Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

STEPHENS, James

 

[IRLANDE] (Dublin, 1880 ou 1882 ? – Londres, 1950). Ami intime de AE (George Russell) qui l'encourage à écrire et facilite la publication de son premier livre de poèmes Insurrections (1909). Collaborateur du journal nationaliste Sinn Féin, co-fondateur de I’lrish Review qui publie son premier roman en 1911 (The Charwomans Daughter). En 1912 parait La Cruche dor, qui reste son œuvre la plus célèbre, suivi, en 1914, de The Demi-Gods. Il publie aussi plusieurs recueils de nouvelles (Here Ares Ladies, 1913 ; Etched in the Moonlight, 1928), des poèmes et, avec Deirdre (1923), donne après AE, Yeats, Synge, Lady Grégory, etc, sa version théâtrale de l’une des plus célèbres légendes celtiques. De 1937 à 1950, il collabore régulièrement à la BBC. James Joyce a affirmé que, s’il ne parvenait pas à terminer Finnegans Wake, seul James Stephens pourrait prendre sa relève.

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* Poèmes, dans Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle (Lagrasse, Verdier, 1996).

* « Les Chevaux », nouvelle traduite de l’anglais par Isabelle Auricoste, dans Plein Chant, n°10, 1982.

 

LIVRES (Traductions)

Le Pot d’or (The Crock of Gold, 1912), roman, traduit de l’anglais par A. et M. Malblanc. [Paris], Éditions Rieder, « Les Prosateurs étrangers modernes », 1925, 248 pages, épuisé.

* Réédition :

Le Pot d’or [Rennes], Presses universitaires de Rennes / Éditions Terre de Brume, « Terres d’ailleurs. Bibliothèque irlandaise », 1997, 168 pages.

* Nouvelle édition sous le titre :

La Cruche d’or, traduit de l’anglais par Olenka De Veer, préface de René Barjavel. [Paris], Presses de la Cité, 1974, 196 pages, épuisé.

 

Mary Semblant (The Charwoman’s Daugter, 1912), roman, traduit de l’anglais par Abel Chevalley. [Paris], Éditions Rieder, « Les Prosateurs étrangers modernes », 1927, 268 pages, épuisé.

 

Deirdre. Douce pomme de discorde (Deirdre, 1923), traduit de l’anglais par Abel et Marguerite Chevalley, préface d’Anatole Rivoallan. [Paris], Éditions Stock, « Bibliothèque anglaise », 1947, 196 pages, épuisé.

* Réédition :

Deirdre. Douce pomme de discorde. [Rennes], Éditions Terre de Brume, « Terres d’ailleurs. Bibliothèque irlandaise », 2001, 174 pages.

* Nouvelle édition :

Deirdre, nouvelle traduction de l’anglais, dans Deirdre 2. Variations sur le mythe, édition de Jacqueline Genet. [La Gacilly], Éditions Artus, Artus, n°51-52, 1992, 384 pages, épuisé.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook