CRITIQUE 824-825 : PIERRE GUYOTAT