Etudes sur le temps humain t.4

À propos

Georges Poulet s'attache, ici, à l'élément constitutif de la temporalité, l'instant. Il montre combien l'instant est une réalité mouvante, qui se métamorphose au gré des oeuvres maîtresses de la littérature européenne.
Instant vide et égaré entre une transcendance divine et les abîmes de l'intériorité, chez Racine au XVIIIe siècle, instant - sans cesse renaissant et neuf - devenu le siège léger du bonheur que l'or tente de revivre sans fin chez Stendhal, instant qui se dilate jusqu'à l'éternité dans le Romantisme, avant de se scinder définitivement chez Proust.
Ainsi se clôt la magistrale enquête de Georges Poulet, vaste synthèse de l'histoire de la littérature, et investigation approfondie d'une dimension fondamentale de la conscience humaine.
Scève, Saint-Cyran, Racine, Fénelon, Casanova, Joubert, Les Romantiques anglais, Mme de Staël, Lamartine, Stendhal, Michelet, Amiel, Proust, Julien Green.
L'oeuvre de Georges Poulet est l'une des plus importantes contributions critiques à l'évolution des idées au XXe siècle, à l'égal de celles de Jean-Pierre Richard, Jean Starobinski, ou Barthes. Ces "Études sur le temps humain" sont unanimement considérées comme un des textes majeurs de la critique contemporaine.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences humaines & sociales

  • EAN

    9782266279413

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    398 Pages

  • Poids

    83 415 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    FeniXX

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (pdf)

Georges Poulet

Georges Poulet, né à Liège en 1902 et mort à Bruxelles en 1992, fut l'un des critiques littéraires les plus importants du xxe siècle avec Jean Starobinski, Jean Rousset et Jean-Pierre Richard. Il a enseigné la littérature française aux États-Unis, en Suisse et en France. Il est notamment l'auteur de la tétralogie Études sur le temps humain (Plon, 1949-1968), dont le premier volume reçut le prix Sainte-Beuve en 1950, et le deuxième obtint le grand prix de la Critique littéraire en 1952.

empty