Heureux sans dieu ni religion (120 min)

À propos

Oui ! On peut être heureux sans dieu ni religion ! Avec des arguments implacables, l'auteur récuse les accusations faites à l'athéisme, rendu responsable du désenchantement de l'homme et du monde.
Ne pas croire en une vie dans l'au-delà ne vide pas pour autant notre existence de sens, mais nous engage au contraire à profiter au maximum de ses joies et de ses beautés, dans une plus grande liberté d'esprit.
Oui certes, on peut être athée et avoir- des valeurs morales, car celles-ci préexistaient aux religions. Laïcité tolérante, contrat social.
Hédonisme joyeux, spiritualité de l'immanence, égalité homme/ femme. interdépendance avec la nature et croyance en une science permettant de faire reculer souffrances et obscurantisme : voilà le socle du Credo d'un incroyant. Des valeurs fraternelles et humanistes face auxquelles hélas les religions se sont toujours opposées par le passé.
En ces jours où les intégristes des trois monothéismes font cause commune pour tenter de balayer le rempart de la laïcité, cet ouvrage apparaît comme une joyeuse nécessité.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • Auteur(s)

    Michel Piquemal

  • Éditeur

    Stanke Alexandre

  • Date de parution

    06/07/2015

  • EAN

    9782895175711

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    75 g

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Support principal

    CD Audio

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Piquemal

Après des études de lettres modernes, Michel Piquemal a été instituteur dans une école primaire. Il a écrit près de 200 livres pour la jeunesse (albums, romans, etc.) chez Milan, Nathan, Rue du monde, Albin Michel jeunesse, Syros, Gallimard jeunesse, etc. Parmi ceux-ci, citons : Nul en pub (Rue du Monde), qui évoque les rapports entre la publicité et les enfants ; La grève (éditions de l'Édune), qui raconte le quotidien d'un enfant lorsque son père est en grève ; Le manège de Petit Pierre (Albin Michel jeunesse) ; La voix d'or de l'Afrique (Albin Michel jeunesse), qui retrace la vie de Salif Keita ; et, récemment, La robe rouge de Nonna (Albin Michel jeunesse), un album sur le fascisme italien. « Écrire pour la jeunesse », dit-il, « c'est écrire pour la vie, pour l'optimisme. »

empty