Patrick Loodts

  • A l'occasion du centenaire du premier conflit mondial, Memogrames réédite l'ouvrage de Patrick Loodts et Isabelle Masson-Loodts, paru en janvier 2009 et rapidement épuisé, La Grande Guerre des Soignants. Cet ouvrage de 416 pages désormais au format B5, abondamment illustré de documents photographiques souvent inédits (dont nombre de photos absentes de la première édition), évoque de manière fouillée et originale la vie des médecins, des infirmières et des brancardiers impliqués dans la Grande Guerre. Le Docteur Patrick Loodts fut médecin militaire avant de se consacrer à la médecine du travail. C'est aussi un passionné d'histoire, d'histoire médicale et d'histoire militaire. Le site Web qu'il a créé voici plusieurs années pour partager le fruit de ses recherches, ainsi que les nombreuses conférences qu'il a données sur le thème lui ont assuré une notoriété évidente auprès des passionnés de la guerre 14-18. La complicité de sa fille Isabelle, historienne de formation et journaliste, nous offre un ouvrage qui constitue assurément une contribution essentielle et originale à la connaissance de la vie dans les tranchées et à l'arrière du front de ce qu'on qualifia pompeusement de « Grande Guerre ». Avec plus de 9 millions de morts et de 23 millions de blessés, la « Grande Guerre » restera dans l'Histoire comme un de ses événements les plus meurtriers. Si le premier conflit mondial se termina en 1918 sur un bilan humain désastreux, c'est qu'à la violence des combats s'ajouta l'usage de nouvelles armes : les gaz et obus furent à l'origine de nombreux morts, mais aussi de graves séquelles physiques et de profonds traumatismes psychologiques. Au début de la guerre, les services de santé de l'armée belge se révélèrent insuffisamment préparés à l'afflux des blessés provoqué par cette guerre que l'on comparera volontiers à une boucherie. Pour venir en aide aux gazés, gueules cassées, et autres traumatisés de guerre, des hommes et des femmes retroussèrent leurs manches : des instituteurs deviendront brancardiers, des épouses et des mères se feront infirmières, des curés et des religieuses ne se contentèrent plus de prier pour les hommes, mais travailleront à soigner leurs corps mutilés. La Médecine connut durant cette période de nombreux progrès, tant techniques que dans l'organisation des services de santé sur le front ou dans la formation des infirmières. Les femmes, en particulier, jouèrent un rôle capital dans cette évolution, et gagnèrent par là même les premiers pas d'une autonomie et d'une liberté qui ne cessera plus de grandir ensuite. Les noms de l'infirmière Edith Cavell ou d'Elisabeth de Belgique, la Reine Infirmière, s'inscrivent en bonne place dans la mémoire collective, auprès de ceux du Docteur Depage, fondateur de l'Hôpital de l'Océan, ou du britannique Docteur Chavasse, dont le courage fut récompensé d'une double Victoria Cross. D'autres noms, nombreux, ont sombré dans l'oubli : le propos de cet ouvrage est de les remettre en lumière. Au travers de cette recherche sur les médecins, infirmiers et brancardiers de la première guerre mondiale, la petite histoire, celle des hommes et des femmes, de leurs familles, de leurs amours, de leurs idéaux et souffrances, rejoint la grande Histoire, celle de l'Humanité, de ses folies, violences et vicissitudes, mais aussi de son courage et de son formidable potentiel à se mobiliser pour soigner et apaiser les souffrances.

empty