Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

 

[IRLANDE] (Dublin, 1940). Élevée dans un couvent irlandais, elle a fait un bref passage dans une école américaine à Paris et un séjour en Allemagne avant d’attaquer des petits jobs. Elle a ensuite vécu aux États-Unis, avec son mari et leurs enfants avant de s’établir à Oxford. Successivement lectrice pour un cinéaste, relieuse et restauratrice de livres anciens, agent littéraire et éditrice, elle a commencé à publier en 1985 des anthologies (Irish Girls Are Back In Town, avec Cecelia Ahern et Patricia Scanlan (2005), des pièces de théâtre et des romans : First Lines (1988), Pécher par innocence (1995), Falls the Shadow (1996), Adieu à la chair (1998), Time to Remember (1999), Elle marchait sur l’eau (2001), Following the Wake (2002)

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Pécher par innocence (Sins of Omission, 1995), roman, traduit de l’anglais par Cécile Arnaud. [Paris], Éditions du Masque, 2005, 456 pages.

* Cette traduction a été publié en 2004 par le club France Loisirs sous le titre Le Péché.

Grace, experte en livres anciens à Oxford traverse une passe difficile. Le courrier du notaire de Dublin lui annonçant qu’elle hérite de sa sœur Eileen et de sa nièce va faire basculer sa vie, mais pas comme elle s’y attend. Car elle croyait sa sœur morte depuis longtemps, quant à sa nièce, elle en ignorait jusqu’à l’existence. Intriguée, Grace découvrira en dénouant les fils du passé, que l’histoire de sa famille est tissée de secrets et de mensonges qui remettent sa vie en question. Un drame familial diaboliquement orchestré par le destin. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Adieu à la chair (Farewell to the Flesh, 1998), roman, traduit de l’anglais par Cécile Arnaud. [Paris], Éditions du Masque, 2003, 396 pages.

* Réédition :

 [FICHE LIVRE]Adieu à la chair. [Paris], Éditions J’ai lu, « J’ai lu. Policier », n°7777, 2005, 444 pages.

Soucieuses de sauver ce qui reste de leur couvent quasiment en ruines, les sœurs de la Sainte Retraite s’adressent à Terence Murphy-Dunne, un avoué pas très net de Dublin, qui les persuade de vendre une parcelle de terrain. Mais il faut transférer ailleurs les tombes qui s’y trouvent. Or le dernier cercueil exhumé est anonyme, plombé, manifestement étranger. Qui abrite-t-il ? Quel rapport entre ce mystère et l’excentrique Jeddie Stebton-Hillyard, descendante des fondateurs du couvent et spécialiste de livres anciens, qui débarque à la Sainte Retraite et gagne la confiance des sœurs ? Tess Callaway, jeune avocate de Dublin chargée par la mère supérieure de se renseigner sur la famille Stebton, découvre que la bibliothèque des sœurs contient des volumes d’une valeur inestimable.. Elle est victime de plusieurs intimidations, Murphy-Dunne disparaît, Jeddie est assassinée : ça se complique !

 

[FICHE LIVRE]Elle marchait sur l’eau (Walking on Water, 2001), roman, traduit de l’anglais par Nathalie Mège. [Paris], Éditions du Masque, 2004, 452 pages.

« Elle était toute illuminée. Elle se détachait sur les tourbillons de brume.. Dabord, je nen ai pas mes yeux. Que Dieu me pardonne, jai cru quelle marchait sur leau. » Évidemment, il n’en est rien. Evangeline Walter est bel et bien morte, adossée à un arbre, face à l’estuaire. John Spain, le vieux pêcheur au passé trouble qui l’a découverte, sera le premier soupçonné. Pourtant d’autres candidats peuvent prétendre au rôle d’assassin de la mystérieuse Américaine. Et dans ce village côtier d’Irlande où l’on se méfie traditionnellement des étrangers, les officiers dépêchés par le QG central ne pourront conclure l’enquête sans le concours de Recaldo, le ténébreux garda local qui a su gagner la confiance des habitants. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook