Le grand Meaulnes

À propos

La présente édition critique veut saluer la modernité et la complexité du Grand Meaulnes. Entre les récits poétiques issus du symbolisme et l'esprit nouveau de l'aventure qui s'empare de la France dans l'immédiat avant-guerre, ce roman de l'intériorité renouvelle le genre romanesque : il raconte l'aventure d'une âme dans un récit non linéaire, l'épopée lyrique du désir. Il célèbre, plutôt que le culte de la l'art, le sens de la vie et de ses "merveilles", la foi dans le réel ici et maintenant. L'appareil de notes et les annexes inscrivent Le Grand Meaulnes dans l'oeuvre de son auteur comme dans la production romanesque contemporaine.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782745314789

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    15 cm

Infos supplémentaires : Relié  

Alain-Fournier

Henri Fournier est né à La Chapelle-d'Anguillon, dans le Cher. Fils d'instituteurs, il passe ses vacances et ses premières années dans le milieu rural. En 1903, il va préparer l'École normale au lycée Lakanal à Sceaux. Il y rencontre Jacques Rivière qui deviendra son meilleur ami et qui épousera sa soeur. Ils échangeront une longue correspondance.
C'est en 1905 qu'Alain-Fournier croise Yvonne de Quiévrecourt. La jeune fille est fiancée et se mariera deux ans plus tard. Il la reverra une dernière fois fin juillet 1913. Cette rencontre est à l'origine du Grand Meaulnes et il ne cessera de la raconter en la transposant. En 1906, il échoue à l'École Normale. Après son service militaire, il est secrétaire à Paris-Journal.
Mobilisé, il est tué au sud de Verdun dans les Hauts de Meuse, le 22 septembre 1914. Son corps découvert dans une fosse commune où les Allemands l'avaient enterré, a été identifié en 1991 et inhumé dans le cimetière militaire de Saint-Remy la Calonne.
Alain-Fournier s'inscrit dans le courant qui prépare la littérature du siècle: les écrivains désormais laissent l'histoire qu'ils content se dérouler d'elle-même. Aux artifices de la logique, ils préfèrent la vérité du hasard.

empty