Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MURPHY, Tom

[IRLANDE] (Tuam, comté de Galway, 1935). Thomas Murphy. Après avoir enseigné dans une école professionnelle à Mountbellew, au début des années 60, il émigre en Angleterre où il écrit, notamment pour la BBC. En 1970, il revient en Irlande et devient membre du conseil de direction de l’Abbey Theatre de 1972 à 1983, puis conseiller littéraire du Druid Theatre de Galway de 1983 à 1985. Auteur de nombreuses pièces pour le théâtre (Dehors, en collaboration avec Noel O’Donoghue, 1959, 1974 ; Tue la mort, 1960, 1970 ; The Fooleen, 1961, repris sous le titre A Crucial Week in the life of a Grocer’s Assistant, 1969 ; Famine, 1968 ; The Orphans, 1968 ; The Morning after Optimism, 1971 ; The White Terence de Vere House, 1972, repris dans Conversations on a Homecoming, 1985 ; Dedans, 1974 ; The Sanctuary Lamp, 1975 ; The Blue Macushla, 1980 ; The Gigli Concert, 1983 ; Bailegangaire, 1985, suivi de A Thief of a Christmas, 1985 ; Too Late for Logic, 1989 ; The Wake, 1998). Outre son œuvre théâtrale, il a également écrit pour la télévision et pour le cinéma et, en 1994, il a publié son premier roman, Les Charmes de la vertu.


 

ANTHOLOGIES / REVUES

* Extrait de la pièce Bailegangaire (1985), traduit de l’anglais par Isabelle Famchom, précédé de « L’Irlande de Thomas Murphy » par Nicolas Grene, dans Les Cahiers de la Maison Antoine Vitez, n°2, 1996.

* Extrait de la pièce L’Aube désenchantée (The Morning After Optimism, 1971), traduit de l’anglais par Alexandra Poulain, dans Les Cahiers de la Maison Antoine Vitez, n°2, 1996.

* Extrait de la pièce Le Récital Gigli (The Gigli Concert, 1983), traduit de l’anglais et présenté par Alexandra Poulain, dans Anthologie du théâtre irlandais d’Oscar Wilde à nos jours (Presses universitaires de Caen, 1998).

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE] Tue la mort (A Whistle in the Dark, 1961 ; 1970), suivi de Dehors /Dedans (en collaboration avec Noel O’Donoghue : On the Outsise, 1959 ; 1974 / On the Inside, 1974), théâtre, traduit de l’anglais par Bernard Bloch. [Arles], Éditions Actes Sud-Papiers, 1999, 160 pages.

Tue la mort. Sur les cinq membres de la famille irlandaise Carney, quatre vivent à Coventry – la ville des usines Rolles Royce – dans l’Angleterre des sixties. Seul l’aîné, Michael, a choisi de s’intégrer. Il rêve en vain que ses frères échappent au « baston »et à la pauvreté. Flanqué du benjamin Des, le père débarque. La fête vire à la tragédie.

Dehors Deux hommes de la ville suivent deux femmes qui se rendent dans un dancing à la campagne. Il leur manque deux shillings pour participer à la fête, pour rencontrer l’amour. Une pièce sur l’exclusion, et la perte.

Dedans L’action se déroule à un autre moment à l’intérieur de ce même dancing où la middleclass nous livre des bribes de ses histoires d’amour. Les jeux de la morale, du désir et des valeurs dans cette Irlande si tendrement désuète, si archaïquement moderne. Une pièce sur la poésie et l’amour. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Bailegangaire. La Ville d’où le rire a disparu (Bailegangaire, 1985), théâtre, traduit de l’anglais par Isabelle Famchon. [Paris], Éditions Théâtrales, « Répertoire contemporain » / S.A.C.D, 1993, 88 pages.

 

[FICHE LIVRE]Les Charmes de la vertu (The Seduction of Morality, 1994), roman, traduit de l’anglais par Guillemette Bellesteste. [Arles], Éditions Actes Sud, « Lettres anglo-américaines », 1997, 286 pages.

Revenant d'Amérique pour assister aux obsèques de sa mère, la flamboyante et fantasque Vera O'Toole retrouve intactes les vieilles querelles familiales et doit affronter ceux qui veulent la déposséder de son héritage. Entre la jeune femme – prostituée de haut vol en Amérique et ne s'en cachant pas – et les gagne-petit bien pensants que sont ses frères et sœurs restés au pays, le conflit ne tarde pas à s'envenimer. À travers ce portrait de femme dont le retour et les éclats bouleversent une communauté frileuse, repliée sur elle-même, Tom Murphy propose, entre tendresse et dérision, une étincelante variation sur un thème cher à la littérature irlandaise : l'opposition entre une société figée pendant cinquante ans dans un nationalisme étriqué, dominée par l'Église, et une évolution souvent représentée par l'émigré, « corps étranger » qui, de retour au pays, provoque des cataclysmes. Sous la plume gaillarde de Tom Murphy, ce « nœud de vipères à l'irlandaise », servi par une construction dramatique accomplie, prend la surprenante dimension d'un divertissement capable de célébrer avec brio les noces de la compassion et de l'humour. (Présentation de léditeur)

 

ÉTUDE

[FICHE LIVRE] Alexandra Poulain. Homo Famelicus. Le théâtre de Tom Murphy. Presses Universitaires de Caen, « Littérature Irlandaise. Théatre », 2008, 242 pages.

L’œuvre de Tom Murphy, dramaturge irlandais célèbre dans le monde anglophone mais encore méconnu en France, invente des histoires insolites pour dire une modernité paradoxale, grisée par une prospérité nouvelle mais mal partagée, et cependant hantée par les spectres du passé – comme celui de la Grande Famine qui dévasta l’Irlande au milieu du XIXe siècle, et qui fait retour sous la forme d’une famine des âmes. Le présent ouvrage est une introduction critique à ce théâtre âpre et drôle, d’une poésie incandescente. Il situe chaque pièce dans son contexte historique et culturel, et en dégage les enjeux esthétiques et politiques, avec le souci constant de donner à entendre l’étrange beauté d’une langue qui, pour être absolument unique, résonne des échos de Synge, Yeats, O’Casey et Beckett. (Présentation de léditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >