Payot

  • Au moment de recevoir le Prix Adorno en 2012, Judith Butler se demande après Adorno s'il est possible de vivre une bonne vie dans une mauvaise vie. Cette ancienne question de la philosophie morale prend un sens neuf si on la pose dans les conditions concrètes de nos existences. Or l'organisation politique de nos vies, la marque que le pouvoir inscrit en elle, augmente partout les inégalités.
    Que peut donc signifier mener une vie bonne, une vie vraie quand la plupart sont exposés dans leur chair à la vulnérabilité d'une mauvaise vie ? Comment penser la résistance de la vraie vie à la fausse ?
    Telles sont les questions que'elle aborde de front sans reculer devant les difficultés qu'elles suscitent.

  • L'état global

    Judith Butler

    • Payot
    • 12 Septembre 2007

    Quelle est la place de l'État-nation dans un monde globalisé ? D'un côté l'État contient toujours plus de pluralité, et de l'autre ses frontières se font toujours plus fluides. Dès lors, comment peut-on avoir le sentiment d'appartenir à une nation ?

    À l'ère des migrations permanentes - dues à des pressions économiques, culturelles, militaires ou climatiques - on constate plutôt que l'État devient de plus en plus un lieu transitoire, temporaire, et que ses habitants sont de plus en plus des apatrides.

    Qu'est-ce que les philosophes contemporains peuvent nous dire sur ce phénomène qui concerne aussi bien les Palestiniens que les membres de l'Union européenne ? Qui exerce le pouvoir aujourd'hui ? Avons-nous encore le droit d'avoir des droits ? Et que signifie, par exemple, le fait de chanter l'hymne américain en espagnol oe

empty