L'apprentissage de la ville (préface Lanza del Vasto)

À propos

« Mais c'est tout éveillé qu'il nous faudrait craquer comme la graine crie et se fend, jaillir au-dessus des insectes, des épis, des grands arbres, des grands rocs, des grands nuages oublieux, de la nuit froide et creuse sous qui les astres pendent, enfoncer la croûte du ciel et marcher dans les chemins où nous rencontrerons nos fruits. » L'Apprentissage de la ville reprend en 1942 la confession entamée sept ans plus tôt avec Le Bonheur des tristes. Au-delà de l'amertume et du sarcasme qui le caractérisent, ce «roman» comporte une profonde valeur de témoignage, dénonçant l'aveuglement et la veulerie de la société chavirée au sortir de la guerre, incapable de s'éveiller et de regar- der dans son propre tumulte. « La sincérité d'un aveu ne vaut que s'il en coûte à celui qui avoue. Ce livre force les profondeurs et les recoins les plus difficiles de l'aveu et constitue un document humain d'inestimable prix », écrit à son propos Lanza del Vasto.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Luc Dietrich

  • Éditeur

    Le Temps Qu'Il Fait

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    15/04/2016

  • Collection

    Corps Neuf

  • EAN

    9782868536143

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    378 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    3.2 cm

  • Poids

    346 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Luc Dietrich

Luc Dietrich, est né en 1913 à Dijon. Orphelin de père à l'âge de six ans, il mena
une vie itinérante avec sa mère qui, minée par la drogue, disparut à son tour en 1931.
Il s'engagea alors dans une vie désarticulée, basculant d'amour en amour, passant sans
transition ni scrupules de la pauvreté la plus sordide à la richesse frelatée des milieux
de la drogue et de la prostitution. En 1930, il publie sous le nom de Luc Ergidé un
premier recueil de poèmes Huttes à la lisière. Mais c'est Lanza del Vasto, rencontré en
1932, qui lui révéla ses talents d'écrivain et le poussa dans la voie de la «connaissance».
Ils écrivirent ensemble le Livre des rêves, proposé en 1934 à Grasset qui le refusera.
Fortifié par cette expérience, Luc Dietrich commença la rédaction de son premier roman
La Leçon de vie qu'il présentera avec l'approbation de Lanza del Vasto à Denoël. Le livre sera publié en
1935 rebaptisé Le Bonheur des tristes et amputé des quatre derniers chapitres. Parallèlement à l'écriture,
Dietrich s'intéresse à la photographie et présente sa première exposition à Paris en 1937. Il est mort en 1944,
laissant une œuvre brève, lumineuse et fulgurante comme son existence torturée de détresse et de désir.
- Nos éditions ont publié, en 1998, un important Cahier Luc Dietrich comportant de nombreux textes
critiques, des inédits, des photographies.

empty