Plon (réédition numérique FeniXX)

  • Les trois hussards

    Collectif

    • Fenixx réédition numérique (plon)
    • 31 Décembre 1998

    Avril 1823 : huit ans après la déroute de Waterloo, la France royaliste, désireuse de redorer son blason, envoie une armée de 100 000 hommes pour rétablir Ferdinand VII sur le trône d'Espagne.
    Au même moment, un jeune homme ambitieux, fraîchement débarqué à Paris, vient de trouver un emploi de surnuméraire au service du duc d'Orléans, et rêve de conquérir le monde. C'est Alexandre Dumas. Un soir, il est témoin de l'attaque d'une diligence transportant une belle et énigmatique jeune fille. Le cavalier qui l'escorte est blessé. Dumas lui porte secours, et découvre que cet homme est son sosie. Il se nomme Antoine Dupuy, est lieutenant des Hussards. Il est désespéré de n'avoir pu s'opposer à l'enlèvement de la jeune femme, sa fiancée.
    Alors, le jeune Alexandre Dumas propose au blessé d'échanger leurs identités, et de partir à sa recherche. Devenu le lieutenant Dupuy, il va plonger dans une folle aventure, poursuivant une diligence chargée d'or, dérobée par un Trappiste sanguinaire, et un homme mystérieux aux gants rouges. Il rencontrera trois lieutenants de Hussards, braves et téméraires, découvrira l'amour et l'amitié, la guerre, la mort et le panache.
    François Cérésa renoue ici avec la grande tradition du roman de cape et d'épée. « Les trois Hussards » entraînent le lecteur au coeur d'une intrigue romanesque, ponctuée de rebondissements incessants, jusqu'au dénouement, digne des meilleures intrigues d'Alexandre Dumas.

  • Un genie devergonde

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 11 Juin 2016

    Génie dévergondé, enragé d'idées folles et d'idées fixes, d'écriture et de femmes, de fiel et de fesse, Nicolas-Edme Rétif ou Restif, dit « de la Bretonne », a beaucoup trop écrit, pour se donner le mal d'écrire dans les règles, et beaucoup trop vécu pour se donner celui de vivre en honnête homme. Desservi - de son vivant déjà - par l'extravagance de sa vie et de son oeuvre, il reste le plus illustre des méconnus de notre littérature, et le personnage le plus déconcertant d'un siècle qui n'en a pas été avare. Or, cette vie et cette oeuvre sont intimement liées. On ne comprend pas l'une sans l'autre.
    Fornicateur, imprécateur et fabulateur, l'inclassable et désespérant Rétif nous a paru mériter un regard nouveau.
    Plutôt que de parler de Rétif, Jacques Cellard a choisi de le laisser parler, et s'est contenté de l'accompagner d'un commentaire en contrepoint, à la fois désinvolte et savant, amusé et pénétrant, dans le ton même de ce XVIIIe siècle frivole et profond. À double texte, double plaisir, double lecture, double bonheur... C'est celui que nous vous souhaitons.

  • Au bon patriote

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 25 Septembre 2015

    Des situations paradoxales et des caractères bizarres, marqués souvent par la folie : une atmophère irréelle, en dépit du réalisme, parfois brutal, des événements ; des passions inassouvies menant à des crimes, ou encore la frivolité comme solution de bien des embarras, tels sont les moyens employés par Ghislain de Diesbach pour peindre, en dix nouvelles, en Europe aujourd'hui disparue. Entre 1795 et 1945, le lecteur effectue, dans le temps et dans divers pays, un voyage qui commence en France, où un jeune aristocrate ouvre, en pleine Terreur, une école de mauvaises manières pour permettre à ses semblables de s'adapter au nouveau régime. L'élégance et la rigueur du style, inspiré de celui de Candide, font oublier l'amoralité des égarements du coeur et de l'esprit qui imprégnent ces nouvelles. Original, jusque dans ses parodies et ses complicités, Ghislain de Diesbach a en effet l'art de donner, par l'humour, par l'ingéniosité des formules et la perfidie du trait, un ton délicat au scabreux, une grâce au cynisme, et de se moquer avec esprit de ce qu'il aime.

  • Le Voyage de ma mère

    Collectif

    • Fenixx réédition numérique (plon)
    • 31 Décembre 1997

    La vie de Léone, son engagement dans l'armée comme PFAT, pour l'Indochine en guerre. Là-bas, dans la moiteur de l'air, elle découvre des hommes et des femmes différents, mais surtout l'amour vrai et rédempteur avec Marc qui donne un sens à sa vie.

  • La compagnie des os

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Jag sentit une main d'acier se refermer sur son coeur. Sur des pieux, comme autant de brochettes, étaient suspendus, empalés, ou cloués, des dizaines de corps. Toute la population d'une cité lacustre qui vivait normalement au beau milieu de la roselière. Dans la même fraction de seconde, une flèche jaillie de nulle part s'enfonça dans la gorge de Saltillo, lui creva la nuque et il bascula dans l'eau. - Dispersion ! Dispersion ! hurla alors Cavendish. Le commando venait de pénétrer sur le territoire de la Compagnie des Os.

  • Le château

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 7 Novembre 2017

    La comtesse Alexandra, avant d'être la fiancée de Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge, a vécu. Elle a même fort bien vécu... Forte de son rang et de sa beauté, féminine, possessive et animale, goûtant avec avidité aux joies de la chair, dès son plus jeune âge. Avec une candeur frisant parfois la perversité. Ce torrent d'aventures sensuelles et impertinentes, de fantasmes brûlants et de passions débridées commence au Château. « Au moment où je collais mes yeux au trou de la serrure, le lieutenant Halder collait sa langue dans l'oreille de sa fiancée, ma cousine. Elle frissonna : je découvris par elle les mystères de l'oreille. J'entendis ensuite des mots d'une rare grossièreté sortir de sa bouche : - Salaud ! Oui, baise-moi ! Ecartelée sous le lieutenant, elle se mit à crier à chacun de ses coups. Il la fourrageait, la labourait de ce pieu puissant que j'avais deviné avant même la couleur de ses yeux. »

  • Poudre de vie

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 30 Novembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Comment s'appelle cette ville ? - Certains la nomment Eden. Mais elle n'a rien d'un paradis. C'est une ville impitoyable. Pire que tout ce que tu as connu jusqu'ici. L'antichambre de l'enfer. Jag secoua sa chevelure : - Pourquoi tous ces hommes se bousculent-ils pour y entrer ? Les yeux de l'éclaireur perdirent de leur transparence, virèrent du bleu au gris acier : - Parce qu'Eden leur offre le plus vieux rêve de l'humanité... l'immortalité !

  • Le vicomte irlandais

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 7 Novembre 2017

    La comtesse Alexandra, avant d'être la fiancée de Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge, a vécu. Elle a même fort bien vécu... Forte de son rang et de sa beauté, féminine, possessive et animale, goûtant avec avidité aux joies de la chair, dès son plus jeune âge. Avec une candeur frisant parfois la perversité. Elle révèle enfin ses aventures sensuelles et impertinentes, ses fantasmes brûlants et ses passions débridées. « Lady Penelope s'approcha du vicomte d'Aberdeen, l'embrassa violemment dans une étreinte quasi mystique. Puis elle releva sa robe jusqu'à la taille, ce qui permit à son mari d'admirer la rondeur de ses hanches, les cuisses longues et brunes gainées de soie noire. Soudain, il se mit à trembler et il la saisit brutalement, jusqu'à la faire ployer. Ce fut à mon tour d'être jalouse. D'une jalousie entière, absolue. Et pour la première fois de ma vie, je sus qu'il me faudrait me battre pour conquérir cet homme, et que personne ne serait à mes côtés. »

  • Le peuple aile

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Les tempes douloureuses, Jag tomba à genoux en gémissant. Puis un voile noir se déchira dans sa tête et il les vit pour la première fois. Majestueux, ils planaient dans un azur immaculé, se croisaient et se recroisaient au terme de paraboles prodigieuses, couvrant parfois totalement le soleil de leurs ailes. Il y eut alors une détonation et un des hommes-oiseaux poussa un cri déchirant, avant de châtier comme une pierre. Au sol, une main le retourna et une lame s'abattit, décapitant le front bombé de la créature. Puis des doigts assassins émiettèrent le cerveau palpitant, pour en extraire une espèce de triangle de corail orangé...

  • Le monde fracturé

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Jag prit une profonde inspiration, puis il s'élança. Mue par une espèce de sixième sens, la fille se retourna alors, un pistolet Lüger en main. Un rictus de haine déchira ses lèvres carminées au moment où elle tira. La balle brûla la joue de Jag avant de s'écraser sur le carter de la chenille ou elle ricocha en miaulant. Enivré par l'odeur de la poudre, Jag percuta le corps de la fille et il l'arracha littéralement du tank.

  • Histoire allemande(1)

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 10 Novembre 2017

    La comtesse Alexandra, avant d'être la fiancée de Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge, a vécu. Elle a même fort bien vécu... Forte de son rang et de sa beauté, féminine, possessive et animale, goûtant avec avidité aux joies de la chair, dès son plus jeune âge. Avec une candeur frisant parfois la perversité. Elle révèle enfin ses aventures sensuelles et impertinentes, ses fantasmes brûlants et ses passions débridées. « Raphaël de Dolmandy me rendait folle. Je voulais enlever ma culotte. Il refusa, en me plaquant contre le mur. Mais sa main douce me réconcilia très vite avec lui. Elle était faite pour frôler, palper ma peau, la presser dans la seule finalité de me faire jouir. Cette longue caresse, chaude, émouvante, me liquéfia. J'avais envie de brusquerie, mais cette main continuait de jeter son blasphème sur mon sexe blond, étoilé de boucles mouillées. Elle continuait de faire vibrer en moi les plus divines images de sexualité un peu barbare, de contact physique sauvage. Cruelle, elle acheva de me condamner à la suprême des voluptés : la jouissance sans l'acte sexuel. »

  • Les profanatrices

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 10 Novembre 2017

    - Si tu veux que je te fasse l'amour, murmura Corentin en tirant sur les menottes qui ankylosaient déjà ses bras, il faudra que tu me détaches... Assis sur les talons devant Boris, dissimulant les frémissements de son corps sous le tchador ample, la jeune Iranienne résista longtemps. Puis, brutalement, sans un mot, elle libéra les mains du commissaire et se laissa glisser, haletante, sur le sol.

  • La ville piege

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. La porte blindée s'ouvrit en grand et Jag eut une vision d'enfer. Littéralement collés au sol, secoués par d'atroces convulsions, entourés d'arcs bleutés qui crépitaient comme les sonnettes d'un crotale, les gnomes tentaient en vain de s'arracher du piège mortel. Caricatures d'humanoïdes, ils arboraient un visage de fibres végétales, masque grotesque que la décharge électrique portait à ébullition. Prenant sa respiration, Jag s'élança...

  • Le nomade

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 7 Novembre 2017

    La comtesse Alexandra, avant d'être la fiancée de Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge, a vécu. Elle a même fort bien vécu... Forte de son rang et de sa beauté, féminine, possessive et animale, goûtant avec avidité aux joies de la chair, dès son plus jeune âge. Avec une candeur frisant parfois la perversité. Elle révèle enfin ses aventures sensuelles et impertinentes, ses fantasmes brûlants et ses passions débridées. « Nabil glissa un doigt au fond de moi. Je me cambrai. Aussitôt, il me retourna, plus excité que jamais et s'enfonça brutalement entre mes bas résille et ma peau. Ses yeux noirs flambaient de colère et ses coups de reins furieux me firent basculer ventre à terre, agrippée tant bien que mal au tapis. Maintenant, il me malaxait les seins, les pétrissait jusqu'à la douleur, douleur que je partageais avec l'émotion d'être prise comme une chienne. J'entrai dans l'univers intime du Syrien. Moi, la comtesse Alexandra, je devenais une femme de harem avec tout ce que cela comporte de séduction et d'humiliation... »

  • La louve des beaux quartiers

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 10 Novembre 2017

    - Elisabeth Poussin a été retrouvée morte hier soir dans un studio de la rue de la Pompe. Etranglée... Etonné, Boris regarda son patron. Pourquoi cet air de catastrophe ? Badolini poursuivit en le fixant bien dans les yeux :  - Et avant d'être étranglée, elle a été, disons... maltraitée. Par un vrai maniaque. Je vous passe les détails.  - Des indices ? demanda Boris.  - Oh oui ! Un ticket de teinturier. Nous avons vérifié. Sur le talon figure un nom. Le vôtre, inspecteur Boris Corentin...

  • Les hommes-tritons

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Un triton arriva sur Jag en feulant. Bien campé sur ses jambes, il le reçut de plein fouet, chancela sous le choc, mais réussit néanmoins à contenir l'assaut dont l'impact, chair contre écailles, résonna dans la caverne comme un coup de canon. Bloquant le grand lézard du bras gauche, il le repoussa violemment, lui rompant net la colonne vertébrale, tout en évitant d'encaisser une ruade qui lui entaillerait la chair jusqu'à l'os. Alentour, le combat continuait. D'autres tritons surgissaient de l'eau frémissante. Avisant une tige d'acier, Jag s'en empara. Un nouveau reptile se dirigeait vers lui, le corps recouvert d'épines...

  • Breve rencontre (une)

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 10 Novembre 2017

    Elle avait une peau légèrement sombre. La couleur d'un désert africain. Du sang chaud, peut-être brésilien, coulait dans ses veines. De sa voix douce, presque irréelle, le photographe lui demanda de se déshabiller. Lentement, sa jupe glissa le long de ses cuisses félines. Troublée au plus profond de mon essence féminine, je dus fermer les yeux. Mon attirance pour elle éclata avec une violence inouïe. C'était ma jalousie qui surgissait comme un orgasme. L'envie d'atteindre, moi aussi, la perfection ambiguë de cette allumeuse.

  • La cite de fer

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Jag et Cavendish se retournèrent avant de se pétrifier. Ils étaient une bonne douzaine, plantés au milieu de l'avenue, leurs visages dorés sillonnés de traits rouges ; mains et poignets harnachés de bracelets de combat hérissés de pointes luisantes, des dagues de toutes tailles fixées à leurs larges ceintures de cuir comme à l'étal d'un boucher. Le regard de Jag accrocha les pointes acérées des poings américains, les lames tranchantes comme des rasoirs, et un frisson lui parcourut l'échine.

  • Pour le plaisir de l'art

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 24 Novembre 2017

    Très star, je relevai mes cheveux et m'approchai de plus près pour jouir du spectacle de Rosy se faisant prendre par Otto Jansen sur le fauteuil créé à cet usage. Elle était offerte, son corps nu frémissant sous les regards de l'homme qui la soumettait. Je voyais ses seins dont les pointes s'érigeaient douloureusement vers Otto, recherchant la caresse de ses mains. Son ventre tendu en avant ondulait et elle criait suppliant qu'il la prenne. Il s'enfonça en elle brutalement, et je me mis à jouir lorsque je lus sur ses lèvres qu'il répétait mon nom...

  • Le coeur noir

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 26 Avril 2018

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. La crosse de la Winchester s'enfonçait dans l'amas de tumeurs avec des bruits marécageux. Un des bras simiesques de l'être de cauchemar se détendit brusquement, atteignit Jag à la hanche, le projetant violemment contre la paroi de la grotte où il demeura quelques secondes immobile, à demi assommé. Alors, le bras, bielle infatigable, se dressa de nouveau comme un naja avant de frapper aussitôt. Le sabot creva le béton, s'y enfonça comme un doigt humain dans une motte de beurre mou pour y rester fixé, accroché comme un piton de haute montagne. Recouvrant ses esprits, Jag dégaina son Bowie Knife avant de se jeter sur le bras gangrené.

  • Le lézard chinois

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 7 Novembre 2017

    La comtesse Alexandra, avant d'être la fiancée de Son Altesse Sérénissime le prince Malko Minge, a vécu. Elle a même fort bien vécu... Forte de son rang et de sa beauté, féminine, possessive et animale, goûtant avec avicité aux joies de la chair, dès son plus jeune âge. Avec une candeur trisant parfois la perversité Elle révèle enfin ses aventures sensuelles et impertinentes ; ses fantasmes brillants et ses passions débridées. « D'une main, May effleurait ma cuisse, remontant doucement vers mes chairs les plus intimes, et, de l'autre, elle me donnait la becquée du bout de ses baguettes chinoises. Ça n'avait le goût de rien. De ris de veau peut-être, ou de cervelle. Puis soudain, ma bouche s'emplit d'une saveur épaisse qui me rappelait singulièrement...  - Je sais à quoi tu penses, me dit May dans le creux de mon oreille. Moi aussi, ça me fait cet effet. J'ai l'impression de faire l'amour avec un homme, ça a le dégoût de ça quand on le prend dans la bouche ! »

  • Les enfants du feu

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 22 Décembre 2017

    L'Univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l'Après Civilisation est venu. Celui de l'obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu'il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Les premiers prisonniers furent poussés sur l'estrade. - Allez, tonna alors Dragbar, le chef des écumeurs, marchez vers notre père à tous, le feu, et donnez-lui le baiser de soumission qui fera de vous ses vrais fils ! Déjà, des gardes poussaient les marins en direction des braseros. Lorsqu'ils furent arrivés devant les sinistres cuves rougeoyantes, ils posèrent une main sur la nuque des victimes aux yeux bandés... et leur plongèrent le visage dans les braises ! Jag et Cavendish, pourtant préparés à un tel spectacle, ne purent retenir un sursaut d'épouvante. Ils étaient les prochains sur la liste !

  • La vipère des Caraïbes

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 24 Novembre 2017

    Avec des gestes presque tendres, Bertil de Malrose extirpa la tête grandeur nature de son emballage. Un visage de fille ravissant, au nez retroussé, aux longs cils battant les pommettes, avec une bouche très rouge grande ouverte. Un joli jouet réservé aux adultes... Poussant un soupir de bonheur, Bertil se prépara à recevoir l'hommage de la tête de plastique aux cheveux blonds...

  • Le Bouddha vivant

    Collectif

    • Plon (réédition numérique fenixx)
    • 24 Novembre 2017

    Les 146 kilos de graisse et de muscles du Sumotori se courbèrent au-dessus du corps frêle de Valériane. L'épouse de l'attaché commercial de l'ambassade de France à Tokyo se tourna vers le visage impassible du fameux lutteur, vénéré à l'égal d'un Bouddha de son pays. - Je vous en prie, supplia-t-elle. Vous allez me faire mal. Avec un grognement de bête, le Sumotori l'écrasa de toute sa masse...

empty