Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MAHON, Derek

 

[IRLANDE] (Belfast, 1941). Né dans une famille protestante. Après ses études (Royal Belfast Academical Institution ; Trinity College, Dublin), il a travaillé comme enseignant aux États-Unis, au Canada et en Irlande et comme journaliste à Londres (Vogue et New Statesman) tout en signant des adaptations d’auteurs irlandais comtemporains pour la télévision. En 1967, il a fondé avec Seamus Deane, le magazine littéraire et politique Atlantis. Il fut poète en résidence à la New University of Ulster (197879) et à Trinity College, à Dublin (1988) avant de s’installer à New York. Depuis Night Crossing, paru en 1968, il a publié une dizaine de recueils de poèmes, des anthologies (The Sphere of Modern Irish Poetry, 1972 et en collaboration avec Peter Fallon, The Penguin Book of Contemporary Irish Poetry (1990) et donné des traductions de Molière et de Nerval ainsi qu’un choix de poèmes de Philippe Jaccottet.

« Je crois que je me considère encore dans la tradition de Louis MacNeice, c’est-à-dire un poète irlandais qui n’est pas plus chez lui dans la culture spécifique de l’Irlande que dans la culture anglaise imposée par une éducation protestante et une résidence à Londres. Les tensions sont, je l’espère fructueuses. Il y a quelques esprits pusillanimes qui dénieraient à quelqu’un comme moi le titre de “poète irlandais” : leur étroitesse d’esprit me désole. De la même façon, il y a des critiques anglais aimablement chauvins qui, se fondant encore sur la regrettable expression de Matthew Arnold “la frange celtique” pensent que toute œuvre irlandaise (ou écossaise ou galloise) est nécessairement marginale Ces ennuyeuses questions d’identité culturelle se représentent de nouveau pour chaque génération, et l’agacement sophistiqué par lequel on pourrait caractériser notre conversation à leur propos ne peut diminuer leur implacable persistance. Pour un poète, les avantages d’être irlandais plutôt qu’anglais sont bien connus. Ses compatriotes, un peu comme les Français, ont un respect instinctif pour le lettré, tandis qu’en Angleterre il est impossible de se désigner comme poète, sauf dans le milieu littéraire, et même dans ce cas une telle déclaration peut paraître prétentieuse. » (Extrait d’une « Lettre ouverte » à Serge Fauchereau, Digraphe, n°27, 1982).

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* Poèmes, dans Les Lettres Nouvelles, 1973.

* Poèmes, dans Digraphe, n°27, 1982.

* Poèmes, dans Poésie d’Irlande (Sud, 1987).

* Poèmes, dans Poètes dIrlande du Nord (Amiot-Langaney, 1991 ; réédition : Presses universitaires de Caen, 1995).

* Poèmes, dans Poésie 95, n°60, 1995.

* Poèmes, dans Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle (Lagrasse, Verdier, 1996).

 

LIVRE (Traduction)

[FICHE LIVRE]La Veille de nuit, choix de poèmes, édition bilingue, traduit de l’anglais par Jacques Chuto et Denis Rigal, préface de Denis Rigal. [Bedée], Éditions Folle Avoine, 1996, 140 pages.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >