Anne Simon

  • Le recueil fondateur de la zoopoétique. Avec des études sur : Marcel Proust, Jean Giono, Béatrix Beck, Jacques Derrida, Marie Darrieussecq, Jacques Lacarrière, Maurice Genevoix, Henrietta Rose-Innes, Jean Rolin, Jean-Christophe Bailly, Olivia Rosenthal, Yves Bichet, Maryline Desbiolles, Andrzej Zaniewski, Tadeusz Konwicki, Svetlana Alexievitch...

  • Gousse & gigot

    Anne Simon

    • Misma
    • 17 Janvier 2020

    "Nous sommes soeurs et nous n'étions pas désirées. C'est tout ce que je sais."

  • La geste d'Aglaé

    Anne Simon

    • Misma
    • 15 Février 2012

    Aglaé avait annoncé à son père : "Je hais tous les hommes" et pourtant, elle en aimera trois : son mari, son amant et son fils. Tour à tour, combattante, passionnée, soumise, son destin est intimement lié à la complexité de ses sentiments. La Geste d'Aglaé retrace le parcours d'une femme bafouée puis toute puissante, portée aux nues en devenant la Reine d'un pays dévasté.
    En disséquant les rapports humains, cette comédie sentimentale nous livre une fable foisonnante, où les dangers du pouvoir rôdent toujours...
    Anne Simon développe depuis 2005 toute une galerie de personnages atypiques, que l'on retrouve au fil de ses publications, construisant ainsi une véritable saga. Aglaé apparaît pour la première fois dans Perséphone aux Enfers (Michel Lagarde), puis régulièrement dans les revues Dopututto (éditions Misma) et Lapin (L'Association), ainsi que dans les 2 tomes de Gousse & Gigot (Misma).
    Un recueil lui est aujourd'hui entièrement consacré. Autour d'elle, on retrouve les acteurs récurrents propres à l'univers d'Anne Simon, de Henry the Horse, le cheval, à Boris, l'enfant-patate.

  • Boris l'enfant patate

    Anne Simon

    • Misma
    • 16 Février 2018

    Boris l'enfant à tête de caillou règne en despote dans la petite maison où il vit seul avec sa mère. Sa mère, c'est Bulle, connue autrefois sous le nom d'Aglaé, la reine toute puissante du pays Marylène. Depuis sa chute, les habitants vivent en paix grâce au système d'autogestion qu'ils ont mis en place. Mais Boris va rencontrer Sabine, une frite guerrière assoiffée de vengeance, et plus rien ne sera jamais comme avant...
    Troisième opus des «Contes du Marylène» (après La Geste d'Aglaé et Cixtite Impératrice), Boris L'enfant Patate livre une critique amère de notre société de consommation et des dérives de celle-ci. En parallèle de ses biographies dessinées de Freud, Marx et Einstein chez Dargaud, Anne Simon revient avec un nouvel épisode de sa saga chez Misma. Elle y développe sa propre mythologie, mêlant littérature et culture pop, imprégnée autant des écrits de Simone de Beauvoir que des plus grands tubes des Beatles.

  • Cixtite impératrice

    Anne Simon

    • Misma
    • 14 Novembre 2014

    Tout va bien à Suffragette City. Aglaé, la Reine toute puissante du pays Marylène, est à son apogée. Elle a su faire oublier à son peuple le tyran Von Krantz qui a terrorisé la région pendant des années. Mais cette insouciance sera de courte durée. Cixtite, l'impératrice de Tchitchinie, a kidnappé tous les hommes du royaume pour les emme-ner dans son palais et en faire des esclaves eunuques. Seuls certains, cachés au fond d'une grotte, ont réussi à échapper à la terrible castration infligée par Cixtite. Parmi eux, Kite et Philippe, respectivement mari et amant d'Aglaé. La colère monte et les habitantes de Suffragette City réclament le retour de leurs hommes, prisonniers de force en Tchitchinie. Aglaé n'a plus le choix et doit rapidement négocier avec elle. Si celle-ci ne lui rend pas ses hommes, elle est prête à utiliser la force. Face à la cruauté de Cixtite, il faudra toute l'intelligence de Simone, l'inébranlable bras droit d'Aglaé, et l'adresse de Damien, le fidèle cuisinier, pour résoudre ce conflit politique.
    Anne Simon continue de développer, livre après livre, sa grande saga chez Misma. On y retrouve tous les personnages familiers de son univers, le tout dans un écrin de chine. Pour cette histoire dérivée de La Geste d'Aglaé, son précédent livre paru en 2012, elle s'est inspirée de la véritable impératrice de Chine Cixi et de faits réels.

  • A l'occasion des dix ans de la collection "Lorsque...", Eleonore Zuber continue de proposer à d'autres artistes de s'emparer du concept pour nous offrir leur version des situations ridicules, fabuleuses et/ou drôles des moments particuliers de notre existence.

  • Les doctorants de l'École doctorale de droit comparé de l'Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne concrétisent par cet ouvrage une réflexion collective menée sur le thème de « l'Imprévu et le Droit ».
    Ce thème s'est imposé non seulement par son originalité mais aussi par l'intérêt actuel qui lui est porté en doctrine. Il offrait également des perspectives d'étude intéressantes en droit comparé par des auteurs au rattachement disciplinaire pluriel : droit public, droit privé, procédure pénale ou droit pénal. Le projet a donné lieu à une journée d'étude organisée par l'EDDC le 23 juin 2014 et dont les actes sont ici rassemblés. L'imprévu est entendu comme tout ce qui n'a pas été prévu, tout ce qui arrive lorsqu'on ne s'y attend pas. Prévoir, c'est admettre comme probable.
    La question de l'imprévu confronté au droit est intéressante car les deux concepts semblent antinomiques. Le droit apparaît en effet comme ce qui est figé, permettant de régler par anticipation les comportements humains. Il doit permettre à chacun de régler sa conduite puisque nul n'est censé ignorer la loi. Le droit doit donc être à la fois connu et prévisible dans ses effets.
    La notion d'imprévu semble rencontrer le droit de deux manières. D'une part, il existe la norme imprévue : la norme nouvelle, la coutume en formation ou l'interprétation surprenante. Elle soulève essentiellement la question de la sécurité juridique. D'autre part, il y a le fait imprévu. La norme doit se saisir de situations de fait qui n'avaient pas été anticipées. L'appréhension du risque et de la survenance d'événements inattendus par des règles devient alors un enjeu essentiel.

  • Perséphone est la déesse de l'agriculture et la fille de Déméter. Un jour elle est enlevée par Hadès, dieu des enfers. Sa mère la cherche pendant neuf jours et neuf nuits. Zeus doit intervenir pour ramener Perséphone. Mais elle a goûté la grenade, fruit de la mort et du monde souterrain. Elle est désormais condamnée à partager sa vie entre Hadès et Déméter. Dans ce livre, sont imaginées les aventures de Perséphone aux enfers. Le récit est présenté en neuf parties où elle rencontre d'étranges personnages : une bête hybride à mi-chemin entre Raymond Queneau et Paul McCartney, une carpe féministe, une aubergine exécrable...

  • Cette thèse, qui a obtenu le Prix de la recherche 2014 de l'Ecole nationale de la magistrature, rappelle l?obligation qu?ont les Etats de veiller au respect de l?intégrité physique et psychique des personnes détenues, en vertu des articles 2 et 3 de la Convention européenne des droits de l?Homme. Ces articles protègent respectivement le droit à la vie et la prohibition des traitements inhumains et dégradants. Anne Simon y rappelle également que les conditions d?exécution de toute mesure privative de liberté sont déterminantes en termes de réinsertion et de lutte contre la récidive.L'ouvrage est préfacé par le professeur Christine Lazerges (Paris I), qui a dirigé la thèse.

  • Clara Pilpoile est embarquée par madame Populo pour un voyage tous frais payés. Elles sont accompagnées par les amies de la vieille folle, des amies toutes plus vieilles et étranges l'une que l'autre. Destination : Las Vegas ! Une fois sur place, il n'est pas dit que Clara connaîtra un séjour reposant à boire de la tisane laitue-camomille... Une nouvelle aventure tragico-comique de la nouvelle héroïne moderne de la bande dessinée.

  • Une esthétique de la surimpression caractérise ces expériences de frayage et de passage que sont la lecture, l'histoire, l'écriture, la vie. Proust comme être traversé et traversant, tel est le sujet de ce parcours qui rend compte de la puissance active d'une profondeur qui oeuvre au coeur des êtres et du monde.

  • Une nouvelle collection est née. Fraîche comme un gardon. Pas le genre à nager en eau tiède. Plutôt ... nouvelle vague. Bon. Une fois évacuées les images maritimes et poissonnières, on peut dire que "Poisson Pilote" - dont la partie "Pilote" évoque le journal où naquit une magnifique génération d'auteurs - est une collection pas comme les autres, dans la mesure où elle ressemble plus à une "école" qu'à un ramassis de livres de même format qui parleraient tous de la pêche à la morue, par exemple.

    D'ailleurs, quand "Poisson Pilote" sera devenue culte - ça lui pend au nez -, on la citera comme la célèbre école qui eut le bon goût de naître un 1er avril. (Poisson d'avril, rions un peu...) En attendant, "Poisson Pilote" est une famille (un banc, si vous voulez) d'auteurs spécialement inventifs qui ont avancé dans la BD comme on explore une terre vierge. Pour ne citer qu'eux : David B., Manu Larcenet, Frank Le Gall, Pierre Le Gall, Fabrice Parme, Joann Sfar, Lewis Trondheim.

    Si farfelues que soient leurs trajectoires, elles donnent le sentiment d'une cohérence et d'une exigence : on dirait que ces gens-là ont vraiment réfléchi à cette forme d'art et aux immenses possibilités qu'elle offrait. Ou alors ça leur est venu comme ça, en faisant cuire le café. Allez savoir. Ils existaient déjà, la collection "Poisson Pilote" a été créée pour eux.

    Pour ces auteurs déconcertants qui, un jour ou l'autre, reçoivent le fameux courrier : "Votre projet est absolument formidable mais il n'entre dans aucune de nos collections. Signé : l'éditeur." Les voilà donc rassemblés, heureux comme des poissons dans l'eau. (Ben voyons.) Que leurs histoires se passent au Texas ou à Venise au XVIe siècle, qu'elles racontent une invasion extraterrestre ou les états d'âme d'une mouche, peu importe : ils ont tous une vision forte du monde, inattendue, décalée.

    Ajoutez à ça un graphisme innovant, une gestion élégante de l'absurde, un poil de culture mais pas trop (faut pas charger), de l'intelligence à revendre - et vous avez "Poisson Pilote". V'là du mieux sous les mers, comme dirait le capitaine Nemo.

  • Anne Simon is a world-renowned biologist and expert on plant viruses. She has also been scientific advisor to the X-Files since the series began. In this fascinating book she explores the extraordinary realities that lie behind the strange discoveries made in each episode by agents Mulder and Scully, weird and threatening life forms, mutations and alien creatures. Despite the achievements of modern science and technology, she points out, it is estimated that less than 1 per cent of our fellow living creatures have yet been identified. Unknown plants, animals and microbes still inhabit our planet, and new and astonishing discoveries are made every year - like the giant interconnected fungus Amilaria Ostoyae, which spans an area of 2. 5 miles and is thus the largest organism on earth, found recently in the state of Washington. Dr Simon goes on to discuss such hot scientific topics as cloning, genetic engineering, hybrid organisms and genetics, cancer and ageing, cyrogenics, killer viruses and much else - and throughout she refers constantly to the X-Files episodes relevant to her subject, and gives the inside story of how the story-line was developed.

  • Gousse et Gigot t.1

    Anne Simon

    • Misma
    • 1 Août 2011

    Deux jeunes filles (une asperge irascible et une dodue froussarde), échouées dans un coin vaguement cauchemardesque, crèvent de faim et rêvent d'une grande barquette de frites bien grasses...

    Les courbes fines et délicates du dessin d'Anne Simon ont déjà fait des ravages au festival d'Angoulême 2006 (où elle présentait en avant-première son Perséphone aux Enfers), et il y a fort à parier que cette série, sensuelle et facétieuse, suivra le même chemin...

  • Gousse et Gigot t.2

    Anne Simon

    • Misma
    • 1 Août 2011

    D'ores et déjà acclamée par les visiteurs du stand MISMA à Angoulême 2008, la suite concoctée par Anne Simon à GOUSSE &GIGOT #1 !

    Cette fois-ci les choses se compliquent avec l'irruption de Boris la Patate, qui entraîne les deux greluches un peu plus loin dans un univers étrange - dont certains détails pourraient rappeler Lewis Carroll, si les choses étaient si simples -, le tout au milieu d'une irrésistible odeur de friture...

  • On a souvent confondu la pensée profonde de Proust sur la question du réel avec ses réflexions sur la relativité des sentiments, le caractère trompeur de la sensation ou la platitude des événements. Cette approche négative est pourtant contrebalancée, tout au long d'À la recherche du temps perdu, par une redéfinition radicale des notions de réalité et de sensible. Revalorisées d'un point de vue tant théorique que romanesque, elles se révèlent être l'origine et le terme de la vocation littéraire. Proust ou le réel retrouvé s'attache à montrer comment l'écrivain substitue aux notions de matière, de fait brut, d'objet, celles de " sillon ", de " réseau " ou de relation entre le moi et le monde. Dans cette nouvelle approche du réel, qui annonce celle qu'opèrera, quelques décennies plus tard, un philosophe comme Merleau-Ponty, la profondeur joue un rôle majeur : elle caractérise l'ensemble de la réalité, du temps à la psyché, des spectacles sensibles à la vie sourde du corps. Au coeur de l'activité de l'artiste, comparé à un " plongeur ", elle définit aussi un style fondé sur le procédé de la surimpression. Proust renouvelle ainsi la problématique de la référence littéraire en découvrant l'entrelacement du langage, du fantasme et de la sensation dans l'accès à " la réalité telle que nous l'avons sentie ".



    Ancienne élève de l'École normale supérieure, Anne Simon est chargée de recherche au CNRS. Associant études littéraires et sciences humaines, elle étudie le corps, le vivant, l'animalité dans la prose narrative des XXe-XXIe siècles.

  • Un commerce intime, tantôt exalté, tantôt inavouable, entre l'oeuvre de Marcel Proust et celle de certains penseurs se joue au coeur des années 1950-1970, au moment où se renouvellent, au point d'en devenir méconnaissables, les façons d'envisager la production conceptuelle et l'écriture théorique. Pourtant, si, parmi d'autres qui se sont penchés sur lui, Proust a particulièrement captivé des penseurs tels que Barthes, Merleau-Ponty, Sartre ou Deleuze, ce n'est pas simplement que son oeuvre venait amplifier ou heurter leur pratique de la pensée, mais, à travers celle-ci, le sens même de leur vie et de leur engagement dans l'écriture s'en trouvait bouleversé. L'enjeu de cet essai, focalisé sur le « moment 1960 », est plus spécifiquement d'élaborer une réflexion sur les stratégies, rationnelles mais aussi instinctives (il y va de la survie chez Barthes ou Sartre, de l'accueil intime chez Merleau-Ponty), qui mènent un penseur lisant Proust à construire ou déconstruire ses cadres cognitifs, à s'articuler, dans la fluidité du jeu ou le coincement grinçant, à une vie de la pensée où (dé)raisons, émotion et fiction consonnent avec individuation.

  • Mon papi est aviateur. Il a donné un nom à son petit avion : Paloma. Je vole avec lui depuis que j'ai sept ans. Vu d'en haut, tout est beau, même des choses moches, comme l'école ou l'autoroute. Le dimanche, on se retrouve à l'aéroclub. Il m'achète des bonbons, on choisit le plan de vol, on vérifie que tout marche bien et on décolle. Enfin, jusqu'à maintenant. Parce qu'hier, papa m'a annoncé que papi avait un problème au coeur. Il doit se faire opérer, alors plus de vol pendant au moins trois mois. C'est triste, mais j'ai une idée...

  • « Que faire quand on a une bronchite ? » se demande Philippe dans sa chambre. Observer la villa d'en face avec les jumelles de papa, c'est amusant. Mais ce jeu peut devenir dangereux si les voisins cachent un gangster. Philippe et sa soeur Claudette veulent en savoir un peu trop sur le mystère de la maison d'en face. Et le gangster n'aime pas du tout les curieux.

  • Bienvenue dans le beau xvie siècle ! Celui de François Ier, de Léonard de Vinci, de la culture humaniste, des arts, des lettres et des sciences, de la formation de l'Etat moderne, de l'affirmation de l'individu, de l'exploration du Nouveau Monde et de la réforme de l'Eglise. Les historiens Jules Michelet et Jacob Burckhardt, revenus du passé, nous emmènent à la découverte de la Renaissance, période durant laquelle la France connaît une véritable révolution culturelle en s'inspirant de l'Antiquité dans tous les arts - architecture, peinture, sculpture, musique ou arts décoratifs.
    C'est aussi un moment faste pour le monde des lettres, qui se transforme profondément grâce à la nouvelle approche critique des textes qu'est l'humanisme et au rôle immense que l'imprimerie joue dans l'accès au savoir. Le Gargantua de François Rabelais en est un exemple édifiant. Ce monde dans lequel les idées nouvelles circulent est celui de l'échange, des voyages, du commerce et des banquiers. A l'époque où commencent les grandes explorations par-delà les océans, la France tout entière s'enrichit, confirmant la puissance et l'autorité royales.
    C'est que la dynastie des Valois a renforcé l'Etat en s'entourant d'une administration puissante capable de lever l'impôt et de régler les problèmes juridiques. Mais c'est un temps encore marqué par les famines, les innombrables guerres d'Italie et plus généralement entre Etats d'Europe, une forte censure liée à la fracture religieuse qui s'impose à partir des premiers écrits des théologiens Martin Luther et Jean Calvin appelant à la réforme de l'Eglise catholique, et des exactions violentes contre leurs partisans, annonçant la période sombre des guerres de religion.

  • Ce titre de 176 pages est séquencé en cinq chapitres : Les premiers saints, les curieux, les actifs, les aventuriers et les courageux.
    Il offre au jeune lecteur de découvrir treize personnalités exceptionnelles et inspirantes, aux caractères bien distincts : saint Pierre, saint Etienne, saint Augustin, saint Bernard, saint Jean de La Croix, sainte Jeanne Jugan, sainte Louise de Marillac, sainte Elisabeth de Hongrie, sainte Hildegarde de Bingen, saint Jean XXIII, sainte Marie Guyart, sainte Jeanne d'Arc et sainte Bakhita.
    7 de ces BD ne sont encore jamais parues en édition.

  • Il tombe enceint et accouche, il donne tout son temps aux enfants, c'est un parfait beau-père... L'hippocampe, le nandou, l'escargot marin... et tant d'autres papas animaux sont des papas extraordinaires ! Ce sont souvent les femelles qui couvent les oeufs qu'elles portent ou non dans leur ventre, puis qui nourrissent les petits et veillent sur eux. Pourtant de nombreux papas animaux participent à la gestation et à l'éducation des bébés ! Des comportements incroyables à découvrir dans un livre plein de surprises tant sur le fond que sur la forme, avec des volets à déplier pour dévoiler tous les secrets des superpapas.

  • Version courte de son illustre grand frère, Le petit Bon usage est une grammaire facile d'accès qui propose de très nombreux exemples puisés dans la littérature classique et contemporaine.
    Grammaire complète et accessible, le Petit Bon Usage vous fera entrer dans la langue française grâce à ses nombreuses citations tirées d'oeuvres d'écrivains, de poètes et de chanteurs classiques ou contemporains.

    Avec :
    - les règles principales et les variantes les plus courantes.
    - des centaines de citations littéraires en exemples.
    - un index des notions.
    - un index des auteurs cités.

    (Re)découvrez la grammaire française en passant par Victor Hugo et Amélie Nothomb, Albert Camus, Bernard Weber et Marc Lévy, avec des incursions chez Brassens, Stromae ou Goscinny et bien d'autres...

empty