Penser avec Fukushima

Penser avec Fukushima

À propos

Le mot avec est écrit en italiques parce qu'il prend ici la place d'un autre qu'on attendrait, mais qu'on doit s'interdire d'écrire, du moins tant qu'on n'a pas réfléchi à ce qu'il signifie désormais : après. L'ensemble d'événements rassemblés sous le nom de Fukushima n'a en effet pas achevé son déroulement, quoi que certaines voix intéressées essaient d'en dire, et c'est pourquoi après serait une erreur objective. Il n'y a pas, pour l'instant, d'après Fukushima, et au fond, l'alarme dont ce livre est aussi la traduction tient à ce détail sémantique d'importance majeure.
Si la préposition après ne convient pas pour penser Fukushima, c'est qu'il n'y a pas d'« après-Fukushima », au sens où on pourrait passer à autre chose, « dépasser » Fukushima. Pourtant, il y a bel et un bien un monde - à décrire, à critiquer, mais aussi à construire et à accompagner - à partir de cette catastrophe et sous sa lumière.
C'est ce que ces textes s'efforcent de mettre en place : venus d'horizons variés (littérature, philosophie, histoire de l'art, poésie, géographie), ils s'efforcent tous de penser après Fukushima si l'on veut, dans son ombre portée, contre Fukushima évidemment (dans ses effets mortifères), mais surtout avec Fukushima, c'est-à-dire en tenant compte de Fukushima, dans la proximité sans cesse renouvelée de ses problèmes et de ses ressources, de ses paysages et de ses habitants.



Sommaire

Avant-propos, par Christian Doumet et Michaël Ferrier INTRODUCTION - Michaël Ferrier (Université Chuo, Tokyo, écrivain) : « Avec Fukushima » LA LITTERATURE À L'ÉPREUVE DE FUKUSHIMA - Anne Bayard-Sakai (Inalco, Paris) : « Quelle marge d'écriture ? À propos des normes et de l'invention dans la littérature japonaise après le 11 mars 2011 » - Fabien Arribert-Narce (Univ. Aoyama-gakuin, Tokyo) : « Écrits du 11 mars en France et au Japon : écrire la catastrophe, entre fiction et témoignage » - Philippe Forest (Université de Nantes, écrivain) : « En lisant - ou pas - Uchida Hyakken » - Christian Doumet (Université Paris 8, membre de l'IUF) : « La poésie peut-elle répondre de Fukushima ? » PENSER L'ESPACE AVEC FUKUSHIMA - Rémi Scoccimarro (Université de Toulouse, géographe) : « 11 mars 2011 : de la vie en préfabriqués à l'assignation à résilience » - François Bizet (Université de Tokyo) : « L'inhabitat » PENSER LE TEMPS AVEC FUKUSHIMA - Hervé Couchot (Université Sophia, Tokyo) : « Penser le temps avec Fukushima : chronique du temps suspendu » - François Lachaud (École Française d'Extrême-Orient) : « Fukushima et ses fantômes :
Cataclysmes et archives de l'immédiat » LA PHILOSOPHIE À L'ÉPREUVE DE FUKUSHIMA - Sato Yoshiyuki (Univ. de Tsukuba) : « Les faibles doses d'irradiation et le pouvoir de sécurité : du point de vue foucaldien sur le « pouvoir-savoir » » - Takahashi Tetsuya (Université de Tokyo, philosophe) : « Fukushima : un système sacrificiel » - Jean-Luc Nancy (philosophe) : « L'Occident est-il un accident ? »

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782350183800

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    324 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    334 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty