Edilivre

  • Mylène Farmer : une grande astronaute

    Yannik Provost

    • Edilivre
    • 27 Juin 2014

    « Une grande astronaute » : c´est dans ces termes que Mylène Farmer aimerait que l´on se souvienne d´elle. Une grande conquérante de l´imaginaire. La seule artiste féminine française à avoir marqué son empreinte sur quatre décennies, passant du métier de mannequin pour publicités à la scène du stade de France vingt-cinq ans plus tard. De nombreux ouvrages lui ont été consacrés, tentant en vain de percer le secret de sa réussite. « On invente ma vie, mes émotions » disait-elle en 2006. Alors pour raconter la carrière de Mylène Farmer, qui de mieux que Mylène Farmer elle-même ?
    Trente ans de carrière sont retracés dans cet ouvrage, uniquement réalisé à partir de propos de l´artiste puisés dans plus de trois cent cinquante interviews de presse, à la radio ou télévisées, de 1984 à fin 2013.

  • Mémoire de larmes d'un casque lourd

    Xavier Geoffroy

    • Edilivre
    • 28 Mai 2014

    « Allongé sur ce lit d'hôpital suite à un accident, je me souviens de mon premier amour, mon engagement au sein de l'armée, ainsi que des missions auxquelles j'ai participé. » Xavier Geoffroy nous relate une boucle de sa vie en évoquant certaines périodes pénibles de son existence : celles qui ont malheureusement fait de lui un homme brisé, prisonnier de ses syndromes de stress post-traumatique.
    Dans cet ouvrage, l'auteur rend également hommage aux victimes de guerres, entre autres à celles du génocide rwandais de 1994, mais surtout à des êtres chers, disparus trop tôt.
    Depuis cette mission au Rwanda, vingt ans sont passés. Durant tout ce temps, il n'a pas versé la moindre larme et n'a jamais parlé de ce qu'il y a vécu.
    Grâce à ce livre et à une thérapie, l'auteur commence enfin à se libérer.

  • Mémoires d'outre-mer t.1 ; une enfance créole

    Denise C. de La Roncière

    • Edilivre
    • 19 Novembre 2015

    Voici l'autobiographie d'une petite fille créole dans les années 1950 (de sa naissance dans une famille blanche de la Guadeloupe jusqu'à ses 10 ans). À travers les yeux de cette enfant, la société multiraciale, souvent raciste, sexiste, paternaliste et figée dans ses traditions colonialistes, va évoluer au cours des quatre volumes de Mémoires d'outre-mer. Cet ouvrage, sous-titré Une enfance créole est le premier tome de la série.

  • Journal d'une désespérée

    Céline Buquet

    • Edilivre
    • 11 Septembre 2014

    Un truc de malade, une histoire de dingue. C'est mon histoire que je vais vous raconter. Une histoire qui inspire juste un bleu gris à l'âme. Sortir des rangs, de la normalité, modifie à jamais le regard que les autres portent sur vous, c'est comme ça. Pourtant, ça avait plutôt bien commencé, en tous les cas sur le papier.

  • Ma Normandie, mes poèmes, mon humour

    Jean-Claude Guérard

    • Edilivre
    • 28 Mai 2014

    J'ai souhaité, pour commencer, faire un retracé de notre charmante Normandie, qui bien sûr a marqué l'histoire de France.
    Dans un second temps, un rêve pas forcément imaginaire, suite d'anecdotes passées dans notre charmante Région.
    Dans une troisième partie, quelques écrits de vies, passées ou présentes, de notre pays.

  • Ma vie sans tabou t.1

    Patricia

    • Edilivre
    • 1 Juillet 2015

    Patricia, que son entourage appelle Pat, Patou ou Patoune, est une petite brune aux yeux marrons, née le 17 Juillet 1971. Elle a un fort caractère mais sait se montrer compréhensive et attentionnée. Elle a quatre frères et deux soeurs : Bruno, Pascal, Marie-Thérèse et Isabelle. Elle est la cadette.

    Elle nous raconte l'histoire de sa vie, un parcours chaotique partagé entre la tristesse et la joie.

  • Il est vivant ! oui mais...

    Nicole Trotel

    • Edilivre
    • 3 Novembre 2014

    « Un témoignage sur une parenthèse de notre vie. Nous sommes un couple heureux jusqu'en 1999, date à laquelle le diagnostic tombe : « Votre mari doit subir un pontage artériel ». C'est le début de l'enfer : le coma, les séquelles importantes ; personne ne nous a préparés à subir ce traumatisme. Après cinq mois d'hôpital le verdict est là : il est hémiplégique, il n'acceptera jamais son fauteuil...
    Se battre, le porter à bout de bras au sens propre comme au sens figuré, c'est la mission que je me fixe et ce ne sera pas facile....
    Dix ans faits de larmes, d'émotions, de colères, d'espérances, de déceptions... dix ans d'amour. »

  • Quelques souvenirs, décousus et à recoudre...

    Claude Kremer

    • Edilivre
    • 5 Novembre 2014

    « Si je dois commencer à raconter des souvenirs, je ne peux remonter qu'à l'âge de trois ans environ où je me vois, caché sous une table, et jouant avec je ne sais quoi ni avec je ne sais qui. Et il faut savoir que la mémoire et l'imagination empruntent les mêmes chemins neuronaux. C'est pourquoi j'essaie de faire travailler davantage ma mémoire que mon imagination mais ce n'est pas certain.... »

  • Bienvenue au pays des cigognes

    Nadine Burger

    • Edilivre
    • 4 Décembre 2014

    "C'est au cours de l'année 2013 qu'un imprévu allait bousculer mes habitudes, le train-train de tous les jours. J'avais eu une illumination, une révélation, l'envie, le besoin grandissait au fil des semaines, des mois. Tout devenait clair et précis dans ma caboche. Je devais écrire, être un auteur, écrire un bouquin, le récit de ces cinquante dernières années mais vous auriez sans doute refermé le livre aux premières pages à moins d'être persuadé de mon style parfois déconcertant.

    On nous a fait croire trop longtemps que les filles naissaient dans des roses et les garçons dans des choux. J'ai constaté bien plus tard que c'était une aberration. Et l'on vous dit "Bienvenue parmi vous"!

    Une cigogne m'avait-elle déposée par cette belle journée d'été 1958 ?"

  • Au fil du temps

    Gilles Grindler

    • Edilivre
    • 13 Mai 2016

    En 1986, j'annonçais vouloir battre les records de vitesse dans l'ascension des sept sommets de sept continents du globe terrestre. Six d'entre eux étaient faciles à identifier. En ce qui concerne l'Océanie la réponse est un mystère.

    Lors de mon enquête, je rencontrais Haroun Tazieff, à qui je présentais mon projet. Il y consacra un article dans le magazine Ça m'intéresse, sous le titre Ces imbéciles qui courent en montagne. Le défi était lancé.

    Le temps prenait enfin toute sa dimension. Le monde des contemplatifs affirma que la montagne était réservée à tous ceux qui désiraient prendre leur temps. Le monde des sportifs s'investit, corps et âme, afin d'avoir la maîtrise du temps. Prendre ou perdre du temps tel était la question.

    Le Club Alpin Français titra dans la rubrique des chiens écrasés Record en montagne. Lors de mon record au mont Blanc, Roger Frizon Roche écrivit que l'on ne pouvait transformer la montagne en stade. Le temps fit son oeuvre. La vitesse n'a pas découragé les adeptes de la lenteur et la montagne est toujours aussi belle. La liberté sous toutes ses formes, c'était aussi participer aux premiers marathons, promouvoir l'esprit Spiridon né à la fin des années 60, créer le premier triathlon en France, organiser les premiers trails et partir simplement à la découverte de notre Terre, en courant. À travers ces quelques pages, revivez l'histoire passionnante des coureurs d'hier à aujourd'hui.

  • Ce récit débute par les sensations douces de l'enfance de l'auteure dans une ferme d'un village du nord de la France vers les années cinquante. D'abord tranquille, la vie prend une tournure dramatique à mesure que le temps passe. Les scènes de maltraitance opposent une mère avilie, martyrisée, à la foi chrétienne ardente, à un père violent qui traumatise. Comme ses frères et soeurs, elle devait se soumettre aux ordres : aider aux durs travaux de la ferme tout en étudiant. Sa mère subissait des meurtrissures physiques et morales. L'auteure a toujours travaillé dur à la ferme, comme plus tard au lycée et à l'université pour s'en sortir. Cependant, elle a gardé des images tendres telles cet adieu à la terre : « Je fais glisser entre mes doigts cette poussière argileuse qu'il me faudra quitter pour une autre plus loin. ».

  • Un ancien et très provincial « patron » des Renseignements Généraux raconte à travers une profusion d'anecdotes, souvent cocasses toujours instructives, ce qu'était la vie au jour le jour dans les services des RG, grande direction du renseignement policier, récemment réformée. Trente-cinq ans de carrière dans le renseignement lui ont permis de se confectionner une idée de notre société à partir de son observation en profondeur « des performances » des hommes politiques, hauts fonctionnaires et autres « décideurs » plus ou moins officiels comme de leurs contre-pouvoirs. Si « le Roi Midas a bien des oreilles d'âne » et « qu'il nous faut bien faire avec... », y a-t-il une place pour « un développement durable de la démocratie »? Mais si, mais si !

  • Mbemba Jonas Tostao est le joueur le plus populaire et le plus connu du Congo Brazzaville. Il évoluait dans l'équipe des Diables Noirs et portait le numéro 13. Classé parmi les meilleurs ailiers droit d'Afrique des années 1970-1980, il appartient à la race des joueurs d'exception qu'a connu le football de ce continent. Par ses dribbles déroutants, son enthousiasme et sa joie de se livrer, son pseudonyme est à inscrire au panthéon de l'histoire de football du Congo.

  • Les échos du silence

    Evolynn Desmarrais

    • Edilivre
    • 20 Août 2012

    Vivant aujourd'hui selon l'enseignement du Dharma, souffle de sagesse et de liberté dans sa vie, ce livre retrace le passé complexe d'une jeune femme perdue par les mots d'hommes. Si de nombreuses blessures sont ineffaçables, il reste à l'auteur son avenir. L'avenir de ses enfants, malgré les violentes circonstances de leur conception.

  • D'un pont à l'autre ; 1943-1961

    Sergil Jumeau

    • Edilivre
    • 6 Février 2015

    L'auteur nous livre le quotidien d'un enfant vivant pendant la guerre de 1939-1945. Admiratif d'un père conducteur de locomotives à vapeur blessé sur sa machine par l'aviation américaine, sa vie fut rythmée par les horaires des trains.
    Adolescent confronté à une déception amoureuse douloureuse, il décide d'en faire le moteur de sa vie pour franchir, un à un, dans la solitude, les ponts de la vie sociale.
    Parcours parsemé d'épreuves à affronter, au bout duquel il se retrouve à l'âge d'homme, le fusil à la main, à Pont­-du­-Caïd en Algérie, son dernier pont...
    Sergil a traversé 15 années d'enfance et d'adolescence volées par deux guerres. Voilà de quoi forger un caractère, une volonté et une combativité dans la conduite de sa vie !

  • Les zaffairistes

    Boris Canutchef

    • Edilivre
    • 18 Septembre 2014

    Boris Canutchef nous invite d'abord à partager, pour faire connaissance, quelques souvenirs d'enfance. Puis, s'inspirant de son expérience professionnelle, l'auteur nous montre en action, à travers une série de portraits impressionnistes et d'anecdotes parfois savoureuses, tout en détaillant l'enchaînement des faits, ceux qu'il appelle les « zaffairistes », opportunistes et magouilleurs de tous poils, qui sévissent aux abords de l'immobilier et de la politique.

  • Ici et là, hier et aujourd'hui

    Michel Disson

    • Edilivre
    • 28 Novembre 2014

    « Le lecteur qui lit en diagonale dira que ce qui suit est une biographie. Il aura une raison : j'y retrace mes voyages et mes expériences. Mais qu'il lise un peu mieux ! Je me défends d'avoir conté ma vie. Si jamais je le fais, ce sera autrement, plus intimiste et moins pudique, peut-être. Rien de tout cela ici. Je ne sais trop dire à quel genre se rattache mon texte. En l'écrivant, j'y ai vu un essai. En le relisant, j'ai réfuté ce terme : un essai a un thème ; il le développe et l'argumente. Ici, c'est autre chose : des pays, des gens, hier et aujourd'hui, et quelques aventures. »

  • L'innocence coupable t.1

    Filifimba Dembélé

    • Edilivre
    • 7 Août 2013

    Ma race, dans son évolution humaine, à différentes époques de la vie depuis la création du monde, une race humaine, riche de pluralisme et de différences physiques en son sein, se félicite d'avoir été capable de charger son passé avec des véritables histoires de réussite humaine dans les études desquelles, pour leur bonne conservation, ayant aperçu qu'elles le confrontent à une impossible avancée vers un avenir meilleur, l'auteur a choisi de les analyser afin de découvrir leurs apports dans la réussite humaine. Après ses analyses individuelles, il a découvert que sa race n'a aucune possibilité de posséder une histoire humaine à plus forte raison une histoire supposée apporter à la réussite humaine. Ces histoires sont plutôt des reculs qui empêchent une terre d'espérance de DROIT de bien vivre promis par Dieu à son Monde. Ne pouvant tourner voire déchirer les pages de leurs histoires, il prend sa dernière expiration de l'air comme son seul passé humain pour ne pas rester une personne victime par sa propre volonté en restant l'héritier de ces histoires de la réussite humaine de sa race.

  • Le grand A, le crabe squatteur, et moi

    Dominique Baron Chassignol

    • Edilivre
    • 7 Août 2013

    Ce n'est pas parce qu'on reçoit un coup sur la tête qu'il faut perdre son sens de l'humour. Surtout quand on a autour de soi de vrais amis. Le "Grand A", sans lequel rien n'aurait de sens, représente le parcours spirituel engagé par l'auteur depuis des années. Souvenirs d'enfance et réflexions sur la vie accompagnent cette chronique qui n'a d'autre ambition que de remercier ceux qui ont été là. L'intégralité du bénéfice revenant à l'auteur sera reversée à la Ligue contre le Cancer.

  • Le caillou dans leur chaussure

    Armelle Doe

    • Edilivre
    • 6 Août 2015

    À 10 ans déjà, j'essayais d'imaginer quelle serait ma vie à 15 ans. Puis à 15 ans, ce qu'elle serait quand j'aurai 20 ans, et à 20 ans quand j'en aurai 30. ? Chaque année passée comme un galet rajouté dans mon sac à dos que je porte, qui commence à peser lourd. Alors comment m'en sortir ?

    De tous ces galets, j'ai réussi à faire le grand défi de toute ma vie, le rêve d'une petite fille de 11 ans qui sait qu'écrire sera sa seule survie dans cette famille où plus rien n'a de sens. Le défi de dire haut et fort la vérité, celle qui blesse parfois, mais celle qui remet les choses à leur place. J'ai enfin pu réaliser mon rêve aujourd'hui et il est là.

    Parce que la vie est belle et précieuse, il faut en prendre soin. Chacun a sa charrette à tirer, voici la mienne.

empty