• Voyage en Orient

    Alphonse de Lamartine

    • Honore champion
    • 1 Mars 2000

    « Je partis pour l'Orient, et j'y promenai deux ans mon inquiétude dans la Turquie, dans la Terre sainte, dans la Syrie, dans le Liban. Je revins. » Pérégrination d'un poète qui voyage en humaniste, sans préjugé négatif envers l'Islam, à un moment charnière pour l'Empire ottoman, menacé par les troupes égyptiennes. Périple révélateur du rôle déterminant de l'Orient dans l'oeuvre d'une des plus grandes figures littéraires et politiques du XIXe siècle.

  • Vols (mes)

    Jean Mermoz

    • Arthaud
    • 4 Septembre 2001

    Publié en 1937 quelques mois seulement après la disparition de Jean Mermoz dans l'Atlantique Sud, ce livre constitue l'ultime trace laissée par ce grand aviateur.
    Il renferme, intacts et émouvants, sous la forme d'instantanés, les épisodes extraordinaires d'une vie qui ne le fut pas moins.
    «Il faut un outil pour entrer en contact avec le monde. Il faut un rabot, une charrue... Ainsi ces hommes, à travers leurs commandes d'avion, par la magie de l'instrument de leur travail, s'étaient formé aussi une sorte de sagesse campagnarde. Eux aussi, ils les rencontraient d'égal à égal ces divinités élémentaires : la nuit, le jour, la montagne, la mer, l'orage ; ils surveillaient leur ciel, simplement, comme ces terriens eussent surveillé leurs vignes. Ce fut la source de leur sérénité...
    «Il nous a bien fallu comprendre qu'ils ne rentreraient plus, qu'ils reposaient dans cet Atlantique Sud dont ils avaient si souvent labouré le ciel.
    «Mermoz, décidément, s'était retranché derrière son ouvrage, pareil au moissonneur qui, ayant bien lié sa gerbe, couche dans son champ.» Saint-Exupéry

  • Boris vian

    Collectif

    • Gallimard
    • 27 Octobre 2011

    Jazz, théâtre, prose, poésie, traductions, chansons, peinture. l'exposition consacrée à Boris Vian, présentée à la Bibliothèque nationale de France réunit les multiples facettes de son oeuvre afin d'en dégager l'unité et la richesse.
    Peu reconnu de son vivant, Boris Vian (1920-1959) est découvert de façon posthume quand Jean-Jacques Pauvert réédite L'Écume des jours en 1963. La postérité, fascinée par cet homme toujours jeune, créateur d'une langue originale et d'un univers foisonnant, en fait une légende. Diplômé de l'École centrale, Boris Vian n'exerce son métier d'ingénieur que quelques années et préfère se consacrer à l'écriture.
    Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il rédige J'irai cracher sur vos tombes, dans le style des romans noirs américains, en se faisant passer pour le traducteur. Bien que l'ouvrage, jugé scandaleux, soit censuré, trois autres titres de Vernon Sullivan voient le jour jusqu'en 1950. L'image de l'écrivain en pâtit : après L'Écume des jours, les romans signés de son véritable nom passent inaperçus. En 1953, devant l'échec de L'Arrache-coeur, il se détourne de l'écriture romanesque au profit de la chanson, en tant que parolier, chanteur et directeur artistique chez Philips.
    Il crée également pour le théâtre et le cabaret. Cet ouvrage, publié à l'occasion de l'exposition, emmène le visiteur sur les traces de Boris Vian, de Saint-Germain-des-Prés au Collège de Pataphysique, des clubs de jazz aux cafés fréquentés par les intellectuels engagés comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

  • Casanova ; la passion de la liberté

    Collectif

    • Seuil
    • 3 Novembre 2011

    " Aventurier de génie - qui savait se faire diplomate, financier, joueur, escroc ou magicien-, s'évadant des Plombs, la lugubre prison de Venise, s'introduisant auprès des grands de toutes les cours européennes, discutant avec Voltaire, Giacomo Girolamo Casanova eut un destin hors du commun. L'exposition que la BNF lui consacre est organisée autour du manuscrit mythique de l'Histoire de ma vie, qu'elle a récemment acquis : 3 700 pages d'une écriture régulière et serrée, rédigées en français de 1789 jusqu'à sa mort. Au fil d'une fresque haute en couleur, libre, audacieuse, insolente, qui s'étend de la naissance de Casanova à l'année 1774 et qui nous conduit en Italie, en France, en Allemagne, en Suisse, en Angleterre, en Espagne et même en Russie, resurgissent des femmes du monde, des actrices, des servantes, une religieuse, bientôt séduites par ce libertin libre-penseur à la vitalité surprernante.Outre des pages du manuscrit lui-même, reproduites en fac-similé dans un cahier central de l'ouvrage, ce beau livre présente 240 illustrations et plusieurs essais de spécialistes, historiens, conservateurs, chacun s'attachant à mettre en lumière les différentes facettes de ce personnage qui, avec une certaine idée du bonheur, traverse à sa manière le XVIIIe siècle des Lumières.

    " La direction de cet ouvrage est assurée par les commissaires de l'exposition, Marie-Laure Prévost - conservateur général au Département des manuscrits de la BNF et chef du Service des manuscrits modernes et contemporains - et Chantal Thomas, essayiste, romancière, auteur de pièces de théâtre et de nouvelles, directrice de recherches honoraire au CNRS. Spécialiste du XVIIIe siècle, elle a écrit sur Sade, Casanova, Marie-Antoinette, les salons.A leurs contributions viennent s'ajouter celles de dix autres auteurs.

  • Le Paris de Céline

    ,

    • Albin michel
    • 3 Octobre 2012

    Infatigable arpenteur de la ville lumière, passager clandestin de ses mondes souterrains, Céline est un romancier de la modernité urbaine. Cet album part à la découverte de « son » Paris : au Passage Choiseul, la Belle époque s'offre en spectacle au jeune Louis-Ferdinand. À Clichy, la banlieue « paillasson » aux portes de la capitale, le docteur Destouches fait son premier voyage au bout de la misère. À Montmartre, poulbots, peintres, écrivains et comédiens sont le théâtre d'inspiration de Céline... À Meudon, enfin, l'écrivain maudit se retranche à la villa Maïtou avec son perroquet et ses chiens, tel un clochard misanthrope.
    L'historien Patrick Buisson, auteur du documentaire Paris Céline, et le comédien Lorànt Deutsch retracent les parcours insolites d'un des plus grands écrivains du XXe siècle.
    Des images rares ou inédites, des vues contemporaines, des anecdotes surprenantes et des citations choisies font revivre tout un Paris disparu, ses figures, ses décors, ses personnages et son langage.

  • Cavanna raconte Cavanna

    François Cavanna

    • Les echappes
    • 15 Novembre 2012

    "Cavanna est-il né ? Si oui, quand ? Où ? Il a grandi. Dans quel sens ? Hauteur ? Largeur ? Il est allé à l'école. Laquelle ? Fut-il un cancre? A-t-il eu son certif ? Son bac ? Il a travaillé. A quoi ? Il a aimé. Qui ? Combien de fois ? A-t-il fait des enfants ? Les a-t-il placés à la DASS ? A rencontré Choron et plein de copains. Ont fait Hara-Kiri, puis Charlie Hebdo". Dans le style inimitable de l'écrivain des Ritals, Cavanna se raconte, et ressort de ses archives une riche iconographie pour s'illustrer: celui qui fut dessinateur avant de se révéler comme écrivain et créateur de journaux dévoile des images, photos, dessins, créations inédites dans un beau livre grand format.

  • Muses ; elles ont conquis les coeurs

    Farid Abdelouahab

    • Arthaud
    • 28 Septembre 2011

    Jeanne Duval, Lou Andreas Salomé, Yvonne Printemps, Gala, Marlene Dietrich, et bien d'autres. Leurs vies auront été fort différentes, mais elles auront eu en commun de susciter une véritable passion chez les plus grands artistes des XIXe et XXe siècles, et d'influencer les oeuvres de leur Pygmalion, qu'il soit peintre, écrivain, ou photographe.
    L'artiste et sa muse restent un couple indissociable de la création artistique, et l'alliance de ces destins croisés fascine.
    Farid Abdelouahab brosse quelque vingt-cinq portraits de femmes qui, par leur tempérament, leur beauté, leur talent, leur magnétisme, ont subjugué des génies, permettant ainsi la création de certaines des plus grandes oeuvres des deux derniers siècles.

  • Journal ; 1939-1949 ; souvenirs

    André Gide

    • Gallimard
    • 26 Juillet 1954
  • Marguerite duras

    ,

    • Chene
    • 1 Octobre 1998

    De l'enfance sauvage en Indochine à la douleur recluse des dernières années, ce livre retrace le destin d'une femme engagée dans son siècle.


    Ce qui aurait pu être l'album de famille que Marguerite Duras et son fils Jean Mascolo avaient eu le projet de publier, se retrouve ici : les clichés jaunis de Gochinchine, les souvenirs de vacances, les lettres à l'amie d'enfance, les premières années à Paris, la guerre, les amours, la vie familiale et amicale, le travail du cinéaste et du metteur en scène. Toutes ces photographies prises par son fils et ses proches révèlent un autre visage de l'écrivain. Leur étonnante confrontation avec le texte d'Alain Vircondelet permet ainsi de mieux comprendre cette vie et d'en révéler la face cachée.

  • Memoires de paul rabaut

    Jean-Claude Gaussent

    • Honore champion
    • 1 Mars 2000
  • La scène européenne ; Henri James et le romanesque en question

    Julie Wolkenstein

    • Honore champion
    • 1 Mars 2000
  • Le prince et son lecteur

    Françoise Waquet

    • Honore champion
    • 1 Mars 2000
  • Raymond radiguet ; un jeune homme serieux dans les annees folles

    ,

    • Mille et une nuits
    • 29 Janvier 2003

    Bien loin de la légende forgée après sa mort, Raymond Radiguet (1903-1923) n'est pas seulement l'auteur - il s'en faut de beaucoup - de l'un des plus célèbres romans du XXe siècle, Le Diable au corps, d'un second roman de moins sulfureuse réputation, Le Bal du comte d'Orgel,et d'un recueil poétique, Les Joues en feu ; et bien que " lancé à grands frais " par Bernard Grasset, il n'est pas non plus réductible à ce " phénomène de l'édition parisienne" contre lequel s'élèveront tant de critiques.

    Son talent et sa personnalité lui vaudront la considération et l'amitié indéfectibles des plus grands noms du monde des arts. D'apparence fragile, "l'enfant avec une canne ", " le jeune homme qui porte monocle " sera de toutes les réjouissances des folles années de l'après-guerre ; mais à aucun moment il ne sacrifiera son oeuvre au tourbillon du Tout-Paris - ou à ses amours... Très tôt devenu célèbre, Radiguet n'est pourtant en rien une" apparition miraculeuse" :" Qui pouvait prévoir que, dans la trajectoire fulgurante que fut son existence, devait être inscrite une évolution aussi complète que rapide, le témoignage d'une vie de vingt ans qui avait déjà atteint une sorte d'accomplissement ?" (Tristan Tzara) En retraçant son parcours insolent avec force détails, Chloé Radiguet et Julien Cendres nous permettent de découvrir la complexité - et de mesurer l'importance - de cet " enfant terrible " des Lettres françaises.

  • Souvenirs de mon école

    François Bertin

    • Ouest france
    • 13 Avril 2016

    Refonte de Souvenirs de mon école (978273733872-4) dans le cadre de l'Opération Vintage. -Un fort joli ouvrage tout empreint de nostalgie qui raconte nos plus belles années que l'on feuillette avec d'autant plus de plaisir que chaque page raconte la petite école et les bancs de la Communale. - Tout au long des pages, une sélection rigoureuse des objets les plus emblématiques de ces années d'enfance fait jaillir du plus profond de nos êtres des souvenirs au parfum de craie et d'encre violette. - Un livre qui exhale des parfums de cire et de cahiers neufs mais aussi qui fleure bon la nostalgie.

  • La présente édition est une initiative de la Fondation Maurice Maeterlinck. Le projet est né sous l'impulsion de Nicolas Maeterlinck qui, en tant qu'arrière-petit-neveu de Maurice Maeterlinck, souhaitait combiner son élan et ses connaissances techniques de photographe professionnel. Le livre retrace le récit de l'aventure qui l'a mené sur les nombreux chemins parcourus par son arrière-grand-oncle, lauréat du prix Nobel de littérature, tant dans sa Flandre natale qu'en France, sa seconde patrie. Nicolas Maeterlinck a l'art de combiner une vaste collection de photos avec des photos d'archives et des textes personnels.
    André Capiteyn est l'auteur de la notice historique concernant les diverses résidences de Maurice Maeterlinck et Fabrice van de Kerckhove, dans une introduction très soignée, jette une lueur sur les liens qui unissaient l'écrivain aux lieux et à la nature. L'ouvrage s'articule autour des sept lieux qui ont le plus compté pour Maurice Maeterlinck au cours de sa vie : Oostakker (Gand), le château Ryvissche à Zwijnaarde, Gruchet Saint-Siméon, l'abbaye de Saint-Wandrille-de-Fonte- nelle, le château de Médan, Grasse " Les 4 chemins " et Nice " Les abeilles " et " Orlamonde ".

  • Aragon ; intérieur intime

    Claude Bricage

    • Cherche midi

    Claude Bricage, photographe du TNP et ami du poète, fixa sur la pellicule l'appartement de l'auteur d'Aurélien, au 7, rue de Varenne.
    Sur tous les murs - y compris ceux de la cuisine et des toilettes -, l'écrivain « punaisa » (à la façon d'un entomologiste), toutes sortes de papiers - lettres, cartes postales, dessins, prospectus, vignettes... C'est ainsi que des gouaches originales de Picasso ou de Matisse voisinent avec des reproductions de portraits de Marx ou des affiches de théâtre.

  • Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime ; correspondances amoureuses

    Collectif

    • Textuel
    • 23 Octobre 2013

    Un sublime bouquet de lettres d'amour en fac - similés : d'Apollinaire à Zola en passant par Jean Cocteau, Sarah Bernhardt, Napoléon Bonaparte, Édith Piaf, Frédéric Chopin.... Un objet original, au design chic et luxueux, qui en fera un livre cadeau idéal pour les fêtes de fin d'année. Publié en coédition avec le Musée des Lettres et Manuscrits.

    Avec les lettres de :

    Bonaparte /Joséphine, Alfred de Musset / Madame Jaubert, Chopin / George Sand, Gustave Flaubert / Louise Colet, Juliette Drouet / Victor Hugo, Alexandre II / Ekaterina Dolgorouki, Léon Bloy /Jeanne Molbech Émile Zola / Alexandrine Zola Guillaume Apollinaire / Lou Jean Cocteau / Marie Scheikevitch Jean Cocteau / Jean Marais, Francis Picabia / Germaine Everling, Puccini / Rose Ader, Jacques Prévert / Claudy Carter

empty