Antipodes Suisse

  • Vie professionnelle, amour et sexualité, charge maternelle, travail domestique, droits politiques: voilà les principaux sujets auxquels Iris von Roten (1917-1990), intellectuelle suisse du XXe siècle, consacre sa vaste fresque de «la condition des femmes» à son époque. Loin de se limiter au combat pour le suffrage féminin, cette avocate et journaliste tenait à exposer l'aspect systémique de l'oppression des femmes. Par sa véhémence et son intransigeance, elle s'est attiré les foudres aussi bien des représentants de la domination masculine que des groupes féministes de son époque. Dans une langue aussi furieuse que grinçante, son livre fait l'état des lieux des droits des femmes, dépeint les humiliations et les luttes du quotidien, et imagine une société épanouissante et égalitaire.En livrant une étude approfondie des rapports de domination, Femmes sous surveillance renseigne autant sur les mécanismes d'hier que sur les problématiques contemporaines. Par sa véhémence et sa radicalité, ce manifeste nourrit la pensée féministe et apporte une contribution significative aux questions et combats d'aujourd'hui. Paru en 1958, cet ouvrage a d'abord fait scandale avant de sombrer dans l'oubli pendant quelques décennies. Cette première traduction française, réalisée par Camille Logoz, est une façon de rendre honneur à cette figure incontournable de l'histoire des idées en Suisse. C'est surtout l'occasion de se confronter à ses arguments puissants, sa réflexion complexe et sa parole percutante.

  • Astor

    Moccia Tito

    Un monsieur barbu, achète un coquillage dans un cabinet de merveilles. En le portant à l'oreille il entend quelque chose, comme un appel. Aux commandes de son sous-marin, il décide de partir en voyage au travers des océans, de l'Arctique à l'Antarctique, explore les abysses et les tropiques.Dans cette aventure, il croise des organismes de tout genre, thons et cachalots, homards et éponges géantes, jusqu'aux méduses et au mystérieux roi des harengs. Il échappe même de justesse à un calmar géant et à un monstre marin surgi du Moyen Âge!Épaves habitées, futs de déchets, navires et fantômes se dessinent sur sa route jusque vers un bas-fond de Méditerranée , où il découvre enfin les restes d'un colosse, peut-être une ancienne statue de Poséidon?Il rentre dans sa bouche, descend ce qui semble être un tube digestif et rejoint un grand coquillage où dort une sirène, qui lui offre une petite boîte. C'est ce qu'il cherchait.Sortant de l'eau, il retrouve sa maison, ouvre la boîte et à l'intérieur y découvre la « mer sous-marine ».

  • Ce petit guide illustré en couleurs dont le but est de décrypter une scène emblématique de l'art occidental inaugure une nouvelle collection petit format, à glisser dans la poche lors de ses pérégrinations. D'autres guides de balades thématiques suivront.

  • Depuis ce samedi de février 2017, j'ai acquis un nouveau statut : marraine d'un jeune homme afghan mineur que je ne connais pas. Ce jour-là, je ne sais même pas où se trouve l'Afghanistan sur une carte du monde. Je parade néanmoins lors de cette matinée d'information : la raison de cette fierté est collée sur le haut de ma poitrine, juste au-dessus du coeur, et se matérialise sous la forme d'un rectangle blanc, sur lequel est écrit « Mostafa ». C'est ce prénom-là qui nous est attribué.

    Un mois plus tard, ma famille et moi participons à un jeu plutôt absurde, autour d'une table gigantesque, prévue pour une foule, alors que nous ne sommes que huit. Soirée de rencontre sous les néons de la salle de conférence. Tout est sinistre, sauf la volonté de chacun de nous d'en faire un moment spécial. Mostafa est là, peu à l'aise, s'accrochant au regard de son assistante sociale. « Quel est ton animal préféré ? » questionne ce jeu naïvement. Ce soir- là, il ne dira qu'une seule chose, qu'il n'est pas l'ami du cochon.

    La suite de ce livre parle de fous rires, d'incompréhensions, de découvertes et de la capa cité de notre famille à situer aujourd'hui l'Afghanistan sur une carte. Et de ma rencontre avec un grand nombre d'autres jeunes gens au féminin et au masculin qui rêvent de pouvoir dire un jour : « Ici c'est aussi chez moi. »

  • Les mains glacées

    Mariemo

    Bande dessinée «reportage», Les mains glacées donne une vision sensible du milieu marin polaire et de la fragilité de son éco-système. De retour d'une résidence le long des côtes du Groenland sur le voilier Knut de l'association MaréeMotrice, MarieMo élabore cette série de petits sketches magnifiquement illustrés à l'encre de chine. Mélanges entre réalité et imaginaire marin, ils dévoilent un certain regard sur les aléas d'un continent en proie au réchauffement climatique. Un dialogue entre l'océan, la glace, la faune et l'illustratrice.

  • À l'été 1945, le peintre Jean Dubuffet désigna sous le nom d'Art Brut des créations confrontant l'histoire de l'art à une forme de perplexité, tant les productions retenues, situées hors du champ officiel de l'art et dont les auteurs étaient tous autodidactes, interrogeaient les conventions artistiques de l'époque.

    Depuis, l'Art Brut a intégré le champ de l'art notamment sur le plan des expositions et du marché. Il demeure toutefois un pôle qui semble irrésistiblement échapper à qui tente de le cerner de trop près.

    Objet frontière de réflexion par excellence, l'Art Brut a la capacité de réunir sur le plan de l'organisation sociale des savoirs, autant le sociologue des institutions, l'historien de l'art ou de la psychiatrie, l'analyste de discours que le psychologue.

    Le concert interdisciplinaire auquel invite le présent ouvrage réunit des spécialistes de l'Art Brut de tous bords et discute en particulier de la prospection de créateurs contemporains, de modalités actuelles d'exposition et du rôle d'opérateur critique dont se dote aujourd'hui encore l'Art Brut, tant pour ce qui concerne l'histoire culturelle que pour la pensée de l'art et du langage.

    Cet ouvrage, richement illustré, s'adresse aux spécialistes de l'Art Brut ainsi qu'à toute personne intéressée par le sujet,ainsi que par l'organisation du champ de l'art et celle des pratiques artistiques sur les plans culturels, institutionnels et politique.

  • 1979

    Hélène Becquelin

    Avec son point de vue féminin et distancé du milieu rock en Suisse romande de cette époque, l'auteure nous propulse vers son adolescence explosive dans le Lausanne de la fin des 70's et nous montre comment une jeune provinciale arrive dans la « grande » ville, découvre le Sapri Shop, le Centre autonome, les punks de la Dolce vita ...

  • Je suis grosse

    Marina K.

    Dans ce court roman graphique, l'auteure évoque sa vie de jeune femme, les difficultés et les frustrations inhérentes au fait qu'elle se sent grosse. Avec beaucoup d'humour, d'auto-dérision et de second degré, Marina. K met en scène différentes anecdotes vécues, avec un style naïf et un propos assez direct, comme pour briser ce tabou qui la suit depuis son plus âge : "Oui, je suis grosse, et je suis au courant".

  • P.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 9.0px Helvetica}p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 9.0px Helvetica; min-height: 11.0px} p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 10.0px Helvetica}p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 14.0px Helvetica}p.p3 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 50.0px Helvetica}span.s1 {font: 6.0px Helvetica}Cet ouvrage est la synthèse d'un projet global et pluridisciplinaire fruit d'une réflexion sur les anonymes et l'anonymat dans le champ de l'Art Brut et la société en général.Pour questionner ce thème sociétal de manière transversale, cette publication comprend trois volets: une exposition à la Collection d'Art Brut, sous le commissariat de Gustavo Giacosa, metteur en scène et curateur indépendant, et de Pascale Jeanneret, conservatrice à la Collection de l'Art Brut; une enquête auprès de chercheuses et chercheurs à l'Université de Lausanne, présentée sous la forme d'interviews, et un spectacle.Gustavo Giacosa a été trois ans en résidence d'artiste à l'Université de Lausanne, de 2018 à 2021, où il a exploré le sujet de l'anonymat auprès de plusieurs facultés. Dans le même temps, il a imaginé une écriture scénique pour le spectacle La Grâce, présenté à La Grange de Dorigny, et découvert nombre d'oeuvres anonymes en Italie et en Allemagne, parallèlement à la sélection de travaux opérée par Pascale Jeanneret dans les collections du musée lausannois.Les oeuvres d'Art Brut présentées dans le cadre de cette exposition ont été conçues par des auteurs autodidactes qui ne se considèrent pas comme des artistes. Certaines d'entre elles sont également issues de pratiques artisanales populaires. Cependant, si les contextes de production diffèrent, tous ces travaux, qui datent de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, ont un point commun: avoir vu le jour dans des milieux très éloignés de l'art, comme les prisons ou les hôpitaux, où leurs auteurs étaient souvent privés de leur identité, alors réduite à un simple matricule.Certaines de ses productions orphelines sont conservées dans le fonds de la Collection de l'Art Brut ou au sein d'autres institutions muséales européennes, comme La Collection Prinzhorn, à Heidelberg, le musée d'ethnologie et d'anthropologie de Turin et celui d'anthropologie criminelle, également à Turin.

  • 1998 fut l'année de la commémoration du cinquantenaire de la Nakba, la "catastrophe" qui, en 1948, a engendré la perte de la terre et l'exil des Palestiniens. Cette commémoration s'est déroulée dans un contexte social et politique en pleine restructuration, du fait de la mise en place de l'Autorité palestinienne dans la perspective de la création d'un Etat.
    Issu d'une enquête de terrain interrogeant à la fois la mémoire de réfugiés, les activités et discours officiels et la façon dont les institutions étatiques se mettent en place, cet ouvrage analyse les différents processus de reconfiguration de la mémoire collective et de l'identité nationale. Ce faisant, il met au jour les stratégies et les aspirations des uns et des autres, dévoilant par là les rapports de force et les enjeux de pouvoir entre ces différents acteurs qui luttent pour proposer une nouvelle version légitime de la mémoire palestinienne.
    A travers cette recherche, l'auteure montre comment la mémoire palestinienne a toujours été fortement configurée par ses usages politiques liés à la construction de l'identité nationale et aux revendications du peuple. Néanmoins, son instrumentalisation dans le cadre de la construction étatique risque de lui faire perdre son rôle unificateur et mobilisateur: de ciment de la communauté imaginée, cette mémoire devient progressivement l'alibi de politiques qui compartimentent la société. Elle n'est de ce fait plus capable d'exprimer l'identité collective ou les aspirations du peuple palestinien.
    Cet ouvrage, par une analyse approfondie des discours mémoriels mis en relation avec l'actualité politique, donne une clé de compréhension des enjeux essentiels qui se sont joués entre d'une part les Palestiniens et les Israéliens au sujet de l'histoire, et d'autre part entre Autorité palestinienne et réfugiés, par rapport à leurs aspirations d'avenir respectives et à la manière de concevoir un éventuel Etat palestinien.

  • S'il est beaucoup question de maltraitance envers les enfants depuis quelques années, les différences culturelles dans le comportement des adultes à leur égard ont peu été approfondies. Cet ouvrage cherche à combler cette lacune par une approche multidisciplinaire, accueillant les points de vue de chercheur·e·s comme de praticie·ne·s.

    Une autre originalité du livre est de donner la parole à des spécialistes établis en Afrique comme en Europe, offrant une large perspective sur la manière d'aborder la question. La confrontation culturelle dans le comportement à l'égard des enfants est considérable, puisque même à l'intérieur d'un pays aussi petit que la Suisse, les pratiques familiales, celles des services spécialisés, et plus globalement les sensibilités diffèrent beaucoup d'une région à l'autre.

    Au fil des articles, un certain nombre de constantes se font jour autour des mauvais traitements envers les enfants. Mais l'adéquation dans la manière de se comporter varie dans le temps comme dans l'espace. Ce qui était toléré hier ne l'est plus forcément aujourd'hui. Ce que l'on dénonce ailleurs, comme le travail forcé, était une pratique courant sous nos latitudes jusqu'à la moitié du XXe siècle.

    La lecture de ces pages intéressera toutes les personnes concernées par des modes d'éducation et de comportement différents, au sein d'un même État ou entre pays.

  • Déboulonnement de statues de Lénine en Ukraine; réhabilitation du passé impérial et stalinien en Russie; nouvelle « politique historique » officielle en Pologne: depuis la chute du communisme en 1989-1991, les questions mémorielles sont au centre de l'actualité polonaise, ukrainienne et russe. Elles alimentent les batailles géopolitiques en cours autour de l'ancrage européen de la Pologne ou de l'Ukraine, de l'annexion de la Crimée ou de la guerre dans le Donbass.Or, la Russie, l'Ukraine et la Pologne sont liées par une histoire commune où les conflits font disparaître les cohabitations et la diversité humaine de ces territoires. En éclairant des espaces, des événements et des figures qui ont été l'objet de récits historiques divergents, voire conflictuels, cet ouvrage montre comment, de l'histoire à la mémoire, des « romans nationaux » antagonistes sont écrits.

  • Ce livre a été écrit en pensant aux parents d'adolescent·e·s, mais il est destiné plus largement aux adultes qui les rencontrent: éducateurs, enseignants, formateurs... Il parle de l'adolescence d'un point de vue psychologique orienté par la psychanalyse. L'adolescence, celle que nous rencontrons avec les adolescents avec lesquels nous sommes en lien mais aussi, et de manière indissociable, celle que nous avons vécue.

    Ce livre se propose comme une boussole pour aborder les différentes problématiques que l'on peut rencontrer à l'adolescence, présentées sous la forme d'un abécédaire. Chaque article apporte un regard sur les processus qui traversent l'adolescence, sur les points de difficulté et sur les ressources?; en contrepoint, un fragment de texte littéraire ou clinique offre un pas de côté pour une compréhension sensible des manifestations adolescentes.

    L'adolescence est abordée dans une conception dynamique, hors de toute vision pathologisante. L'adolescence représente un passage dans la vie de tout individu, un moment paradoxal de fragilisation et de relance, de possible désorganisation mais aussi d'espoir. C'est dans cet esprit que le parcours de ce livre propose un cheminement en terre d'adolescence, en tentant d'ouvrir des pistes pour penser les phénomènes, davantage qu'en proposant des réponses définitives.

    Un répertoire d'adresses, dans les principaux pays francophones, complète ce livre et en fait un guide précieux pour les adultes qui s'interrogent.

  • Dévoilant les étapes de la création de Salle d'attente du metteur en scène polonais Krystian Lupa, ce livre est un travail collectif sur l'élaboration de ce spectacle monté au Théâtre de Vidy à Lausanne.

    Adaptation de Catégorie 3.1 de l'auteur suédois Lars Norén, Salle d'attente est le fruit d'une rencontre entre le scénographe et pédagogue polonais, l'un des plus importants de la mise en scène contemporaine, et une quinzaine de jeunes comédiens et comédiennes sortis d'écoles de théâtre suisses et françaises. Rapidement, ce projet scénique devient à la fois une création théâtrale et un processus de transmission du savoir sur le jeu d'acteur.

    Ce livre revient sur la genèse de ce projet et restitue cette métamorphose au travers d'un récit polyphonique. Il propose à la fois les témoignages de cette équipe de création, des analyses de ce spectacle, ainsi qu'un regard plus large sur le travail de Krystian Lupa, donnant à voir des échanges de savoirs entre différentes générations et nationalités d'artistes. Il s'adresse aux professionnel·le·s, aux étudiants et étudiantes des écoles de théâtre et des universités, mais également aux spectateurs et spectatrices qui souhaitent lire des témoignages d'une grande force et une réflexion critique consacrée à ce spectacle.

  • P.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 9.0px Helvetica}Quelles stratégies les librairies ont-elles poursuivies dès la fin du XIXe pour préserver l'équilibre entre leur identité culturelle et leur activité commerciale dans un contexte d'augmentation de la production du livre? A travers le cas exemplaire de la Librairie Payot sur une centaine d'années, cette étude retrace les mutations de ce commerce sur le plan du développement économique, des transformations des pratiques de vente, et de l'identité du métier de libraire. Fondée sur des sources originales et inédites, elle montre les options à la fois économiques et symboliques de cette entreprise familiale sur quatre générations, qui a su profiter de l'essor du marché du livre et a démocratisé progressivement le profil de ses commerces. Cet ouvrage rend visible aussi le rôle charnière de la librairie en tant qu'espace de médiation entre le livre et son public, soulignant son rôle d'actrice culturelle et comblant par là une lacune historiographique. Il permet de comprendre la construction sur un plan historique du modèle actuel de librairie, tout en retraçant un pan important de la vie culturelle de la Suisse romande.Illustré d'une quarantaine de photos et documents tirés des archives de Payot, cet ouvrage offre une perspective historique à des questions d'actualité sur la situation de la librairie. Il comble également un vide historiographique sur l'histoire de ce type de commerce. Sur le plan méthodologique, l'auteure cherche à dépasser le hiatus entre logiques économiques et culturelles, en montrant leur articulation dans les stratégies opérées par Payot, contribuant à faire connaître un pan important de l'histoire culturelle romande.Carine Corajoud est docteure en histoire de l'Université de Lausanne. Ce livre est issu de sa thèse. Elle est actuellement enseignante au gymnase de Morges.

  • Alix Heiniger, Marianne Modak, Clothilde Palazzo-Crettol, Isabelle Zinn.

    Rares sont les thématiques qui, comme l'allaitement, ont produit depuis plus d'un siècle autant d'injonctions contradictoires à l'encontre des femmes. Qu'une femme décide d'allaiter ou pas, elle est redevable d'une explication, qui satisfera les un·e·s et déplaira aux autres.

    Autrement dit, dans tous les cas, elle le paie chèrement et ce, depuis longtemps déjà.

    Parmi les articles du numéro:

    Sarah Scholl, La mère en sacrifice. Normes d'allaitement et construction de la maternité à l'époque contemporaine.

    Caroline Chautems et Irene Maffi, Mères et pères face à l'allaitement: savoirs experts et rapports de genre à l'hôpital et à domicile en Suisse.

    Solène Gouilhers, Irina Radu, Raphaël Hammer, Yvonne Meyer et Jessica Pehlke-Milde, Quand la (non-)consommation d'alcool fait le genre: une enquête sur les récits d'expériences de mères allaitantes.

    Christina Young, Corporéité «déviante» et acte d'allaiter: une théorisation.

  • A la fin des années 50 dans la région de Mytilène, le chef-lieu de l'île de Lesvos (nord-est de la Grèce), la mise au jour de tombes contenant des squelettes sans identité a suscité toute une séri e d'événements: rêves de la population environnante, miracles, apparitions. Très vite, des récits ont circulé, reconstituant la vie et les conditions du décès de ces inconnus (un massacre remontant aux premiè res années de l'occupation ottomane) et les instituant comme saints. Tout d'abord sceptique, l'Eglise locale a mené une enquête puis a entrepris les démarches officielles qui ont abouti à leur reconnaissance officielle et à la construction d'un monastère les célébrant, le Monastère Agios Rafaíl.

  • Les études ici réunies visent toutes un même objectif: saisir le sens des textes littéraires dans le détail des formes langagières. L'approche descriptive, informée par les concepts de la linguistique énonciative et textuelle, rejoint ainsi, pour chaque fait de discours envisagé, des préoccupations herméneutiques. Mais la complémentarité naturelle dans laquelle sont pensés la forme et le sens apparaît toujours liée à des conditions spécifiques de mise en discours. La composition du récit est examinée dans le cadre particulier de la relation onirique; la désignation, qui instaure une référence, se trouve saisie au moment stratégique de l'ouverture romanesque (incipit); le dispositif énonciatif est appréhendé dans le poème lyrique, etc. Invariablement, les chapitres de cet ouvrage présentent, avec précision et méthode, les moyens de dégager le sens du style. Ils apparaissent ainsi exemplaires d'une mise en relation raisonnée des sciences du langage et des études littéraires.

  • Avec son personnage Angry Mum (deux tomes publiés aux éditions Glénat en 2010 et 2012), Hélène Becquelin n'hésite pas à cogner (en usant de beaucoup d'humour) sur les travers snobs de tout un chacun, en particulier quand elle s'en prend aux mesquineries des mères de famille.

    Soeur cadette du génial et regretté Mix & Remix, dont le décès au cours de l'hiver 2016 nous a tous touchés, elle a soulagé son chagrin avec le dessin et retrouvé leur enfance dans une série d'illustrations très tendres mettant en scène sa soeur, son frère et elle-même.

    Ces dessins, qui ont été exposés en septembre 2017 à la Galerie RichterBuxthorf à Lausanne dans le cadre du Festival off de BD-Fil, ont été rassemblés et complétés par d'autres croquis, dans cette bande-dessinée intitulée Adieu les enfants. On y retrouve les trois gamins attablés côte à côte usant ensemble leurs neocolors ou grimpant joyeusement aux branches du magnolia. Le bonnet de ski bleu blanc rouge du Crédit suisse, le velours côtelé bleu préféré, la robe de chambre du père avec laquelle les enfants se déguisent en curé, la tirelire cantonale dotée de dents qui empêche de récupérer les petits sous... Un amusant inventaire d'objets de ces années 60-70 réveille les souvenirs, tout comme des attitudes, des scènes, d'un quotidien à la fois singulier et commun à tous.

    Dans un dessin subtil et plein d'esprit, cet ouvrage tend un miroir à nos enfances, telle une série d'instantanés du temps passé.

  • La construction de l'Europe, ou sa déconstruction, est un thème brûlant abordé fréquemment lorsqu'on se penche sur les origines de la création des institutions européennes et que ses "bâtisseurs" sont mis en lumière.

    Jean Monnet en fait partie et le récit de ses Mémoires sert de source à qui veut se plonger dans les débuts de la construction européenne. Cet ouvrage explore cette genèse en mettant à profit deux fonds d'archives inédits de la Fondation Jean Monnet pour l'Europe.

    La démarche, déconstruisant les mythes fondateurs, se situe à l'intersection de trois champs d'études: l'histoire de la construction européenne, l'histoire des intellectuels et l'histoire du livre et de l'édition.

    Cet ouvrage révèle les enjeux d'une publication de Jean Monnet, entre 1952 et 1976, exactement à l'aube de la création des institutions européennes, tout en dévoilant une face cachée, la face privée de cet Européen, ainsi que la fresque dessinée par la multitude d'acteurs rassemblés par cette longue entreprise.

  • Pourquoi continuer à se former quand on a atteint l'âge de la retraite? Inutile? Coûteux? Plus d'un million et demi de Suisses sont des piliers invisibles de la vie sociale et politique de ce pays, générant de nouveaux besoins en formation. Il s'agit d'y répondre, en les cernant avec soin pour apporter une réponse qui soit adaptée à une population qui a acquis, au fil de la vie, compétences et expériences. La pédagogie elle aussi doit tenir compte de cette situation.

    La formation des Adultes Aînés ainsi conçue apportera des éléments propres à donner sens à ce moment de la vie et des clés pour comprendre un monde qui change. Neuf universités du 3e Âge s'efforcent aujourd'hui de relever ces défis en proposant des programmes pertinents, avec l'appui des universités locales. Mais leur organisation est fragile, car elles ne sont guère reconnues publiquement.

    En six chapitres bien documentés, ce livre analyse la situation actuelle, décrypte les besoins en formation, légitime sa mise en oeuvre, décrit les institutions existantes et esquisse la pédagogie à inventer. Il s'agit de séduire et non d'imposer. Cantons, Confédération et membres du 2e Âge doivent prendre au sérieux une des grandes mutations de la société contemporaine, caractérisée par l'avènement d'adultes motivés et responsables, mais à la retraite!

  • Ce livre propose une immersion dans les réalités de l'assistance au suicide. Il se fonde sur une étude ethnographique qui restitue le point de vue de personnes recourant à une telle assistance ainsi que celui des individus susceptibles de prendre part à un tel processus: personnes sollicitant une aide au suicide et leurs proches, accompagnateurs et accompagnatrices d'associations d'aide au suicide, médecins, psychiatres, personnels soignants, pharmacien·ne·s, agent·e·s de police, médecins légistes, procureur·e·s ou employé·e·s des pompes funèbres.Avec force et détail, il rend compte de toute la mise en place d'une assistance au suicide et documente de manière inédite - à partir d'observations directes - la réalisation même d'un suicide assisté et toute la procédure médicolégale qui la suit. Cet ouvrage fait le récit d'une série de cas, suivis parfois durant près de deux ans, pour tenter de saisir la façon dont l'idée consistant à vouloir donner une telle forme à la mort a émergé chez une personne - jusqu'à sa mise en oeuvre. L'ouvrage offre une compréhension aussi complète que possible du dispositif d'assistance au suicide en Suisse.

empty