Myriam Leroy

  • Les yeux rouges

    Myriam Leroy

    • Seuil
    • 14 Août 2019

    Il s'appelait Denis. Il était enchanté.
    Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évidence, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j'étais.
    Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C'est l'amorce d'un piège suffocant à l'heure du numérique, quand la fatalité n'a d'autre nom qu'un insidieux et inexorable harcèlement.
    Dans ce roman âpre, où la narratrice ne se dessine qu'au travers d'agressions accumulées, de messages insistants, où l'atmosphère étouffante s'accentue à mesure que la dépossession se transforme en accusation, Myriam Leroy traduit avec justesse et brio l'ère paradoxale du tout écrit, de la violence sourde des commentaires et des partages, de l'humiliation et de l'isolement, du sexisme et du racisme dressés en meute sur le réseau.
    Née en 1982, Myriam Leroy est journaliste, écrivain et dramaturge. Ariane, son premier roman, a été finaliste du prix Goncourt du premier roman et du prix Rossel. Elle vit à Bruxelles. Les Yeux rouges est son deuxième roman.

  • Ariane

    Myriam Leroy

    • Don quichotte
    • 4 Janvier 2018

    " Quand j'ai eu douze ans, mes parents m'ont inscrite dans une école de riches. J'y suis restée deux années. C'est là que j'ai rencontré Ariane. Il ne me reste rien d'elle, ou presque. Trois lettres froissées, aucune image. Aucun résultat ne s'affiche lorsqu'on tape son nom sur Google. Ariane a vécu vingt ans et elle n'apparaît nulle part. Quand j'ai voulu en parler, l'autre jour, rien ne m'est venu. J'avais souhaité sa mort et je l'avais accueillie avec soulagement. Elle ne m'avait pas bouleversée, pas torturée, elle ne revient pas me hanter. C'est fini. C'est tout. "
    Elles sont collégiennes et s'aiment d'amour dur. L'une vient d'un milieu modeste et collectionne les complexes. L'autre est d'une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L'autre, c'est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu'elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr.
    Premier roman sur une amitié féroce, faite de codes secrets et de signes de reconnaissance, à la vie à la mort. Myriam Leroy est journaliste, presse et radio, et écrit pour le théâtre. Elle habite Bruxelles.

  • Myriam Leroy n'aime pas

    Myriam Leroy

    • Renaissance du livre
    • 27 Avril 2013

    Certains évacuent leurs frustrations toutes les semaines chez le psy. Myriam Leroy, elle, s'en décharge à la radio. Pendant deux ans, elle a tenu une chronique hebdomadaire sur les ondes de Pure FM, où elle abordait un sujet qui la fâchait et lui démolissait la tronche à grands coups de mauvaise foi.
    Intitulée « Myriam Leroy n'aime pas », cette séquence est rapidement devenue culte, s'échangeant sur les réseaux sociaux via ceux qui trouvaient ses diatribes « trop vraies » et les autres, qui se demandaient pour qui elle se prenait, « cette conne ».
    Flinguant les hypes cultureuses et atomisant à la sulfateuse les produits de grande consommation supposés mettre tout le monde d'accord, ces billets vitriolés sont avant tout l'occasion de dire l'air du temps, et de prendre de la distance avec lui.
    Par l'auteur du célèbre "Bobos", plus de 3000 exemplaires vendus !

  • Les bobos

    Leroy Myriam

    • Renaissance du livre
    • 11 Octobre 2012

    Le fameux bourgeois-Bohème dont on a vu apparaître une définition il y a une dizaine d'années, est aujourd'hui au sommet de sa gloire. Archétype contemporain agaçant et attachant à la fois, il n'est pas à une absurdité près. Il mange local mais voyage lointain, il s'habille vintage mais cher, il milite pour davantage de mixité sociale mais met ses enfants à l'école Decroly...
    Via ses tics et travers, ce sont toutes les contradictions du monde moderne qui se dessinent.
    Les chroniques bobos de Myriam Leroy en proposent un abécédaire plein de fiel et de tendresse : les thématiques abordées autour du bobo sont : ses fringues, ses cheveux, son alimentation, son rapport aux réseaux sociaux, au boulot, aux vacances, à la littérature, à la photographie, au cinéma, à la musique, à la téléphonie, à la fête, à la spiritualité, au sport, à la politique, à l'amour... Bref, le BA-ba du bobo.
    Préface d'Olivier Monssens et dessins de Nicolas Vadot.

  • L'année 1925 ; l'esprit d'une époque

    ,

    • Presses universitaires de paris nanterre
    • 9 Juillet 2021

    « Il y a des dates qui comptent, d'autres qui tombent en poussière. » À la manière de 1900 qui selon Paul Morand fêtait les noces d'or du passé et de l'avenir, l'année 1925 s'est imposée à la mémoire collective comme une année mythique. Entre l'armistice de 1918 et la crise de 1929, les années vingt, profondément marquées par la Grande Guerre, présentent un singulier mélange de désarroi, de révolte et de frivolité. Soutenus par un développement sans précédent des transports et des médias, l'éloge de la vitesse et le « bel optimisme des machines » cher à Blaise Cendrars se diffusent comme des mots de passe. Sous le signe du jazz, la mythologie de ces « Années folles » se forge au Boeuf sur le toit autour de Jean Cocteau, tandis que Fantômas et Charlot, la garçonne de Victor Margueritte et Coco Chanel, la Lulu de Pabst et d'Alban Berg, la Nadja d'André Breton, tendent leurs miroirs aux incertitudes du temps. Au « nouvel mal du siècle » font réplique, ici, un renouveau de l'aventure et, là, un regain de la spiritualité. 1925 marque un apogée et un tournant. Deux manifestations dominent la saison à Paris : la Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées, avec Joséphine Baker et Sidney Bechet, et l'Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes - les Arts décos - qui va définir le style de l'époque. Caractériser l'esprit de 1925 sur un plan international, dans les arts comme en littérature, faire apparaître le fragile équilibre de ses tendances et de ses tensions, interroger dans ses contradictions l'appel à un ordre nouveau, telles sont les ambitions du présent ouvrage.

empty