• Loin des idées reçues, il apparaît que la techno est l'aboutissement d'une véritable pensée conceptuelle : celle qui vise l'harmonie entre l'homme et la machine, l'état de transe créé par la répétition des boucles sonores, une projection dans le futur.
    Des premiers DJs jusqu'à la popularisation de la techno et l'arrivée des autodidactes, de la musique underground à la musique de dancefloor, Jon Savage parcourt l'histoire de la techno en la resituant dans le contexte socioculturel des pays qui l'ont vu émerger. Le texte s'ouvre sur la description d'un concert de Orbital, Savage comparant les DJ aux personnages de La Guerre des étoiles... Avant tout, la techno est une performance, au sens artistique.

  • Le critique Jon Savage a compilé ici pas moins de trente années d'entretiens avec les membres du plus mystérieux quatuor du punk : Joy Division.
    Complétées par de multiples anecdotes récoltées auprès de l'entourage du groupe, ces interviews nous font pénétrer dans l'intimité d'un parcours individuel et collectif, une histoire qui s'écrit tandis qu'elle s'énonce.
    Elles évoquent la destinée tragique de Ian Curtis, parolier de génie, figure à jamais mythique de la scène musicale anglaise et qui continue dans ces pages à exercer son magnétisme légendaire. En arrière-plan, c'est aussi les contours d'une ville qui se dessinent, Manchester, qui a entièrement façonné ces musiciens. La vivacité de la langue orale ressuscite un groupe, dont la réunion aura été aussi accidentelle qu'extraordinaire.

  • Pendant 1976 et 1977, le punk a rassemblé des stylistes originaires de banlieue, des victimes de Bowie, des adolescents fugueurs, des radicaux endurcis des années 60, des gays hommes et femmes, des artistes, des poupées de discothèque, des criminels, des drogués, des prostituées de toutes les confessions, des hooligans, des intellectuels, des obsédés du gros beat, des parias de toutes les classes sociales. Ce n'étaient pas seulement les groupes en eux-mêmes : le pouvoir qu'ils avaient venait de leur public. Le punk ne reproduisait pas les modes dominantes des beaufs : le sexe hérétique et la politique du genre étaient les clefs de son impact original. Soudain, vous n'aviez plus à rester seul. Vous vous immergiez. Vous preniez du bon temps en passant un mauvais moment. Vous étiez plein de poison. Vous attaquiez la génération de la Seconde Guerre mondiale : tout ce qu'ils ne pouvaient pas exprimer, vous le leur jetiez au visage, la lèvre supérieure bien raide laissant place à un regard vide et un geste violent. " Donnez-nous la Troisième Guerre mondiale que nous puissions revivre. " C'étaient des trucs durs, qui disaient à l'Angleterre ce qu'elle ne voulait pas entendre. Le punk exigeait une implication que beaucoup de fans de la pop et autres obsédés n'étaient pas prêts à assumer ; et, en vérité, les dangers d'une telle esthétique sombre commencèrent à s'exprimer en nombres de morts, en dépendance aux drogues, en cynisme - un nuage noir qui en a hanté beaucoup depuis. Il y avait cet horrible élan vers la destruction tête la première, conscient de lui-même : " vous pouvez toujours dire ", chantaient les San Francisco Sleepers, " si vous allez en enfer ".
    JON SAVAGE

  • The England's Dreaming Tapes comprend tous les matériaux bruts, en particulier les interviews, qui ont permis à Jon Savage de composer sa grande histoire du punk britannique. Une source inépuisable, fondamentale, qui restitue la parole des grands protagonistes phares de cette aventure pop.
    Les informations les plus confidentielles fourmillent dans ces propos libérés.
    Elles prennent aux tripes comme elles éclairent sur les différences entre punk britannique et punk américain. Le livre met également en relief l'envers du décor (fascistes chics, grossièreté, violence gratuite), souvent passé sous silence. Une somme qui met un point final et va devenir le livre culte concernant la musique, la mode et l'attitude de ce phénomène incendiaire qu'aura été le punk.

  • Anglais Punk 45

    Jon Savage

    Ce livre présente au format original, des pochettes de 45 tours de centaines de groupes punk : des fondateurs, The Stooges, MC5 et New York Dolls à la scène newyorkaise : Ramones, Talking Heads, Voidoids et Dead Boys, sans oublier les incontournables britanniques : Sex Pistols, Clash et Buzzcocks. Une discothèque idéale qui inclut aussi des centaines de raretés retraçant le destin fulgurant de la musique punk entre 1976 et 1980.

empty