Le vestibule des lâches

À propos

«?La soirée se déroulait sans trop de heurts, même si, pour lui comme pour tout homme normalement constitué, un vernissage est d'abord un mauvais moment à passer.?» Jérémie Carter, peintre, se retrouve au restaurant coincé dans une discussion avec un ancien des Beaux-arts. Manifestement, ils ne sont pas du même monde. Si Carter se défend mal, se laisse rapidement mettre en boîte, c'est que tout bien pesé il préfère rester dans le sien. Sa défaite est l'occasion d'un ressaisissement intérieur. Il décide d'abandonner son grand paysage de commande pour retourner à ses vraies questions, ses recherches sur le fluide et la Divine Comédie. Il ne le sait pas encore, mais son très fortuné mécène vient d'être incarcéré pour malversations financières. La République garde des slips sales dans ses coffres. Le téléphone sonne. C'est Olga qui appelle...
Un micro-roman qui propose une esquisse du monde de l'art dans une ville située précisément au centre du monde. Anciens profs, galeristes, artistes plus ou moins marginaux, musées, collectionneurs, tous y passent, oscillant entre crocs acérés, repli dépressif ou joyeux laisser-pisser. La plume cavale, n'hésite pas à faire rire. L'auteur fictionne, distribue les pseudonymes, fait parler les masques - et les masques crèvent les yeux avec leurs longs nez ridicules. La morale n'est pas sauve. Chacun aura à trouver sa place, son refuge, son vestibule.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Philippe Fretz

  • Éditeur

    Art Et Fiction

  • Distributeur

    Serendip

  • Date de parution

    14/11/2015

  • Collection

    Pacific

  • EAN

    9782940570010

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    80 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    17 cm

  • Épaisseur

    0.1 cm

  • Poids

    210 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty