Jean-Hubert Martin

  • L'Art au large, nouveau titre de la collection « Ecrire l'art » réunit pour la première fois l'ensemble des textes de Jean-Hubert Martin écrits depuis les années 1970. Son exposition Les Magiciens de la Terre (1989, au Centre Pompidou et à la Grande Halle de la Villette) a connu un retentissement international. Pour la première fois, des artistes vivants venant de tous les continents étaient exposés aux côtés d'artistes occidentaux.
    Sont publiés ici pour la premières fois notes et réflexions prises au cours de ses nombreux séjours en Afrique, en Chine, au Népal, etc., à la découverte de nouveaux artistes pour la préparation des Magiciens de la Terre. Les questions anthropologiques, qui étendent le terme d'exotisme au monde occidental, sont au coeur de sa réflexion, retournant ainsi la façon de voir les choses. Le regard de l'Occident sur le monde fait face à la vision que le reste du monde a de l'Occident.
    Autre façon de mettre en relation, non plus des territoires mais des temporalités, il crée au Château d'Oiron (un des châteaux de la Loire) le premier cabinet de curiosités contemporain en invitant des artistes tels que Boltanski, Sarkis, Spoerri., à dialoguer avec le patrimoine.

  • Jean-Hubert Martin crée avec Théâtre du Monde un dialogue entre des oeuvres de cultures, d'époques et de provenances différentes. À travers ces oeuvres, il souhaite révéler des thématiques fortes comme la mort, la guerre, la violence, la passion, la peur, la beauté et le mystère de la vie, qui constituent des préoccupations universelles. L'exposition est pensée comme un voyage expérimental qui doit transporter le visiteur du viscéral au symbolique, du factuel au poétique.
    Théâtre du Monde ne répond à aucune méthodologie habituelle et associe dans la même salle des vases canopes égyptiens à une oeuvre du photographe contemporain Andres Serrano : cet accrochage anachronique d'objets hétéroclites est à l'image de la collection de David Walsh qui rassemble à la fois des pièces de monnaie grecques, des objets archéologiques, des oeuvres primitivistes et de l'art contemporain.
    Plus de 300 oeuvres seront exposées, couvrant 4000 ans de production humaine : oiseaux taxidermisés, squelettes d'animaux, céramique chinoise, aquarelles anglaises du XVIIIe siècle, pierres gravées et objets funéraires égyptiens, boucliers mélanésiens, masques océaniens, coquillages et coraux, spécimens géologiques, photographies et vidéos contemporaines, plus de 50 tapas (peintures sur écorce du Pacifique Sud), peintures et installations d'artistes des XXe et XXIe siècles, dont Francis Picabia, Alberto Giacometti, Max Ernst, Sydney Nolan, Jannis Kounellis, Sol Lewitt, Robert Gober, les Frères Chapman, Marina Abramovic, Claude Rutault, Berlinde de Bruyckere...

  • Catalogue de l'exposition rétrospective explorant l'ensemble de l'euvre et de la personnalité de Dali.

    Exposition organisée par le Centre Pompidou avec le MNCARS, Madrid en partenariat avec la Fondation Gala-Salvador Dalí et le Salvador Dali Museum.

  • Offrande présente le récent projet de Valery Koshlyakov, l'un des artistes russes les plus influents de sa génération. L'exposition du même nom sera inaugurée le 22 octobre 2014 au Réfectoire des Cordeliers, en partenariat avec la Foire internationale d'art contemporain. Elle réunit un ensemble de peintures monumentales et de sculptures conçu spécifiquement pour le lieu mythique du Réfectoire des Cordeliers, à Paris.
    Jean-Hubert Martin, illustre commissaire de l'exposition « Magiciens de la Terre » en 1989 et directeur honoraire du musée national d'Art moderne, revient sur les intentions de l'artiste au fil d'un entretien. L'ouvrage s'enrichit d'esquisses et de photographies in situ de l'exposition.
    Pour ce projet, Valery Koshlyakov prend pour sujet l'histoire sociale conjuguée aux thèmes de la philosophie et de la religion. Il s'intéresse désormais à la peinture classique en tant qu'attribut de l'art sacré et l'expérimente dans le contexte de relations inédites.
    L'artiste a troqué ses bâches en plastique et ses cartons dépliés, qui lui servaient d'ordinaire de support, contre de larges panneaux de toile verticaux peints à la tempera.
    L'effacement de la matière, la transmutation du sujet sont au coeur du processus de Valery Koshlyakov. Ces immenses pans de peinture suspendus se réfèrent par leur traitement et leur disposition, aux fresques de Pompéi et d'Herculanum.
    L'atmosphère faiblement éclairée exacerbe le sentiment de religiosité propre au site, dernier vestige d'un couvent franciscain du xiiie siècle.

  • Cette réédition de la monographie consacrée à Christian Boltanski propose une nouvelle maquette, un nouveau format et 40 pages supplémentaires. Elle est publiée à l'occasion de l'actualité de l'artiste qui représente la France à la biennale de Venise en juin 2011. Un texte de Jean- Hubert Martin, commissaire du Pavillon français viendra nous éclairer sur l'installation de Boltanski à Venise et sera largement illustré par les photographies inédites de cette nouvelle exposition.
    Catherine Grenier met à jour son essai rétrospectif en y ajoutant un chapitre sur le projet de Monumenta (Grand Palais - janvier 2010) et sur les dernières expositions de l'artiste dans le monde, à New York et au Japon.
    Ainsi mise à jour et largement augmentée, cette monographie demeure l'unique ouvrage de référence sur cet artiste majeur de la scène artistique française.

  • Est-il possible aujourd'hui de présenter le christianisme en faisant abstraction des juifs et du judaïsme ? On devrait alors supprimer les Écritures hébraïques, oublier la judéité de Jésus et des apôtres, et rejeter tout ou partie du contexte culturel et religieux de l'Église des origines...

    Or dans La joie de l'Évangile § 247, le pape François écrit que l'Église considère le peuple de l'Alliance et sa foi comme « une racine sacrée de sa propre identité chrétienne. [...] Nous croyons ensemble en l'unique Dieu qui agit dans l'histoire, et nous accueillons avec eux la commune Parole révélée ».

    Comment, en Église, avancer dans cette voie d'une prise en compte des réalités juives inhérentes à notre identité chrétienne ?
    />
    Cet ouvrage, destiné à un public chrétien, a cette ambition de rechercher et d'approfondir les origines juives du christianisme, et la fructueuse continuité de l'Église catholique avec le peuple juif.

    Neuf étapes permettent d'avancer de manière pédagogique sur un chemin questionnant. Elles appellent à un travail collectif. On y découvre tout autant les richesses de la tradition juive que les évolutions de l'Église catholique depuis le Concile Vatican II.

  • Dalí demeure un paradoxe : figure magistrale de l'histoire de l'art moderne, il est certainement l'artiste le plus populaire et celui dont les images, devenues icônes, ont investi en profondeur la société.Extravagant, endossant auprès du grand public la figure du fou, Dalí demeure encore un artiste controversé, souvent dénoncé pour son cabotinage, son goût de l'argent, et ses prises de position politiques provocatrices. Ouvrage de référence unique sur l'artiste et sur sa personnalité, le catalogue de l'exposition Dalí couvre soixante ans d'une carrière extraordinaire. Fort de plus de 400 images et des contributions des plus grands spécialistes de l'oeuvre de l'artiste, la publication est de plein droit la monographie la plus complète sur Dalí. Un ouvrage incontournable au design exceptionnel.
    />

  • Qui est né, a vécu, ou est simplement passé à Orsennes aura plaisir à feuilleter cet ouvrage.
    Quatorze chapitres guident le lecteur dans ce voyage à travers le XXème siècle. Les auteurs ont brossé l'atmosphère de la commune et du bourg avec ses rues animées par de nombreux petits commerçants et artisans, avec ses foires grouillantes de paysans venus des alentours, avec ses écoles déversant leurs flots d'écoliers joyeux. Ils ont fait revivre le foot et toutes ces fêtes tant attendues par les jeunes en quête de distractions ou d'épousailles !
    Si ce livre n'a pas la prétention d'être exhaustif, il offre néanmoins une importante palette de documents et de témoignages recueillis avec patience et ténacité par les auteurs, aidés de quelques personnes, attachés comme eux au devoir de mémoire.
    Rares sont ceux qui ne sentiront pas rejaillir l'étincelle du souvenir à la vue des nombreuses photos.

  • Il a une sacrée lorgnette pour regarder le monde, HLM. Elle n'a pas simplement des petits et des grands bouts, elle en a des tas, équipés de lentilles très spéciales, - quel artiste les lui taille ? -, qui lui donnent des angles de vue très surprenants, jubilatoires pour ceux qui ont le plaisir de lire ce qu'elle le conduit à écrire.
    Oui, elle le conduit : il démarre d'un endroit qu'elle lui permet de décrire clairement, puis il marche jusqu'au bout de là où ça peut le mener. Il ne s'arrête jamais avant.
    Avec ses Artistes Imaginés, il nous ouvre la porte d'un univers tout autant logique que poétique, qu'un paradoxe initial lance dans une cascade d'acrobaties.
    Et son dessinateur ami, Hubert Martin, suit ce même chemin de légèreté et de précision, en interprétant avec sa propre lorgnette les divers récits proposés ici. En ouvrant de nouvelles perspectives, en travaillant les cadrages d'originale manière, il renforce cet aspect « imaginés » que le titre de l'ouvrage annonce.
    L'expression « angle de vue » prend vraiment son envol, au fil du trait fouillé d'Hubert Martin et de la plume scrutatrice d'HLM.
    Ce livre chemine alors, bien au-delà d'un album d'histoires illustrées, vers une réelle oeuvre artistique conçue en collaboration dans l'atelier commun à tout artiste : la vie !
    Enfin, merci à eux d'avoir choisi une de mes histoires, qui rejoint le thème de leur livre.

    E.S.

  • En 2020, les salles de théâtre du Québec auront été fermées six mois sur douze. Mais le théâtre lui-même n'a pas pour autant cessé d'exister. Tenaillé·e·s par un «besoin fou de l'autre», comme l'appelle Evelyne de la Chenelière dans un texte publié ici, les artistes réuni·e·s dans ce recueil ont investi des espaces nouveaux, détourné des moyens techniques, contourné les obstacles. Ils et elles se sont saisi·e·s de casques audios, d'appareils photo, de téléphones; ils et elles ont éloigné les chaises, éclaté le public, envahi la rue et les parcs, et la parole théâtrale a continué à se faire entendre.

    Pièces rend hommage à leur créativité folle et à l'indispensable présence des arts de la scène dans notre vie.

  • Sites insaisissables

    Hubert Martin

    Une vision particulière. Un regard sensible à l'originalité du monde à découvrir : les paysages, les atmosphères, la vie. Le lecteur partagera, dans le nécessaire raccourci du langage poétique, une connaissance instantanée des pays visités. L'Asie, sa nature, ses dieux, ses êtres, est privilégiée. Parfois, le voyage se prolonge dans des notations plus intimes.

  • Ilya et Emilia Kabakov, artistes d'origine russe, vivent et travaillent aujourd'hui à Long Island (États-Unis). Leur collaboration repose sur la construction d'environnements qui mêlent à la fois des éléments de la vie quotidienne et une réflexion conceptuelle. Si leur travail prend source dans le contexte social et culturel soviétique et post-stalinien dans lequel ils ont été baignés dans leur jeunesse, il porte de nos jours encore une signification plus large et universelle.
    Ce livre présente plus d'une centaine de dessins, tous produits tout au long de leur carrière. Ces dessins peu montrés jusqu'alors, sont d'une importance considérable dans leur travail - il ne faut pas oublier qu'Ilya Kabakov a commencé sa carrière en tant qu'illustrateur, notamment de livres pour enfants.
    /> Un texte de Jean-Hubert Martin, le commissaire de Monumenta 2014, vient accompagner le livre pour mettre en lumière les dessins du couple Kabakov au sein de leur oeuvre.

empty