DROITURE ET MELANCOLIE : SUR LES ECRITS DE MARC AURELE