CRITIQUE 769-770 : SUR LES TRACES DE CARLO GINZBURG