• La force du crabe

    Bruno Wajskop

    Joseph Buren peut se faire obéir par télépathie. Ce pouvoir a des limites : Joseph dort beaucoup, s'endort partout, la « Force » l'épuise. Il ne l'utilise que pour percevoir une allocation de chômage à vie. Il vit seul entouré d'un clown-dealer et de Rastas qui admirent son fl egme.
    Arrivé à la cinquantaine, il rencontre Rodolphe, son fi ls de 37 ans. Rodolphe a lui aussi un pouvoir télépathique grâce auquel il s'est enrichi. Il monnaie des secrets industriels qu'il a soutiré à des scientifi ques.
    Joseph et Rodolphe, forts de leurs dons décuplés par leur « union », tentent d'agir ensemble pour sauver le monde.
    Par où commencer, quoi faire ?
    Ils oeuvrent en vérité à construire leur propre histoire.
    C'est leur relation qui sauve le monde et c'est en cela qu'ils sont des héros ordinaires.

  • Ce roman vise à s'assurer que la littérature trouve aussi une place dans un genre - le voyage dans le temps - et sous une forme - texte en grands caractères, illustré - peu exploitée en dehors de la littérature pour la jeunesse.
    Un homme s'endort à Bruxelles en 2012 et se réveille en 1995, 17 ans plus tôt. Il découvre qu'il a toujours le même âge que « la veille » mais qu'il n'a jamais existé.
    Ni sa famille, ni sa femme, ni ses amis ne le connaissent. Sa fille, qui avait 18 ans en 2012, n'est donc jamais née. Sans argent, sans papiers, il part à la recherche de sa femme, âgée de 25 ans. À travers un quotidien bien réel - pas de célébrités - le personnage évoque sa propre culture des voyages dans le temps, et leurs poncifs, et mesure les changements intervenus en 17 ans.
    Max Silvermann, 45 ans, s'endort chez lui le 10 janvier 2012 et se réveille le 13 septembre 1995. Il a toujours le même âge et découvre avec angoisse qu'il n'a jamais existé pour personne, ni pour sa soeur, ni pour sa femme, Goria, qu'il se met en quête de retrouver alors qu'elle a vingt ans de moins que lui. Comment exister ? Que faire de son savoir sur le futur ? Comment subsister sans identité, sans argent, sans personne ? Comment, surtout, survivre au « deuil » de sa fille Pauline, 18 ans en 2012, jamais née en 1995 ? Le changement d'époque, du coup, est vécu sur un autre mode que celui d'usage dans les histoires de voyages dans le temps. C'est que l'époque n'a aucune importance.
    Un roman illustré, dont les images n'illustrent pas le texte.

  • L'histoire débute 12 ans après la catastrophe qui a vu mourir tous les humains de plus de trente ans. La jeunesse survivante, guidée par ses bons sentiments, érige un nouveau Reich. Politiquement, à travers les Courants, pratiquement, sous l'autorité des Sections, et techniquement, par la mise en place d'une entreprise mondiale : le Lab.
    L'interdit absolu : se prendre la tête. La nouveau langage : L'impératif imparfait.
    Édito avait 17 ans lorsque le Demodex a supprimé les deux tiers de l'humanité. Comme d'autres, il s'est rendu à Bruxelles pour participer aux refondations du monde. Il a été pris en charge par le jeune pouvoir, qui l'a intégré aux Sections et l'a formé à un nouveau métier : courtier en attendus, dans le domaine judiciaire. À trente ans, il commence à se poser des questions, et se rapproche des cercles du pouvoir afin d'apporter lui aussi sa pierre à l'édifice. Il rencontrera dans ce parcours un underground moqueur.
    Un quatuor de personnages se met en place : Édito l'innocent, Manuel le débrouillard, Bonbon la bimbo et Mustapha l'organisateur, dont le prénom est un hommage au Meilleur des Mondes de Huxley.
    Ce premier épisode met en place les éléments de la série : le cadre de la société, les habitudes des citoyens, l'organisation du Reich, ses personnages marquants, mais surtout : une nouvelle façon de penser, de parler, un déplacement des interdits

  • Bonbon, 27 ans, ne regrette rien de sa jeunesse. Orpheline comme tant d'autres à 14 ans suite à la catastrophe du Demodex, elle en a profité pour jeter ses souvenirs et descendre dans le Sud, pour devenir artiste.
    Lorsqu'Édito lui propose de rejoindre les Sections du Reich pour l'aider à mener à bien sa mission (repérer les Quand je pense), elle y voit surtout une opportunité pour acquérir de nouvelles fringues, accéder à des fonctions réservées du Device (notamment la gestion de la libido) et profiter des moyens de transport et des logements du Reich. C'est pourtant à une entreprise d'épuration qu'elle contribue.

empty