À propos

Un sociologue dévoile les règles du jeu politique L'invention de l'opinion Et si la multiplication des sondages était une manière de déposséder le citoyen du droit à la parole ?   « Il est des livres qui viennent à point nommé pour apporter une bouffée d'oxygène à des lecteurs menacés d'asphyxie. Celui de Patrick Champagne est de ceux-là, car il réussit à dépasser les constats rabâchés sur la grande misère du débat politique aujourd'hui et sait décrypter les évolutions profondes qui l'ont produite. Champagne a installé son chevalet à la marge du paysage politique et il brosse, touche par touche, le tableau d'une scène étrange, où les acteurs sont les hommes politiques, les journalistes spécialisés, les experts mobilisés par les instituts de sondage. Bref, tous les dépositaires exclusifs et patentés du droit à la parole sur les problèmes de société. Champagne décrit l'histoire d'une dépossession. Il cherche à comprendre comment le jeu démocratique est parvenu à exclure du débat politique les citoyens ordinaires, et comment cette exclusion s'est opérée sous couvert de la toute-puissance accordée à une nouvelle divinité : l'opinion publique. La première partie du livre retrace, au cours du XXe siècle, l'histoire de cette notion qui est devenue la référence centrale autour de laquelle s'organise toute la vie politique. Mais comment peut-on mesurer cette opinion publique en dehors des périodes électorales ? Par des sondages, bien sûr. C'est sans doute sur ce thème que le livre de Champagne est le plus corrosif : lorsqu'il montre que les sondages, loin d'être le simple reflet d'une opinion publique préexistante dont ils offriraient la photographie, sont au contraire une technique pour construire cette opinion, l'inventer de manière plus ou moins artefactuelle. Par exemple, en posant à des échantillons représentatifs des questions qui n'ont pas forcément de sens pour ceux qui doivent y répondre, ou, plus profondément encore, qui n'ont pas nécessairement let même sens pour tous les sondés. L'" opinion ", c'est donc une addition de réponses hétéroclites à des questions que les gens ne se posent pas, ou pas nécessairement, ou pas en ces termes-là... Mais, évidemment, cette production de l'" opinion " n'est pas une pure fiction. Puisque la logique du processus veut que les journaux et les émissions de télévision répercutent le verdict sous la forme sans appel d'énoncés du genre : " les Français pensent ". Ce qui ne manque pas de produire ses effets sur l'action même des hommes politiques, qui se plient à la loi des baromètres et des pourcentages et gèrent leur image et leur discours avec un oil rivé sur les courbes et les graphiques ainsi constitués. Champagne fait rayonner autour du noyau central de ses analyses un certain nombre d'hypothèses fort suggestives qui pourraient expliquer la désaffection des citoyens pour la vie associative ou syndicale. Car ce sont précisément des lieux où l'opinion se forme non pas à partir de moyennes ou de juxtapositions, mais à partir de problèmes réels, formulés dans une langue qui n'a souvent rien à voir avec celle qu'utilisent les politologues. Mais de telles " opinions " sont nécessairement parcellaires et partiales, et ne trouvent donc pas leur place dans des questionnaires préfabriqués auxquels il faut répondre par oui ou par non. On comprend ainsi, suggère Patrick Champagne, pourquoi les explosions sociales, les grands mouvements incontrôlés dont les vagues déferlent à intervalles réguliers ne sont jamais prévus par les hommes politiques ni par la méthode des sondages. Pour dire la richesse de ce livre passionnant, il faudrait aussi évoquer les pages sur les manifestations de rue et la façon dont elles se sont transformées pour se plier aux règles du nouveau pouvoir journalistique, sans lequel aucun événement ne saurait exister comme tel. Ou encore mentionner l'art et la manière avec lesquels le sociologue décrit l'ignorance de la réalité du monde politique, tant il est fermé sur lui-même. Oh ! certes, l'ouvrage n'est pas sans défauts : certaines analyses sont moins précises que d'autres, certaines démonstrations moins convaincantes. Mais cela n'a pas beaucoup d'importance. Qu'est-ce qu'un grand livre ? C'est un livre qui modifie le regard que nous portons sur les réalités qui nous entourent. Qui nous apprend à nous défaire des habitudes mentales imposées par des mécanismes sociaux qui ont fini par devenir nos structures de perception. L'essai de Patrick Champagne, on l'a compris, est un livre libérateur. » Didier Éribon, Le Nouvel Observateur, 13 décembre 1990



Rayons : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Témoignages

  • EAN

    9782707328786

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    328 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    270 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty