Patrick Frey

  • Anglais Future memories

    ,

    • Patrick frey
    • 10 Novembre 2021

    Le premier chapitre de la spectaculaire série de projets de Taiyo Onorato et Nico Krebs intitulée FUTURE interroge la manière dont l'évolution de notre représentation de l'avenir au cours des dernières décennies affecte notre perception du présent et conditionne nos réactions aux changements en cours.
    Recréées par Taiyo Onorato et Nico Krebs pour la plupart à partir de documents d'archives, les images de ce livre illustrent le fait que toute vision ou représentation de l'avenir est nécessairement un collage d'images tirées du passé.
    En utilisant une combinaison de photographies analogiques grand format et de diverses technologies laser à commande numérique, les artistes ont créé un monde visuel qui emprunte à la science-fiction et adopte une approche associative d'un monde émotionnel oscillant entre l'optimisme de l'enfance des artistes et le dystopisme de l'époque actuelle.

  • Première monographie consacrée au Musée des erreurs de Pierre Leguillon : une exposition itinérante composée d'artefacts visuels issus de la culture de masse et de l'artisanat, interrogeant avec humour et subversion les mécanismes de la société de l'image.
    Fondé à Bruxelles en 2013 par Pierre Leguillon, le Musée des Erreurs est une exposition itinérante qui s'installe dans les salles des musées comme un cirque itinérant qui vient en ville et qui repart. Le reste du temps, la collection est stockée dans l'atelier de l'artiste, principalement dans les placards de sa cuisine. La plupart des objets sont fabriqués en série et leur valeur matérielle est négligeable : cartes postales, pochettes de disques, affiches grandes et petites, pièces de tissu, céramiques, art populaire, dessins d'enfants et autres objets divers.
    L'ouvrage rassemble également des objets jugés trop petits, trop fragiles ou trop insignifiants pour avoir été exposés, ainsi que des photographies de scènes de rue quotidiennes qui éclairent les différentes facettes de la collection. Qu'ils soient signés ou anonymes, ces objets défient toute prétention d'autorité à une époque où la culture visuelle est partagée sur les médias sociaux et sur le web, sans distinction de valeur matérielle ou esthétique, souvent sans légendes et, trop souvent, avec des attributions erronées. Pour Leguillon, le tri et le remaniement constants des objets nous aident à revisiter les interprétations conventionnelles et à subvertir, avec une bonne dose d'humour, le genre de « prêt-à-porter » culturel que tant de musées nous servent aujourd'hui. Des essais de Patricia Falguières et Morad Montazami situent le Musée des Erreurs dans la tradition des musées d'art et du phénomène d'appropriation culturelle, tandis que Carrie Pilto rédige des légendes en style libre en commentaires des objets présentés.

  • Anglais 120 bpm

    Philipp Mueller

    • Patrick frey
    • 24 Janvier 2022

    Les photographies de la scène techno émergente en Suisse au début des années 1990.
    120 bpm est le tempo moyen d'un morceau de club. 120 bpm, le livre, présente des séquences photographiques de haute densité et d'avant-garde sur les années de l'ascension fulgurante de la techno en Suisse, qui est devenue l'un des derniers grands mouvements de jeunesse du pays, laissant une empreinte massive sur la vie nocturne, les clubs et l'innovation permanente de la musique électronique de danse jusqu'à aujourd'hui.
    Le photographe suisse Philipp Mueller a couvert l'aube de la scène techno suisse au début des années 1990 dans ses clichés bruts des premières parades de rue de Zurich, des raves underground et des fêtes - que ce soit dans les coulisses des clubs ou dans l'intimité de lieux privés - pour divers magazines. Ses photographies sont entrelacées ici avec des coupures de presse fac-similées de magazines de raves et de fanzines, ainsi qu'avec des récits de première main de certains des ravers qui ont fait la scène naissante.

  • Anglais Nsenene

    Michele Sibiloni

    • Patrick frey
    • 26 Juillet 2021

    Michele Sibiloni photographie la récolte des grillons de brousse en Ouganda, entre traditions locales et interrogations sur un avenir global.
    Les nsenènes sont un met délicat et une source de revenus importante en Ouganda. Techniquement des grillons de brousse mais généralement appelés « sauterelles », les nsenènes migrent en masse deux fois par an, juste après les deux saisons des pluies. D'énormes essaims remplissent le ciel peu avant le lever du soleil. Ainsi, nuit après nuit pendant la saison du grillon, de nombreux Ougandais restent debout jusqu'à l'aube pour attraper les créatures. L'omniprésence des insectes verdâtres lustrés dans la brume nocturne et la fumée des feux de joie plonge tout le pays dans une atmosphère d'un autre monde, dont l'étrangeté est accentuée par l'équipement impliqué, en particulier les outils et les pièges fabriqués avec fantaisie. Des vagues d'activité frénétique alternent avec de longues périodes d'attente et de tuerie.
    L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture souligne l'importance à grande échelle du rôle que pourrait jouer les insectes comestibles, riches en protéines, pour réduire la faim dans le monde et améliorer la sécurité alimentaire. Cependant, la déforestation a décimé les populations d'insectes migrateurs ces dernières années et certaines espèces de grillons sont aujourd'hui en danger critique. Pour ne rien arranger, les pluies en Afrique sont de moins en moins prévisibles du fait du changement climatique, et la récolte du grillon dépend entièrement du moment choisi.
    Le photographe italien Michele Sibiloni a capturé la récolte de grillons en Ouganda, une activité à cheval sur la frontière très fine entre passé et avenir, tradition et modernisation, dans son langage visuel très atmosphérique. Ses portraits et ses séquences cinématographiques simples sont éloquents, concernant non seulement la façon dont les Ougandais se perçoivent, mais aussi les perspectives d'avenir de notre planète dans son ensemble.

  • Anglais Primal

    ,

    • Patrick frey
    • 26 Juillet 2021

    Une série de plus de 1200 gros plans d'affiches publicitaires à Zürich, photographiées par Anna Stüdeli : un « hommage au désir » qui se réapproprie les codes esthétiques de l'imagerie publicitaire contemporaine pour mieux en dévoiler les idéologies sous-jacentes et en interroger les fondements.

  • Anglais Guess who is the happiest girl in town

    Susi Wyss

    • Patrick frey
    • 12 Mars 2019

    Les mémoires de Susi Wyss, jet-setteuse, call-girl et muse des années 1960-1970 : 800 pages illustrées de 1 000 photographies dans lesquelles la sulfureuse Wyss revient sur quarante années marquées par le profane adage « sexe, drogue et rock'n'roll ». Le lecteur croisera une galerie colorée de mondains et d'artistes comme Helmut Newton, Kenneth Anger, Iggy Pop, Dennis Hopper, Brion Gysin...

  • Luxueuse monographie rétrospective du peintre et dessinateur suisse : 250 oeuvres sur papier (dessins à l'encre, au crayon, au stylo et aquarelles) couvrant plus de trois décénnies d'exploration du potentiel graphique de la ligne.
    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au Kunstmuseum de Lucerne en 2022.

  • Anglais Index

    Christian Marclay

    • Patrick frey
    • 24 Février 2021

    Un ouvrage monumental compilant la documentation iconographique ayant servi au développement des projets visuels de Christian Marclay au cours des dernières années. Près de 600 photocopies noir et blanc de collages d'images trouvées, mises en page avec l'aide du graphiste Laurent Benner.
    « C'est peut-être parce que je ne suis pas un très bon dessinateur, le collage semble être une approche plus naturelle pour esquisser et développer des idées. Je fais du copier-coller et j'utilise ma photocopieuse comme un moyen rapide d'expérimenter et de développer des idées. Mon travail consiste à trouver, échantillonner, s'approprier des images et des sons, et à les transformer. L'image trouvée est généralement ce qui déclenche un processus de pensée - la formulation d'idées ou simplement la réaffirmation de pensées latentes. C'est un moyen de médiatiser instantanément une image et de prendre un peu de distance par rapport à elle. Les accidents sont aussi souvent révélateurs. Comme l'appareil photo ou tout logiciel de montage vidéo, la photocopieuse n'est qu'un outil parmi d'autres. ».
    Christian Marclay.

    Les centaines de photocopies en noir et blanc très contrastées compilées par Christian Marclay sont comme des griffonnages dans un carnet, les premières étapes d'expérimentation vers des oeuvres plus abouties, et offrent ainsi un aperçu du processus de création de l'artiste. Ce livre rassemble les sources qui ont alimenté la pratique de Marclay au cours des dernières années. Il a été conçu en étroite collaboration avec Laurent Benner, graphiste ayant travaillé avec Marclay sur plusieurs autres livres et pochettes de disques et partageant une sensibilité commune.

  • Anglais Wheels

    Olivier Mosset

    • Patrick frey
    • 1 Juin 2018

    Wheels revient sur la carrière d'Olivier Mosset à travers le prisme de sa fascination pour les motos et les engins motorisés et de leur influence sur sa pratique artistique. Ce catalogue singulier comprend un entretien mené par Elisabeth Wetterwal avec Olivier Mosset et l'artiste américain Vincent Szarek, un essai de l'historien de l'art Philip Ursprung, ainsi qu'une chronologie descriptive de tous les véhicules possédés par Mosset au cours de sa vie !

    Olivier Mosset achète sa première moto à Paris à la fin des années 1960, une Harley Davidson trouvée dans un surplus de l'armée américaine. Le jeune peintre contribuera aux débuts d'une sous-culture encore totalement inconnue en Europe à l'époque : celle du club de motards. Son atelier rue de Lappe occupe alors une double fonction : espace d'ouverture aux expériences picturales radicales, il fait également office de garage pour le premier club de motards marxisants, dont les membres avaient sympathisé avec les étudiants révoltés de mai 68.
    Les voitures et les motos ont été une force motrice dans la vie et l'oeuvre d'Olivier Mosset : une attitude et un style de vie, un moyen de transport et, plus tard, à partir du milieu des années 1990, un instrument de ready-made.

  • Une vaste rétrospective des performances baroques de Monster Chetwynd sur plus de dix ans.

    The Green Room & Science Lab, The Panther Ejaculates, Uptight Upright, Upside Down, JABBA, I'M BACK! ou Cocaine and Caviar : Monster Chetwynd donne à ses performances des titres facétieux et souvent décalés. Ses performances, pour lesquels les costumes et accessoires colorés sont réalisés à la main, et les castings composés de ses amis, de ses proches et d'elle-même, intègrent des éléments de théâtre folklorique et de spectacle de rue, ainsi que de nombreuses références scientifiques, littéraires et culturelles pop.
    Cette approche résiste à toute tentative d'archivage et d'essentialisation. « Mes performances sont des moments live passionnants difficiles à documenter », concède Chetwynd. Cet ouvrage tente précisément de capturer ces événements sous une forme adéquate et de rendre compte de l'énergie et des interconnexions du moment. Avec une profusion de photographies, de documents et de sources, ce livre retrace graphiquement les années créatives de Monster Chetwynd de 2007 à 2018. Chaque série est délimitée par des fanzines illustrés, conçus spécifiquement par l'artiste pour chaque production, listant les sources d'inspiration et les participants.

    Monster Chetwynd (ex Spartacus Chetwynd, ex Marvin Gaye Chetwynd, née Alalia Chetwynd en 1973) vit et travaille à Londres. Elle est connue pour ses performances surréalistes et baroques convoquant de multiples figures et images de l'histoire de l'art et de la Pop culture avec un grand sens de l'humour.
    Elle s'inscrit dans une tradition du grotesque en s'appropriant des éléments des fresques de Giotto, des personnages des tableaux de Hieronymus Bosch ou encore les Anthropometries d'Yves Klein, associés à un groupe de heavy metal, à un clip de Michael Jackson, à Hulk ou à Conan le barbare, au sein d'un même monde consistant.
    Spartacus Chetwynd, diplômée du Royal College of Art, est également peintre, et a produit une série de petits tableaux intitulée Bat Opera (2004 - 2005), empruntant des éléments à la Pop culture mais aussi à une tradition plus romantique.

  • Anglais Children

    Olivier Suter

    • Patrick frey
    • 4 Décembre 2019

    Cet ouvrage regroupe une collection de photographies d'enfance de personnalités des arts, de la littérature, du sport, de la politique et du crime. Un « Qui est-ce ? » du XXe siècle en devenir.

  • Un portrait du couple d'architectes designers suisses qui dévoile leur univers intime et leur rapport à l'art.
    Trix et Robert Haussmann, travaillant et vivant ensemble depuis les années 1960, sont célèbres en Suisse et à l'international pour leurs réalisations exubérantes dans les domaines du design et de l'architecture d'intérieur. Les Haussmann ont entretenu des liens étroits avec l'avant-garde de leur temps, ont suivi les différentes tendances et courants artistiques et ont participé activement aux scènes locales de Zurich ou de Berne.
    En documentant leurs nombreux échanges et conversations avec des artistes et personnalités du monde de l'art, ce livre témoigne de leur intérêt de longue date pour les arts visuels et de leur implication active, enthousiaste et ludique dans la scène artistique suisse. Une conversation avec l'auteur et commissaire suisse Dieter Schwarz révèle lève le voile sur les rapports qu'entretient le couple avec l'art, qu'ils ont collectionné de manière intuitive et sans réelle stratégie tout au long de leur vie. Les nombreux documents photographiques de leurs propres intérieurs, qui couvrent presque cinq décennies et plusieurs maisons, sont exemplaires à la fois de la manière particulière dont Trix et Robert Haussmann accueillent les oeuvres d'art dans leur vie quotidienne, à côté de leurs meubles - y compris les leurs - et de leurs divers objets d'art, ainsi que de leur utilisation très personnelle et ludique des miroirs.

  • Josef Maria Schröder

    Christoph Kappeler

    • Patrick frey
    • 1 Juin 2017

    Première monographie consacrée à un artiste méconnu, le peintre et dessinateur allemand Josef Maria Schröder (1874-1972). Actif de l'entre-deux guerres au milieu des années 1960, Schröder a développé une technique de dessin au stylo bille avec laquelle il produisit de lumineuses compositions abstraites et des portraits inspirés du surréalisme et du constructivisme. Elles sont présentées ici pour la première fois.

  • Anglais There are no homosexuals in iran

    Laurence Rasti

    • Patrick frey
    • 1 Octobre 2017

    Durant deux ans, Laurence Rasti a photographié les réfugiés homosexuels iraniens qui transitent par la ville de Denizli en Turquie, dans l'attente de rejoindre un pays d'accueil où vivre librement leur sexualité. La série photographique qui en résulte explore les notions fragiles d'identité et de genre, dans un contexte de précarité malgré tout teinté d'espoir et de légèreté.

    « Le 24 septembre 2007, à l'Université de Columbia, l'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad dit «En Iran, nous n'avons pas d'homosexuels comme dans votre pays».
    Alors qu'aujourd'hui certains pays occidentaux acceptent les mariages gays et lesbiens, en Iran, l'homosexualité reste toujours passible de peine de mort. Cette sanction interdit aux homosexuels de vivre pleinement leur sexualité. Leurs seules options sont de choisir la transsexualité, pratique tolérée par la loi mais considérée comme pathologique, ou la fuite.
    A Denizli, une petite ville de Turquie, des centaines de réfugiés homosexuels iraniens transitent. Ils mettent leur vie en pause dans l'attente de rejoindre, un jour, un pays d'accueil où ils pourront librement vivre leur sexualité. Dans ce contexte d'incertitude où l'anonymat est la meilleure protection, ce travail questionne les notions fragiles d'identité et de genre.
    Mes intentions étaient avant tout de ne pas victimiser mes sujets. Il est vrai que la situation politique est dramatique et que leur passé est chargé de souvenirs difficiles. Malgré cela, j'ai essayé de me focaliser sur leur situation actuelle et l'espoir qu'elle évoque. Elle est une promesse vers la libre expérience de leur orientation sexuelle et de leurs amours, au-delà du genre. Les images sont construites avec des éléments simples, légers, parfois même festifs, le tout pour créer un paradoxe avec la gravité du sujet et la précarité de leur situation. Entre images de visages cachés ou découverts, ma série témoigne de la difficulté qu'éprouvent ces personnes à réinvestir l'espace identitaire dont ils ont été privés. » Laurence Rasti

  • Allemand Zeichner, maler

    Jörg Binz

    • Patrick frey
    • 24 Février 2021

    Un hommage à l'oeuvre de Jörg Binz, une sélection parmi un grand nombre de peintures, en particulier des portraits, et parmi ses carnets de croquis secrets. Les oeuvres, surprenantes, d'une beauté étrange, alternent avec des textes littéraires et biographiques qui engagent une conversation permanente avec les tableaux.

  • Une archive visuelle du mouvement : la collection de photographies de mouvements corporels, de gestes et d'expressions faciales rassemblées par la danseuse, enseignante et thérapeute Suzanne Perrottet, l'une des co-fondatrices de la danse expressive moderne, innovatrice dans le domaine de l'instruction de la danse et l'éducation du mouvement musical et rythmique, proche de Dada Zurich.
    Suzanne Perrottet (1889-1983) a grandi à Genève, étudié la rhythmique avec Émile Jaques-Dalcroze et enseigné à Hellerau, où Mary Wigman a été une de ses élèves. En 1912, elle rencontre le danseur, chorégraphe et théoricien Rudolf von Laban, s'installa avec lui dans la colonie d'artistes de Monte Verità près d'Ascona et ensuite à Zurich où elle se produisait lors des soirées dada. L'été de 1913 marque un vrai tournant sur Monte Verità! Avec Laban, Wigman et d'autres, Perrottet découvre le pouvoir expressif des mouvements et gestes naturels, du son et des mots. C'était la naissance de la danse moderne.
    Tout le monde devait pouvoir profiter de l'esprit du mouvement naturel, le but était de libérer le corps et l'esprit.
    En 1920, Perrottet fonde une école à Zurich. Non contente d'y avoir enseigné à des danseurs, acteurs, enfants et adultes, y compris à des personnes présentant des handicaps physiques ou psychiques, elle se consacra à la recherche, intense et ininterrompue. Pour pallier au manque de littérature disponible dans ce nouveau domaine, elle commença à découper des images de mouvements, de gestes et d'expression physique dans des magazines. En 60 ans, elle a amassé une archive de plus de 10 000 images, qu'elle a classées par catégories. Suzanne Perrottet a continué de travailler jusqu'à ses 89 ans. Après sa mort, ses cartons à bananes remplies de coupures ont été oubliées. Redécouvertes à l'intérieur de ce livre, elles offrent un aperçu sur une collection unique - une archive visuelle du mouvement.

  • Anglais Keiichi Tanaami ; no more war

    Keiichi Tanaami

    • Patrick frey
    • 1 Janvier 2013

    Une série de sculptures en bois réalisées par le pionnier du pop art japonais dans les années 1980, récemment redécouvertes.
    Les sculptures en bois découpé de Tanaami rappellent des jouets d'enfants et rompent de manière inattendue avec le style habituel de l'artiste. Elles forment un monde obscur d'objets évoquant les figures gelées de ses premiers films qui relient l'esthétique de la publicité américaine avec des souvenirs fragmentés de la deuxième guerre mondiale. Aujourd'hui ces sculptures singulières rappellent des créatures de jeu vidéo, des maquettes d'architecture fantastique et le design post-moderne, tout en maintenant un rapport à l'artisanat traditionnel japonais.

  • Sur une période de trois ans, Taiyo Onorato et Nico Krebs ont voyagé plusieurs mois à travers les Etats-Unis, travaillant « sur la route » à la série The Great Unreal, un travail photographique prenant l'Amérique pour cadre d'examen de la réalité et sa fabrication.
    Le mysticisme et la démystification sont deux aspects fondamentaux de cette série photographique, qui s'appréhende comme un riche inventaire d'icônes visuelles modulables et manipulables à l'infini. Le hasard et la chance sont au coeur d'une méthode artistique qui conjuge répétition et association visuelle pour produire, au fil d'interventions tantôt abruptes, tantôt subtiles, une séduisante transformation de la réalité qui ne se révèle pas directement au regard. Des images qui, associées en séquences narratives qui multiplient les changements d'échelle, magnifiées par le travail graphique de Megi Zumstein et Claudio Barandun, proposent une représentation / reconstitution saisissante du paysage américain.
    Taiyo Onorato et Nico Krebs (nés en 1979, respectivement à Zurich et Winterthur, vivent et travaillent à Berlin) collaborent depuis 2003.

  • Anglais Years later...

    ,

    • Patrick frey
    • 15 Octobre 2017

    Résultat de trois années de travail, cet ouvrage du duo Rico Scagliola et Michael Meier propose un portrait de l'espace public occidental à travers une exploration du quotidien des femmes et des hommes qui l'habitent. Les clichés sont accompagnés de paroles entendues dans la rue ou de phrases reprises d'internet, contribuant à la composition d'une véritable comédie humaine contemporaine.

    Rico Scagliola (né en 1985 à Uster) et Michael Meier (né en 1982 à Chur) vivent et travaillent à Zurich. Ils ont étudié la photographie à l'Université des Arts de Zurich de 2006 à 2010 et ont débuté leur collaboration en 2008. Ils s'intéressent avant tout à la création de « portraits de moeurs » et à l'exploration des groupes sociaux.

  • Allemand Spoken beats

    Collectif

    • Patrick frey
    • 14 Mai 2018

    Cette anthologie consacrée à l'un des pionniers du spoken word offre une large sélection de tapuscrits annotés, de ses premiers raps à ses travaux proches de la poésie concrète. Le volume comporte un texte de l'écrivaine et performeuse Melinda Nadj Abonji.

    Jurczok 1001 (né en 1974 à Wädenswil, Zurich, vit et travaille à Zurich) débute sa carrière en 1996. Poète, MC, chanteur et pionnier du spoken word, l'artiste suisse a participé à de nombreux festivals internationaux dans divers pays germanophones ainsi qu'en Lituanie et au Kazakhstan. Il réalise également des performances avec l'écrivaine et performeuse Melinda Nadj Abonji.

  • Vida

    Jesus Leon

    • Patrick frey
    • 1 Novembre 2018

    Pendant plus de vingt ans, José de Jesús « Chucho » León Hernández a documenté la scène musicale de Mexico. De lieux clandestins en clubs gays, il a photographié l'exubérance des fêtes mexicaines et l'intimité d'un peuple avec l'idée de mort.

  • Allemand Luftbad

    , ,

    • Patrick frey
    • 17 Décembre 2018

    Publication présentant une sélection de près de 2000 oeuvres sur papier (dessins, collages...) produites entre 1991 et 1994. Les membres du trio s'envoyaient chaque dessin par la poste, chaucun ajoutant divers éléments jusqu'à complétion de ces palimpsestes picturaux. Chaque exemplaire de cette édition est doté d'une couverture unique, réalisée par Eric Schumacher et Andrea Clavadetscher.

    En 1992, Martin Hodel, Andrea Clavadetscher et Erich Schumacher forment le trio artistique Hodel / Schumacher / Clavadetscher, qui deviendra le duo Schumacher / Clavadetscher suite au décès de Martin Hodel en 1995.

  • Anglais Via Lactea

    Alfio Tommasini

    • Patrick frey
    • 1 Novembre 2020

    Une série de paysages et de portraits agricoles des Alpes suisses, composant une étude visuelle fascinante des relations entre animaux, humains et territoire dans le contexte des bouleversements actuels de l'agriculture et de l'industrie laitière.
    Tout a commencé, comme souvent, par une mutation génétique. Ce n'est qu'il y a environ 7 500 ans que les adultes d'Europe centrale ont commencé à conserver l'enzyme permettant de métaboliser le lactose. L'élevage laitier au sens moderne du terme a commencé dans les premières organisations agricoles, la nature devenant progressivement culture et finalement ce que nous appelons « civilisation ». Réduisant leur dépendance aux récoltes et aux réserves alimentaires, les éleveurs de bétail ont pu survivre même dans les conditions climatiques difficiles des régions montagneuses moins fertiles, froides et enneigées.
    Ces régions et leurs habitants sont le sujet du liver du photographe suisse Alfio Tommasini. Pendant les longs mois d'hiver en particulier, lorsque l'homme et la bête vivent en étroite symbiose sous le même toit, il a visité des petits exploitants et des éleveurs de bétail dans les Alpes et les contreforts alpins, mais aussi des laboratoires laitier et des centres d'insémination à grande échelle en Suisse.
    Via Lactea présente des paysages en forme de tableau, photographiés entre 2015 et 2019, ainsi que des portraits de paysans et d'animaux de ferme, à la fois détaillés et intimes. Tommasini entreprend une étude visuelle de la relation entre les humains, les animaux et la topographie, dans le contexte de la technicisation à outrance de l'industrie laitière et du développement vertigineux de l'infrastructure agro-industrielle répondant aux besoins de nos vies urbaines. L'ouvrage donne un aperçu des évolutions radicales des microcosmes non urbains pris dans les affres de la transformation technologique, évitant tout folkore ou romantisme, donnant à voir les signes révélateurs de bouleversements coévolutifs inéluctables dans les détails subtils des vêtements, des outils et des machines.

  • Anglais Falling on blades

    Mihai Barabancea

    • Patrick frey
    • 1 Décembre 2020

    Mihai Barabancea photographie le monde interlope des rues de Roumanie et de Moldavie post-soviétiques : des portraits et des scènes du quotidien qui oscillent entre violence, cruauté et poésie vive.

empty