Castor Astral

  • De la soul aussi mort que vivant Nouv.

    Janvier 1989. Avec sa pochette rose et ses fleurs, 3 Feet High and Rising annonce une révolution dans le paysage un poil monochrome du hip-hop américain. Partisan d'un rap loufoque et absurde, bien aidé par son producteur, l'excentrique Prince Paul, le groupe De La Soul change l'histoire de la musique dès son premier album. En piochant dans les collections de vinyles de leurs parents, trois jeunes hommes à peine sortis du lycée construisent, à coups de samples iconoclastes, des collages ludiques et dansants.

    Plus de trois décennies plus tard, 3 Feet High and Rising reste un chef-d'oeuvre célébré. Pourtant, pour des raisons juridiques liées à l'utilisation de ces samples, il reste introuvable sur les plateformes de streaming. De La Soul aussi mort que vivant revient sur la conception débridée de cet album, conservé à la Bibliothèque du Congrès américain pour son importance culturelle et cependant relégué aux oubliettes numériques.

    Enrichi par l'avis de musiciens et d'experts, le livre raconte aussi comment le hiphop a dû en partie renoncer, à force de procès, à ce qui a été son essence durant son premier âge d'or : les samples.

  • Ne´ dans les anne´es 1960 a` Kingston (Jamai¨que), le reggae devient rapidement une musique plane´taire dans les anne´es 1970 (gra^ce a` Desmond Dekker, Lee Perry, Gregory Isaacs, Jimmy Cliff, Peter Tosh, Bob Marley & the Wailers, Burning Spear, etc.), synonyme de libe´ration et de re´volte. Une musique a` la fois gaie et re´volutionnaire. Soleil et magie tropicale, herbe et vibration mystique rastafari, mais aussi violence, ghettos et sexisme.

    Bruno Blum retrace une aventure musicale unique en son genre. Il raconte l'extraordinaire histoire et destine´e de la musique jamai¨caine. Si l'on excepte le blues, il est difficile de trouver un genre qui ait davantage influence´ la musique populaire de la fin du XXe sie`cle.

  • Bruno Blum explore les rapports entre les musiques caribe´ennes et e´tats-uniennes, interde´pendantes depuis des sie`cles. Il analyse les musiques cre´oles, le lien entre la musique et les rites, le jazz et blues des Carai¨bes. Il revient sur la naissance et le de´veloppement des musiques populaires telles que le konpa (Hai¨ti), le calypso (Trinite´), la plena (Porto Rico) ou le quelbe (i^les Vierges). C'est aux Carai¨bes que la fusion entre les musiques d'Afrique et d'Europe s'est ope´re´e, donnant naissance aux musiques caribe´ennes modernes et a` une multitude de rythmes et styles dont le blues, le jazz, le rap, le son ou lla biguine.

    Comprendre la musique ame´ricaine, qui a conquis le monde, c'est aussi connai^tre la musique des Carai¨bes. Les E´tats-Unis ont a` leur tour conside´rablement influence´ les i^les : blues jamai¨cain, jazz cubain, antillais.

  • Laurent Jaoui retrace l'histoire emblématique du château d'Hérouville, un studio d'enregistrement où se sont notamment croisés David Bowie, Iggy Pop, Marvin Gaye, Jacques Higelin, les Bee Gees, Chet Baker, Pink Floyd, Fleetwood Mac ou Elton John.

    En 1960, le compositeur Michel Magne achète le château pour y installer son studio d'enregistrement. Très vite, le château devient un lieu de fêtes et d'excès en tout genre.

    En 1974, endetté il confie la gérance à Laurent Thibault : « Les dettes, tu les effaces en signant les artistes. » Après avoir réaménagé et modernisé les lieux, il fait revenir les plus grands artistes internationaux. L'aventure se poursuivra jusqu'en 1985.

  • Les Extravagantes aventures de Frank Zappa acte 3 retrace les grandes heures de la fin des années 1970, les rencontres avec Steve Vai, Vinnie Colaiuta, ainsi que les succès populaires constitués par Sheik Yerbouti et Joe's Garage.
    L'acte 3 revient sur l'engagement civique de Zappa au cours des années 1980 et son combat contre le président Reagan, les censeurs du PMRC et les télévangélistes. Une lutte qu'il mènera jusqu'à l'éventualité d'une candidature dans les années 1990.

    Ce dernier acte est bien sûr voué aux évolutions musicales permises par l'utilisation du Synclavier, ainsi qu'aux pérégrinations avec l'URSS et le gouvernement tchèque de Vaclav Havel. Enfin, il s'épanche sur la reconnaissance du milieu classique et les collaborations précieuses avec Pierre Boulez, Kent Nagano et le Modern Ensemble, malgré la maladie et le cancer qui l'emportera.

    Cette trilogie, écrit par le plus grand spécialiste français,est l'une des sources d'informations les plus importantes au sujet de Frank Zappa.

  • « La prison est un endroit tout a` fait singulier. Ses effets sur l'humanite´ sont e´tranges. Quand la police anglaise a arre^te´ Mick Jagger et Keith Richards en 1967, c'e´taient de sympathiques pop stars. Lorsqu'ils sont sortis de cage trois jours plus tard, ils e´taient devenus des superstars mondiales».

    Franck Balandier brosse les portraits des plus grandes stars internationales de la musique ayant commis un de´lit ou un crime. Certains comme David Bowie, Johnny Cash ou Aretha Franklin ont e´te´ en garde a` vue. D'autres dont Joan Baez, Booba, les Pussy Riot, James Brown ou Paul McCartney ont e´te´ incarce´re´s.

    L'auteur nous livre de nombreuses anecdotes, revient sur les conditions d'incarce´ration de ces stars des musiques rebelles : le blues, le rock et le rap.
    Il nous de´voile e´galement son hit-parade des causes d'incarce´ration les plus fre´quentes : la drogue, les agressions, les homicides et les violences conjugales.

  • Robert Johnson (1911-1938) aurait vendu son a^me au diable, au bord d'une route, en e´change de son don pour la musique. Ainsi est ne´e la le´gende du blues, le fondateur du « club des 27 ». Assassine´ a` l'a^ge de 27 ans, sa vie e´tait reste´e jusqu'a` pre´sent me´connue.

    Johnson a enregistre´ seulement 29 morceaux, pour- tant il influencera de nombreuses stars dont Bob Dylan, Keith Richards, Eric Clapton ou Jimi Hendrix.

    Depuis plus de 50 ans, les auteurs ont interviewe´ ses proches avant leur disparition, analyse´ les archives et l'ensemble des documents qui lui ont e´te´ consacre´s. Ainsi, ils reviennent sur ses sessions d'enregistrement et les moments cle´s de sa vie : son mariage, son se´jour a` Memphis, sa rencontre avec Ike Zimmerman ou encore les circonstances exactes de son de´ce`s.

    Cette biographie de´finitive s'e´loigne donc pour la premie`re fois des mythes et des le´gendes pour se consacrer a` la vie re´elle de Robert Johnson.

  • Le 13 janvier 1968, Johnny Cash se produit au pe´nitencier de Folsom (Californie). Il ne le sait pas encore, mais, pour lui, c'est un nouveau de´part. Lui qui, depuis plusieurs anne´es, lutte contre des addictions, est enfin « clean », notamment gra^ce a` June Carter, l'amour de sa vie. L'album live At Folsom Prison relance sa carrie`re et re´ve`le sa vraie personnalite´ : un homme ge´ne´reux, en avance sur son temps, acteur de la grande re´volution que traverse l'Ame´rique des droits civiques, le seul artiste que Dylan ve´ne`re, un Ame´ricain.

    En suivant Cash depuis Folsom, en longeant les rives du Mississippi, en nous arrachant les mains dans les champs de coton, en le rejoignant dans son refuge de Hendersonville, au bord du Old Hickory Lake, nous visiterons sa Terre Promise, l'Ame´rique. Nous l'e´couterons chanter Orle´ans, Beaugency, Notre-Dame-de Cle´ry, Vendo^me dans « Ride This Train ». Puis, nous nous recueillerons, au cimetie`re de Hendersonville, ou` il repose au co^te´ de June et de revenir, sur la rive du Old Hickory Lake, devant les ruines de sa proprie´te´.

  • JOHNNY CASH (1932-2003) raconte sa propre histoire, depuis l'enfance dans les champs de coton de l'Arkansas jusqu'aux formidables succès des dernières années qui l'ont replacé en tête des charts et dans le coeur d'un large public. Ceci sans renier des prises de position jugées renégates, ni passer sous silence les aspects les plus sombres de sa vie, sur lesquels il s'exprime ici avec une franchise bouleversante.
    Revenant sur un demi-siècle de carrière, l'" Homme en noir " nous fait revivre ses premières années chez Sun, en compagnie d'Elvis Presley, Carl Perkins, Roy Orbison et Jerry Lee Lewis, la période de gloire des années 1960-70, puis la traversée du désert dans les années 1980, et enfin l'idylle avec la scène rock alternative, à la croisée des genres.
    Ce témoignage exceptionnel souligne à quel point Johnny Cash demeure à jamais l'une des figures emblématiques de la musique américaine. Sa carrière aura jeté un pont entre plusieurs générations.

  • Brigitte Fontaine

    Benoît Mouchart

    Brigitte Fontaine est sans doute l'une des plus grandes e´nigmes de l'histoire de la chanson franc¸aise. Ceux qui croient la connai^tre pour avoir aperc¸u le reflet de´formant de son image la prennent sans doute pour une extraterrestre. Que cache donc le personnage me´diatique, derrie`re le paravent de ses apparences fantasques ?

    Une oeuvre unique, toujours vivante dans le mouvement perpe´tuel de la musique, de spectacles et de livres. Un parcours singulier, en dehors des sentiers battus des biense´ances, du commerce et de la mode. Une vie d'artiste re´volte´e contre l'alie´nation et toutes les formes de mort.

    Cette monographie explore les multiples facettes de cette come´dienne, chanteuse, dramaturge, poe´tesse et romancie`re paradoxalement me´connue bien que ce´le`bre...

  • Quincy Troupe décrit par le détail le spectaculaire processus de la créativité chez son ami Miles Davis, mesurant du même coup l'immense influence de l'artiste sur des générationsd'auditeurs et de musiciens. Ce témoignage sans concessions offre un regard renouvelé sur le musicien de génie qui a tout simplement bouleversé le visage du jazz.

    Quincy Troupe décrit le tempérament passionné et contradictoire de Miles, le montrant autant dans l'intimité de sa maison de Malibu que brutalement confronté à son oeuvre, dans un contexte où se mêlent toujours étroitement art et politique.

  • Vivien Goldman s'inte´resse au ro^le des femmes dans l'histoire du punk, de sa naissance a` Londres dans les anne´es 1970 jusqu'aux groupes actuels propulse´s sur la sce`ne internationale. Ici, elle parcourt quatre the`mes - l'identite´, l'argent, l'amour et la protestation - dans l'objectif d'explorer et de souligner ce qui fait du punk une forme d'art libe´ratrice pour les femmes.

    Elle me^le dans cet essai interviews, anecdotes et expe´rience personnelle. Ainsi, l'analyse de la chanson « Free Money » de Patti Smith de´bute par le souvenir d'une vire´e shopping entre l'autrice et Smith.

    Elle de´montre comment les punks fe´ministes ont cre´e´ une musique libre, impulsive, engage´e et durable avec une matie`re brute et illustre. Ainsi, le punk fe´ministe est-il un ve´ritable langage musical transcendant les frontie`res ge´ne´rationnelles et culturelles.

  • Empoisonné par un mari jaloux à l'âge de vingt-sept ans, soupçonné d'avoir vendu son âme au diable contre des dons musicaux exceptionnels, Robert Johnson est devenu un véritable mythe. A tel point que la légende aurait pu éclipser le génie du guitariste. Pourtant, des fins fonds du Mississippi, Robert Johnson a joué un rôle essentiel dans l'histoire de la musique, influençant des générations de bluesmen et de rockers, de Muddy Waters jusqu'aux Rolling Stones. Dans cette ode lumineuse au " King of the Delta Blues ", Peter Guralnick éclaire l'homme autant que la légende. Il évoque avec subtilité le lieu et le temps qui les ont engendrés. Au travers d'entretiens avec des contemporains de Johnson - tels Johnny Shines et Robert Lockwood -, ce récit restitue avec poésie l'univers et l'art d'un musicien dont l'oeuvre, fulgurante, n'en finit pas de fasciner.

  • Le blues tient plus que jamais le haut du pavé. Avec ses mêmes chansons, qui parlent de peines et d'espoir. Avec la même ferveur. Avec la même magie. Musique sacrée et musique du diable, ou tout simplement musique des hommes, le blues parle au coeur de chacun. Vagabonds des routes, aventuriers, escrocs, assassins parfois...
    Le blues a toujours attiré les mauvais garçons qui rêvaient de s'enfuir avec leur guitare le long des routes et de vivre comme François Villon.
    Des rives boueuses du Mississippi aux abattoirs de Chicago ou aux chaînes de montage de Detroit. Stéphane Koechlin retrace, à travers une série de portraits hauts en couleur, cette formidable saga du blues.

  • Requiem pour un keupon

    Rémi Pépin

    Les 9, 10 et 11 novembre 1989, le groupe Bérurier Noir se sabordait en public en remplissant trois Olympia, mettant un terme à une épopée non moins incendiaire : la saga du rock alternatif en France.

    Dans la foulée de la première vague punk, à la toute fin des années 1970 c'est toute une génération qui tente au travers de réseaux d'autoproduction, de concerts sauvages, d'alliances de circonstances avec la mouvance autonome ou les squatters des quartiers déshérités, de construire une contre-culture vivante et radicale basée sur un rock violent et en rupture avec le modèle dominant.

    Rémi Pépin évoque de nombreux groupes comme Bérurier Noir, les Wampas, la Mano Negra, les Satellites, les VRP, les Garçons bouchers ou Pigalle mais aussi des cinéastes dont F.J. Ossang ou encore des auteurs dont David Dufresne ou Virginie Despentes. Ainsi, comme toutes les belles histoires, celle-ci est ponctuée de bruit et de fureur, d'espoirs et d'echecs, de loyauté et de règlements de compte. L'effondrement du bloc communiste et le triomphe de l'ultralibéralisme marqueront sa fin.

  • Ce livre retrace l'histoire du mythique groupe de punk rock bordelais Camera Silens, de leurs de´buts dans les anne´es 1980 a` nos jours. Pour la premie`re fois, les membres du groupe ainsi que leur manager se confient. Ils e´voquent sans de´tours leurs doutes, les ravages de la dope, leur apolitisme, les instants de complicite´ et les provocations. Ils reviennent e´galement sur leurs liens avec un public fide`le souvent punk et parfois « destroy » ! Le groupe est devenu culte ! Gilles Bertin, leur leader, a commis de nombreux braquages, a connu de longues anne´es de cavale avant de se rendre a` la police et d'e^tre de nouveau libre. Il est de´ce´de´ en novembre 2019.

    Virginie Despentes les e´coutait dans les anne´es 1980 et les cite toujours dans ses romans. De Bogota jusqu'au Japon, on entonne leurs chansons comme des hymnes : « Squat », « Identite´ », « Pour la gloire » sont des refrains sonnant comme des slogans, rebels, crus, violemment tendus.

  • Le 26 janvier 2014, les Daft punk raflent cinq Grammy Awards à Los Angeles. Au-delà de l'exploit, inédit pour un groupe français, il y a une image, presque irréelle. Alors que le duo joue sur scène, dans la salle, Paul McCartney danse et hurle comme un ado, la main en l'air ! À côté de lui, Yoko Ono, Ringo Starr, Katy Perry, Steven Tyler, Beyoncé, Jay-Z et tout le Staples center se lèvent pour danser. Pour comprendre cette image, il faut revenir vingt ans en arrière. 1995. Saint-Germain, Daft Punk, DJ Cam, Cassius, Air, Mr Oizo, Bob Sinclar, Modjo retournent la planète techno. Et rien n'est plus comme avant. La France, jusque-là absente de la scène musicale internationale, devient épicentre de la dance mondiale et abreuve la planète en tubes house filtrée et en album bien ficelés. Là où Téléphone jouait devant des salles à moitié vides à New York, là où Johnny Hallyday affrétait des charters bourrés de fans français pour remplir ses salles de gala de Las Vegas, des dizaines de jeunes froggys triomphent dans le monde entier. La french touch est née !

    Ce livre, truffé de témoignages et d'anecdotes, écrit comme un reportage, raconte l'aventure d'un mouvement musical unique en son genre. Ses racines et ses influences. L'itinéraire d'une génération de jeunes producteurs talentueux. De jolis contes et de moins belles histoires. Des travaux solitaires derrière les machines. La magie d'Homework, premier album des Daft Punk, la majesté de Pansoul de Motorbass, la science du dancefloor du Superdiscount d'Étienne de Crécy. Les voyages des DJs au bout du monde. Les succès artistiques et commerciaux. L'argent facile, la gloire rapide. L'éclosion d'une nouvelle génération : la french touch 2.0. Les coups bas et les trahisons. Les gueules de bois de lendemains de fête. Une saga de début de siècle. Une histoire moderne.

    Ce livre, revu et augmenté, reste la référence en la matière avec le livre Electrochoc de Laurent Garnier et David Brun-Lambert.

  • Frank Zappa

    Guy Darol

    Alors qu'il coule une adolescence épanouie en écoutant les Beatles, Pink Floyd et les Kinks, Guy Darol, élève de Terminale au lycée Voltaire, devient le voisin de classe de Michel Duprey. Ce dernier, qui ne jure que par Frank Zappa, organise chaque après-midi des séances d'écoute à domicile où l'oeuvre du créateur des Mothers of Invention est passée au crible de l'étude. Nous sommes en 1972 et Guy Darol entame sans le savoir une vie d'audiophile dédiée à la musique de Frank Zappa. Présent à tous les concerts parisiens dès 1973, sa vie s'accorde désormais au rythme de chaque événement zappaïen. Frank Zappa, La Parade de l'Homme-Wazoo, publié en 1996, depuis longtemps épuisé, est le récit d'une rencontre qui bouleverse une vie. C'est également le récit d'une passion que l'auteur veut transmettre en décrivant toutes les facettes d'un musicien aux multiples dons. Guitariste émérite, band leader exigeant, compositeur fusionnant blues, jazz et musique savante, auteur de paroles satiriques et désobligeantes, citoyen engagé contre toutes les censures, politicien rêvant de devenir Président des États-Unis, les facettes de Zappa sont ici exposées en suivant une trajectoire chronologique qui s'achève en 1994 par la mort, suite à un cancer de la prostate, de celui que Matt Groening, l'inventeur des Simpson, appelait « Mon Elvis ». Dans une édition revue et augmentée, depuis longtemps réclamée, l'ouvrage de Guy Darol met à jour toute l'actualité de Zappa, dont la musique continue de se jouer dans le monde entier. Complétant un récit enthousiaste, le livre fourmille d'éléments utiles pour tout connaître de la discographie, de la bibliographie, de la filmographie et des adresses où se procurer les éléments collector du musicien.

  • Décédé fin 2013, Lou Reed était une icône essentielle du rock. Fondateur, avec John Cale, du Velvet Underground que rejoindra Nico, il peut être considéré comme l'inspirateur du mouvement punk et d'une grande partie des musiques actuelles. En 1972, son célèbre " Walk on the Wild Side " réalisé avec David Bowie l'a fait connaître tardivement.
    Lou Reed a très tôt incarné un concentré des pires cauchemars de l'Amérique des années 50 et 60. De la Beat generation à l'avant-garde sauvage il a été avec Bob Dylan le premier à composer le rock sous un angle littéraire et à aborder des thèmes adultes : homosexualité, travestis, drogues dures, sado-masochisme, prostitution, déchéance, provocation, subversion, violence et scandale de " Heroin " à " Sweet Jane ", puis de Berlin à Kicks et Metal Machine Music. Maître du réalisme appliqué à la chanson, personnage cyclothymique alternant dureté et douceur, détachement glacial et grande sensibilité, après avoir donné une nouvelle envergure au rock l'autodestructeur Rock 'n' Roll Animal décida de survivre à son mythe faustien et tenta de renégocier son âme. Il traversa une période de rédemption culminant avec l'album New York, puis ce fut la transcendance après son mariage avec l'artiste Laurie Anderson et le succès de Perfect Day.
    Premier livre consacré à Lou Reed en France, cette édition définitive revue et augmentée retrace les étapes de ce parcours initiatique. Complétée après le récent décès du chanteur, elle rassemble anecdotes, historique et entretiens, citations de Reed et de ses proches. Lou Reed - Electric Dandy analyse l'oeuvre en détail titre par titre, de " So Blue " (1958) à " Lulu " (2011). Il est une mine d'informations sur l'émergence de la culture rock et d'une nouvelle conscience dans le monde occidental.

  • L'année 2014 marquera les 30 ans du décès de Marvin Gaye, assassiné par son père le 1er avril 1984, à la veille de son 45e anniversaire.
    Malgré les années qui passent, la musique de Marvin Gaye n'a jamais perdu en popularité. Régulièrement reprise et samplée, elle est à l'origine de l'un des plus grands succès de l'année 2013, " Blurred Lines ", le single de Robin Thicke en duo avec T.I. et Pharrell Williams. Les chansons de Marvin Gaye apparaissent régulièrement dans des publicités (par exemple le spot Dior avec Charlize Theron), des films (The Dictator de Sacha Baron Cohen, Échange standard, Mange, prie, aime avec Julia Roberts, Austin Powers...), des épisodes de séries télévisées (" Les Experts ", " Entourage ", " Dr. House ", " Les Sopranos "...) et même des jeux vidéos (Grand Theft Auto IV). Un film autour des dernières années de sa vie est même en cours de production sous la direction du réalisateur Julien Temple.
    L'anniversaire de son décès sera l'occasion de nombreux hommages. Marvin Gaye fera partie des artistes mis en valeur à partir de mars 2014 au sein de l'exposition " Great Black Music " à la Cité de la Musique, à Paris.
    Première biographie de Marvin Gaye rédigée spécifiquement en français, l'ouvrage de Frédéric Adrian retrace le parcours de l'artiste, de sa naissance dans une banlieue pauvre de Washington à sa mort assassiné par son propre père.
    Il revient sur les différentes étapes de la carrière de Gaye, de ses débuts de chanteur doo wop dans les rues de Washington à ses triomphes commerciaux. Il aborde notamment ses luttes pour imposer sa musique au sein de la " fabrique à tubes " de la Motown, et la démarche créative et politique qui l'a conduit à élaborer son chef-d'oeuvre incontesté, l'album What's Going On. Sans sensationnalisme, Frédéric Adrian évoque la vie privée compliquée et la personnalité tourmentée de l'artiste, et décrit les circonstances qui conduisirent à sa fin tragique

  • Né en 1957 en Australie, Nick Cave est à la fois musicien, poète et scénariste accompli. Ses influences sont multiples, allant de Johnny Cash (qui reprendra une de ses chansons) à PJ Harvey. Son premier groupe, The Birthday Party, donne de nombreux concerts sur la scène rock australienne des années 1970 avant de partir pour Londres et Berlin-Ouest. Son groupe, Nick Cave and the Bad Seeds, connaît un succès international avec « Where the Wild Roses Grow » en 1996 et compte plus de 20 albums à son actif. Le dernier album Skeleton Trees, hanté par la mort du fils de Cave, a été acclamé par la critique.
    À côté de sa carrière de chanteur, Nick Cave collabore très régulièrement pour le cinéma. Il est ainsi le créateur de B.O. de films de Wim Wenders (Les Ailes du désir, Si loin si proche) ou de séries comme Peaky Blinders de Steven Knight.
    Il est également l'auteur de neuf livres dont Et l'âne vit l'ange (Le Serpent à plumes) et La Mort de Bunny Munro (Flammarion).

  • Good booty

    Ann Powers

    Good Booty, touche en plein coeur les angoisses, les anxiétés et les espoirs américains : races, féminisme, mariage, jeunesse, liberté...
    S'appuyant sur des études approfondies portant sur le genre et la sexualité, Powers narre comment les histoires d'amours impossibles, sauvages, orgasmiques, des sensibilisateurs du soft rock, des puritains punks, jusqu'aux cyborgs tels Britney Spears, créés pour définir l'érotisme musical tout aussi sexuel que libre et libérateur. Good Booty raconte comment la musique populaire est devenue la forme primaire de l'art érotique américain.

    Sur plus d'un siècle de musique, on regarde avec un éclairage nouveau : Jim Morrison et Beyoncé, Joséphine Baker, les Beatles, Madonna, ou Billie Holiday, mais aussi les méconnues Florence Mills ou Dorothy Love Coates.
    />

  • Pour toute une génération éprise de liberté, San Francisco, dominée par le quartier d'Haight-Ashbury, représente entre 1965 et 1970 le pôle d'attraction suprême. C'est le jardin délirant où s'épanouissent les fleurons du rock d'alors, du Grateful Dead à Janis Joplin, en passant par Jefferson Airplane, Quicksilver et Blue Cheer. Se fondant sur une documentation d'une grande richesse, Barney Hoskyns retrace avec vigueur et précision non seulement l'aventure collective d'une scène musicale et les trajectoires individuelles de ses acteurs, mais l'histoire d'une ville où se sont cristallisées, au cours d'un long Summer of Love, la plupart des expériences sociales et culturelles des années 1960. Son San Francisco invite à décrypter, en musique, les liens entre le courant beat et le mouvement hippie, le dérèglement des sens et l'usage des plaisirs, la contestation et l'émergence d'une contre-culture défiant le monde des adultes, jusqu'à la perversion finale, par la drogue, le radicalisme politique, la violence des gangs et les convoitises de l'industrie musicale.

empty