NAGORI, LA NOSTALGIE DE LA SAISON QUI S'EN VA