Editions Edilivre

  • Mathieu est un berger qui aime son métier qu'il pratique depuis 1998. Auteur du blog mathieuerny.unblog.fr et intitulé très justement « Le droit des brebis », il a décidé de mettre par écrit ses réflexions afin de faire partager à un plus large public l'évolution de ce métier souvent mal connu et pourtant indispensable dans son rôle sur les paysages de l'agropastoralisme, notamment dans les Causses et les Cévennes. La meilleure illustration de la désaffection dont souffre cette profession est l'absence totale de véritables bergers dans ce qui est appelé les « commissions » organisées par la France et plus largement par l'Europe, au profit de moult politiciens, scientifiques et autres militants des associations écologistes. À cet égard, l'exemple de la prédation du loup est plus que criant. En effet, au lieu de multiplier les enquêtes plus ou moins scientifiques, il serait temps de considérer le problème en reconnaissant tout simplement que ce sont les loups relâchés artificiellement ou nés en captivité qui s'attaquent aux troupeaux, car ils n'ont pas la notion de la chasse en meute. Ainsi pourrait-on ensuite traiter les « vrais » loups.

  • Un quidam, au lendemain de la guerre, entame une balade symbolique dans une France renaissant de ses ruines. En chemin, il apercevra la Guerre froide et les guerres coloniales, la période dite des Trente Glorieuses, le gaullisme et l'explosion de mai 68, la naissance de la communauté européenne, les promesses et les incertitudes du XXIe siècle...
    Au bout de cette route symbolique, il identifiera le libre-échange mondial imposé à l'ensemble de la planète comme générant de la compétition et des conflits entre les États et les hommes, provoquant la croissance illimitée et quasi incontrôlable de forces économiques qui désormais mettent en danger la planète.
    Il s'appuiera sur la pensée d'un franciscain du XIVe siècle, Guillaume d'Ockham, pour répondre à la simple question : « Pourquoi le rêve s'est-il brisé ? »


  • Quand Maria Chantait...

    Avec beaucoup de poésie l'auteur nous transporte dans un petit village de Calabre.
    « Seulement quand elle peut, elle raconte qu'elle savait chanter, que le travail n'était que fatigue, qu'elle aimait le fils du compère et qu'elle sent la vie s'en aller en emportant un désir de chant inachevé. »
    Dans des chroniques douces amères, il nous dépeint le quotidien de cette vie parfois dure. Avec « Le commerçant », nous découvrons un personnage fort malin, le jour où il piégea le maréchal des carabiniers qui se servait un peu trop allègrement à son goût dans le sac d'arachides ! Dans « L'éducation », une matrone enragée décide de corriger une bonne fois pour toutes un jeune garçon indiscipliné, mais les principes des adultes pour dresser les enfants peuvent se révéler parfois bien trop funestes.
    En parcourant le siècle dernier avec l'espoir de conserver une humanité dans « l'économie monde », Sandro Taverniti donne à ses récits une couleur discrètement universelle. On imagine aisément d'autres petits villages, ces lieux d'où l'on émigre et vers lesquels la pensée nous entraine sans cesse

  • Depuis toujours, l'homme s'interroge sur l'immense système qui nous entoure, les étoiles, le cosmos, et notre place à l'intérieur de ce dit système. Quand et comment a-t-on découvert les dimensions de notre planète Terre ainsi que celles du Soleil et de la Lune ? De quelle façon l'étoile Soleil a-t-elle évolué au milieu des planètes mâles, femelles, ainsi que toutes les autres, et comment celles-ci se positionnent-elles ? Dans l'âme d'enfant insatiable de l'auteur résonnent de multiples questions sur l'astronomie - thème qui l'interpelle depuis ses cinq ans - à propos desquelles il ne cesse de chercher et réfléchir afin d'apporter une réponse. L'une de ses premières déductions se réfère tout simplement à l'étymologie du mot « cosmos », qui signifie « ordre » en grec, d'où l'idée d'une suite mathématique « ordonnée » pour tenter de comprendre la position des planètes entre elles et par rapport à la Terre. Puis il se penche sur la notion de pesanteur qui est une force d'attraction de gravitation en s'interrogeant : comment se fait-il que la Lune soit attirée par la Terre alors même qu'elle en est éloignée de 385 000 km ?

  • Tout le monde, à gauche, se gargarise du grand Satan qu'est le capitalisme, tout le monde à droite se bat les flancs avec le « libéralisme ». Il va être temps de rétablir « le sens des mots ». La critique marxiste, en tant qu'école de pensée, conserve une part de pertinence, tout comme ses trois rivales en économie politique, les « libéraux », les sociaux-démocrates et les chrétiens sociaux. En un positionnement froid du regard, il s'agit de cerner ce qu'est au juste le capitalisme en lui-même pour déterminer les possibilités qui s'ouvrent à notre désir de justice et éliminer les impasses dans lesquelles nous enferme le parti pris.

  • Que l'Allemagne ait toujours exercé sur le général de Gaulle une sorte de fascination est une chose connue.
    Mais ce qu'on ignore en France et ce qu'on a oublié de l'autre côté du Rhin, c'est la façon dont l'Allemagne a jugé le général de Gaulle tout au long de sa vie :
    - Le lieutenant-colonel d'abord, prônant dans les années 30 un corps blindé opérationnel.
    - Le chef de la France Libre ensuite, dirigeant de Londres la Résistance française.
    - L'ermite de Colombey mettant en garde de 1946 à 1958 contre une renaissance de la puissance allemande.
    - Le président de la Ve République enfin, cherchant à promouvoir avec l'Allemagne une politique commune après avoir conclu en 1963 avec le chancelier Adenauer un traité de réconciliation.
    En suivant les réactions des Allemands à l'égard du général de Gaulle, on est emporté vers des horizons nouveaux et inhabituels. Le passé devient très différent de celui qu'on nous ressasse depuis si longtemps.

  • Cet ouvrage est composé de deux parties distinctes. La première s'intitule « Fragments de vies », la seconde « Esquisses d'événements marquants ».
    Cette composition ne veut surtout pas constituer une encyclopédie, tant s'en faut, mais faire connaître un certain nombre d'événements extraordinaires, des fragments de vies de personnages hors du commun.
    Bien loin d'être des synthèses ou des résumés, ces « articles » ne sont que des raccourcis. Chaque petit chapitre constitue en lui-même une découverte, et peut être lu dans n'importe quel ordre, selon le désir de chacun. Il est possible de commencer par la fin ou par le début ou par le milieu selon les dispositions particulières du découvreur, un certain nombre de ces condensés peuvent même être ignorés.

  • Né à Paris en 1923 de parents juifs non pratiquants, Serge Gribe subit l'antisémitisme des années 30 - ce qui l'amena naturellement à l'antifascisme et à un socialisme de coeur.
    Dès juin 40, il résista contre l'armistice, le régime mis en place et ses personnalités.
    Les mesures antisémites de Pétain le contraignirent à la clandestinité.
    Agent de liaison à Toulouse, il dut quitter la ville pour partir rejoindre l'AS (armée secrète) à Lyon en février 1944.
    Arrêté le 8 mars et interrogé par la Gestapo, il se déclara Juif mais nia être résistant.
    Cette option lui sauva la vie. Le 27 mars 1944, il sera déporté à Auschwitz, mais sautera du train et sera recueilli par un cheminot catholique pratiquant.
    Depuis cette période, une question le hante : pourquoi 6 millions d'êtres humains ont-ils été massacrés, sans qu'aucune voix ne s'élève ?
    Pourquoi le silence du Vatican ?
    Vous trouverez, dans ce réquisitoire, la conclusion des recherches de l'auteur.

  • Guardar y Guardarse, publication posthume de Lope de Vega, met en scène, sur un fond historique de Reconquête, les désirs amoureux d'un roi d'Aragon face aux exigences de sa fonction. Écrite en un Siècle d'or qui voit la consolidation de la monarchie absolue avec Philippe IV, le Grand, le Roi-Planète, cette comedia permet une approche de la représentation de la figure royale, montrant des monarques tour à tour souverains, amoureux, intransigeants ou indulgents, tentant de concilier leurs désirs typiquement humains et le devoir dû à leur fonction d'essence divine. Dans un but à la fois didactique et ludique, le phénix, le monstre de la nature, nous offre le tableau de la maîtrise de son art dramatique et de son art de la rhétorique au service de la représentation de l'image du roi.

  • Les Cahiers noirs de Martin Heidegger ont rencontré la convalescence de Jean-Marc Lemelin, qui en a profité pour dialoguer avec son « voisin » ; ce n'est pas un règlement de comptes ; c'est l'occasion d'une franche mise au point, par exemple au sujet du génocide des Juifs, de l'idéologie aryenne et des trois fonctions indo-européennes. À l'arrière-plan, il y a Marx, Freud, Lacan, Dumézil, Foucault et Derrida ; pour contrer la souffrance, la douleur ou la peine, il y a le sport ; avant et avec l'écriture pointe la lecture. La pensée n'y est pas que philosophie, mais aussi psychanalyse, grammaire et Pragrammatique du monde, du langage et de l'homme dans ou par la triple articulation du sens (de la vie).
    En forme de journal, trois cahiers de chiasmes, de génitifs et de triades, jusqu'à l'outrance d'un ouvrage en procès.

  • Ce livre est sous-titré Propos & à propos de Vincent car il analyse le processus de création de l'artiste à partir d'extraits relevés dans la correspondance avec son frère Théo et ses amis.
    Quand, en 2007, l'université Paris 8 a proposé un séminaire sur le peintre préféré de l'auteure, elle s'est jetée à corps perdu dans ses lettres lues et relues pour rédiger cet ouvrage... émue à chaque relecture, tant la personnalité généreuse et l'amour de l'humanité de ce créateur sont bouleversants. Elle nous offre ici son cheminement vers « la plus haute note jaune », de Wasmes aux méandres de l'Oise à Auvers, via le soleil des Alpilles, où l'a emportée celui qui - comme il l'écrit dans son courrier d'Arles du 10 septembre 1888 - « marche comme une locomotive à peindre » !

  • En ces temps de campagne présidentielle, on ne découvre aucune idée anticonformiste pour régler le problème du chômage pourtant crucial.
    En voici une, livrée avec de l'expérience, qui a le mérite d'intégrer les citoyens et citoyennes dans sa réalisation.
    Quel(le) candidat(e) à l'élection présidentielle aura le courage de se l'approprier, démontrant ainsi que la politique ne peut plus négliger l'évolution humaine ?

  • Jean-Luc Abadjieff est l'auteur de ce passionnant ouvrage historique détaillant les liens étroits entre la formation de l'Angleterre et de la France. D'une grande érudition, son récit remonte le fil de l'histoire pour donner accès aux coulisses des événements politiques qui ont déterminé la construction de ces nations. Du haut Moyen-Âge à la fin du XVe siècle, les identités se sont construites au gré des guerres de conquêtes et des alliances entre les grandes figures historiques telles que Guillaume Ier le conquérant, Richard III, ou encore Aliénor d'Aquitaine. Il passe en revue les principales dates marquantes des différents règnes, jalonnés de batailles scellant le sort des deux peuples, en particulier durant la guerre de Cent ans et le conflit anglais entre les Deux-Roses. À grand renfort de descriptions imagées, l'auteur prend soin de ne négliger aucun détail ayant son importance, redonnant ainsi vie à ces époques lointaines pour nous permettre de mieux comprendre le présent.

  • Les familles homoparentales, dont la mienne, n'ont toujours pas compris comment leurs vies pacifiques pourraient entraîner le naufrage de notre civilisation.
    Car c'est de cela dont il est question depuis les premiers débats sur le mariage pour tous et l'adoption.
    Depuis, la contestation n'a jamais complètement désarmé. Au contraire, tous les prétextes sont bons pour raviver les braises. On tente même un nouveau défilé : une élection approche.
    Attention, je revendique le droit à chacun d'être en désaccord avec cette loi. Par contre, rester dans le viseur de la haine ne me paraît pas mérité. J'ai souhaité cet éclairage citoyen, documenté et passionné, comme antidote face aux fantasmes et clichés en tout genre.

  • La maîtrise de l'orthographe est aujourd'hui un véritable enjeu multiforme. Bien écrire, c'est d'abord se situer sur l'échelle sociale, c'est ensuite s'assurer un parcours scolaire et universitaire solide, c'est enfin s'offrir une compétence désormais incontournable dans le monde professionnel. Les méthodes académiques et celles fondées sur des stratégies mnémotechniques se sont avérées inefficaces.
    La méthode proposée ici est originale : apprendre l'orthographe par l'étymologie (formation des mots) des mots les plus courants. Les mots présentés résultent d'un relevé de fautes dans plusieurs supports (copies, mémoires, appréciations de bulletins, mails et documents professionnels). Cinq années d'expérimentation ont été nécessaires pour valider cette méthode.

  • C'est l'histoire d'un flic bavard, menteur, manipulateur, hypocrite, obséquieux, peureux, maniaque, phobique, roublard, mal fagoté, et petit. Pourquoi est-il aussi connu et aimé dans le monde entier ? C'est la question que s'est posé notre auteur...

  • Nous ignorons comment nos comportements (actes, paroles, pensées) sont générés: quels sont leurs ressorts intimes et comment s'opère leur mise en oeuvre, qui est essentiellement de nature collective. Nous les pensons comme des faits individuels.
    Nous commettons alors une erreur, qui est à la source du déploiement d'une mécanique du pouvoir d'extension mondiale dans laquelle nous sommes embrigadés de force sans en comprendre les tenants ni les aboutissants.
    Cet ouvrage tente d'en faire une analyse aussi exhaustive que possible. Une réflexion sur la possibilité d'un fonctionnement humain plus harmonieux est proposée. Mariant la sagesse millénaire des Upanishad à l'aspiration occidentale à l'écologie, elle envisage l'action collective comme un yoga cosmique dans lequel chacun est engagé.

  • La vie est un merveilleux cadeau encore faut-il en prendre conscience.
    Avoir un but permet de s'épanouir même en partant de rien. Être heureux, en revanche, demande de l'attention.
    Il faut savoir profiter des moments privilégiés qui nous sont offerts. Apprendre à nos enfants à être des funambules sur le fil de la vie. Carpe diem.
    Mettre à profit le jour présent car il y a des chagrins, il y a des larmes et des échecs mais il y a aussi des instants de joie, des victoires et des rires.
    Vivez pleinement !

  • Cela fait maintenant plus d'un demi-siècle que l'Afrique est indépendante. Pourtant, elle n'a toujours pas su se libérer et aller vers le progrès économique, car tous ses efforts ont été anéantis par des dirigeants cupides qui jouissent égoïstement des richesses du continent.
    Après avoir dressé un portrait sans concession des différents dirigeants africains, où il montre que, mis à part Nelson Mandela qui reste un exemple, tous ont agi contre les intérêts de leurs pays, l'auteur analyse le cas sénégalais à travers le leadership politique de ce pays depuis l'indépendance. Il démontre comment, plus récemment, les attentes du peuple sénégalais ont été déçues par le président Macky Sall qui n'a pas su engager la rupture avec le passé.
    Quels sont les défis que doivent relever les nouvelles générations pour sortir l'Afrique de son sous-développement ? Une chose est sûre, la rupture est un passage obligé, encore faut-il que les futurs dirigeants l'acceptent.

  • « Sur le chemin est un livre introspectif. Ce que je pense, ce que je crois, tout ou presque est là... Prenons le chemin et le bon, ne nous égarons pas. »

  • Shambuy Ngombo Mukendi se propose d'appliquer la théorie évolutionniste de Darwin basée sur la sélection naturelle pour comprendre les relations que l'Afrique entretient avec le reste du monde. En s'appuyant sur un large corpus mêlant travaux d'anthropologie et d'histoire, mais aussi des fables africaines, l'auteur se donne pour mission de rétablir la justice et de réhabiliter l'homme africain. Il revient en détail sur les méfaits de l'esclavage et du colonialisme, sans minimiser leurs conséquences désastreuses. L'émancipation tardive des différents peuples d'Afrique ainsi que les problèmes politiques et économiques contemporains y trouvent leur origine. Il s'agit de lutter contre l'oppression et la corruption, au coeur des dictatures qui prospèrent avec la complicité d'États occidentaux dont ils servent les intérêts. L'auteur invite à une prise de conscience afin de construire un avenir meilleur pour les générations futures dans la démocratie et le respect des droits fondamentaux.

  • La liberte

    Vorace Nolate

    L'enfer : les crimes, les délits, les religions, l'injustice..., les différentes politiques politiquement correctes menées depuis 1981 accompagnées d'embrassades destinées à des communautés religieuses, étrangères et criminelles au détriment de la liberté, à des vivre-ensemble insensés et imposés à cette dernière sont la somme d'un système malade, complexe, corrompu, cruel et criminel.
    La liberté, sa république, sa démocratie, sa laïcité et sa justice sont assassinées chaque jour avec des impunités intolérables et révoltantes. La guerre a été déclarée depuis trop longtemps à la liberté, à sa famille citée ci-dessus et à tous ses adhérents.
    Pas de paix sans combats, sans luttes... sans une guerre de défenses et de ripostes. La liberté ne capitule pas et ne capitulera jamais.

  • Les destins croisés des trois protagonistes du roman de Marcel Banou livrent un condensé de la société contemporaine globalisée, dans toute sa complexité. Respectivement originaires du Mali, du Pakistan et d'Italie, Ansèguèrèmo, Ashi et Giovanni sont unis par une volonté commune, celle de contribuer à un monde meilleur. Au-delà de leurs différences culturelles, les jeunes hommes réfléchissent ensemble aux causes de la crise humanitaire et mettent tout en oeuvre pour lutter contre la logique destructrice du capitalisme. Leur engagement commence sur le terrain, en combattant les inégalités pour renouer du lien social. Comme une bouffée d'espoir, cette vision utopique a l'effet bénéfique d'un agitateur de conscience, qui laisse entrevoir les possibilités d'un monde tel qu'il devrait être.

  • Comment faire la révolution au 21ème siècle ? La philosophie a-t-elle un rôle dans une révolution ? Quel est l'impact d'une philosophie dans une société donnée ?
    Lors de la grande Révolution française de 1789, la philosophie des Lumières, et donc du Tiers-État, avait dégagé la philosophie des seigneurs féodaux.
    Il s'ensuit que la philosophie aura un rôle important dans la révolution du 21ème siècle, inévitablement : c'est un principe universel.
    Mais il faut aussi construire cette révolution qui doit être en adéquation avec son époque : l'époque du numérique, de l'informatique, des nanosciences et nanotechnologies, de l'intelligence artificielle, etc.
    Notre société se développe, elle évolue, et les travailleurs qui sont les constructeurs de cette société évoluent aussi...

empty