Encyclopédies

  • Dictionnaire amoureux de l'Ukraine

    ,

    • Plon
    • 12 Mai 2022

    « Nous sommes un peuple de 42 millions d'habitants sur un territoire plus vaste que la France ou qui l'était, jusqu'à ce que la presqu'île de Crimée lui soit arrachée. Notre civilisation est plus ancienne que celle de la Russie, nos liens avec la France remontent au Moyen Age. L'Ukraine était un royaume avec Kiev pour capitale quand Moscou n'était qu'un bourg au milieu de nulle part.
    Pendant plus de trois siècles, nous sommes passés pour la province d'un empire qui nous avait pris jusqu'à notre nom. Mais lorsque les murailles de l'Union soviétique sont tombées, notre « terre qui n'est pas la nôtre » comme l'écrivait le poète, s'est réveillée. Enfin, elle allait pouvoir choisir son destin et cesser de suivre celui imposé par les autocrates de l'Est. Vingt-deux ans plus tard, Vladimir Poutine a cru pouvoir mettre un terme à cette « récréation ». Au nom d'un génocide, sorti de son imagination, contre les russophones, il a cru que ses soldats seraient accueillis avec le pain et le sel. Pour annexer l'Ukraine, il suffisait de cent cinquante mille hommes et d'un déluge de bombes. Écrase-t-on une idée avec un marteau ?
    Je suis née à Kiev. Mon père est mort pendant la Seconde Guerre mondiale. Il portait l'uniforme soviétique, comme près de sept millions de soldats ukrainiens. Près de la moitié ont été tués.
    Violoniste, professeur au Conservatoire national supérieur de Kiev, j'ai reçu, à Moscou, les conseils du meilleur des hommes, un des rares violonistes dont les Français connaissaient le nom : David Oïstrak, né en Ukraine où il a étudié et commencé sa carrière. Et j'ai aimé de toute mon âme d'artiste la culture ukrainienne, de Chevtchenko, notre Hugo, à Silvestrov, comme j'ai aimé la culture russe, de Tchaïkovski à Tolstoï et Dostoïevski.
    Dans l'après-guerre, ma mère qui avait été chanteuse à l'opéra de Kiev, voulut me faire apprendre le français... « A quoi cela lui servira-t-il ? » lui demandait-on. Personne ne pouvait alors quitter l'Union soviétique.
    J'aimerais aujourd'hui raconter aux Français pourquoi notre identité n'est pas une invention de Maïdan, et pourquoi les Ukrainiens, tenaces, têtus, courageux, à l'image du boxeur Klitchko, montagne des rings qu'aucun coup ne parvenait à ébranler, font envers et contre tout, et depuis si longtemps, le choix de l'Europe et de la démocratie.
    Une nation est, comme un diamant, composée de milles facettes, si scintillantes que parfois elles nous aveuglent. Nous sommes le passé, le présent, les vivants et les morts, l'histoire et la géographie, la poésie, les oeufs peints de Pâques, les chemises brodées, le bortsch. Et la passion.
    La Russie, si prompte à renouer avec ses vieux démons, nous accuse du crime de fascisme : mais qui se trompe d'époque ?
    Aux femmes qui ont accouché sous les bombardements, à ceux qui se sont terrés dans leurs caves, à ceux qui ont passé leur rage en fabriquant des « cocktails ukrainiens », à ceux qui tiraient les missiles stinger, à ceux qui distribuaient la nourriture dans les supermarchés, à ceux qui posaient les garrots, à ceux qui les fabriquaient, au sniper qui abattit le général Tchétchène, à tous ceux qui se sont battus, à ceux qui ont attendu. Et même à ceux qui doutent encore que l'Ukraine existe, je dédie ce livre. »

  • Dictionnaire amoureux de l'archéologie

    ,

    • Plon
    • 23 Septembre 2021

    On dit volontiers de l'archéologie qu'elle est passion. Et c'est vrai. L'amour n'est donc pas loin, et il semble donc (presque) simple d'en faire un dictionnaire qui le décline à l'envi ! Elle est aussi science, sérieuse et savante. C'est avec ces certitudes, et avec la conviction qu'il fallait oser, que ce dictionnaire amoureux a été conçu. Un mot le résume sans doute, celui de mosaïque, invitant le lecteur à un regard à deux distances : de près, au niveau de la notice attendue ou qui le surprendra, érudite ou humoriste qui donnera des détails sur un aspect en particulier de l'archéologie ; de loin, à un niveau plus global de l'ouvrage qui lui donnera une vision d'ensemble de l'archéologie telle que l'auteur la vit, l'aime, l'étudie, l'enseigne et la promeut. C'est donc ainsi guidée, que la liste des entrées a été déclinée, de A à Z en n'omettant aucune des lettres de l'alphabet. S'y côtoient donc : Angkor, British Museum, céramique, civilisation, détectoriste, Dieu, Gaulois, Il était une fois l'homme, Jones (Indiana), Lascaux, Néandertal, préfet, Rahan, sexe, Sutton Hoo, Taureau, trous (de poteaux), Xi'an, ZEE, et tant d'autres !

  • Pionnières : artistes dans le Paris des années folles

    Mathilde de Croix

    • Gallimard
    • 10 Mars 2022

    Les années 1920, ou «Années folles», sont une période de bouillonnement et d'effervescence culturelle, de fêtes et d'exubérance, synonymes d'une libération des moeurs et d'une première émancipation des femmes. Paris, et plus précisément les quartiers de Montparnasse et de Montmartre, est l'épicentre de cette décennie enjouée. Les artistes femmes jouent un rôle primordial dans le développement des grands mouvements de la modernité. Elles peuvent posséder un atelier, une galerie ou une maison d'édition, représenter des corps nus, qu'ils soient masculins ou féminins, et interroger ces catégories. Elles sont libres de vivre leur sexualité, quelle qu'elle soit, de choisir leur époux, de se marier ou non et de s'habiller comme elles l'entendent. Leur vie et leur corps sont les outils de leur art, qu'elles réinventent dans tous les matériaux, sur tous les supports, dans un esprit interdisciplinaire et performatif. Pour ces artistes, les années 1920 sont un moment de respiration avant les désastres des années 1930 et 1940, qui causeront en partie leur oubli historique.

  • Dictionnaire des symboles

    Chevalier/Gheerbrant

    • Bouquins
    • 19 Décembre 1997

    C'est trop peu de dire que nous vivons dans un monde de symboles, un monde de symboles vit en nous. De la psychanalyse à l'anthropologie, de la critique d'art à la publicité et à la propagande idéologique ou politique, sciences, arts et techniques essaient de plus en plus aujourd'hui de décrypter ce langage des symboles, tant pour élargir le champ de la connaissance et approfondir la communication que pour apprivoiser une énergie d'un genre particulier, sous-jacente à nos actes, à nos réflexes, à nos attirances et répulsions, dont nous commençons à peine à deviner la formidable puissance. Des années de réflexions et d'études comparatives sur un corpus d'informations rassemblées par une équipe de chercheurs, à travers des aires culturelles recouvrant la durée de l'histoire et l'étendue du peuplement humain, les auteurs ont tenté de donner à voir le cours profond du langage symbolique, tel qu'il se ramifie dans les strates cachées de notre mémoire. Chacun sentira bien l'importance de ce Dictionnaire. Plus de mille six cents articles, reliés par des comparaisons et des renvois, souvent restructurés à la suite d'une longue maturation, permettent de mieux approcher la nudité du symbole, que la raison dans sa seule mouvance ne parviendrait pas à saisir. Cette somme unique ouvre les portes de l'imaginaire, invite le lecteur à méditer sur les symboles, comme Bachelard invitait à rêver sur les rêves, afin d'y découvrir la saveur et le sens d'une réalité vivante.

  • Proust et le temps : un dictionnaire

    Isabelle Serça

    • Le pommier
    • 16 Mars 2022

    « Qu'est-ce donc que le temps ? disait saint Augustin, si personne ne m'interroge, je le sais ; si je veux répondre, je l'ignore. » A` la fois variable t dans une équation, sentiment de la durée bien décrit par Bergson ou encore scène ou` se déroule l'histoire des hommes en société... ?

    Sous la forme d'un mini-dictionnaire permettant cette pluralité d'approches, écrivain, physicien, linguiste, géochimiste, historien, neurobiologiste, plasticien ou encore économiste se proposent de croiser leurs conceptions du temps avec celles de Proust, dans l'oeuvre duquel il est le personnage principal (à moins que ce ne soit la mémoire...).

    Autant d'invitations à des promenades buissonnières à travers les sciences, les arts et les lettres, sous le regard du plus grand maître du temps : Proust lui-même !

  • Dictionnaire amoureux du parfum

    Elisabeth de Feydeau

    • Plon
    • 18 Mars 2021

    Écrire un Dictionnaire amoureux du Parfum a toujours été un rêve pour moi. Grande admiratrice et lectrice de cette collection, j'étais amoureuse de cette idée de pouvoir déclarer un jour ma flamme au parfum, l'objet de tous mes agréables tourments. Enchanteur, conteur, séducteur, le parfum m'attire depuis bien des années le nez et l'esprit. Il m'a prise un jour sans crier gare et depuis je ne me lasse pas d'essayer de comprendre et d'entrer dans « cette haute puanteur », ainsi que le nommait Michel de Montaigne, qui donne naissance à un espace voluptueux.
    Le parfum ne peut se résumer à une simple marchandise. Il est bien davantage. « Le parfum, c'est l'odeur plus l'homme », disait Jean Giono, soulignant cette nécessaire rencontre entre la peau et l'effluve, pour que s'exprime un parfum, en s'animant sur l'être qui le porte et même en le prolongeant. Le parfum fait parler le silence. Il habite l'absence. C'est pour cela qu'au travers d'un dictionnaire amoureux du parfum, j'ai à coeur de mettre en valeur tout le romanesque qu'il contient. Un parfum raconte une histoire, celle des êtres et de leur époque. Il touche les sensibilités et il unit les cultures, en restant une douce ou violente constante dans l'amour.

  • Dictionnaire amoureux ; du polar

    Pierre Lemaitre

    • Plon
    • 22 Octobre 2020

    « Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d'accord, ce sera ma première licence : je parle d'un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
    S'agissant d'un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
    Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d'excellents ouvrages (j'en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l'éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c'est le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près).
    Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de découvrir des choses que je sais déjà. C'est un peu comme pour le Nobel de littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je connais déjà le nom, j'ai l'impression d'être cultivé. J'espère que ce Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l'envie de lire et de relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu'on en dise, reste durablement marquée par le prosaïsme de ses origines.
    Alphabétique (de « s'abîmer » à « vouloir-saisir »), totalement subjectif (« on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE »), sans prétention à l'exhaustivité..., je crois que les Fragments d'un discours amoureux (1977) peut être considéré comme l'ancêtre des Dictionnaires amoureux. Puisqu'il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc ici, à la lettre, l'exergue de Roland Barthes : C'est donc un amoureux qui parle et qui dit : »

  • Dictionnaire amoureux des îles

    Hervé Hamon

    • Plon
    • 5 Novembre 2020

    Ce n'est pas parce qu'il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu'Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n'est pas parce qu'il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent.
    L'île, avant l'île, c'est le voyage vers l'île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l'exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d'un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre.
    Les îles ne sont pas des navires à l'ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d'eau, elles racontent nos convoitises, nos guerres, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d'écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude.
    Pas étonnant que la littérature s'en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchékov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l'île du diable, Soljenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le A d'océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n'a jamais mis les pieds).

  • Les musées et jardins Albert Kahn

    Luce Lebart

    • Gallimard
    • 10 Mars 2022

    Au coeur de la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle et en plein essor du capitalisme, Albert Kahn, fils de marchand de bestiaux alsacien, crée sa propre banque et devient immensément riche. Profondément humaniste, il consacre sa vie à une oeuvre pacifiste protéiforme, ponctuée par la création de multiples fondations, de jardins extraordinaires et d'une entreprise de couverture photographique et filmique d'un monde en pleine transformation : les Archives de la Planète. Un héritage patrimoinial inestimable.Situé à Boulogne-Billancourt, aux portes de Paris, le musée abrite ces collections exceptionnelles (Plus de 100 heures de films, 72 000 autochomes en couleurs) dans un écrin de verdure aux multiples paysages créé par Albert Kahn : jardin japonais, jardin à la française, roseraie, forêt vosgienne, jardin anglais, etc. C'est à ce parcours extraordinaire que nous invite cet ouvrage sous la forme d'une promenade dans les pas d'Albert Kahn et dans ses collections.

  • Dictionnaire des expressions idiomatiques

    Ashraf/Miannay

    • Librairie generale francaise
    • 25 Août 1999

    Trésor de la mémoire du français et témoin de sa diversité géographique et culturelle, ce dictionnaire des "curiosités françaises" rassemble plusieurs milliers d'expressions idiomatiques.


    Le lecteur y trouvera, classées selon l'ordre alphabétique, des expressions figées depuis longtemps comme à la fortune du pot, avoir maille à partir ou battre la campagne, mais aussi les formes les plus récentes, telles que lâche-moi les baskets. La mention des niveaux de langue lui permettra de choisir à bon escient entre y a pas le feu et il n'y a pas péril en la demeure, entre brider la bécasse, mener en bateau, dorer la pilule et induire en erreur.


    Pour le simple curieux, comme pour l'élève, l'étudiant ou le professeur, français ou étranger, ce dictionnaire phraséologique est un complément indispensable aux dictionnaires de mots. Il offre un florilège de cet ensemble si riche, si imagé et si vivant du lexique français que sont les gallicismes.

  • « Je voudrais bien savoir, dit Molière, si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire ». Partant de ce constat, Metin Arditi examine d'une plume tendre les formes dans lesquelles s'incarne cet impératif de séduction : le goût du beau, le principe d'élégance, le sens de l'apparat, mais aussi le souci de légèreté, l'humour, l'art de la conversation, un attachement historique à la courtoisie, l'amour du trait assassin, la délicatesse du chant classique « à la française », un irrésistible penchant pour la théâtralité, l'intuition du bon goût, la tentation des barricades, une obsession du panache, et, surtout, une exigence de liberté. En un mot, le bonheur à la française.
    À l'heure où chacun s'interroge sur la délicate question de l'identité, ce dictionnaire rappelle que l'esprit français est, surtout, un inaltérable cadeau.
    Une lecture qui fait plaisir... et pousse à réfléchir.

  • Dictionnaire amoureux de l'entreprise et des entrepreneurs

    Collectif

    • Plon
    • 28 Octobre 2021

    Victor Hugo déplorait déjà l'ingratitude « pour le don nécessaire, jamais pour le don du superflu » et le manque de reconnaissance pour celui qui « vous donne le pain quotidien » contrairement « à qui vous donne la parure ». C'est sur ce constat qu'est née l'idée de ce Dictionnaire amoureux. Il répondait à un besoin, celui de la reconnaissance. Celui aussi de partir à la conquête du coeur des Français auprès desquels l'image de l'entreprise et des entrepreneurs est dépréciée.
    Et pour ce faire rétablir quelques vérités premières. Proclamer que l'argent n'est pas forcément sale, que les patrons ne sont pas tous des voyous, que faire du profit n'est pas honteux, que le laisser-faire n'entraîne pas naturellement le laisser-aller. Bref, faire la pédagogie de l'entreprise, ce que notre école se grandirait de mieux faire.
    Dire que la raison d'être de l'entreprise n'est pas la quête exclusive et frénétique du profit et que souvent mieux que d'autres, elle est au service du bien commun.
    Dire qu'elle n'est pas à l'origine de nos problèmes, les inégalités sociales, la pollution et les discriminations mais qu'elle en est la solution.
    Dire aux jeunes si méfiants vis-à-vis de l'entreprise qu'ils y trouveront souvent mieux qu'ailleurs la réponse à leur quête de sens, d'éthique et d'intégrité.
    Que créer son entreprise est une aventure enthousiasmante qui n'est pas réservée à une élite diplômée mais ouverte à tous ceux qui veulent réussir leur vie et le faire au service des autres.

  • La nouvelle édition du dictionnaire de référence sur la littérature française : un outil indispensable pour les lycéens et les étudiants du 1er cycle universitaire.
    - Classés dans l'ordre alphabétique, 600 articles permettant de couvrir :
    - les principaux mouvements et courants littéraires ;
    - les auteurs majeurs et les oeuvres phares ;
    - les personnages célèbres ;
    - toutes les notions littéraires (genres, registres, figures de style, etc.).
    - Cette nouvelle édition prend en compte le nouveau programme de français en 2de et 1re. Elle intègre notamment des cartes mentales sur les thèmes clés de ce programme.
    - Un outil indispensable aux lycéens, pour préparer l'épreuve anticipée du bac de français, et aux étudiants du 1er cycle, pour approfondir leur culture littéraire.
    Un ouvrage qui s'adresse également à tous ceux qui s'intéressent à la littérature française.

  • Camées et intailles : l'art des pierres gravées

    Philippe Malgouyres

    • Gallimard
    • 7 Avril 2022

    Avec plus d'une centaine de précieux chefs-d'oeuvre choisis dans les plus grands musées du monde ou dans des collections privées, cet ouvrage de référence est une initiation à l'histoire de la glyptique, art des pierres gravées en relief (camées) ou en creux (intailles), qui n'a cessé de fasciner monarques, esthètes et collectionneurs depuis l'Antiquité.Au fil d'une promenade chronologique, l'auteur nous invite à contempler ces objets raffinés dans lesquels la beauté naturelle de la pierre est magnifiée par l'habileté et le talent de l'artiste. L'étude des camées et des intailles dépasse largement la simple histoire de la technique, du goût ou des pratiques culturelles:elle nous met en contact avec les strates les plus anciennes et les plus profondes de notre humanité face à la nature.

  • La nouvelle édition du dictionnaire A à Z de culture générale : un outil indispensable pour tous ceux qui veulent consolider leur culture générale.
    Un dictionnaire encyclopédique illustré.
    225 entrées classées par ordre alphabétique et couvrant tous les champs de la connaissance :
    - histoire, géopolitique.
    - sciences politiques, sciences économiques et sociales.
    - sciences et techniques.
    - philosophie.
    - littérature, histoire de l'art.

    Une vision actuelle de la culture générale.
    - Des synthèses problématisées.
    - Des encadrés « Enjeux contemporains ».
    - Des bibliographies pour aller plus loin.

    Des annexes efficaces.
    - Un index détaillé permettant de faire une recherche sur près de 3 000 mots-clés.
    - Une présentation du programme de culture générale en classe préparatoire commerciale, avec des renvois vers les entrées correspondantes.

    Pour qui ?
    L'ouvrage s'adresse particulièrement aux étudiants qui préparent une épreuve de culture générale. Il concerne plus largement tous ceux qui, au-delà des réponses des encyclopédies en ligne, souhaitent disposer d'articles de fond sur des thèmes clés d'hier et d'aujourd'hui.

  • Au coeur de la monnaie de Paris

    Jean-Noël Mouret

    • Gallimard
    • 17 Mars 2022

    De la livre au teston, du franc à l'euro, qu'il s'agisse d'or, d'argent ou de nickel, la Monnaie de Paris est, depuis douze siècles, fidèle à sa vocation:frapper monnaie, tout en innovant et en se réinventant constamment. Installée dans l'actuel hôtel des Monnaies depuis 1775, la plus ancienne entreprise de France reste la dernière usine en activité au coeur de la capitale. Elle y crée monnaies et médailles de collection ainsi que les produits d'art tandis que son usine de Pessac frappe les monnaies courantes depuis 1973. Du Grand Monnayage à l'atelier d'émaillage, de la fonderie aux archives métalliques, des trésors du musée à la découverte d'une architecture originale, cet ouvrage nous dévoile des lieux parfois insoupçonnés et révèle les secrets d'un exceptionnel conservatoire des savoir-faire.

  • Dictionnaire amoureux ; de l'Espagne

    Michel Del Castillo

    • Plon
    • 28 Octobre 2021

    Al-Andalus, Carmen, don Quichotte, Goya, l'Inquisition, Vélasquez, la Tauromachie, mais aussi Franco, Burgos, Almodovar, Picasso, Lorca et Unamuno : voilà quelques-unes des entrées de ce Dictionnaire amoureux, qui parle aussi bien de l'Espagne d'hier que de celle d'aujourd'hui. Ombres et lumières. Autant de prétextes qui en tableaux flamboyants permettent de faire retentir le chant profond de l'Espagne, de suivre le fil qui du plus lointain passé court jusqu'à nos jours. Il fallait toute la culture, la sensibilité et la distance d'un grand romancier pour brosser cette fresque emportée d'un pays qui aura produit l'une des plus hautes civilisations de l'Europe.

  • Brassens : le libertaire de la chanson

    Clémentine Deroudille

    • Gallimard
    • 7 Octobre 2021

    Chacun en connaît l'air ou la chanson : «L'Auvergnat», «Les copains d'abord», «Les sabots d'Hélène», «Les amoureux des bancs publics», «La mauvaise réputation», «Le Gorille»... Autant de petits bijoux qui dessinent un portrait tout à la fois acerbe et tendre de nos contemporains. Sur des arrangements simples, Georges Brassens chante des textes poétiques. C'est là son style, unique. L'homme a vécu pour la littérature, lisant et relisant Villon, Victor Hugo, Apollinaire ou Paul Fort. Celui que l'on disait piètre musicien était pourtant admiré des plus grands jazzmen.
    Clémentine Deroudille raconte le modeste «faiseur de chansons», bientôt auteur-compositeur-interprète au succès exceptionnel, l'artiste libre et généreux, Georges Brassens.

  • Comme on dit chez nous

    ,

    • Le robert
    • 15 Octobre 2020

    Ces mots bien de chez nous chuchotent notre histoire, ce sont les voix hautes en couleur de la France et de ses voisins francophones.
    Un livre truffé d'anecdotes pétillantes, de cartes, d'illustrations et de citations, pour savourer la créativité des français régionaux et se comprendre de Lille à Marseille et de Brest à Strasbourg !
    Très complet et richement illustré, il explore toutes les facettes de la langue des régions avec des anecdotes, des citations littéraires et du quotidien, des curiosités de prononciation, des allusions au patois, des explications sur l'origine des mots locaux, des termes culinaires.
    Un incontournable pour tous les amoureux des mots et tous les curieux de notre pays.

    Les auteurs :
    Mathieu Avanzi : linguiste enseignant à l'Université de Louvain, il a mené de nombreuses enquêtes sur le parler des régions et y a consacré plusieurs articles, un atlas et un blog Aurore Vincenti : linguiste, agrégée de langue et littérature anglaise, elle intervient régulièrement dans les médias sur des sujets de langue française avec des chroniques pétillantes (France Inter, Arte, TV5 Monde, France 2) ;
    Alain Rey : linguiste et lexicographe reconnu, Alain Rey est l'auteur de nombreux ouvrages sur la langue française et l'un des principaux créateurs des dictionnaires Le Robert.

  • Le dictionnaire encyclopédique de l'identité

    ,

    • Folio
    • 8 Octobre 2020

    On ne saurait réduire la question de l'identité aux seuls problèmes des identités nationale, de classe, de genre, de race... À un moment où les revendications identitaires sont légion, il faut revenir en amont d'une tendance courante qui galvaude un concept initialement philosophique pour le mobiliser sur le seul terrain idéologique et politique. Qui suis-je ? Aucune discipline scientifique n'oserait à elle seule penser, affronter et circonscrire cette vieille question métaphysique... et enfantine. En mettant en oeuvre une interdisciplinarité effective, les auteurs ont ici pour ambition d'éclairer cette énigme de l'identité personnelle. L'identité fait l'objet de réflexions plus ou moins rigoureuses dans différents contextes : philosophique, juridique, administratif, social, politique ou encore scientifique. Chacun des domaines a pu prendre position par le passé sur ce qui « constituerait » l'identité. Pensée comme individuelle, l'identité serait tour à tour personnelle, psychologique, sexuelle, génétique, narrative voire imaginaire ; pensée comme collective, elle serait sociale, ethnique, générationnelle, familiale, genrée, linguistique ou encore nationale. Leur constat s'est révélé bien différent : on ne peut penser l'identité à travers un seul prisme, une seule pensée, un seul regard disciplinaire. Définir et comprendre l'identité, nos identités, nécessite de faire des ponts entre ces différents domaines et peut-être aussi de voir leurs incompatibilités ou incohérences. En les ayant ainsi rassemblés, ce collectif espère que ces différents regards portés sur l'identité permettront au lecteur de se faire son propre chemin dans les méandres de cette notion afin, peut-être, d'acquérir une autonomie de pensée sur la question.

  • Dictionnaire amoureux ; de Paris

    Nicolas d' Estienne D'Orves

    • Plon
    • 10 Juin 2021

    "Depuis Accordéon jusqu'à Zucca, on s'enfonce dans les catacombes ; on fait la nuance entre café, brasserie et cabaret ; on va avec Truffaut au Gaumont Palace ; on marche sur les traces d'Hardellet ou de Marcel Aymé ; on guette les derniers vestiges de la campagne sous le bitume ; on fait la tournée des églises et des grandes tables ; on flâne au Palais Royal ou sur la ligne de Petite Ceinture ; on contemple l'Apocalypse et les grandes décapitations ; on s'indigne de tant de vandalisme mais l'on s'enjôle de tant de merveilles cachées ; on retrouve la trace des enceintes successives et du parcours de la Bièvre ; on va parfois au cinéma, au zoo, et souvent à l'opéra ; on se méfie des lieux consacrés ; on prend le métro, le bus, mais pas la trottinette ; on s'abrite dans les passages ; on découvre des perspectives ; on va se faire mousser à la piscine ; on comprend qu'on a souvent échappé au pire ; et puis on lit. Beaucoup ! Mon Paris n'est pas le vôtre. Il est le mien, avec ses petitesses et ses grandeurs, ses beautés et ses faiblesses, son mauvais gout et ses lubies, son amateurisme et ses engouements.» N. d'E.-d'O.

  • Au coeur de la Préhistoire : chasseurs et artistes

    Denis Vialou

    • Gallimard
    • 13 Septembre 1996

    Homo habilis avait inventé l'outil, homo erectus le feu, homo sapiens conquiert le monde.
    En quelques millénaires, il impose définitivement en europe son savoir, son style de vie, ses " cultures régionales ". propulseur et harpon modifient radicalement les comportements des chasseurs paléolithiques, dont l'art pariétal exprime dans le même temps l'extraordinaire modernité conceptuelle. le renouvellement continuel des techniques, la bousculade des inventions font de cette période un des moments les plus riches de l'histoire de l'humanité.
    Une nouvelle société est en train de naître, dont denis vialou s'attache à nous montrer toutes les facettes, celles qui font de l'homme paléolithique le premier des modernes.
    De la vénus de lespugue à l'homme de brno, de la dordogne à avdeevo, des fresques de lascaux aux peintures d'altamira, des majestueux défilés de bisons aux visages monstrueux gravés dans la pierre, tout l'art des chasseurs du paléolithique en plus de 200 documents.

empty