Lumière ; récit poétique en quatre passages

À propos

Dans un espace un peu confiné, un cabinet de réflexion : Poète médite. Sa première pensée porte sur la liberté. Aung San Su Ky et tant de femmes mortifiées dans l'histoire. Il est question de la différence, comme celle de ce coq peint au mur et qui veut devenir canard. Des symboles et des outils apparaissent et alors commencent des voyages partant de la Terre à travers l'Air, l'Eau et finalement le Feu pour courir vers la lumière, vers l'amour et la fraternité retrouvée. Le livre se décline comme une boite à outils propice à travailler à la liberté, l'égalité et la fraternité. Mais aussi à travailler sur soi-même, comme un enfant de trois ans.
Poète se tait parmi les éléments : alors, il se demande, face au silence, s'il ne faut pas que la parole joue son rôle. Mais déjà un univers de poésie et de chansons envahit sa tête, avec des voix d'enfants, des voix amies qui surgissent. Plus loin, c'est le sarcome de Sarkozy aux plis rhumatoïdes et aux pigments décolorés qui fait rire Poète. La chance de Poète : pouvoir se moquer et chanter parce que dieu n'existe pas. La main tendue enfin dans une sorte de danse du feu nouvelle avec cette consécration de la lumière reçue :

Tu ne la connais pas, ma nouvelle espérance.
Ma pierre bien taillée, chaque jour, à midi.
Moi je l'ai rencontrée après des nuits d'errance.
Après avoir vécu dans de faux paradis.
Puis, sans fard, Poète s'écrie :
Combien me faudra-t-il de Communes tronquées.
De rébellions serties dans le sang du pouvoir.
Et combien de mutins qui sont restés à quais.
Pour quelques vieux crésus qui se sont embarqués.
Dans des bateaux d'argent d'émeraude et d'ivoire.



Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782930418759

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    23.5 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    386 g

  • Distributeur

    Sofiadis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

José Perez

José Perez est né en Provence en 1946. Assistant d'ingénieur et formateur en hydraulique, aujourd'hui à la retraite, il a reçu de nombreux prix littéraires dont un premier prix de poésie de France en 2007. « Qu'il fait bon vivre » est son quatrième recueil de poèmes.

empty