Les âmes mortes (préface Vladimir Pozner)

Traduction HENRI MONGAULT  - Langue d'origine : RUSSE

À propos

« Et que voulez-vous faire de cet état ? » s'enquit alors Manilov.
Cette question parut embarrasser le visiteur... « Vous désirez savoir ce que j'en veux faire ? Voici : je désire acheter des paysans... prononça enfin Tchitchikov qui s'arrêta net.
- Permettez-moi de vous demander, dit Manilov, comment vous désirez les acheter : avec ou sans la terre ?
- Non, il ne s'agit pas précisément de paysans, répondit Tchitchikov : je voudrais avoir des morts...
- Comment ? Excusez... je suis un peu dur d'oreille, j'ai cru entendre un mot étrange.
- J'ai l'intention d'acheter des morts... »



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782070364251

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    512 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    2.1 cm

  • Poids

    269 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Nicolas Gogol

1809-1852
Après des études médiocres, il s'établit à dix-neuf ans à Saint-Pétersbourg, où il trouve une place d'expéditionnaire dans un ministère. Instable, il abandonne bientôt son emploi et se met à écrire. Il se lie alors avec Pouchkine, qui sera pour lui un excellent conseiller. Un roman, 'Tarass Boulba', lui vaut une chaire d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg. Gogol donne alors une série de nouvelles pétersbourgeoises qui mettent l'accent sur le divorce existant entre le rêve et la réalité. De 1841 date son chef-d'oeuvre, qui introduisit le thème de la pitié sociale dans la littérature russe, 'Le Manteau'. En 1841, il rentre en Russie pour la publication de son roman 'Les âmes mortes' dont la seconde partie ne fut pas publiée. En 1848, il part pour Jérusalem afin de travailler, dit-il, à sa perfection spirituelle. Il en revient dans un état d'exaltation religieuse extraordinaire, et mène désormais une vie de prière et de jeûne. Épuisé, il meurt d'une fièvre typhoïde en 1852.

empty