CRITIQUE 843-844 : MICHELLE PERROT, L'HISTOIRE OUVERTE