À propos

"La ligne droite", c'est, pour le géomètre, le plus court chemin d'un point à un autre. Pour le coureur de fond ou de demi-fond, c'est le troncon de la piste où il faut produire le plus grand effort, attaquer puis déborder l'adversaire. Stefan Volker n'est pas seulement un dieu du Stade. Après une brillante performance qui ouvre pour lui la porte à tous les espoirs, il est mobilisé, envoyé sur le front russe et porté disparu. En réalité, blessé et physiquement diminué, il se cache sous un faux nom. Lorsque son ancien entraîneur, Julius Henckel, le retrouve, il vend des journaux à la gare de Munich. Pourtant, Henckel, avec l'aide de sa femme Helga, parviendra à refaire un athlète de cet homme déchu, déchiré. Mais Volker ne croit plus en lui, ne croit plus en rien et c'est tout le drame de La Ligne droite : peut-on, doit-on sauver les hommes malgré eux ? Dans ce livre, Yves Gibeau a su donner toute la mesure de son talent de conteur et de l'extrême sensibilité qui animait déjà ses précédents ouvrages. Un jour, Stefan foulera de nouveau la cendrée et, oublieux de son bras mutilé, tentera de forcer la victoire dans "la ligne droite" pour battre son propre record. Leçon d'affection, de courage et de ténacité. Ce récit sobre et prenant a obtenu le Grand Prix de Littérature sportive en 1957.



Rayons : Vie pratique & Loisirs > Sports > Sports généralités > Faits de société / Actualité

  • EAN

    9782266302234

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Poids

    706 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    FeniXX

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Yves Gibeau

Yves Gibeau est né en 1916. Fils d'un militaire,
il a passé une grande partie de son enfance
et de son adolescence au sein des institutions
militaires. Mobilisé en 1939, il sera fait
prisonnier en 1940 avant d'être rapatrié
en 1941.
À la libération, il rejoint la rédaction du
quotidien Combat où il travaille notamment
avec Albert Camus. Il a également collaboré
à L'Équipe et L'Express (où il s'occupait des
mots croisés). Voisin de palier d'un certain
Boris Vian, cette plume à tout faire a aussi
écrit des chansons.
Yves Gibeau est décédé en 1994.

empty