Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

PERRICK, Penny

 

[IRLANDE] ( ).

 

LIVRES (Traductions)

La Fille du Connemara (Malina, 1994), roman, traduit de l’anglais par Nordine Haddad. [Paris], Éditions Presses de la Cité, 1994, 352 pages, épuisé.

* Réédition :

La Fille du Connemara. [Paris], Éditions Pocket, « Pocket. Roman », n°10162, 1999, 412 pages.

L’Irlande à la fin du XIXe siècle. Lorsque Charles Trewin, riche landlord anglais installé dans le Connemara voit Rose Erris McCaIla pour la première fois, elle n’a que douze ans. Lui qui ambitionne de devenir vice-roi d’Irlande est séduit par sa fraîcheur et sa beauté sauvage. Il pense qu’il saura la façonner pour qu’elle lui soit une épouse totalement dévouée. Lorsqu’ils se marient enfin, Charles n’a négligé qu’une chose : Rose est une véritable fille d’Irlande, au caractère bien trempé. Même si elle est follement éprise de lui, elle refuse de se laisser tourmenter comme Harriet, sa première femme, qu’il a poussée au suicide. Rose le tiendra en respect tout en s’enflammant pour la révolution, mais aussi pour l’un des poètes qui la chantent... (Présentation de léditeur)

 

La Soif de vivre (Impossible Things, 1995), roman, traduit de l’anglais par Josette Chicheportiche. [Paris], Éditions Presses de la Cité, 1996, 340 pages.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Des "montages littéraires"

    Certains livres défient les lois des classifications littéraires établies. Ni récit, ni roman, peut être un peu tout cela à la fois, donnant ainsi le sentiment au lecteur d’un livre qui s’écrit sous ses yeux, au gré des associations et rapprochements suggérés par l’auteur. Emblématique de ces textes, « Le livre des Passages »(Cerf) de Walter Benjamin, rédigé entre 1927 et 1929, se voulait une exploration rêveuse et inachevée des figures du XIXe siècle à travers des thèmes aussi divers et variés que l’oisiveté, l’ennui, les expositions universelles ou Baudelaire, figure incontournable de cette modernité naissante.

    11 janvier 2021

    >> Lire la suite

Facebook