverse la galerie marchande pour rejoindre le parc tout proche. Là, elle va s'asseoir sur le banc le plus au fond, toujours le même, et déguste sa brioche en utilisant sa main comme soucoupe... Elle ne change absolument rien à sa routine.

    Qui est donc cette mystérieuse femme qui ne s'adresse jamais à personne et obéit à un rituel immuable ? C'est ce qui semble obséder celle qui l'observe constamment à la dérobée, la suit partout dans ses allées et venues, toujours de loin, sans chercher à lui parler, une femme au « cardigan jaune » cette fois ? Qui sont-elles ? Comme la première paraît ne pas avoir de travail, la seconde dépose sur son banc attitré des petites annonces intéressantes, puis va jusqu'à la porte de son appartement laisser des échantillons de produits de beauté pour qu'elle soigne mieux son apparence. Pourquoi tant d'attentions portées à une inconnue ?
    Mais est-ce vraiment une inconnue ? Et va-t-il falloir que se produise un drame pour que - peut-être - le voile se déchire enfin ?

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Un magnifique portrait de femme entre mystère et révélations ! Une subtile analyse de la condition féminine dans le Japon contemporain ! 

  • Terra alta t.2 ; indépendance

    Javier Cercas

    • Actes sud
    • 11 Mai 2022

    Melchor quitte provisoirement sa Terra Alta d'adoption pour venir prêter main-forte aux services de police de Barcelone dans une affaire de tentative d'extorsion de fonds basée sur l'existence présumée d'une sextape. L'enquête doit être menée avec célérité et discrétion car la victime est la maire de la ville.
    L'inspecteur plonge alors dans l'univers de la haute bour­geoi­sie catalane et de ses rejetons élevés au-dessus des lois. Protégées par un clan qui leur assure une impunité de classe, ces âmes si bien nées connaissent peu de limites et la vie des sans-grades leur est parfaitement indifférente. Sous un vernis de raffinement, ces privilégiés n'ont rien à envier aux prostituées et aux junkies peuplant les bas-fonds qui ont vu naître l'enquêteur. Et quand le chantage est assorti d'une demande de démission de l'édile, il apparaît évident qu'il est le fruit d'une manoeuvre politique visant à déstabiliser la mairie pour favoriser quelques intérêts. L'indéfectible intégrité de Melchor est mise à rude épreuve au contact des rouages du pouvoir, là où règnent le cynisme, l'ambition décomplexée et l'arrogance des nantis.
    Indépendance est un roman furieux qui brosse un portrait sans fard des élites politiques et économiques barcelonaises et vient épingler un mouvement souverainiste qui, en guise d'indépendance, entendrait surtout préserver celle de sa caste.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    L'indéfectible intégrité de Melchor, cet inspecteur passionné de Victor Hugo que Javier Cercas fait revenir dans Indépendance, est à nouveau mise à rude épreuve : il doit enquêter sur une affaire de chantage contre la maire de Barcelone. Pouvoir, ambition, affaires voici les ingrédients qui sont minutieusement analysés ! Génial !!!

  • Les chants d'Omar Khayam

    Sadegh Hedayat

    • Corti
    • 14 Avril 2022

    Il y a peu d'oeuvres qui soient, autant que les quatrains d'Omar Khayam, admirées, rejetées, haïes, falsifiées, calomniées, condamnées, disséquées, et qui atteignent une renommée universelle, en restant pourtant méconnues. Sadegh Hedayat s'est découvert très jeune des affinités avec cette oeuvre et s'est proposé de faire découvrir à ses contemporains «l'homme et sa pensée à travers une poignée de quatrains en langue persane attribués à Khayam mathématicien et astronome des V et VI siècles de l'Hégire (vers 1050-1123 ap. J.-C.)». De plus, il s'est fait le lecteur critique des auteurs qui avaient entrepris, avant lui, d'analyser les quatrains, des éditeurs qui les avaient fait lire : pour Hedayat, la plupart se sont fourvoyés, les premiers en lui attribuant des réflexions ou des idées contradictoires révélant par là leur totale méconnaissance de l'oeuvre - les seconds en éditant, sous son nom, des quatrains dont il ne pouvait être l'auteur. C'est cette édition critique des Chants de Khayam, à laquelle il travailla en 1923, âgé de vingt ans, que nous rééditons aujourd'hui.
    Si Khayam s'était, semble-t-il, trouvé empêché de mettre ses idées en pratique, s'il avait préféré revêtir le masque de l'homme de science respecté, Hedayat s'était, lui, fait un devoir de rechercher cette parfaite adéquation entre sa vie quotidienne et sa pensée. Lorsqu'il rend hommage à son maître persan, Hedayat est un jeune homme qui possède déjà sa propre vision du monde et sa propre culture, celle-ci considérablement étendue. Hedayat utilisera donc tous moyens qui sont à sa disposition pour connaître ce que la société iranienne contemporaine contribue à rendre plus «étranger» encore aux jeunes gens de sa génération : la culture de la Perse et de l'Iran ancien d'une part, la création occidentale d'autre part, véritable laboratoire duquel sortait, de loin en loin, des oeuvres iconoclastes, peu respectueuses des formes passées, et qui répondaient parfaitement au besoin qu'avait alors l'écrivain iranien de s'affranchir des pesanteurs ancestrales.
    Sadegh Hedayat a entrepris, à partir d'un choix de quatrains d'Omar Khayam, un travail rigoureux, méthodique qui tranche avec les habitudes des hommes de lettes iraniens :
    En tant qu'essai, Les Chants ont suscité un très grand intérêt dans les milieux intellectuels iraniens et ont fait école. La traduction que M.F. Farzaneh et Jean Malaplate en ont donné devrait contribuer à mieux faire connaître en France l'oeuvre du poète persan, comme elle permettra de confirmer la place, l'une des premières, de l'écrivain iranien parmi les novateurs du XXème siècle.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Admirateur inconditionnel du grand poète persan, Omar Khayam, l'écrivain iranien, Sadegh Hedayat nous livre ici l'essence de la pensée philosophique qui se déploie dans Les Chants. Ces quatrains écrits avec une grande économie de moyens nous révèlent toute la vivacité d'un esprit de révolte et une liberté de pensée remarquable. Sadegh Hedayat nous fait partager avec passion sa très fine connaissance de ce poète matérialiste et sceptique. A découvrir et redécouvrir!

  • Freshkills

    Lucie Taïeb

    • Pocket
    • 7 Avril 2022

    Pendant plus de cinquante ans, au sud de Manhattan, l'île de Staten Island a accueilli les ordures de la ville de New York. Plus de 29 000 tonnes de rebuts se déversaient chaque jour dans cette décharge à ciel ouvert, visible de l'espace. Fermée en 2001, Freshkills ne rouvrira qu'en 2036 - une fois reconvertie en gigantesque « parc récréatif ».
    Camouflée. Refoulée. Aseptisée.
    Que dit d'une société le traitement de ses déchets? Ne vivons-nous qu'en surface ? Une promenade hantée et poétique parmi les impensés de la consommation - les pôles invisibles de notre monde.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Admirer les gratte-ciel de Manhattan perchée sur une montagne de déchets? C'est l'expérience vécue par Lucie Taïeb à Freshkills, un temps plus grande décharge à ciel ouvert du monde. Cet enfant monstrueux de notre mode de vie, après avoir en 1946 enseveli un marais, deviendra en 2036 un "parc récréatif naturel". Mais comment recycle-t-on la terre et que disent de nous ces parcs au parcours balisé, à la propreté vertueuse où l'on étouffe dans des décors de carton-pâte? 

  • Guerre

    Louis-Ferdinand Céline

    • Gallimard
    • 5 Mai 2022

    Parmi les manuscrits de Louis-Ferdinand Céline récemment retrouvés figurait une liasse de deux cent cinquante feuillets révélant un roman dont l'action se situe dans les Flandres durant la Grande Guerre. Avec la transcription de ce manuscrit de premier jet, écrit quelque deux ans après la parution de Voyage au bout de la nuit (1932), une pièce capitale de l'oeuvre de l'écrivain est mise au jour. Car Céline, entre récit autobiographique et oeuvre d'imagination, y lève le voile sur l'expérience centrale de son existence : le traumatisme physique et moral du front, dans l'« abattoir international en folie ». On y suit la convalescence du brigadier Ferdinand depuis le moment où, gravement blessé, il reprend conscience sur le champ de bataille jusqu'à son départ pour Londres. À l'hôpital de Peurdu-sur-la-lys, objet de toutes les attentions d'une infirmière entreprenante, Ferdinand, s'étant lié d'amitié au souteneur Bébert, trompe la mort et s'affranchit du destin qui lui était jusqu'alors promis. Ce temps brutal de la désillusion et de la prise de conscience, que l'auteur n'avait jamais abordé sous la forme d'un récit littéraire autonome, apparaît ici dans sa lumière la plus crue. Vingt ans après 14, le passé, « toujours saoul d'oubli », prend des « petites mélodies en route qu'on lui demandait pas ». Mais il reste vivant, à jamais inoubliable, et Guerre en témoigne tout autant que la suite de l'oeuvre de Céline.

    Librairie Compagnie vous conseille

    "Ça brille pas fort l'espérance, une mince bobèche au fin bout d'un infini corridor parfaitement hostile. On se contente." Rédigé autour de 1934, Guerre est le chaînon manquant entre Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit. Tout le génie de Céline, son sens du burlesque, sa poésie de l'horreur, ses tendresses comme ses fulgurances, s'y trouvent réunis. Absolument somptueux !

  • Le pingouin

    Andreï Kourkov

    • Liana levi
    • 10 Mars 2022

    Pour tromper sa solitude, Victor Zolotarev a adopté un pingouin au zoo de Kiev en faillite. L'écrivain au chômage tente d'assurer leur subsistance tandis que l'animal déraciné traîne sa dépression entre la baignoire et le frigidaire vide. Alors, quand le rédacteur en chef d'un grand quotidien propose a` Victor de travailler pour la rubrique nécrologie, celui-ci saute sur l'occasion. Un boulot tranquille et lucratif. Sauf qu'il s'agit de rédiger des notices sur des personnalités... encore en vie. Et qu'un beau jour, ces personnes se mettent à disparaître pour de bon.

    Une plongée dans le monde impitoyable et absurde de l'ex-URSS. Un roman culte.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Une excellente satire du monde postsoviétique ! Andreï Kourkov décrit avec un humour à la fois noir et léger, une société ukrainienne des années 90 livrée à la mafia et à la corruption !

  • 2666

    Roberto Bolano

    • Editions de l'olivier
    • 6 Mai 2022

    Roberto Bolaño meurt en 2003, laissant en partie inachevé un roman « monstrueux », instantanément considéré comme le geste littéraire le plus marquant du début du siècle. On y retrouve, amplifiées, toutes les obsessions de son auteur : quatre universitaires partent à la recherche de Benno von Archimboldi, un mystérieux écrivain allemand dont l'oeuvre les fascine. Leur quête les mènera à Santa Teresa, ville mexicaine inspirée de Ciudad Juarez, où les féminicides déciment la population.

    Mais, comme toujours avec l'auteur des Détectives sauvages, le roman d'aventures est un trompe-l'oeil, une fausse piste lancée au lecteur pour l'amener vers un roman apocalyptique, où la condition humaine est habitée, voire rongée, par le Mal. Le texte oscille alors d'une énigme à l'autre, d'une découverte macabre à l'autre, s'enfonçant dans le désert, dans des territoires incertains entre le Mexique et l'Amérique, frontière qui cristallise et détruit les espoirs. Chef-d'oeuvre à l'écriture incomparable, 2666 est sans doute le roman le plus audacieux de Roberto Bolaño.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    L'oeuvre maîtresse de l'écrivain chilien, 2666 transporte ses personnages entre l'Europe et le Mexique. Véritable labyrinthe romanesque dont le coeur est la ville de Santa Teresa, lieu de cristallisation du mal...

  • No-no-yuri

    Aki Shimazaki

    • Actes sud
    • 4 Mai 2022

    Originaire d'une petite ville de la région du San'in, Kyôko est une femme célibataire d'une grande beauté. Tout l'oppose à sa soeur cadette Anzu, divorcée, mère d'un garçon, céramiste reconnue. Kyôko, elle, poursuit depuis treize ans une carrière de secrétaire de direction dans une société de cosmétiques à Tokyo. Elle profite ainsi, avec légèreté, du magnétisme qu'elle exerce sur les hommes et s'épanouit au gré de ses voyages d'affaires. Mais le départ soudain de son patron et l'arrivée du nouveau, plus jeune, plus charmant, vont ébranler en elle bien des certitudes.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Après nous avoir raconté l'histoire d'Anzu, céramiste, dans Suzuran, celle de ses parents vieilissants dans Sémi, Aki Shimazaki nous fait maintenant entrer dans l'intimité de Kyôko, la soeur ainée d'Anzu. Kyôko est très belle et ambitieuse. Elle vit son indépendance et son célibat avec fierté, mais la vie est pleine de surprises... Un vrai délice  !!!

  • Le jeune homme

    Annie Ernaux

    • Gallimard
    • 5 Mai 2022

    En quelques pages, à la première personne, Annie Ernaux raconte une relation vécue avec un homme de trente ans de moins qu'elle. Une expérience qui la fit redevenir, l'espace de plusieurs mois, la «fille scandaleuse» de sa jeunesse. Un voyage dans le temps qui lui permit de franchir une étape décisive dans son écriture.Ce texte est une clé pour lire l'oeuvre d'Annie Ernaux - son rapport au temps et à l'écriture.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Dernier opus d'Annie Ernaux, Le Jeune homme s'inscrit dans la continuité de ses récits précédents. Une fois encore, elle se dévoile avec la réelle nécessité de dire juste et vrai. D'une manière très concise et épurée, elle relate ici ce qu'elle ressentait d'une relation amoureuse supposée "scandaleuse" avec un homme bien plus jeune qu'elle-même. De ces moments vécus, l'écrivaine fait la matière de son écriture autofictive, entremêlant le temps et la mémoire. Superbe et percutant!

  • La main de Dieu

    Valerio Varesi

    • Agullo
    • 5 Mai 2022

    Sous le plus vieux pont de Parme, le corps d'un homme émerge du rivage boueux. Il a été assassiné, puis jeté à l'eau on ne sait où et emporté par le courant. Le commissaire Soneri, se fiant comme toujours à son instinct, décide de remonter le fleuve. Par un après-midi froid et pluvieux, son voyage vers les origines l'amène dans un village isolé des Apennins, près d'un col autrefois parcouru par les marchands et les pèlerins et désormais fréquenté par les vendeurs ambulants non européens et les « mules » de la drogue. Les villageois parlent peu et à contrecoeur, l'hostilité envers l'étranger, qui plus est le flic, est évidente. Soneri découvre malgré tout l'identité de la victime - un entrepreneur local riche et redouté - dont le nom est lié à un violent conflit d'intérêts sur l'avenir de ces montagnes. Au fil des jours, l'enquête devient de plus en plus inquiétante, tandis que le commissaire s'échine à trouver la bonne piste parmi des chemins impénétrables qui se perdent dans un paysage intact de neige, d'arbres et d'eau. Dans ce décor qui le fascine et le bouleverse à la fois, il croise des personnages bizarres, rassemblés dans une sorte de communauté des bois, et un prêtre dérangeant à la foi subversive, confiné par punition dans ce lieu oublié de Dieu...

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Monter vers un village isolé des Apennins avec le commissaire Soneri, cet enquêteur si complexe et attachant, c'est goûter à l'ivresse de la montagne tout en restant sensible à d'anciennes querelles très humaines. Enchanteur et on ne peut plus vivant, un roman policier d'atmosphère qui fait la part belle à la Nature, dans la lignée des textes de Paolo Cognetti ou Erri de Luca.  

  • Pourquoi la colonisation nippone est-elle un traumatisme pour les Coréens ? Qu'est-ce qui a déclenché la révolution des Bougies ? Le confucianisme est-il la clé de compréhension de la société coréenne ? L'école est-elle l'antichambre de l'enfer coréen ? Quel est le secret du génie coréen pour l'innovation ? Quelles relations la Corée du Sud entretien-elle avec la Chine ?
    En 2022 la Corée est partout. La K-Pop et les dramas envahissent nos écrans Samsung, le coréen est « la » langue à apprendre, nous avons intégré aussi bien les nouilles instantanées que la mode ou la technologie.... La Corée prend sa revanche imposant au monde son soft power après des siècles d'invisibilité, longtemps sous emprise des volontés expansionnistes de ses voisins chinois et japonais.
    En un siècle, la Corée aura connu la colonisation japonaise, la partition en 1945 séparant 35% des familles, la guerre puis les dictatures... Mais la démocratie a été gagnée à la fin des années 80 et le pays de plus de 51 millions d'habitants s'est hissé au treizième rang mondial.
    Pourtant, la Corée triomphante est profondément malade d'un miracle économique obtenu à force sacrifices. Malade d'une évolution ultra-rapide, d'une ouverture trop soudaine après des siècles d'isolationnisme, de son confucianisme autant sauveur que carcan et d'une corruption endémique. La jeunesse créative, immergée dans le virtuel, se sent sclérosée, en quête de sens, harcelée par les obligations sociales et peine à trouver sa place. Galvanisée par une énergie formidable, la Corée est un pays de paradoxes : modèle de réussite mais avec une démographie en berne et un taux de suicides record. Cet ouvrage passionnant donne 100 clés de compréhension de ce pays singulier, puisées dans un passé qui, sous les habits de la modernité, hante toujours ses habitants.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Un panorama très informé sur l'histoire, la culture, mais également sur les politiques intérieures et étrangères du pays du Matin Clair. On y découvre aussi les maux qui rongent cette société coréenne entraînée à marche forcée vers l'ultra-modernité. Une vraie mine d'informations.

  • Le juif

    Camilo Castelo Branco

    • Chandeigne
    • 22 Avril 2022

    Le roman O Judeu est publié 40 ans après l'abolition de l'Inquisition et s'intègre dans une veine historiographique (et littéraire) qui revisite le passé et qui voit dans l'Inquisition l'une des causes principales de la décadence du Portugal... Cette oeuvre est à la fois un roman historique complètement documenté, une intrigue amoureuse et un récit d'aventure. Elle narre la vie du dramaturge António José da Silva (1705-1739), connu sous le nom de O Judeu, qui fut poursuivi et condamné par l'Inquisition, ainsi que de sa femme Leonor Maria de Carvalho. Camilo cite de nombreuses sources historiques dont l'ouvrage L'Amusement périodique du Cavaleiro de Oliveira, auteur portugais exilé au XVIIIème siècle, qui apparaît aussi dans le roman dans une intrigue parallèle.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Un très riche roman historique, avec une émouvante intrigue amoureuse et un récit d'aventures plein de rebondissements, qui nous plonge dans les affres de l'Inquisition portugaise du 17ème siècle. Fascinant !

  • La femme de gilles

    Madeleine Bourdouxhe

    • Zoe
    • 5 Mai 2022

    Madeleine Bourdouxhe (1906-1996) est romancière et nouvelliste. Elle connaît le succès avec son premier roman, La Femme de Gilles (1937), se lie d'amitié avec Éluard, Sartre ou Simone de Beauvoir. Nommée au poste de secrétaire perpétuelle à la Libre Académie de Belgique en 1964, elle s'impose définitivement comme une figure de la littérature belge avec la réédition de La Femme de Gilles en 1985, adapté en 2004 par Frédéric Fonteyne. Elle est aujourd'hui traduite dans un grand nombre de langues.
    Le livre : « Le de´sir c¸a nai^t comme c¸a, d'un rien. » Quand Gilles se met à en aimer une autre, le monde d'Élisa vacille. Elle, « la femme de Gilles » qui n'existe que par l'amour absolu qu'elle porte à son mari, ne peut que se résoudre à se taire, souffrir, et espérer - car « le drame restant secret, il lui sera donne´ de tout reconstruire ».
    Madeleine Bourdouxhe (1906-1996) dépeint, dans une langue bouleversante de justesse, l'intolérable rapport de soumission des femmes envers les hommes.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Dans ce texte court et d'une grande sobriété, Madeleine Bourdouxhe explore les méandres de la passion amoureuse dans ce qu'elle recèle de plus exclusif, de plus tragique et de plus brûlant. "La femme de Gilles" s'impose à nous comme le portrait de cette brûlure. Un chef-d'oeuvre sensible !

  • Lieux

    Georges Perec

    • Seuil
    • 29 Avril 2022

    Ce [...] livre est parti d'une idée assez monstrueuse, mais, je pense, assez exaltante.
    J'ai choisi, à Paris, douze lieux, des rues, des places, des carrefours, liés à des souvenirs, à des événements ou à des moments importants de mon existence. Chaque mois, je décris deux de ces lieux ; une première fois, sur place (dans un café ou dans la rue même) je décris « ce que je vois » de la manière la plus neutre possible, j'énumère les magasins, quelques détails d'architecture, quelques micro-événements (une voiture de pompiers qui passe, une dame qui attache son chien avant d'entrer dans une charcuterie, un déménagement, des affiches, des gens, etc.) ; une deuxième fois, n'importe où (chez moi, au café, au bureau) je décris le lieu de mémoire, j'évoque les souvenirs qui lui sont liés, les gens que j'y ai connus, etc. Chaque texte [...] est, une fois terminé, enfermé dans une enveloppe que je cachette à la cire. Au bout d'un an, j'aurai décrit chacun de mes lieux deux fois, une fois sur le mode du souvenir, une fois sur place en description réelle. Je recommence ainsi pendant douze ans [...].
    J'ai commencé en janvier 1969 ; j'aurai fini en décembre 1980 ! j'ouvrirai alors les 288 enveloppes cachetées [...]. Je n'ai pas une idée très claire du résultat final, mais je pense qu'on y verra tout à la fois le vieillissement des lieux, le vieillissement de mon écriture, le vieillissement de mes souvenirs : le temps retrouvé se confond avec le temps perdu ; le temps s'accroche à ce projet, en constitue la structure et la contrainte ; le livre n'est plus restitution d'un temps passé, mais mesure du temps qui s'écoule ; le temps de l'écriture, qui était jusqu'à présent un temps pour rien, un temps mort, que l'on feignait d'ignorer ou que l'on ne restituait qu'arbitrairement (L'Emploi du temps), qui restait toujours à côté du livre (même chez Proust), deviendra ici l'axe essentiel.
    Je n'ai pas encore de titre pour ce projet ; ce pourrait être Loci Soli (ou Soli Loci) ou, plus simplement, Lieux.

    Georges Perec.
    Extrait de « Lettre à Maurice Nadeau » du 7 juillet 1969, dans Je suis né, Seuil, « La Librairie du XXe siècle », 1990.

    La Librairie Compagnie vous conseille

    Attention événement ! Voici un texte inédit et fascinant de George Perec, qui l'a occupé durant douze ans : il y consigne observations et souvenirs liés aux principaux lieux qui ont marqué sa vie. En filigrane, se dessine aussi la génèse de son chef d'oeuvre "La vie mode d'emploi", histoire d'un immeuble et de ses habitants, écrit avec la virtuosité de l'oulipien accompli. Un livre à ne pas manquer, et pour tous les amateurs de Perec : Une pépite !!

  • Un bouquet d'anecdotes : ou opus incertum

    Hans Magnus Enzensberger

    • Gallimard
    • 28 Avril 2022

    Ce livre inclassable retrace la jeunesse de M., personnage énigmatique dont nous suivons les aventures depuis sa naissance en 1929 dans une petite ville bavaroise jusqu'à son séjour à Paris dans les années 1950. À mi-chemin entre des Mémoires personnels et une fresque de l'Allemagne de la première moitié du XX? siècle, ce récit richement illustré dessine non sans humour un portrait du jeune artiste en formation et de son pays:s'y mêlent et s'y entrechoquent l'environnement familial et les premières amours, la passion pour l'écrit et l'intérêt pour les médias, la montée du nazisme et la violence de la guerre.Complément rétrospectif de Tumulte, Un bouquet d'anecdotes est un saisissant collage de la mémoire servi par une plume vive et un regard amusé, qui jette une nouvelle lumière sur l'une des plus grandes plumes allemandes contemporaines.

    La librairie Compagnie vous conseille

    Hans Magnus Enzensberger rapporte dans ce "bouquet d'anecdotes" la chronique de son enfance et de sa jeunesse durant la Seconde Guerre mondiale. Son récit nous plonge au coeur de la société allemande de cette terrible époque, décrite avec beaucoup d'ironie. L'écrivain qui n'a rien perdu de sa verve, se moque ici avec malice de son entourage. En livrant dans cette sorte d'autobiographie ses souvenirs, l'auteur nous fait partager sa joie de vivre. Voici une lecture revigorante, et non dénuée d'humour!

empty