La Vie Du Rail

  • A la fin du XIXe siècle, les cures thermales se développent pour une clientèle aisée, un essor accentué par leur démocratisation après 1918. Les compagnies de chemin de fer vont très tôt s'intéresser à ces voyageurs saisonniers en leur garantissant un confort à la hauteur de leurs attentes, avec des trains directs au départ de Paris offrant une restauration raffinée, et des gares à l'architecture et au standing en harmonie avec les villes thermales desservies.
    Ce livre retrace cette riche histoire ferroviaire aujourd'hui disparue, à travers de nombreuses images et documents inédits.
    Partant de la capitale, les « trains des eaux » s'aventurent dans des paysages bucoliques au coeur de l'Est et de l'Auvergne.
    La vapeur s'effacera au milieu des années 1960 au profit de la traction diesel ou électrique.
    Voyageurs et cheminots sont mis en relief, ce qui donne à cet ouvrage les couleurs de la vie.

  • Il y a 50 ans... Paris-Bastille

    Didier Leroy

    • La vie du rail
    • 19 Mars 2020

    14 décembre 1969... il y a 50 ans disparaissait la gare de la Bastille. La ligne jusqu'à Boissy-Saint-Léger, désormais exploitée par la RATP depuis la nouvelle station de Nation, devint le premier Réseau express régional, le RER A. Les gares de Reuilly, Bel-Air et Saint-Mandé ont disparu du paysage local, tout autant que les vieilles locomotives à vapeur et leurs voitures « vert wagon » qui dominaient Paris sur le célèbre viaduc de Daumesnil. En cette journée hivernale de décembre, ce sont 110 ans qui partaient en fumée... Cet ouvrage est la mémoire de cette ligne si attachante, avec son environnement populaire, fait d'artisans, de petits commerces, d'immeubles modestes... L'auteur a réuni de nombreuses images, des documents, des plans inédits, en mettant en relief l'atmosphère des gares de la ligne de Vincennes, dont l'âme résidait dans son style désuet et hors du temps, invitant le lecteur à conjuguer le passé au présent.

  • Après Paris-Saint-Lazare et sa banlieue, paru en 2010 et épuisé, La Vie du Rail réédite cet ouvrage incontournable dédié à une gare prestigieuse. Cette nouvelle édition remaniée reprend une partie de la précédente épuisée tout en s'augmentant de l'histoire et des photographies de la gare Saint- Lazare actuelle et des travaux qui y conduisirent.
    Avec près de 450 000 voyageurs quotidiens, Paris Saint Lazare est de nos jours l'une des plus grandes gares de la banlieue parisienne.
    Cette vocation est héritée de l'administration du réseau de l'Etat qui l'exploita à partir de 1909 et veilla particulièrement à développer le trafic de banlieue, moins favorisé par les autres compagnies.
    L'impulsion de son célèbre directeur Raoul Dautry en fera une gare à la pointe du progrès, conçue pour transporter les « Français du métro ».

  • Paris-Lyon et sa banlieue

    Didier Leroy

    • La vie du rail
    • 3 Octobre 2013

    Voulue fastueuse par la riche Compagnie du PLM pour l'exposition universelle de 1900, portée par sa prestigieuse tour de l'horloge et son célèbre restaurant, la gare de Lyon est incontestablement devenue un véritable monument parisien.
    Son rôle reste le plus souvent associé aux destinations nobles de la Côte d'Azur et des Alpes, aux mythiques Train Bleu et Mistral, qui ont un peu éclipsé ses trafics plus traditionnels. De son parvis jusqu'à Montereau, Montargis et Malesherbes, les auteurs parcourent ses lignes, ses triages et ses dépôts grâce aux plus beaux clichés de la Vie du Rail et de collections particulières, dont la plupart sont inédits.
    Ils relatent ainsi l'ambiance ferroviaire de la fin de la vapeur jusqu'à l'arrivée du TGV, dans ce que « Paris-Lyon et sa banlieue » ont de plus attachant : la vie des voyageurs et des cheminots !

  • Paris-Montparnasse et sa banlieue

    ,

    • La vie du rail
    • 28 Novembre 2014

    La gare Montparnasse actuelle ne bénéficie pas, contrairement à ses consoeurs parisiennes, de l'attrait d'une architecture héritée du temps des compagnies : sa reconstruction au milieu des années soixante l'a définitivement rangée dans la catégorie des gares modernes, rationnelles mais sans cachet. Les gares de Montparnasse étaient restées longtemps marquées de la modernisation des années trente réalisée par le Réseau de l'Etat dirigé par Raoul Dautry. Les locomotives à vapeur 141 P fréquentèrent pourtant la ligne de Granville et la nouvelle gare jusqu'en 1968 ! Dans l'esprit des précédents ouvrages de cette collection, les auteurs vous invitent à découvrir par l'image le passé de la gare Montparnasse et de ses lignes de banlieue jusqu'à Chartres et Dreux en choisissant des vues les plus vivantes possibles.

  • Paris-Austerlitz et sa banlieue

    Leroy & Bellot

    • La vie du rail
    • 20 Novembre 2015

    La gare d'Austerlitz est atypique dans le paysage ferroviaire parisien, transformée dès 1900 en gare de passage par la compagnie du Paris-Orléans qui jugeait nécessaire l'édification d'un terminus plus prestigieux au quai d'Orsay.
    Elle bénéficia de l'électrification du PO dès 1927, et ses grandes heures furent celles des premières relations à 200 km/h de la SNCF à la fin des années soixante, à l'époque du Capitole pour Toulouse, tandis que le réseau banlieue se développait avec l'ouverture souterraine et bientôt la ligne C du RER.
    Dans l'esprit de la collection initiée par ses auteurs, cet ouvrage fait la part belle aux images, couleur et noir et blanc, pour évoquer l'ambiance de la banlieue Sud-Ouest jusqu'aux années soixante-dix à travers ses trafics voyageurs et marchandises, son matériel et ses dépôts, de Paris-Quai-d'Orsay à Dourdan, Étampes et Pithiviers.

  • Les trains de voyageurs

    ,

    • La vie du rail
    • 1 Octobre 2015

    Rapides, Express, Directs, Semidirects, Omnibus, telles étaient les dénominations de ces trains qui parcouraient les lignes de la SNCF issues des anciennes compagnies.
    Les auteurs ont voulu offrir aux lecteurs des tableaux où les visages des employés et voyageurs apportent une force irremplaçable et profondément humaine à ce livre.
    Les chapitres traitent de certains aspects moins connus, tels que les grandes révisions d'une voiture en atelier ou les livrées des voitures et fourgons, un sujet cher à ceux qui désirent reproduire de manière authentique des véhicules de cette période.
    L'iconographique fait appel à des documentsméconnus, aussi bien en noir et blanc qu'en couleur, et d'une grande diversité, digne reflet de ces gares. Les quelques 300 photographies de ce livre sont le fruit d'une longue recherche pour mettre en avant cette histoire du rail français.

  • Les vapeurs en couleurs 1950-1974

    ,

    • La vie du rail
    • 1 Juillet 2016

    La collection Héritage, qui a déjà traité différentes machines, s'attaque aujourd'hui au cas des vapeurs, probablement les machines les plus mythiques de l'histoire du rail de France.
    Généralement vues en noir et blanc, Didier Leroy et Philippe Feuteun se proposent aujourd'hui de nous les faire redécouvrir en couleurs ! Avec une sélection de clichés venant de différents photographes, ils retracent ainsi une partie de l'Histoire du rail.
    Des différentes Compagnies aux différents types de réseaux, les locomotives à vapeur représentent une partie non négligeable de l'histoire ; dans cet ouvrage figure un panel de machines qui méritent qu'on leur porte une attention particulière. Ce voyage à travers le temps offre un panorama de l'époque où le rail était encore très présent, jusque dans les lieux les plus oubliés !

  • Paris-Saint-Lazare et sa banlieue

    Didier Leroy

    • La vie du rail
    • 12 Novembre 2010

    Avec près de 450 000 voyageurs quotidiens, Paris Saint Lazare est de nos jours l'une des plus grandes gares de la banlieue parisienne. Cette vocation est héritée de l'administration du réseau de l'Etat qui l'exploita à partir de 1909 et veilla particulièrement à développer le trafic de banlieue, moins favorisé par les autres compagnies. L'impulsion de son célèbre directeur Raoul Dautry en fera une gare à la pointe du progrés, conçue pour transporter les "Français du métro". Dès 1924, avec l'arrivée de la traction électrique par troisième rail, la gare Saint Lazare présente la particularité de voir cohabiter harmonieusement deux modes de traction qui marquèrent durablement le monde ferroviaire.Les fameuses automotrices standard,reines du 750 volts,qui circulèrent jusqu'en 1985,restent des figures marquantes de cet élan de modernisation.Quant aux panaches des locomotives,Saint Lazare n'en a pas manqué avec les Mikado de banlieue,mais aussi avec les reluisantes Pacific Etat du temple vapeur des Batignolles,un dépôt parisien mythique tout acquis à la traction vapeur jusqu'au dernier jour. Paris Saint Lazare et sa banlieue raconte aussi l'histoire et l'évolution des lignes de la banlieue Saint Lazare, celle du matériel et des dépôts les plus emblématiques. Dans la tradition des précédents ouvrages de la collection,la part belle est réservée à l'image,à travers une illustration souvent inédite issue du fonds de la vie du rail et de collections privées. L'atmosphère de l'époque est mise en valeur par un beau format.

  • Paris nord et sa banlieue

    Didier Leroy

    • La vie du rail
    • 1 Juillet 2009

    La gare du Nord et la banlieue qu'elle dessert ont connu plusieurs tournants au cours de leur histoire, notamment la disparition tardive de la traction vapeur en 1970 et l'arrivée des TGV, Eurostar et Thalys au milieu des années quatre-vingt-dix Au départ de Paris-Nord, les lignes, les gares et les dépôts concernés par cet ouvrage s'étendent jusqu'à Pontoise, Persan-Beaumont, Creil et Crépy-en-Valois.
    L'essentiel des photographies de ce livre sont inédites et pour moité en couleur ; elles couvrent en très grande majorité la période allant de 1950 à 1975, vingt-cinq années au cours desquelles le paysage ferroviaire se composait d'une diversité inégalée de matériel, puisque les locomotives à vapeur et électriques cohabitèrent en bonne harmonie pendant douze ans, une exception pour une gare parisienne ! De même, la gare du nord était desservie par de nombreux services internationaux de prestige tels LA FLECHE D'OR ou l'ETOILE - du - Nord, qui voisinaient avec les humbles omnibus de banlieue et une multitude de rames marchandises. Ainsi, le lecteur va pouvoir vivre ou revivre au rythme des gares et des trains nés au temps de la Compagnie du Nord, avec pour fer de lance la traction vapeur, qui reste mythique dans le monde du rail.
    Fidèle à cette collection, comme à la volonté des auteurs, l'ambiance et l'aspect humain liés aux différents métiers du rail sont mis en valeur par l'iconographie choisie.

  • 230 de l' est et du nord (les)

    Collardey-Leroy

    • La vie du rail
    • 30 Avril 2008

    Les 230 assurèrent un service incommensurable sur les lignes des compagnies du nord et de l'est qui les ont appréciées grâce à leurs qualités et leur souplesse pour effectuer un service mixte.
    Les régions est et nord de la sncf les utiliseront en tête des trains les plus variés sur beaucoup de lignes aujourd'hui disparues ; la longévité exceptionnelle des 230 b de l'est et 230 d du nord leur ayant permis de sillonner pratiquement toute leur région respective. cet ouvrage traite de leur conception, des services qu'elles ont assuré, des périodes de guerres oú elles se trouvèrent en première place, de leur séjour forcé outre-rhin et de leur affectation dans leurs nombreux dépôts.
    Les photographies présentées sont pour la plupart inédites et significatives de la diversité des régions parcourues, beaucoup de clichés privilégient l'ambiance dans lesquelles se trouvaient les ten wheel, ce qui en font de véritables tableaux ferroviaires à travers le temps, rehaussés par les images aux couleurs sur les dernières années de leur vie.

  • Paris gare de l'est et sa banlieue

    Leroy/Bellot

    • La vie du rail
    • 2 Novembre 2007

    La gare de l'est, et la banlieue qu'elle dessert, entre dans une nouvelle page de son histoire, marquée par l'arrivée du tgv est le 10 juin 2007.
    Au départ de paris-est, les lignes gares et dépôts traités dans ce livre s'étendent jusqu'à château-thierry, la ferté-milon, sézanne et longueville. au travers de nombreuses photographies inédites couvrant en majorité la période 1950-1975, pour une bonne part en couleur, le lecteur va pouvoir vivre ou revivre au rythme des gares nées au temps de la compagnie des chemins de fer de l'est. la traction à vapeur, pour les trains de voyageurs comme pour ceux de marchandises, occupe une place de choix dans cet ouvrage qui, par la volonté de ses auteurs, s'efforce de mettre en valeur l'aspect humain du chemin de fer.

  • La ligne 4 ; Paris-Mulhouse

    ,

    • La vie du rail
    • 3 Décembre 2009

    La ligne 4 relie Paris à Mulhouse et Bâle, à travers des régions aux paysages variés, passant de la Brie à la Champagne et ses terres vallonnées, du plateau de Langres au pied du Ballon d'Alsace. Avec la particularité d'être la plus grande artère non électrifiée en France, la ligne 4 est restée à l'écart des grands courants de modernisation drastique, lui conférant ainsi un charme que les amateurs sont unanimes à lui reconnaître.

    Après avoir été abondamment utilisée, par la Compagnie de l'Est, pour acheminer de nombreux trains de voyageurs entre la Grande-Bretagne et Paris vers la Suisse, l'Italie et l'Autriche, ainsi qu'un trafic de marchandises échangées entre l'ouest et le nord de la France et la région Parisienne vers la Suisse, sans oublier un trafic local important, elle est quelque peu aujourd'hui l'injuste oubliée des grandes artères si précieuses pour une desserte fine du territoire.

    Restée fidèle tardivement à la mythique traction à vapeur, la ligne 4 est traversée depuis plus de 45 ans par les grandes séries de locomotives diesel, tout un mode de traction allant des 241 A si racées aux A1A A1A 68000, des 241 P aux CC 72000, des rustiques 140 C aux BB 66000. De grands dépôts ont inscrit dans le ciel de l'Est leur indélébiles panaches, tels que Troyes, Chaumont, Chalindrey, Belfort, Mulhouse-Nord et Ile-Napoléon ; ils y sont traités avec des effectifs précis couvrant les années 50, 60 et 70. C'est l'histoire de tout ce monde ferroviaire que propose ce livre, à travers des documents photographiques, pour la plupart inédits, provenant de signatures de photographes connus, tels Félix Fénino, Guy Rannou et Yves Broncard. Les clichés en couleur se marient avec ceux en noir et blanc, en privilégiant un équilibre entre les deux modes de traction qui sont la spécificité et la richesse de la ligne 4, couvrant majoritairement la période allant de 1950 à 1980 : trente années qui marquèrent les changements les plus importants de son histoire.

    Les signaux mécaniques, avec leurs ailes et cocardes colorées, les nappes de fils télégraphiques se déroulant à perte de vue, sont autant de scènes qui ne laissent pas indifférent l'amateur d'ambiances ferroviaires aux couleurs de la vie quotidienne rendues si vivantes par les visages des cheminots.

    Didier Leroy et Guillaume Pourageaux

  • Dans ce volume d'Images de Trains, nous avons volontairement choisi la dominante vapeur qui vivait là ces dernières années.En effet, à partir de 1969, de grandes séries disparaissent d'un coup et il ne subsite plus guère que les 141 R et des 140 C.En 1970, le déclin s'accentue et les années suivantes la part de la vapeur est désormais résiduelle, même si l'on utilise encore ces engins jusqu'à la livraison des dernières locomotives diesel appelées à les remplacer .On peut encore les voir en tête de trains de voyageurs lors des pointes de trafic des fêtes de fin d'année.Les 141 R permettent d'assurer la "soudure"avec les locomotives modernes et peuvent alors s'effacer, mission accomplie.

  • Les omnibus en couleurs 1950-1990

    Didier Leroy

    • La vie du rail
    • 6 Mars 2014

    À l'orée des années cinquante, les omnibus font partie de la vie quotidienne de personnes de tous âges alors qu'ils les empruntaient sur des courtes distances afin de se rendre à l'usine, au bureau, au collège ou au lycée.
    Toutes les régions, particulièrement les plus rurales, voient les omnibus sillonner leurs territoires.
    Ces trains à vapeur, diesels, électriques ou autorails sont le symbole du quotidien français des années 1950 à 1990.
    S'inscrivant dans la même veine que « Les autorails en couleurs » publié en 2011 et rapidement épuisé, ce nouvel ouvrage de la collection « Héritage » séduira les lecteurs par plus de 185 photos choisies par Didier Leroy parmi les plus rares et pour leur intérêt en particulier. Compositions hétéroclites, ambiances, diversité de matériel, variété des régions sont les sujets de prédilection de l'auteur et font la richesse de ce livre.

empty