Publibook

  • Sur la route ou ma vie de S.D.F.

    Michel Monnier

    • Publibook
    • 18 Novembre 2014

    « La mort dans l'âme, je quittai la maison. Mon sac me parut soudain infiniment lourd, le ciel me tombait sur la tête et je ne savais pas encore qu'à ce moment précis se jouait mon destin, contraint dès lors et pour toujours - irrémédiable sanction - à l'errance, aux lendemains incertains, avec un sac pour seul compagnon. Il fallait cependant continuer... Comment s'y prendre lorsque la terre semble se dérober sous vos pieds, lorsque votre propre mère accepte de vous laisser chasser par un ivrogne de mari, sans oser s'opposer à l'insupportable ? » Récit d'une existence à la marge, vécue dans la perpétuelle migration et la précarité, le texte de M. Monnier ne cède ni au pathos ni à la rancoeur. Sans fard, sans excès, presque en pesant chacun de ses mots, ce témoignage dit ce « jour-le-jour » du nomade, les petits emplois, les représentations en tant que cracheur de feu, les rencontres humaines et parfois salvatrices qui ont jalonné un parcours tous azimuts. Porté par une dignité et une franchise inébranlables, « Sur la route » dessine en creux le portrait d'un homme en paix avec lui-même, moins résigné que toujours capable de composer, avec courage, avec une trajectoire aux franges de la société.

  • Biographie d'une douleur

    Didier Mansuy

    • Publibook
    • 18 Avril 2007

    Didier rencontre Claude dans un hall d'aéroport. Il le remarque sans intention particulière mais il ne peut s'empêcher de noter son regard inquiet et désespéré. Ce n'est pas le coup de foudre, cependant une relation se construit doucement, tant bien que mal, avec ses moments de complicité et d'enthousiasme, ses instants d'égarement, ses crises comme ses preuves inoubliables de passion. L'amour se crée, prend racine, grandit... et fâne, insupportable légéreté d'un être!

  • En 1961, le sirocco ne balaie pas que le sable mais la vie de nombreuses familles installées en Algérie française. Le rêve disparaît... La mère de Laurence a vingt ans lorsqu'elle quitte son pays natal pour la France. Si l'exil marquera les destins, l'histoire des pieds-noirs restera. Le passé ne doit pas obstruer le présent, mais doit aider à le construire... En revenant sur le parcours de sa mère à travers cette chronique aigre-douce, Laurence Fontaine Kerbellec n'a pas voulu raconter l'horreur de la guerre, mais l'histoire d'une petite fille regrettant son pays natal et son amie d'enfance. Chacun sera touché à sa façon, se remémorera le meilleur comme le pire, oscillant entre réconfort, nostalgie et amertume.

  • L'avion et le papillon t.2

    Jean-Marie Delthil

    • Publibook
    • 28 Septembre 2010

    Le propre de l'humain est qu'il est faible, qu'il doute, qu'il est sujet aux émotions. C'est ce qui fait sa beauté, mais c'est aussi ce qui peut le mener à sa perte. Jean-Marie Delthil éclaire ses expériences ordinaires par les lumières de la Bible, ce qui lui permet d'accéder à la sérénité. Avec son journal, il nous propose de suivre son itinéraire et, pourquoi pas, de le rejoindre sur le chemin de la foi. Bien que « L'Avion et le papillon » soit un ouvrage tourné vers la religion, c'est avant tout un livre sur la tolérance et un hymne à l'amour en général. À travers le récit de quelques mois de la vie de l'auteur, on apprend à redonner sa valeur au temps qui passe pour tirer un enrichissement spirituel des rencontres, petites ou grandes, qui peuplent notre quotidien.

  • Une petite fille qui grandit la peur au ventre de mettre son père en colère. Une petite fille en rivalité permanente avec sa grande soeur ; fallait-il faire mieux qu'elle ou simplement la prendre comme modèle ? C'est dans cette atmosphère d'angoisse qu'évolue et grandit Élodie, jusqu'au jour où son père lui permet de partir une année aux État Unis. À quel moment est-ce que tout a véritablement commencé ? Élodie elle-même ne saurait pas répondre, mais la descente a été rapide. De l'anorexie à la boulimie, sans en prendre conscience. La remontée sera beaucoup plus longue, beaucoup plus difficile et le bonheur n'est pas évident à reconstruire.

  • Née... dans les fleurs !

    Lamblin Marie-There

    • Publibook
    • 12 Mai 2010

    A la veille de la Seconde Guerre mondiale, c'est bien dans les fleurs que Marie-Thérèse voit le jour : fille d'horticulteur, elle se consacre très vite à la nature, cet art à l'état brut. Cette passion et un goût pour l'ailleurs l'emmèneront aux quatre coins du globe, de la Chine aux Etats-Unis en passant par l'Angleterre, le Maroc, la Jordanie ou encore la Crète. Un émerveillement et un talent qu'elle partage également pour la peinture, mais aussi la sculpture. Mais s'il est des choix qui vous définissent, le temps passe, mais pas les regrets. Un bouquet de souvenirs, qui pas à pas, pétale par pétale, contribue à l'édifice d'une vie. à travers son témoignage sincère et sans artifice, l'auteur assemble un puzzle tout en nuances, fruit de choix et de hasards, qui vient nous rappeler que le grand bonheur n'existe pas, sinon quelques instants qu'il faut savoir cueillir avant qu'il ne soit trop tard.

  • Lettre à mon ami japonais

    Gabriel Entiope

    • Publibook
    • 31 Janvier 2007

    Je suis professeur de japonais, et j'aime mon travail. Donc quand on m'a proposé de travailler dans ce pays, j'ai accepté, et j'ai adoré être le "gaijin" (étranger), l'ami de tout le monde. Mais quand je suis parti, les nouvelles ont cessé d'affluer. Pendant de nombreuses années, j'ai attendu, en vain. Quand un jour, je reçois une lettre. Un de mes amis japonais me demande ce que j'ai pensé des japonaises et de son pays. Ma réponse ne s'est pas faite attendre. La voici.Je ne pense pas avoir répondu à ses espérances mais peut être que cette lettre répondra aux vôtres. A vous de juger!

  • Plus tard sera demain

    Chantal Lebon

    • Publibook
    • 11 Avril 2007

    1963. La France évolue. Les moeurs commencent à se libérer, la société s'ouvre à la modernité, on sent poindre une révolution dans l'air, on pressent un changement proche, sans pouvoir lui donner un nom, sans pouvoir lui esquisser une forme. Les Français sortent à peine d'un cauchemar mondial et commencent à espérer, à croire en un futur peut-être plus radieux. Mais les traditions ont la vie dure, et si les jeunes veulent penser à la libération des mentalités, leurs aînés ont beaucoup de difficulté à donner libre cours à leurs envies... 1963. Chantal a à peine 15 ans. Et elle sera le témoin privilégié de cette société qui se transforme, victime de ce choc des générations, actrice de sa propre vie, loin du modèle imposé par ses parents.

  • Chaleur, lumière, campagne, troupeaux, croissant de lune et étoiles, dunes de sable, tel est le décor dans lequel Baty est élevé. Mais Baty grandit, rencontre des amis fidèles, fait la connaissance de filles généreuses et cultive une passion pour le voyage qui ne le quittera jamais. Grandes villes, amours fous, esprit curieux : il quittera ses racines et traversera la plus belle des mers. Direction : La France, pays de tous les fantasmes. Il y découvrira la femme de sa vie, mais aussi les pires échecs et déceptions...

    "Ammar-Baty Dhouib est docteur et maître de conférences des universités. Il est ingénieur principal et expert géotechnique à GTM Construction (Grands Travaux de Marseille) devenu Vinci Construction France (Groupe VINCI).
    Il est l'auteur d'une cinquantaine d'articles scientifiques, coéditeur et coauteur de trois ouvrages spécifiques aux sols et fondations."

  • Mama mia

    Camille Arman

    • Publibook
    • 29 Mars 2010

    « On n'a qu'une mère. C'est précieux, une maman » lui répétait-elle sans cesse. Mais savait-elle qu'il faut beaucoup de temps pour la connaître ? Savait-elle que seule la mort lui laisserait le temps de l'aimer vraiment ? Savait-elle que seule sa mort la délivrerait d'une rancune tenace ? Une mère et sa fille. Des démonstrations d'affection étouffantes. Un fossé d'incompréhension. Un départ prématuré. Un gouffre. Mais, enfin, un amour sans fin. Au travers d'un témoignage cruel et tendre à la fois, beau et déchirant, Gisèle Armanaschi sonde les relations passionnelles qui unissent une mère à sa fille. Parce que le vécu crie au fil de ces pages, parce que l'amour filial possède une force que l'on a parfois du mal à comprendre, parce que le temps nous vole ce que l'on a de plus précieux, on ne peut que dévorer ces pages comme si elles étaient un peu les nôtres. Mama mía ? Une bouleversante déclaration.

  • Dix jours au pays de la négritude debout...

    Steve Gadet

    • Publibook
    • 16 Avril 2015

    Le 7 mai 2014, je me suis envolé pour Port-au-Prince dans le cadre d'un partenariat initié par le Bureau des relations internationales de l'Université des Antilles. J'avais comme mission d'enseigner l'histoire des États-Unis à des étudiants de langues vivantes à l'Université d'État d'Haïti. C'était mon premier voyage dans ce pays qui avait déjà fait couler tant d'encre. Aimé Césaire avait également fait ce pèlerinage et il en avait parlé comme le pays « où la négritude s'est mise debout pour la première fois ». Durant mon séjour, j'ai croisé plusieurs étoiles noires : Dany Laferrière, Lilian Thuram, Emmelie Prophète, Évelyne et Lyonel Trouillot Au fil des jours, j'ai tenu un carnet de voyage pour consigner ce que je découvrais, ce que je voyais et ce que je ressentais. Le pays est une rose avec ses épines, le paradis et l'enfer y sont omniprésents...

  • Le dernier acte ; souvenirs

    Fernande Everhard

    • Publibook
    • 8 Mars 2017

    « Ne fallait-il pas réfléchir à deux fois avant de s'engager dans cette voie ? Serais-je capable d'inculquer toutes ces valeurs à ceux qui me seront confiés ? J'en étais là de mes réflexions et je venais de passer deux ans de formation pédagogique en vue de me donner tout entière à l'enseignement. Il me semblait que je n'aurais jamais pu faire autre chose de ma vie. J'aurais tout sacrifié pour arriver à mes fins. L'occasion m'en fut donnée à ce moment de ma vie où je m'interrogeais plus sérieusement : «Mais où vas-tu ? Est-ce le vrai sens que tu veux donner à ta vie ? Ne vas-tu pas droit dans le mur ? Auras-tu vraiment la force, l'énergie suffisante pour mener à bien ce projet ? Saurais-tu écouter, comprendre et surtout conseiller chacun des enfants dont tu aurais la responsabilité ?» Autant de questions qui me hantaient. Il faut, je crois, la foi pour faire ce métier ! » Tour à tour récit d'une carrière consacrée à l'enseignement des enfants et plaidoyer pour l'école, Le Dernier Acte dévoile les souvenirs, émus et émouvants, d'une institutrice désormais à la retraite, qui se confronte au sens de son métier, de ses rencontres et de ses actions. Un texte tendre et bienveillant, engagé et porté par une voix féminine modeste, qui veut croire qu'elle aura su marquer certains esprits, comme certains enfants ont marqué le sien.

  • Ma vie en action

    Clarisse Dadié

    • Publibook
    • 10 Mai 2017

    « Sam était armé d'un grand couteau de cuisine et me menaçait. Il disait qu'il allait me tuer. Nous restâmes sur le palier à discuter jusqu'à 4 heures du matin. Et après quoi, il repartit chez lui. Je rejoignis Willy dans ma chambre. Lorsqu'il me demanda qui était Sam pour moi, je fus obligée de lui dire toute la vérité, puisqu'il avait écouté toute la discussion que nous avions eue lui et moi. Je lui expliquai ainsi que je ne pouvais pas me marier avec Sam, puisqu'il était l'un de mes cousins éloignés, voilà pourquoi il ne cessait de me causer des problèmes : - Tiens, voici mon pistolet, me dit-il. S'il t'a touchée, je vais le descendre [...] » Huit albums et cinq enfants. Artiste médiatisée ivoirienne et immigrée clandestine en France. Victime de menaces de mort et de fausses accusations. Mais qui est Clarisse Dadié, dite Zouzou Bâtard ? « Beaucoup de personnes disent que je me drogue ou que je bois et qu'en plus, je suis SDF, lesbienne, que je fouille dans les poubelles... » confie-t-elle. C'est pourquoi elle choisit aujourd'hui de témoigner pour partager sa vérité, donnant à découvrir un destin sous forme de montagnes russes, de véritable combat contre l'adversité.

  • Adopté, handicapé et gay

    Samir Abdelkader

    • Publibook
    • 5 Avril 2017

    « Si j'ai écrit cette autobiographie la plus vraie, la plus authentique possible, c'est que les douleurs qui transparaissent dans cet ouvrage sont à tout jamais ineffaçables et présentes encore aujourd'hui. Cette autobiographie c'est du lourd, du costaud, du vécu, la vie brut de décoffrage d'un Libanais venu en France par adoption. La vie d'un garçon remplie de joies, de rires mais surtout de douleurs et de souffrances non guéries. » Libanais d'origine adopté par un couple de Français, handicapé, victime de harcèlement au collège et au lycée et agressé sexuellement, Samir Abdelkader, de son nom administratif David Baudon, a suivi le conseil d'une amie et s'est lancé dans l'écriture de son autobiographie. En quête de ses origines, il questionne l'adoption d'enfants par des étrangers à la culture et au pays d'origine. Le récit d'une vie passée entre colères et révoltes, comme un exutoire.

  • Mon histoire, ma vie

    Stéphanie Aguilar

    • Publibook
    • 26 Avril 2017

    « Quelques années plus tard, alors que je discutais avec ma mère, je lui demandai si elle avait été très contente de ma naissance. La réponse a été très dure à entendre car non, ma mère aurait préféré avoir un garçon à la place d'une fille (donc de moi, Stéphanie), car elle avait perdu mon petit frère, décédé le 21 mai 1969. Donc forcément, tout s'explique, c'est clair, je comprends mieux et vois un peu plus clair dans mon enfance. Il faut dire que côté tendresse, ça n'était pas ça. » Nul désir de revanche, nulle accusation mélodramatique dans cette brève autobiographie signée Stéphanie Aguilar. Seul le désir de dire ce que c'était que de grandir dans une famille minée par les dissensions, la rancoeur et la violence, dirigée de main de fer par un père autoritaire et intransigeant, à qui il fallut un jour tenir tête pour vivre pleinement. Brut, sans fioriture, un récit de vie étonnant de calme et de maîtrise, comme si, à travers lui, la paix avait été faite avec le passé.

  • Les lamentations de Mbayang

    Eleonore Diatta

    • Publibook
    • 14 Juin 2017

    « Mon corps est trop petit pour pouvoir supporter ces souffrances. Faire souffrir autant un si petit enfant pour avoir utilisé telle ou telle autre main pour donner, pour prendre, ou pour attacher son pagne d'une manière ou d'une autre, c'est trop comme maltraitance. À la maison, tout le monde me déteste, me tabasse, me maltraite à sa guise. Tout le monde crie sur moi. Au secours, Maman ! Papa, au secours ! Personne ne répond à mes cris car ils voient en moi une fille maudite parce que je travaille avec une main maudite. » Le monde crée les injustices. Pour se nourrir du malheur des uns et des autres, l'être humain peut faire de son semblable une personne déficiente sous prétexte qu'elle fait, volontairement ou non, les choses différemment de lui. À travers l'expérience de la petite Mbayang, née gauchère à Jambakana, un village de traditions où il est préférable d'user de la main droite, Éléonore Diatta attire notre attention sur ces petits riens qui délabrent des vies. Elle décrit avec beaucoup de verve les injustices sociales, l'angoisse de l'attente de l'héritier et les petits secrets.

  • On ne guérit pas facilement de l'enfance

    Karim Benkrimi

    • Publibook
    • 21 Juin 2017

    « Il suffisait d'une séparation qui s'annonçait, soit du côté de mon père, ou celle qui émanait de la séparation de mon grand-père, pour que je tombe malade ou que je sois envahi d'une angoisse étouffante. Cette pathologie névrotique ne me quitta pas durant toute mon enfance, à telle enseigne que mon papa, ayant remarqué des comportements anormaux, et n'ayant pas compris ma situation, ni mon état psychologique, décida de me mettre à la disposition d'un centre médico-social. » Enfant angoissé, Karim Benkrimi a vu son existence rythmée par des dépressions et de profonds moments de tristesse. Il revient sur son enfance troublée par un lot de peines quotidiennes et marquée par des épisodes névrotiques marquants qui l'ont empêché d'évoluer harmonieusement. Blessures psychologiques, anxiété, blocages, l'homme, aujourd'hui accompli, nous livre d'une main modeste son autobiographie, comme un regard jeté sur le passé.

empty