Armand Colin

  • Observer directement les pratiques sociales en étant présent dans la situation où elles se développent est un moyen de les reconstituer avec plus de précision qu'au travers du seul discours des acteurs, recueilli par entretien ou par questionnaire.
    Les conditions de validité scientifique de cette démarche d'enquête sont ici précisées pour répondre au risque que représenterait une connaissance trop impliquée dans la situation. L'ouvrage propose des conseils pour les différentes étapes de l'enquête, depuis le choix du terrain jusqu'au compte rendu final en passant par le mode de participation à la situation, la prise de notes, l'analyse...

  • Tout intervenant en sciences humaines et sociales se doit de maîtriser la technique de l'entretien : celui-ci est un outil indispensable, mais de  « prise en main » et d'utilisation réellement délicates.  Comment préparer et faire advenir cette situation paradoxale qui consiste à provoquer un discours sans énoncer les questions qui président à l'enquête ? Comment réaliser et analyser les entretiens effectués dans le cadre d'une enquête ?  Ce petit livre, devenu un classique, pose les conditions de validité de la méthode, précise les principes de son usage et propose plusieurs techniques d'analyse des discours. Il s'appuie sur de nombreux exemples de recherches sociologiques et psychologiques effectuées à partir d'entretiens.  Il s'adresse aux étudiants en sociologie et psychologie mais aussi à tous ceux qui dans leurs études mènent une enquête par entretien (ethnologie, histoire, économie, etc.).

  • Comment la société construit-elle les individus ? Quels sont les processus sociaux à travers lesquels nous devenons ce que nous sommes ? C'est toute la question de la socialisation.
    Cet ouvrage en dresse un panorama d'ensemble, des écrits des fondateurs de la discipline aux recherches les plus récentes, et propose une grille d'analyse de la façon dont la société nous forme et nous transforme.
    L'auteure montre comment, au fil du cycle de vie, s'articulent les actions socialisatrices respectives de la famille (et à travers elles de la structure sociale et des rapports sociaux de sexe), des professionnels de l'éducation et des normes éducatives, de l'école, des groupes de pairs, de la vie en couple, du travail, du passage par diverses institutions ou de la participation à diverses interactions.
    Chacun pourra ainsi mieux mesurer la puissance des processus de socialisation, et leurs enjeux.

  • Ce manuel présente de façon concrète les différentes étapes permettant de mener à bien un entretien compréhensif et d'élaborer un cadre d'interprétation. La démarche consiste à s'appuyer sur les catégories de pensée des informateurs, tant pour conduire les entretiens de façon efficace que pour formuler des hypothèses. Elle peut s'appliquer au-delà de l'entretien en face à face, dans les nouveaux espaces d'enquête offerts par Internet.  Jusqu'où et comment est-il possible de théoriser en partant du terrain ?  Cette 4e édition expose les apports les plus récents sur cette question cruciale.   

  • Le concept de genre recouvre un corpus incluant d'autres concepts qui l'ont précédé, tels que « rapports sociaux de sexe » ou « domination masculine ». L'objectif de ce manuel est de mieux cerner la polysémie du genre et d'introduire aux recherches prolifiques qui sont rassemblées sous sa bannière.
    Tous les travaux de la sociologie du genre ont en commun une problématique : la construction sociale de la différence hiérarchisée des sexes et/ou des sexualités ; une histoire, commencée dans les années 1970, ancrée dans une critique féministe de la sociologie de l'époque qui voyait dans la classe sociale le seul clivage pertinent pour analyser les relations sociales ; une ambition : faire la preuve de la transversalité des rapports de sexe et de sexualité dans le monde social, et convaincre de la nécessité de leur prise en compte dans l'élaboration de n'importe quel objet sociologique.

  • Cet ouvrage répond avec clarté et rigueur aux questions majeures que se posent tout concepteur d'enquête par questionnaire et toute personne souhaitant analyser statistiquement des données : qu'est-ce qu'un échantillon représentatif, un pourcentage significatif et une « bonne estimation » ? Comment recoder des variables et concevoir des indicateurs ? Comment analyser leurs relations, avec quelles méthodes ? Comment interpréter des résultats ?
    Sans recours inutile au formalisme mathématique, il expose les principes des raisonnements statistiques en sociologie. Les présentations des méthodes et notions sont accompagnées d'exemples concrets, issus de vraies enquêtes.
    Tous les éléments sont fournis pour comprendre, analyser et produire des données, que ce soit en sociologie ou dans les domaines des études, du marketing, des sondages d'opinion ou des enquêtes de comportement.
    L'ouvrage, actualisé dans cette 5e édition, répond aux besoins bien identifiés des étudiants, enseignants comme des chargés d'études.

  • Cet ouvrage répond à deux questions indissociables : à quoi servent les enquêtes par questionnaire ? Comment produire de « bons chiffres » ?
    Grâce à de nombreuses enquêtes, il permet d'acquérir une double compétence : d'une part, celle de la sociologie explicative, avec la recherche des déterminants sociaux des comportements ; d'autre part, celle des règles de la formulation des questions, le choix de l'échantillon, le codage et surtout les principes de lecture des tableaux statistiques. Tous ces actes mêlent réflexion théorique sur l'objet étudié et décision empirique. Et ce sont ces allers et retours entre les deux niveaux qui forment le raisonnement sociologique.
    Réactualisé dans cette 5e édition, l'ouvrage s'adresse aux étudiants en sciences sociales, aux chargés d'études, aux travailleurs sociaux et aux cadres des collectivités locales.

  • La " précarité " est une entrée privilégiée pour rendre compte du monde contemporain. Cette notion cristallise l'angoisse sociale bien au-delà des terres traditionnelles de la pauvreté et de l'instabilité. Elle s'allie, selon les discours, à la " flexibilité " qui serait la condition moderne du progrès ou à cette " insécurité " fondamentale qui serait désormais le lot de la plupart. D'où l'intérêt de ce petit livre, synthèse des travaux sociologiques sur le sujet : il rend compte des réalités de la précarité, présente les interprétations, et invite au renouvellement de la réflexion, en s'appuyant notamment sur le concept de " lien social ". Ce faisant, il aide à affronter la question fondamentale : les incertitudes, l'instabilité sont-elles des traits constitutifs des sociétés individualistes d'aujourd'hui ? Ou ne sont-elles que la traduction d'une crise générale du travail, de la famille et des institutions oe

  • Chaque parcours de vie d'une personne est  une synthèse de multiples déterminations, d'interactions et des actions de la personne elle-même. Aussi chaque récit d'un parcours de vie contient des informations et des significations sur des niveaux très divers de réalité.
    Comment le sociologue doit-il s'y prendre pour recueillir des récits de vie ? Comment construire cet objet sociologiquement, comment développer l'enquête et la mener à bien, comment y insérer des moments d'observation directe des interactions ? Comment recomposer  un modèle qui en donne une description la plus riche et la plus fidèle possible ? C'est à ces nombreuses questions que répond l'ouvrage, dont la 4e édition a été remaniée

  • Ces dernières années, les domaines d'intervention de l'État ont proliféré. Ce manuel permet de comprendre les dynamiques et les transformations des politiques publiques.
    Il reprend les principaux concepts et modèles d'analyse à partir de deux questions fondamentales : Qu'est-ce qu'une politique publique ? Comment changent les politiques publiques?
    Cette 3e édition, complètement revue, fait le point sur tous les grands débats en cours.

  • La sociologie de la culture est un des grands domaines de la discipline.  Sur les trente dernières années, trois questions ont structuré les recherches : celles de la hiérarchie sociale des pratiques culturelles et de la distinction, de la démocratisation de la culture et des politiques de l'État, de la diversité des pratiques et des publics. Cet ouvrage présente une synthèse des résultats et des débats.  Pendant la dernière période, la sociologie de la culture s'est réorientée pour répondre à de nouveaux questionnements, avec une plus grande attention à la réception des oeuvres et à l'expérience esthétique, avec la mise en concurrence de la « culture légitime » et de la culture de masse. Cette sociologie cherche à comprendre la place et le sens de la culture dans les sociétés contemporaines.  Cette troisième édition intègre les résultats les plus récents de la discipline.
     

  • nouvelle présentationCet ouvrage retrace les changements macro-sociaux qui sont à l'origine de la médecine moderne et du statut du malade aujourd'hui. Il montre comment le social façonne les états de santé des individus, les interprétations qu'ils en donnent, mais aussi leurs pratiques. Ce livre permet de saisir les enjeux du système de santé actuel, marqué par le retour de l'épidémie et l'irruption de la maladie dans l'espace public.Adoptant une démarche plurisdiciplinaire, les auteurs donnent les repères théoriques nécessaires pour analyser les processus sociaux liés à la maladie.Philippe ADAM, chercheur à l'Institut de veille sanitaire des Pays-Bas.Claudine HERZLICH, directrice de recherche émérite au CNRS.
    Les maladies dans l'histoire des sociétés : des fléaux d'autrefois aux maladies d'aujourd'hui. L'émergence de la médecine moderne et son rôle dans la prise en charge de la maladie. Les états de santé et leurs déterminants sociaux. Santé, maladie et leurs interprétations culturelles et sociales. Les relations médecin-malade. L'hôpital comme organisation et lieu de production du travail médical. L'expérience de la maladie dans tous les lieux de la vie sociale. Conclusion. Orientations bibliographiques.

  • 2e édition, nouvelle présentation Une réflexion théorique sur la notion de famille, sur les relations qu'elle entretient avec l'État, avec l'école, et avec les autres cercles de parenté, et sur l'indépendance de plus en plus grande des hommes et des femmes vis-à-vis de cette famille.François de Singly est professeur à l'université de Paris V et directeur du Centre de Sociologie de la Famille.
    Introduction : Émile Durkheim et la « famille conjugale ». La dépendance de la famille par rapport à l'État. L'autonomie de la famille contemporaine par rapport à la parenté. L'autonomisation de l'individu par rapport à la famille contemporaine. Le sens des transformations de la famille depuis les années 1960. La conquête de l'autonomie individuelle. Les degrés de dépendance féminine. Les effets associés à l'autonomisation. Conclusion.

  • À un degré inédit dans l'histoire des sociétés, la consommation s'est aujourd'hui découplée de la stricte réponse aux besoins naturels ; elle s'offre désormais comme un « territoire » aux frontières sans cesse étendues au sein duquel groupes et individus manipulent sens et valeurs et mobilisent une part croissante de leurs ressources (en temps, effort et énergie psychique).
    La consommation implique la domination de croyances et de pratiques transmises à travers des systèmes d'échange et d'influence et fonctionnant via des processus adaptés de construction et de manifestation de l'identité individuelle.
    Ce livre éclaire cette question majeure pour la compréhension de nos sociétés. Il met en lumière les différentes facettes des pratiques de consommation en synthétisant l'apport des approches sociologiques, anthropologiques et sémiotiques, et donne à réfléchir en cernant avec précision les enjeux liés à l'extension de la consommation à l'ensemble de la vie sociale.

  • Le cinéma s'est imposé comme la pratique culturelle la mieux partagée, au point d'investir nos vies : c'est aux films, aux acteurs, aux histoires humaines contées que nous faisons le plus communément référence pour exprimer une part de nous-même. Qu'est-ce qui a permis au cinéma d'occuper cette place ? Comment la "salle de ciné" s'est-elle installée au coeur de la cité avec ses rites et ses codes ? Pourquoi les films nous "parlent" autant et nous aident à comprendre nos vies ? Selon quelles modalités les recevons-nous ? En synthétisant les réponses apportées par la sociologie à ces questions, cet ouvrage est devenu un outil de référence pour la sociologie de la culture, mais également pour les étudiants en cinéma ainsi que l'ensemble des professionnels de ce secteur.
    La présente édition, actualisée, approfondit l'analyse en montrant comment la pratique du cinéma évolue aujourd'hui à la fois vers une relation de plus en plus individualisée entre le cinéma et ses spectateurs tout en continuant parallèlement à consacrer la salle en tant que lieu incontournable pour la fabrication des publics de demain.

  • La description ethnographique (comme écriture des cultures) est une activité à la fois linguistique et visuelle, une expérience du voir qui tente d'élaborer un savoir (anthropologie) en faisant sans cesse retour au voir.
    La difficulté vient du fait que l'ethnographie non seulement ne dissocie pas l'étude des cultures (ethnos) et la question de l'écriture (graphè), mais fait précisément de leurs relations sa spécificité.
    S'appuyant sur diverses expériences de « terrain », cet ouvrage procède à la confrontation de plusieurs modèles descriptifs (les sciences naturelles, le roman, la peinture, la photographie) et propose une réflexion sur ces questions : en quoi consiste la transformation du regard en langage ? Quelles relations y a-t-il entre la réalité sociale que nous observons et la réalité textuelle que nous produisons ?

  • La population âgée change de visage. Les « vieillards » d'autrefois sont devenus des « retraités ». L'image des jeunes « seniors » pleins de vitalité, mais exclus précocement de l'emploi cohabite avec celle des « personnes âgées dépendantes », cibles des politiques sociales.
    Face aux réalités mouvantes et complexes de la vieillesse, le regard sociologique se révèle très précieux. L'auteur explore ici la manière dont cet âge de la vie s'est trouvé mis en forme dans les sociétés occidentales, en mettant l'accent sur le rôle joué par les politiques publiques. Synthétisant ensuite les données de nombreuses enquêtes, il dresse le portrait de la population âgée, insistant sur son hétérogénéité. Il éclaire, enfin, le processus et l'expérience du vieillissement individuel après la retraite.

  • Cet ouvrage récapitule les épisodes caractéristiques de la mise au travail depuis la révolution industrielle, les techniques d'organisation de la production et leur mode d'emploi, au-delà des entreprises. Il confronte les identités professionnelles à la dynamique des conflits et des tensions sur le marché de l'emploi. Sont ainsi mis en lumière les acquis, les débats classiques et les prolongements actuels de la sociologie du travail.  Cette nouvelle édition met l'accent sur le glissement de la sociologie du travail vers une sociologie de l'emploi et des professions.

  • L'ethnologie est définie par la pratique de terrain : celui-ci est à la fois lieu, objet, tradition et forme d'enquête où l'ethnologue entre en contact direct avec ses interlocuteurs. Un séjour de longue durée, une familiarité culturelle et linguistique font de l'« observation participante » l'instrument d'une mise en contexte permanente des comportements individuels et collectifs, et surtout des cultures de l'oralité, matériau originel de l'ethnologie. L'enquête de terrain devient ensuite une série de textes (notes, entretiens, articles ou ouvrages) qui évoque autant les manières de faire de l'ethnologie que les coutumes des sociétés étudiées. Cette 3e édition prend en compte les publications françaises les plus récentes tant sur la restitution et l'analyse des pratiques d'enquête que sur les nouveaux champs de recherche comme le développement ou l'humanitaire. Jean COPANS est professeur émérite de sociologie à l'université Paris Descartes et anthropologue, spécialiste des sociétés africaines.

  • Par contraste avec les sociétés traditionnelles, on a souvent dénié aux sociétés modernes, la capacité de ritualiser. Cet ouvrage souligne au contraire la force des rituels contemporains et les décrypte à la lumière des théories classiques de l'anthropologie.
    Puisant dans le stock limité des références symboliques et munis d'une structure relativement fixe, les rituels ne sont jamais « nouveaux » ; ils sont réinventés sans cesse à partir d'un terreau mythique et social.
    C'est notamment ce que montre, dans cette nouvelle édition, l'analyse des enterrements de vie de jeune fille ou des rites qui relèvent d'une idéologie New Age. Créateurs d'effervescence collective, ils peuvent également ne pas « prendre », comme en témoigne l'échec de Halloween, dont la célébration en France fut éphémère.

  • Depuis une dizaine d'années, le concept de "diversité" a investi les champs politiques, économiques, médiatiques, sociaux : invoqué par les uns, controversé pour les autres, il fait ici l'objet d'une nécessaire mise en perspective sociologique. A travers ce nouveau thème, les entreprises, les grandes écoles ou encore les partis politiques entendent manifester leur volonté de mieux représenter la société française dans ses différentes composantes et de lutter contre les préjugés.
    En ce sens, la diversité exprime la reconnaissance publique des discriminations, et d'abord des discriminations fondées sur "la race" ou "les origines". Ce livre rend compte des processus qui ont contribué à faire des discriminations liées aux origines un problème public et un combat de droit. Il examine les enjeux de cette reconnaissance, à la fois juridiques, politiques et scientifiques.
    Il analyse les usages concrets de la diversité dans le monde des affaires et dans celui de la politique, par-delà les effets d'annonce et de rhétorique. Une question centrale l'organise : la diversité répond-elle bien à la question des inégalités ?

  • La ville est aujourd'hui à la fois territoire et unité de vie collective, milieu et enjeu, cadre physique et noeud de relations entre les êtres sociaux. Ce livre montre comment les concepts et les méthodes de la sociologie peuvent être mobilisés pour l'étude de la vie urbaine.
    Cette dernière est saisie dans les tensions qui la traversent : tensions entre distance et proximité, entre localisation et mobilité, entre diversité et intégration, entre lignes de force qui commandent le devenir des villes et la gestion collective.
    Comment s'organisent de nos jours les coexistences en milieu urbain et la mise en cohérence des actions publiques ? À l'heure où les ancrages territoriaux des citadins se diversifient et où les espaces sociaux se fragmentent, dans quelle mesure la ville fait-elle encore société ? Cette 4e édition actualisée apporte toutes les réponses nécessaires.

  • De l'enfance à la vieillesse, comment se structurent aujourd'hui les différents temps de la vie? Que signifie être « jeune » ou être « vieux » dans nos sociétés contemporaines ? De quelle façon évoluent les liens familiaux et sociaux entre générations, en France et ailleurs en Europe ?
    Cet ouvrage mobilise les apports, les outils et les perspectives de ce champ pour mieux penser la façon dont se structurent les âges et se métamorphosent nos vies. Il confronte les principales approches sociologiques des existences par le prisme des « âges », des « parcours », et des « générations » - et montre comment elles sont mises à l'épreuve par des frontières de plus en plus floues et complexes entre l'éducation, l'activité et la retraite.

  • A quoi servent les enquêtes par questionnaire ? Comment produire de « bons chiffres » ? Grâce à de nombreuses enquêtes, cet ouvrage permet d'acquérir une double compétence : d'une part, celle de la sociologie explicative, avec la recherche des déterminants sociaux des comportements ; d'autre part, celle des règles de la formulation des questions, le choix de l'échantillon, le codage et surtout les principes de lecture des tableaux statistiques. Tous ces actes mêlent réflexion théorique sur l'objet étudié et décision empirique. Et ce sont ces allers et retours entre les deux niveaux qui forment le raisonnement sociologique.  Cette 4e édition remaniée intègre de récentes enquêtes.

empty