Éditions de l'Observatoire

  • Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir

    Nathalie Saint-Cricq

    • Éditions de l'observatoire
    • 10 Mars 2021

    2 mai 1923. Comme chaque jour, Clemenceau s'installe à sa table de travail. Malgré ses 82 ans, il n'a rien perdu de sa flamboyance ni de son orgueil. À l'aube du XXe siècle, alors que la République l'a remercié, le « Père la Victoire » ignore ce matin-là qu'il se prépare à vivre ses années les plus passionnées. Marguerite Baldensperger, éditrice de quarante ans sa cadette, s'apprête à passer sa porte pour lui proposer d'écrire un livre. Dès lors, leurs destins seront liés. Pourtant, tout les oppose. Elle aussi réservée et discrète que le « Tigre » est colérique et tempétueux. Mais dès leur rencontre, un pacte les unit : « Je vous aiderai à vivre , vous m'aiderez à mourir. » Marguerite surmontera ainsi le grand chagrin de sa vie et reprendra goût à l'existence. Clemenceau puisera dans sa présence une vigueur nouvelle pour le combat politique et retrouvera la fougue de ses anciennes batailles. Malgré les années qui les séparent, ils vont s'aimer, chacun à leur façon. 
    Par sa plume enlevée, réjouissante et ironique, Nathalie Saint-Cricq fait revivre la grande figure de Georges Clemenceau, son terrible caractère, ses mots d'esprit dévastateurs, et, avant tout, son coeur ardent.  

  • Mémoires d'outre-vies t.2 : malgré tout, on l'a fait

    Jean-François Kahn

    • Éditions de l'observatoire
    • 2 Mars 2022

    « Ce second tome des Mémoires d'outre-vies, marqué par la création de L'Événement du jeudi et de Marianne, rythmé comme le premier de rires et de pleurs, de petitesses et de grandeurs, d'espérances et de désillusions, traversé d'épisodes improbables ou extravagants, drolatiques ou tragiques, en dérangera certains. Pourquoi ? Parce que cela même qui fait que je suis fier de pouvoir, malgré quelques échecs, revivre avec les lecteurs l'intensité de nos combats, l'actualité parfois stupéfiante de nos empoignades, leur fera, à ceux-là, grincer les dents. La raison est toute bête : car même si, oui, nous avons globalement échoué, replongeant dans les batailles que nous avons menées, les fausses routes que nous avons pointées, les dérives que nous avons dénoncées, les catastrophes contre lesquelles nous avons mis en garde, ces lecteurs auront, faits et textes à l'appui, l'occasion unique de trancher : qui finalement a eu tort, et qui a eu raison ? Et c'est ce classement qui, à beaucoup, ne fera pas plaisir. »

  • Une partie de campagne Nouv.

    Une partie de campagne

    ,

    • Éditions de l'observatoire
    • 18 Mai 2022

    Guy Marchant a réfléchi, c'est lui, l'homme providentiel. Il veut offrir à la France le meilleur. Il est prêt à négocier, au plus haut sommet du monde, avec ses homologues internationaux. Il est prêt à se battre pour relever les défis de toutes les crises : sanitaires, économiques, sociales, environnementales et culturelles. En un mot, il est prêt à entrer dans l'Histoire. Mais avant, il y a cette épreuve majeure qu'est la campagne électorale. Un passage ultime en démocratie, un temps à part avant les grandes affaires. Affiches, meetings, annonces, porte-à-porte, communiqués de presse, discours, poignées de main, slogans... Pour mettre toutes les chances de son côté, notre homme et son équipe vont suivre, tant bien que mal, mais à la lettre, les codes décalés d'une partie de campagne. Votez Guy Marchant !  

  • Krasnaïa

    Raphaël Enthoven

    • Éditions de l'observatoire
    • 12 Janvier 2022

    Rien ne va plus à Krasnaïa depuis qu'un incendie volontaire a ravagé le Bois Rouge. Le cheval prudent que les animaux se sont donné pour Régent sera-t-il à la hauteur du crime ? Ou faudra-t-il le remplacer, lors des Dragatiques, par un animal moins mou ? Et qui alors, de l'ânon furieux, de l'ourse animaliste ou du jeune loup, recevra l'onction de la horde ? Comment se conduiront les albinos ? Les femellistes ? Les enragés (si tant est qu'ils existent) ? Et les inordinaires ? Mystère. Les renards tenteront-ils de se soustraire à la loi commune ? Les hirondelles feront-elles basculer l'opinion vers la haine ? L'art de la discussion suffira-t-il à contenir la violence ? Nées trop tard dans un monde trop juste, les bêtes parviendront-elles à supporter la paix, ou céderont-elles, de nouveau, à la tentation de se faire la guerre ?

  • Dictionnaire philosophique d'un monde sans Dieu

    Philippe Val

    • Éditions de l'observatoire
    • 9 Février 2022

    « Dans un néant sans limites et dans un temps infini, on ne saura jamais pourquoi, lecteur, tu es en train d'exister, ni pourquoi, à cet instant même, tu tiens ce livre entre tes mains, à cet endroit précis de l'univers. Dans cette énigme, il y a de quoi cultiver notre curiosité jusqu'à la rendre insatiable, ce que je souhaite à tous. Je crois en effet que puiser sans cesse dans la rivière inépuisable du savoir, ne jamais cesser de cheminer pour faire reculer l'horizon de l'ignorance, c'est cela, réussir sa vie. La philosophie d'un monde sans Dieu incite à rebâtir entièrement sa propre vie, puisque personne d'autre ne s'en charge. »   Philippe Val  

  • Le prix de nos larmes - le roman noir des millions verses aux victimes du terrorisme Nouv.

    Le prix de nos larmes - le roman noir des millions verses aux victimes du terrorisme

    Mathieu Delahousse

    • Éditions de l'observatoire
    • 4 Mai 2022

    Combien vaut une vie détruite par le terrorisme en France ?
    Dans un document inédit et bouleversant, le journaliste Mathieu Delahousse dévoile les dessous de l'indemnisation des victimes d'attentats terroristes.

    Depuis 2015, 225 millions d'euros ont été versés à 6 324 personnes frappées par des attentats sur le sol français. Les enveloppes accordées suivent des cheminements méconnus et soulèvent des tabous douloureux. Combien pour la perte d'un proche ? Combien pour des crises d'angoisse et des nuits pleines de cauchemars ? Ou pour un traumatisme qui empêche de reprendre le travail ?
    Durant deux ans, Mathieu Delahousse a exploré la façon dont se jaugent les vies brisées par les attentats. Seul à suivre, pour la première fois, les audiences du nouveau « juge de l'indemnisation des victimes d'attentats terroristes » et en recueillant la parole de dizaines de rescapés, il nous fait découvrir le roman noir de ces procédures toujours insatisfaisantes. Des comptes d'apothicaires engendrent des malaises infinis. Des malentendus terribles s'exacerbent. Des courages insoupçonnés s'éveillent, tandis que des profiteurs n'hésitent plus à se glisser parmi les réelles victimes... Heureusement que des juges, figures rassurantes de Marianne trop longtemps absentes auprès des endeuillés, viennent remettre un peu d'ordre dans des procédures qui semblent inspirées à la fois de Kafka et de Courteline.

  • Les 15 jours qui ont fait basculer Kaboul

    David Martinon

    • Éditions de l'observatoire
    • 16 Mars 2022

    Quand on est au mauvais endroit, au mauvais moment, il convient de prendre très vite les bonnes décisions. Dimanche 15 août 2021. Kaboul, la capitale de l'Afghanistan, tombe aux mains des talibans, quasiment vingt ans après qu'ils en ont été chassés par les Américains. Après l'évacuation de leur personnel, par hélicoptère pour la plupart, toutes les ambassades occidentales ferment, exceptée celle de la France. Dans l'enceinte du bâtiment, entre 300 et 400 personnes sont ainsi prises au piège. Des milliers de personnes en panique essaient d'entrer dans l'aéroport, tandis que la menace terroriste enfle. David Martinon, ambassadeur de France à Kaboul, est à la manoeuvre. Mais comment secourir le plus de gens possible ? À qui demander de l'aide ? À qui, surtout, ne rien demander ? Dans ce livre au plus près du réel, sorte de polar sans une goutte de fiction, David Martinon revient non seulement sur la débâcle de Kaboul, mais aussi sur les conditions qui l'ont permise, et sur les signes terribles qui l'annonçaient et que trop peu ont voulu voir. Une véritable leçon de géopolitique. Un hommage bouleversant à ceux qui ont pu fuir, comme à ceux qui ont dû rester.

  • Le grand vieillissement Nouv.

    Le grand vieillissement

    Maxime Sbaihi

    • Éditions de l'observatoire
    • 11 Mai 2022

    Un retournement démographique est en marche dans notre pays, et il aura des répercussions gigantesques dans notre vie quotidienne. La France vieillit et n'a jamais compté autant de seniors. Défi collectif à la fois inédit et inéluctable, ce "grand vieillissement" ne fait que commencer. Ses conséquences se font ressentir partout : il gonfle les prix de l'immobilier et la dépense publique, creuse les inégalités de revenus et de patrimoine entre les âges, grippe notre modèle social. Il fait aussi dériver notre démocratie vers une irrémédiable gérontocratie, avec des électeurs âgés et mobilisés, en décalage avec une jeunesse minoritaire qui boude les urnes. Plus la France vieillit, plus les actifs triment, et plus les jeunes trinquent. Valideront-ils sans broncher ce nouveau contrat entre les générations ? Accepteront-ils de cotiser et travailler toujours plus pour financer la retraite des boomers ? Et qui va prendre en charge la dépendance ?

  • Un été à Long Island ; quand Saint-Exupéry écrivait Le Petit Prince

    Alain Vircondelet

    • Éditions de l'observatoire
    • 19 Janvier 2022

      Été 1942. Antoine de Saint Exupéry a trouvé refuge avec son épouse, Consuelo, à Long Island pour écrire ce qui deviendra son oeuvre la plus connue et renommée, Le Petit Prince. Dépressif, méprisé  par les exilés français de New York (André Breton et tous les surréalistes), tourmenté par l'avenir du monde, incapable de pouvoir poursuivre son oeuvre, tiraillé entre l'amour pour sa femme et ses nombreuses infidélités, il accepte de réfléchir à l'idée soumise par ses éditeurs américains : écrire un conte pour enfants. Consuelo et lui s'installent alors dans une villa au bord de la baie de Long Island : Bevin House, qu'il surnomme aussitôt « la maison du Petit Prince ». Là-bas, loin du bruit entêtant de New York et des rumeurs, c'est l'été de la renaissance : retrouvailles passionnées avec sa femme (« Le Petit Prince est né, dit-il, de votre grand feu »), promenades le long de la plage, rares mais joyeuses visites de ses amis (André Maurois, Denis de Rougemont, etc.), journées studieuses à dessiner et écrire, mais aussi escapades à Manhattan pour rejoindre sa maîtresse, la belle journaliste Silvia Hamilton... Mais la tempête le guette : il est tourmenté par le sort de la France et ne tardera pas à tout quitter pour rejoindre la France et s'engager dans la guerre. Avant ça, il lui faut écrire l'histoire du personnage qui deviendra bientôt son double, Le Petit Prince... Heureusement, Consuelo est à ses côtés pour le guider et l'inspirer, comme toujours... Alain Vircondelet nous plonge dans cette parenthèse enchantée, cet été 42 où Saint Exupéry écrivit son dernier chef-d'oeuvre auprès de celle qui restera pour l'éternité sa muse et son seul véritable amour.

  • Le vrai état de la France

    Agnès Verdier-Molinié

    • Éditions de l'observatoire
    • 19 Janvier 2022

    La directrice de l'iFRAP nous livre ce constat édifiant : les chiffres réels de la situation économique de la France sont partiellement passés sous silence. La Cour des comptes se révèle timide concernant les finances publiques, et les rapports publics se montrent trop frileux. Les dispositifs d'alerte semblent se désactiver un à un. Pourtant, les données sont là : la France est un pays en déclassement. Savez-vous qu'elle se situe en réalité au 29e rang mondial en PIB par habitant ? Que nous avons atteint 1400 milliards de dépenses publiques ? Que nous payons 483 taxes, impôts et cotisations ? Que 1 jeune sur 20 est illettré ? Étouffée par une bureaucratie envahissante, contrainte par des lois repoussoir pour l'investissement, gangrénée par des taux d'inactivité, de pauvreté et d'insécurité de plus en plus élevés, la France est en proie à de nombreux maux dont la population devrait être informée. Loin de chercher à créer la polémique, Agnès Verdier-Molinié se fait un devoir d'avertir justement les Français sur le véritable état de la France en 2022 et de leur proposer des solutions de sortie de crise.

  • La littérature est une affaire politique

    Alexandre Gefen

    • Éditions de l'observatoire
    • 6 Avril 2022

    Dans une société avide de spectacle, on feint trop souvent de croire que la littérature sert de pur divertissement. Cette enquête auprès de vingt-six écrivains contemporains montre le contraire : la littérature est avant tout une affaire politique. C'est le constat de ce livre, composé d'entretiens inédits : même s'ils réfutent la vieille notion de « littérature engagée », les écrivains français sont loin de prôner une indifférence esthète à l'égard des problèmes politiques de leur pays. Très souvent, ils choisissent de faire de leurs récits un outil d'analyse des inégalités. Pour mieux interro-ger les discours sociaux, ils tournent autour de l'autobiographie ou du reportage. Ils tentent parfois de prolonger les crises sociétales, ou même de les prévoir. Ils vont de surcroît au-devant des demandes sociales, en participant à des résidences littéraires (en région, à l'hôpital, dans les Ehpad, auprès des jeunes, des migrants). Bref : ils des-cendent volontiers de cette tour d'ivoire dans laquelle on voudrait les emprisonner, et qu'ils ne supportent plus. D'Annie Ernaux à Alice Zeniter, en passant par Aurélien Bellanger, Leïla Slimani et Mathias Énard : voici dévoilé le formidable panorama d'une littérature pugnace et moderne, avide de changer notre société.  

  • Anatomie d'une trahison : la gauche contre le progrès Nouv.

    Anatomie d'une trahison : la gauche contre le progrès

    Renaud Dély

    • Éditions de l'observatoire
    • 4 Mai 2022

    Au lendemain de l'élection présidentielle, le journaliste Renaud Dély analyse la manière dont la gauche a trahi le projet des Lumières et les idéaux du progrès. Quand Emmanuel Macron a moqué le "modèle amish" à propos de ceux qui refusaient le déploiement de la 5G, était-il si éloigné de la réalité ? La gauche n'aurait-elle pas bel et bien trahi le progrès, si cher à ses pères fondateurs ? Au fil de l'ouvrage, Renaud Dély dissèque la métamorphose d'un camp qui se détourne de ses idéaux et se fourvoie dans des combats hermétiques. Entre dérives identitaires, repli communautaire, rejet du patriotisme et conversion au catastrophisme, cette famille politique fondatrice de la République tourne le dos à l'avenir et se referme sur des certitudes désuètes, déconnectées du réel et de l'époque. L'indignation lui tient lieu de réflexion. Privilégiant l'invective et le sectarisme au dialogue et à la nuance, cette gauche de l'entre-soi exclut aujourd'hui tout, jusqu'à elle-même.
    La gauche en France n'est plus. Au lendemain de l'élection, il y a urgence à en mener l'autopsie, dans l'espoir de la voir un jour opérer son indispensable résurrection.

  • Les révoltés d'Occident

    Laure Mandeville

    • Éditions de l'observatoire
    • 13 Avril 2022

    La journaliste propose une analyse de ce qu'elle nomme l'insurrection culturelle occidentale, incarnée par D. Trump, V. Orban, M. Salvini, le Brexit, les nationalistes scandinaves ou encore E. Zemmour.

  • Emmanuel le hardi

    Alain Duhamel

    • Éditions de l'observatoire
    • 13 Janvier 2021

    « Jadis, les rois de France étaient souvent affublés d'un surnom. Tantôt flatteurs, Philippe le Bel ou Louis XV le Bien-Aimé, tantôt moins agréables, Louis le Bègue ou Charles le Chauve. Il est tentant d'accoler aux présidents si monarchiques de la Ve République un tel surnom. Le général de Gaulle n'aura pas dédaigné de se voir honorer d'un Charles le Grand ; François Mitterrand aurait pu prétendre à François le Hutin à l'instar de Louis X ou encore Nicolas Sarkozy à Nicolas le Batailleur. Pour le président actuel, Emmanuel le Hardi semble le plus appro­prié. On aurait pu envisager aussi bien un Emmanuel le Téméraire, tant son élection relevait d'une audace presque impudente, tant son mandat se déroule sous le signe du risque perpétuel et des tensions permanentes. Mais qualifier le jeune président de « hardi » semble plus juste, puisque après tout la partie n'est pas jouée, l'échec n'est pas avéré, l'impasse n'est pas inévitable. Macron chevauche la stratégie du risque extrême mais aussi longtemps qu'il n'a pas renoncé, qu'il se bat, il subsiste une part de chance ; hardi plus que téméraire, même si la distance tient parfois à un fil. Car la France reste ce grand pays enviable aux orages non désirés. Y être président, c'est être impopulaire et être impopulaire, c'est être entravé. Voilà la malédiction présidentielle qu'Emmanuel Macron a la prétention d'affronter et de vaincre. Avec son courage et son énergie. Avec ses fautes et ses bourdes. Déterminé à réformer, donc en sursis perpétuel. Hardi. » A.D.  

  • Racée

    Rachel Khan

    • Éditions de l'observatoire
    • 10 Mars 2021

    « On est tous des additionnés », affirmait Romain Gary dans Pseudo. Rachel Khan ne le sait que trop bien. Noire, gambienne, d'origine musulmane et catholique par son père, blanche, juive et française par sa mère, elle est fière de se dire « racée ». Mais comment vivre cet excès de « races » à l'heure des replis identitaires où seule la radicalité importe ? Comment se positionner avec ce « pedigree » alors que l'injonction est de choisir un camp ? À travers une série de mots, notions et expressions « politiquement correctes », Rachel Khan pose un regard tant critique que malicieux sur notre époque idéologisée qui interdit toutes formes de nuances. Elle condamne les « mots qui séparent » ? souchien, racisé, afro-descendant, intersectionnalité, minorité... : présentés comme des outils indispensables pour combattre le racisme, ils enfoncent en fait le couteau dans les plaies qu'ils prétendent cicatriser. Puis les « mots qui ne vont nulle part » : vivre-ensemble, diversité, mixité et non-mixité, etc., qui appauvrissent le langage et, dans une « bienveillance inclusive », alimentent la haine et les silences. Mais elle défend avec force les « mots qui réparent » ? intimité, création, désir ? qui, eux, rétablissent le dialogue, favorisent la pensée non unique et unissent notre société, gangrénée par les crispations identitaires et les oppositions stériles entre les genres.  

  • Bergson, notre contemporain

    Emmanuel Kessler

    • Éditions de l'observatoire
    • 6 Avril 2022

    Emmanuel Kessler nous révèle l'extrême modernité de l'oeuvre d'Henri Bergson, l'un des plus grands philosophes du XXè siècle, penseur de l'esprit injustement oublié.

  • L'énigme algérienne ; chroniques d'une ambassade à Alger

    Xavier Driencourt

    • Éditions de l'observatoire
    • 16 Mars 2022

    Ambassadeur de France à Alger de 2008 à 2012 et de 2017 à 2020, Xavier Driencourt est le diplomate français qui aura passé le plus de temps en poste en Algérie. Il livre ici une analyse passionnante de ce pays si proche de nous et pourtant si énigmatique, dévoilant sa complexité et ce que les Algériens eux-mêmes appellent "le système". Il revient sur la relation franco-algérienne marquée par l'histoire, la colonisation, les événements tragiques de 1962 et l'immigration, mais aussi sur les nombreux liens culturels, économiques, familiaux entre les deux rives de la Méditerranée. Il s'interroge sur la relation ambiguë que nos élus entretiennent avec ce pays qui, plus d'un demi-siècle après son indépendance, semble encore faire partie de la politique intérieure française. À l'aube du 60e anniversaire des accords d'Évian, et alors qu'à la suite du rapport de Benjamin Stora les autorités françaises souhaitent accompagner cet événement, cet ouvrage constitue le tableau le plus complet pour qui veut comprendre l'Algérie contemporaine, les défis qu'elle pose à la France et l'énigme politique qu'elle représente pour nombre d'entre nous.

  • Bianca, l'âme damnée des Médicis

    De Carolis

    • Éditions de l'observatoire
    • 6 Octobre 2021

    Le 5 juin 1578, Francesco Ier de Médicis, grand-duc de Toscane, épouse son amour de jeunesse et sa maîtresse de toujours, l'audacieuse Bianca Capello, aussi admirée que détestée. Volontaire, indépendante et opiniâtre, Bianca défie les époques par son courage, sa combativité et son ambition. La noble et toute-puissante famille Médicis, elle, outragée par cette union avec celle que l'on dépeint alors comme une favorite sans scrupules et une intrigante volage, use de mille stratagèmes pour séparer les deux amants, faisant courir les pires médisances à son égard. Contre vents et marées, Francesco, et l'amour qu'il porte à Bianca, la protègent. Dix ans plus tard, alors que rien ne semble pouvoir troubler leur bonheur, Francesco et Bianca s'éteignent à deux jours d'intervalle entre les murs de leur villa toscane. Très vite, la rumeur d'un empoisonnement à l'arsenic enflamme les cours italiennes, et bientôt le bruit se répand que le corps de Bianca aurait été vulgairement jeté dans la fosse commune par le cardinal Ferdinand, le frère de Francesco... Pourquoi Bianca suscite-elle cette rage chez le clan Médicis qui la surnommait alors Pessima Bianca - « l'exécrable Bianca » ?   Carol Ann et Patrick de Carolis remontent des siècles d'histoire et réécrivent le destin incroyablement romanesque de celle qui fut vilipendée et sacrifiée par cette fratrie médicéenne avide de puissance et d'argent. À travers leur plume, Bianca de Médicis revient à la vie et se révèle une héroïne à la modernité frappante et fascinante : une jeune femme libre et affranchie de la morale étouffante de l'époque, mais aussi une amoureuse passionnée et une figure aussi ensorcelante qu'inspirante.

  • Mémoires d'outres-vies t.1 ; je me retourne, sidéré...

    Jean-François Kahn

    • Éditions de l'observatoire
    • 5 Mai 2021

    « Après trois quarts de siècle qui ont laissé des encoches, des brûlures et des blessures dans ma mémoire, les hasards d'une existence et d'une carrière non programmée ayant fait que je me suis retrouvé au coeur de la plupart des événements qui ont façonné le monde d'aujourd'hui, je me retourne, sidéré... Comment est-il possible que j'aie vécu tout ça ? » La vie de Jean-François Kahn est un véritable roman. Le roman d'un homme fasciné par l'Histoire et par l'art de décrypter l'Histoire : le journalisme. Observateur des folies du communisme, des dérives du colonialisme, de la montée de l'extrême droite, le grand reporter raconte enfin, dans ce premier tome de ses mémoires, sa traversée d'un siècle fou, où l'on croyait tout possible - et où tout fut possible, hélas.  Se retournant sur sa vie, et tout étonné encore des événements dont il fut le témoin, il nous livre un récit plein d'aventures et de drôlerie, traversé de révolutions et de coups d'État, de guerres extérieures et intestines, d'humanisme et de terreur, de misères et de servitudes - bref, de bruit et de fureur, de rires et de larmes.  Conteur formidable, il offre aussi aux lecteurs des portraits saisissants de Nasser et de Che Guevara, d'Albert Camus et d'André Malraux, de de Gaulle et de Mitterrand, d'Hubert Beuve-Méry et de Françoise Giroud. Les mémoires de la mémoire du siècle.  

  • Bolloré, l'homme qui inquiète

    Vincent Beaufils

    • Éditions de l'observatoire
    • 9 Février 2022

    Enquête sur l'un des hommes les plus puissants de France - et l'un des plus secrets. Qui est vraiment Vincent Bolloré?? Le magnat des médias français - de Canal + à CNews et Europe 1 - ou l'entrepreneur mondial rêvant de bâtir un «?Netflix latin?»?? Le financier qui accumule les milliards en remodelant Vivendi, ou le visionnaire qui les dépense dans des projets fous?? Le conservateur et soutien d'Éric Zemmour ou le catholique respectueux de la doctrine sociale de l'Église?? L'Africain mis en examen pour corruption ou l'Italien donnant du fil à retordre à Silvio Berlusconi?? Un peu tout cela sans doute, mais Bolloré est d'abord la 14e fortune française et, comme il le confesse lui-même?: «?Il n'y a qu'une seule chose qui m'intéresse, c'est l'argent.?» Ce n'est pas un hasard si le tombeur de Lagardère fascine Nicolas Sarkozy et inquiète Emmanuel Macron. Jamais une telle puissance financière n'aura débarqué dans les médias français avec ce souci d'imprimer sa vision. Et sans aucun état d'âme... Vincent Beaufils, journaliste et témoin de la dynastie Bolloré depuis quarante ans, esquisse en dix portraits inédits le visage de cet homme public que personne ne connaît vraiment, et qui a maintes fois assuré qu'il prendrait sa retraite le 17 février 2022... Tiendra-t-il parole ?

  • Qui connaît Fabien Roussel ?

    ,

    • Éditions de l'observatoire
    • 16 Mars 2022

    Le plaisir est-il une valeur de gauche ? Qu'est-ce que le peuple ? Peut-on être communiste et défendre les petits patrons ? Faut-il autoriser ceux qui le souhaitent à travailler au-delà de 60 ans ? Le voile islamique est-il un problème en République ? Vaut-il mieux parler de « violences dans la police » que de « violences policières » ? Comment lutter contre les antivax sans imposer de vaccin ? Est-on encore révolutionnaire quand on considère que les personnes l'emportent sur les idées ?   Toutes ces questions, et bien d'autres, sont abordées dans des entretiens sans filtre, que Fabien Roussel a bien voulu ac-corder à Raphaël Enthoven. Il en résulte un dialogue vivant, un livre étonnant où s'entremêlent politique et philosophie. Un livre précieux où se dessine, peut-être, le meilleur portrait du candidat communiste à l'élection présidentielle.  

  • Lettre à ma génération : la jeunesse face aux extrêmes

    Louise El Yafi

    • Éditions de l'observatoire
    • 23 Mars 2022

    « Ma chère génération, tu es venue au monde avec le droit d'être absolument qui tu veux, de faire l'amour avec qui tu veux, de lire et d'écrire ce que tu veux, de boire et manger ce dont tu as envie, de t'habiller librement et d'emmerder Dieu ou de croire en lui comme bon te semble. Bref, tu es ce qu'on appelle un bien né. Pourtant, cette liberté, tu ne l'aimes pas. » Dans cette lettre en forme de manifeste, Louise El Yafi, jeune trentenaire, binationale, engagée, analyse les grands sujets de société pour les jeunes de sa génération qui s'affirment progressistes ou ultra-patriotes tout en reproduisant des comportements dangereusement réactionnaires. Cette génération, qui vote extrême droite et extrême gauche, se laisse séduire par un certain puritanisme, par les représentants d'un islamisme totalitaire ou les courants de pensée les plus xénophobes. Les valeurs, transfor-mées en simples mots, sont instrumentalisées pour mieux voiler, à peine, les idéologies funèbres de jadis. C'est ainsi que, sans hésitation, cette jeunesse préfère suivre les prédicateurs qui mènent vers l'abîme. Au lieu d'entretenir la liberté, de la chérir, cette génération la détruit à petit feu. Un manifeste implacable pour tenter d'ouvrir les yeux d'une jeunesse si difficile à comprendre.

  • Toutes afghanes

    Collectif

    • Éditions de l'observatoire
    • 17 Novembre 2021

    "Elles étaient journalistes, médecins, avocates, magistrats, artistes, traductrices, diplomates. Il y a quelques mois encore, elles étaient femmes, filles, soeurs, épouses, camarades, amies, collègues. Depuis le retour des talibans et l'instauration de la charia, elles sont devenues des biens meubles, des ventres, des fantômes sans paroles et sans droits. Leur vie ne leur appartient plus, et c'est l'humanité tout entière qui saigne. Jamais ces silhouettes indéfinies ne nous laisseront indifférentes.
    Les femmes afghanes supplient le monde de ne pas les oublier. Nous ne sommes pas le monde, mais nous ne les oublions pas."
    De grands noms de la littérature, du journalisme, de la diplomatie rendent hommage aux femmes afghanes dans ce recueil de textes dont les droits sont reversés à l'association Afghanistan Libre.

  • L'enfant transgenre

    ,

    • Éditions de l'observatoire
    • 9 Février 2022

    Aux États-Unis, mais aussi en Europe, les demandes de changement de sexe chez les enfants et surtout les adolescents augmentent depuis plusieurs années. Les psychanalystes Caroline Eliacheff et Céline Masson alertent sur les dérives du « transgenrisme » chez les mineurs. Le poids de la culture LGBTQI et l'influence des réseaux sociaux ont donné une visibilité nouvelle à la « dysphorie de genre », ou sentiment d'être né dans le « mauvais corps ». Émancipation progressiste ou phénomène d'embrigadement idéologique ? Outre que les traitements hormonaux et chirurgicaux feraient d'un enfant sain un patient à vie, la réponse affirmative trop rapide à ce désir de changement de sexe risque aussi de porter atteinte à sa construction psychique. Nombreuses sont les voix (trop souvent étouffées) qui avouent regretter cette transition tandis que plusieurs pays reviennent sur la prescription précoce de bloqueurs de puberté et d'hormones antagonistes. Au nom de la protection de l'enfant, Caroline Eliacheff et Céline Masson dénoncent un prétendu « droit à l'autodétermination » qui occulte et instrumentalise les souffrances des adolescents.

empty