Le Mot Et Le Reste

  • De sa jeunesse américaine dans le Sud ségrégationniste à ses dernières années passées en France, la vie de Nina Simone se lit comme un roman.
    Enfant prodige blessé par le racisme, elle fait ses débuts dans les clubs douteux d'Atlantic City avant de triompher sur les scènes du monde entier. Très tôt engagée dans la lutte pour les droits civiques, elle mêle avec succès art et militantisme, mais des problèmes personnels graves viennent entraver sa carrière. Après des années de galère, notamment parisiennes, elle renoue avec le succès grâce au triomphe inattendu de « My Baby Just Cares For Me ». Cette biographie exhaustive met en lumière le parcours d'une artiste, tardivement reconnue comme la créatrice majeure qu'elle a été, et son influence qui dépasse largement le cadre de la musique.

  • Il était une voix, la voix exceptionnelle d'une jeune femme, noire et pauvre, née dans le sud des Etats-Unis en 1917. Ella Fitzgerald sacrifie sa vie au public et à la musique, jusqu'à se fondre en elle. Ses scats endiablés, ses interprétations lumineuses et son art de l'improvisation le prouvent : elle fait corps avec le rythme, transcende les mélodies et sublime chaque parole. Sa musique ne connaît aucune frontière, de style, de classe ou de couleur : le swing des big bands, le be-bop des clubs embrumés, les comédies musicales de Broadway et les ballades de Tin Pan AIley.
    Ella chante en égale avec Louis Armstrong, Frank Sinatra, Count Basie et tous les plus grands, donne leurs lettres de noblesse aux meilleurs compositeurs américains ; la First Lady of swing interprète l'opéra de Gershwin, le jazz de Duke Ellington, la bossa-nova de Jobim et même la pop des Beatles. Dans une Amérique dévorée par le racisme, la voix d'Ella combat toute forme de ségrégation. Avec l'aide de son manager Norman Granz, cette artiste respectée dans le monde entier fait entrer les artistes noirs dans les lieux qui leur sont interdits, contribuant à conquérir la dignité qui leur est due.

  • En 1990, Kathleen Hanna a 22 ans et l'envie d'en découdre. On lui dit que le punk est une affaire d'hommes ? Que les artistes au féminin ne valent rien ? Qu'à cela ne tienne, Hanna et ses consoeurs fomentent une révolution culturelle et politique. De Seattle à Washington, d'expos en concerts, de festivals en fanzines, les Riot Grrrls fédèrent les laissées-pour-compte du punk. Inspirées par leurs aînées féministes, elles créent un espace à elles où les filles sont enfin entendues et légitimes, une guitare à la main.
    Evidemment, leur Revolution Girl Style Now ne se passe pas sans remous... Trente ans plus tard, alors que Bikini Kill remonte sur scène, Mathilde Carton montre que ces figures furieuses et touchantes ont mené, dans le giron de l'underground, un combat dont l'écho a ouvert la voie aux Spice Girls, Alanis Morissette, Beyoncé et même Miley Cyrus.

  • Né pauvre dans le Mississippi du début du XXe siècle et ?mort à seulement 27 ans, Robert Johnson fait figure de météore dans l'univers de la musique américaine. Au cours de sa carrière chaotique, il n'a enregistré que vingt-neuf chansons qui l'installèrent pourtant comme l'un des plus grands bluesmen de tous les temps. En vingt-neuf chapitres habilement agencés, Jonathan Gaudet imagine la brève existence d'un homme dont la légende dit qu'il aurait vendu son âme au diable en échange de la renommée. Vingt-neuf morceaux devenus des références ; vingt-neuf routes qui se rejoignent dans la nuit ; vingt-neuf âmes patientant à la croisée des chemins.

  • Tout semble avoir été dit sur Jimi Hendrix. Son enfance difficile à Seattle a été analysée, son jeu de guitare révolutionnaire décortiqué, son empreinte sur le rock étudiée, jusqu'à son anatomie modelée. Cependant, cinquante ans après sa mort tragique le 18 septembre 1970, la personnalité chatoyante du guitariste recèle encore bien des nuances. Au cours des Variations, Jeanne-Martine Vacher retrace la vie de Jimi Hendrix en s'imprégnant de souvenirs d'enfance, photos d'archives et paroles de chansons.
    Elle tisse ainsi une toile de résonances musicales, littéraires, cinématographiques, picturales qui convoque compositeurs, musiciens - Jean-Sébastien Bach, Robert Johnson, Bob Dylan... - et écrivains - Victor Hugo, James Baldwin... En suivant le fil de son existence, on croise les routes et les lieux qui l'ont vu émerger et rencontre les témoins de sa métamorphose en une icône fragile et éternelle.

  • John Lee Hooker Nouv.

    De John Lee Hooker, on connaît surtout la légende : l'enfant qui a vu et entendu jouer Charley Patton et Blind Lemon Jefferson, le fugueur hobo de 14 ans, le guitariste improbable qui ne pouvait jouer qu'en solo, et une carrière faite de succès fulgurants, comme « Boom Boom » ou « Boogie Chillun », et d'oublis relatifs.
    Entre construction du mythe et négligence biographique, il a beaucoup contribué à cet état de fait. Démystifiant ce qui doit l'être, ce livre s'attache à éclairer sa vie, débusquant ses ruses et sauts de côté. Car Hooker est un personnage faussement simple, irrégulier, à la fois rusé et envoûtant, sachant s'adapter aux lois du marché tout en restant éminemment singulier. Mais, malgré ce brouillard, une chose ne trompe pas : on reconnaît dans la seconde un riff de Hooker.

  • Dalida, Mythe et mémoire situe le vaste succès commercial de la chanteuse dans son contexte historique, musical et idéologique, et analyse l'ambivalence de ses nombreuses identités, de séductrice exotique à femme tragique, d'Orientale à disco queen. En tant que star de la chanson, elle est un personnage musical et médiatique complexe, dont les accusations de ringardise, fréquentes de son vivant mais rares par la suite, signalent l'évolution des catégories de "variété commerciale" et de "bonne chanson" dans la culture contemporaine. Aux fans de tous âges, ce livre offre un regard neuf sur les raisons d'un succès ; aux curieux, il explique la construction d'un mythe. Pour tous, il célèbre la riche carrière et la mémoire d'une chanteuse-caméléon.

  • Né en 87 à Compton, Californie, bercé par la soul, le rap et le jazz, Kendrick Lamar s'inscrit dans la lignée d'artistes tels que Dr. Dre, 2PAC ou Snoop Dogg tout en dépassant les clichés associés au gangsta rap en prônant l'unité et le respect. Ses cinq albums plébiscités par la critique et le public lui ont permis de déjouer les pronostics en s'élevant au-dessus de la misère et des gangs associés à sa ville natale. Avec des textes qui puisent leurs influences dans la littérature noire américaine et les idéaux des grandes figures des mouvements sociaux, il devient la voix d'une génération laissée à l'abandon dans les ghettos. Cette biographie, tissée sur place au contact de son entourage, retrace le parcours de l'un des nouveaux «rois du hip-hop», couronné en 2017 d'un prix Pulitzer.

  • Chanteur halluciné pour initiés mais connu du grand public, acteur césarisé, collaborateur des rappeurs, Philippe Katerine est devenu incontournable ces 15 dernières années sans jamais ne rien perdre de son authenticité. Il n'a pas eu à s'adapter à son public car, progressivement, c'est son public qui s'est adapté à lui. Qu'est-ce qui a fait que Philippe Blanchard, jeune vendéen à la timidité maladive, qui dessinait des Jésus en érection pendant les cours et se faisait appeler Poubelle , se mette à composer un disque, en 1992, sous le pseudonyme de Katerine ? De ses débuts dans la Nouvelle chanson française, à la reconnaissance du public avec son tube « Luxor, j'adore » en 2005, Katerine se raconte à Thierry Jourdain dans cette biographie passionnante et décalée.

  • Il y a quarante ans, le suicide de Ian Curtis mettait un terme à l'histoire de Joy Division, l'une des formations les plus novatrices de l'histoire du rock anglo-saxon. Au terme d'une carrière météorique, le groupe britannique laissait deux albums emblématiques, Unknown Pleasures et Closer, ainsi qu'une poignée de singles appelés à faire date, « Transmission », « Atmosphere » ou encore « Love Will Tear Us Apart ». Mieux encore, les quatre musiciens léguaient un son unique, ciselé sous la férule d'un producteur de génie, Martin Hannett, et qui n'a pas cessé depuis lors d'inspirer les musiciens du monde entier. L'étude qui suit se propose de revenir sur les chansons qui ont fait leur carrière, depuis leurs débuts sous le nom Warsaw à la longue transition d'un an conduisant les survivants de Joy Division à se réinventer via New Order.

  • Un demi-siècle après ses débuts, la carrière protéiforme de David Bowie représente encore un modèle en termes d'art audiovisuel, constamment à la frontière de l'avant-garde et du divertissement. Croisement d'influences et de collaborateurs sans cesse renouvelés - notamment Andy Warhol, Brian Eno, Nile Rodgers ou Nine Inch Nails - l'oeuvre de Bowie se veut en perpétuelle mutation. Ayant inspiré pendant des décennies des créateurs aussi divers que Joy Division, Prince, Radiohead ou Lady Gaga, tous marqués par son travail sur le rapport entre musique et image et par l'équilibre qu'il instaure entre expérimentation et pop music, Bowie est à l'honneur dans le livre de Matthieu Thibault. Il analyse ainsi la discographie complète de l'artiste période par période, collaborateur par collaborateur, des premiers singles mods du milieu des sixties jusqu'aux adieux étincelants de Blackstar en janvier 2016.

  • Kim Gordon, membre fondateur de Sonic Youth et modèle pour toute une génération raconte sa vie d'artiste. De son adolescence dans la Californie des années 1960, elle emmène le lecteur dans le New York des années 1980 qui vit apparaître le post punk, le noise et la no wave, creuset qui permit à Sonic Youth de prendre son envol. C'est à cette époque qu'ils participèrent à un renouveau du rock qui pava la route de groupes aussi importants que Nirvana. Ce livre explore l'évolution de Kim Gordon dans le milieu de la musique et des arts et les différentes facettes du personnage, entre énergie brute - dans sa musique et sur scène - et vie de famille. Cet ouvrage rythmé par le spectacle d'une société en pleine évolution plonge le lecteur dans l'intimité d'une grande artiste.

  • Virtuose, explosive, Janis Joplin, première star féminine du rock, transgressa toutes les lois du genre, qu'il soit sexuel ou musical. Amoureuse de sa voix et de son personnage, Jeanne-Martine Vacher est partie à sa rencontre, passant par le Texas, la Californie, New York et Denver. Entre émotions et réflexions, à travers la découverte des lieux et des paysages qui furent siens, à l'écoute des paroles croisées de ses intimes et des acteurs emblématiques de l'époque, Sur la route de Janis Joplin dessine le portrait complexe d'une femme et d'une musicienne dont le destin flamboyant rencontra l'Histoire américaine des années cinquante et soixante: féminisme, mouvement gay, lutte pour les droits civiques, hédonisme hippie

  • Kate Bush, née en 1958 au Royaume- Uni, est une auteure-compositrice-interprète de rock britannique.
    Son style musical éclectique et ses performances vocales de soprano ont fait d'elle la chanteuse britannique qui a eu le plus de succès ces trente-cinq dernières années.
    En 1978 Kate Bush est en tête du UK Singles Chart avec son premier 45-tours « Wuthering Heights », faisant d'elle la première et la seule femme ayant composé sa musique à atteindre le sommet des classements au Royaume-Uni. Au fil de ses dix albums, elle a cultivé un sens de l'audace et de l'autonomie, transgressant de manière unique les codes de la pop, imposant sans compromis sa vision. Après sa première et dernière tournée en 1979, cette icône est revenue sur scène en 2014 avec un succès foudroyant.

  • Sinatra est la première rock star, le modèle d'Iggy Pop et Jim Morrison, le «big bang de la musique populaire» pour Bono. Artiste intuitif et talentueux, il a inventé les codes de la musique contemporaine, album concept et 33-tours compris. Sa voix, ses qualités d'interprète et son sens de la musique ont assis sa popularité, d'une longévité inédite, jusqu'à sa mort en 1998. Fils d'immigrés, fervent démocrate et partisan des droits civiques, self made man qui a chuté pour mieux ressusciter, acteur et homme d'affaires au tempérament volcanique, modèle de virilité et séducteur invétéré, Sinatra avait tout pour devenir le héros américain du XXe siècle. Ami des stars, intimes des présidents et des parrains de la mafia, il incarne la mythologie de ce pays avec toutes ses parts d'ombre.

  • Étienne Daho investit les ondes au début des années 80, dans le giron du mouvement rock rennais, et devient rapidement incontournable, en ce qu'il s'inscrit parfaitement dans son époque avec un titre comme "Week-end à Rome". Le succès arrive rapidement et ce jeune oranais devient le représentant d'une pop à la française - naviguant entre new wave, synth-pop et chanson française - qu'il parviendra à réinventer au fil de ses treize albums. Si l'auteur s'attache à remonter le parcours du chanteur en s'appuyant notamment sur ses témoignages, c'est aussi, et surtout, via ceux de ses nombreux collaborateurs (Brigitte Fontaine, Françoise Hardy, Jeanne Moreau, Marquis de Sade, Dominique A, Rone) qu'il brosse le riche portrait d'un artiste global, indifférent aux frontières entre les formes d'art.

  • Tout le monde connaît Mariah Carey : ses vocalises, son tube de Noël, ses frasques de diva. Mais peu de gens connaissent l'artiste. Fréquemment écartée par snobisme, mal appréciée, elle n'est pourtant pas une simple chanteuse : musicienne complète, à la fois choriste soignée et vocaliste disposant d'un instrument atypique dont elle explore toutes les possibilités, elle est une parolière précieuse ainsi qu'une productrice impliquée. Chanteuse à l'image hybride, mélange de cantatrice, de pop star et de rappeuse, figure importante des croisements entre musique blanche et musique noire, Mariah Carey a participé à entériner la fusion, alors inédite dans les années quatre-vingt-dix, entre les mondes de la pop et du hip-hop. Casta Diva dessine, au fur et à mesure de son parcours, la mythologie de l'artiste, qui doit autant aux fantasmes qu'à son talent incontestable.

  • Joni Mitchell n'a cessé, en quarante ans d'un parcours de pionnière, d'être là où on ne l'attend pas. Elle conquiert à vingt-cinq ans la Californie du Flower Power avec des chansons qui transcendent le folk. L'amplitude de sa voix cristalline, son lyrisme, les accordages spéciaux qu'elle forge à la guitare et l'originalité de ses compositions fascinent un Eric Clapton ou un Jimi Hendrix. Mais si Mitchell a écrit « Woodstock », elle défriche bientôt d'autres terres - rock, jazz, fusion et même world music. Dès les années quatrevingt, elle développera une critique virulente de la cupidité et du consumérisme, plus que jamais d'actualité. En dix-neuf albums studio, celle qui a joué avec Herbie Hancock et Peter Gabriel, inspiré Prince ou Björk, a modifié le cours de l'histoire de la musique.

  • Mais qu'est-il arrivé à Nino Ferrer et à son oeuvre ? Pourquoi celui qui a illuminé les 60's en recréant un R&B à la française, puis qui s'est lancé dans les 70's, entre deux classiques imparables («Mirza», «Le T éléfon», «Le Sud») dans une musique ambitieuse mélangeant rock progressif et débridé a-t-il insensiblement disparu de la scène médiatique ? Nino Ferrer est un cas à part dans l'univers musical français, un paradoxe à lui seul. Rares sont les artistes à avoir bénéficié toute leur carrière d'une telle notoriété, en ayant connu une aussi longue traversée du désert. À partir des interviews données par Nino Ferrer, de rencontres avec sa famille et certains témoins essentiels, ce livre retrace le parcours d'un homme libre et replace son oeuvre dans la grande histoire de la pop music.

  • Alexis Hache revient sur le parcours du groupe qui s'est le mieux vendu de l'histoire, par sa capacité à retranscrire mieux que quiconque la californian way of life sur des albums restés célèbres.
    Dès 1972 et la sortie d'Eagles, premier album porté par « Take It Easy », Glenn Frey, Don Henley, Bernie Leadon et Randy Meisner marquent de leur empreinte le rock américain. Déterminés à embrasser le succès et la gloire, convaincus que le country rock peut conquérir les charts, les Eagles gravissent une à une les marches qui les mèneront tout droit vers le zénith. Avec eux, c'est toute une scène rock californienne qui a profité dans les 70's de l'effet Eagles et aujourd'hui encore, la musique country actuelle surfe sur ce son travaillé avec précision il y a plus de 45 ans.

  • Nico fut tout à la fois amante, égérie des plus grands : Bob Dylan, Lou Reed, Jim Morrison, interprète de classiques du rock avec le Velvet Underground, « Femme Fatale », « All Tomorrow's Parties » mais aussi auteur d'albums solo incomparables. Enfant de la guerre et des ruines, Nico ne pouvait se contenter d'être un joli visage. Pour Fellini d'abord, elle incarne la princesse des nuits décadentes de La Dolce Vita, avant de devenir une superstar warholienne et chanteuse du Velvet Underground. Modèle des films expérimentaux de Philippe Garrel, Nico, qui chantait dans les cathédrales gothiques comme dans les clubs les plus sordides, cette solitaire héroïne de tragédie, fascinée par la chute et l'autodestruction, dont la devise était Créer pour exister est décédée en 1988 à Ibiza.

  • D'abord compositeur et musicien dans le groupe Heatmiser, le jeune Elliott Smith de Portland travaille rapidement seul à la composition d'albums très sobres à guitare/voix dont le succès est grandissant.
    Conformément à son style de vie, il met en place un univers poétique, sombre et délicat, à contre-courant du grunge qui envahit la planète et les 90's. La reconnaissance vient de sa rencontre avec Gus Van Sant pour lequel il écrira « Miss Misery » pour le film Will Hunting. Nominée aux oscars en 1998 face au mastodonte « My Heart Will Go On » interprété par Céline Dion pour Titanic, la chanson, et son interprétation lors de la cérémonie, marquent les esprits et posent le jeune génie en étendard du cool. Cette reconnaissance ne l'empêchera pas de mettre fin à ses jours à l'âge de 34 ans.

  • Figure mythique du rock, membre fondateur de Pink Floyd dont il est le principal auteur et compositeur jusqu'au premier album, Syd Barrett sera viré du groupe dès 1968 en raison de ses excès de drogues et d'une santé mentale inquiétante. Il a 22 ans. La légende débute. Jean- Michel Espitallier cherche à comprendre les mécanismes qui créèrent le mythe de Syd Barret. Dans un style unique, drôle et érudit il en dresse un portrait touchant, à moins que ce ne soit le portrait de toute une époque. Il parle de Syd bien sûr mais aussi de lui-même et de leur vraie-fausse rencontre, des années soixante et soixantedix, du rock et de ses légendes, de Rimbaud, des feux follets qui marquèrent les arts avant de s'éteindre, des fans et de la jeunesse éternelle, de son besoin constant de réinvention.

empty