Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

WILLIAMS, Niall

 

[IRLANDE] (1958). Ses pièces ont été montées avec succès à Dublin comme à New York. Après avoir vécu quelques années aux États-Unis, il s’installe dans une ferme du comté de Clare, en République d’Irlande, où il se consacre désormais entièrement à l’écriture.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Quatre lettres d’amour (Four Letters of Love, 1997), roman, traduit de l’anglais par Josée Kamoun. [Paris], Éditions Flammarion, 1998, 374 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE] Quatre lettres d’amour. [Paris], « J’ai lu. Roman », n°5205, 1999, 2000, 320 pages.

« Lorsque javais douze ans, Dieu a parlé à mon père pour la première fois. Il ne lui a pas dit grand-chose. Il lui a enjoint de se faire peintre et, sur ce, il a repris son siège parmi les anges, pour observer, entre les nuages au-dessus de la ville grise, ce qui allait se passer. »

« Un pur exemple de réalisme magique. Un roman de l’Amour. » (Paulo Coelho.) « Tristan et Iseult dans l’Irlande d’aujourd’hui. Un roman envoûtant qui redonne ses lettres de noblesse au mot romantisme. », (Fabrice Gaignault, Elle) Dans ce récit où chaque signe du hasard est éloquent, Niall Williams ne craint pas de s’aventurer sur le terrain du merveilleux et du pouvoir de l’amour. Il nous dit l’âme irlandaise, la magie d’aimer, l’enfance perdue et le miracle d’être vivant. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Comme au ciel (As It Is in Heaven, 1999), roman, traduit de l’anglais par Erika Abrams. [Paris], Éditions Denoël, « Denoël & d’ailleurs », 1999, 392 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Comme au ciel. [Paris], « J’ai lu. Roman », n°5911, 2001, 350 pages.

« Il lavait vue garder un visage grave (...), faisant virevolter son archet sur les cordes comme dans un suave supplice, toujours à la limite de linsoutenable. En regardant cette femme dont il ne savait même pas le nom, Stephen sentait battre son cœur. »

Par la magie de son archet, Gabrielle Castoldi délivre Stephen Griffin du monde mélancolique des souvenirs, et le sort des « limbes d’une apathie », celle du deuil. Ensemble, dans les brumes enchantées de l’Irlande, ils tenteront de gommer leurs peurs et de s’abandonner à la vie. Dans l’ouest du comté de Clare, une petite maison fouettée par les embruns, en bordure de mer, permettra de donner réalité à leur rêve. Revenants, parfum de lys et philtre d’amour, Comme au ciel renoue avec un réalisme magique, où le destin et la passion s’embrasent. (Présentation de léditeur)


 

[FICHE LIVRE]Destins crépusculaires (The Fall of Light, 2001), roman, traduit de l’anglais par Béatrice Vierne. [Paris], Éditions Denoël, « Denoël & d’ailleurs », 2003, 480 pages.

L’histoire du clan Foley commence en Irlande, au cours des années sombres du XIXe siècle. Chassée par la famine et par les épidémies, la famille perd son foyer avant de subir une perte plus cruelle encore – celle de la belle Emer Foley, épouse de Francis et mère de Tomas, Finbar, Finan et du petit Teige. N’ayant plus aucune attache, le père et ses enfants s’en vont par les routes, à la recherche d’une terre où ils pourraient s’établir. Mais le vieux Foley, en proie à l’amertume, veut en finir. Inéluctablement la fratrie s’éparpille. Sur les traces de ces hommes, symbole de la diaspora irlandaise, Niall Williams nous entraîne dans un grand voyage, du cœur doux-amer de l’Irlande rurale jusqu’à, par-delà ses rivages, l’Europe, l’Amérique et l’Afrique. Ce détour par l’ailleurs ne fait que souligner l’omniprésence de l’île. Et si, pour ce troisième roman, Niall Williams met une fois encore en scène des âmes brisées, c’est pour mieux plonger aux racines tourmentées de l’imaginaire gaélique. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Tu nas quun mot à dire (Only Says the Word, ), roman, traduit de l’anglais par Béatrice Vierne. [Paris], Éditions Denoël, « Denoël & d’ailleurs », 2006, 416 pages.

Jim Foley, dévasté par la disparition de Kate, sa femme, se retrouve seul avec ses deux enfants dans la demeure familiale du comté de Clare. Incapable de faire son deuil, il décide d’exorciser sa peine par l’écriture et entreprend de raconter la vie de sa famille – qui est celle de la diaspora irlandaise tout entière, ballottée entre leur île et les États-Unis – dans l’espoir de comprendre qui il est. Alternant sans cesse entre ce passé revisité et l’infinie solitude du présent, Jim nous emporte dans les dédales de sa mémoire. De l’Irlande rurale à New York en passant par le Dublin de ses années d’étudiant en littérature, le narrateur retrace son parcours, de l’enfance à la vie d’homme puis de père. En toile de fond, toujours, l’angoisse de la mort, l’empreinte de la religion, l’étouffante rigueur de relations familiales marquées par le silence, les secrets, la pudeur. Au fil de la plume de Jim, les nœuds de l’existence se dénouent un à un jusqu’à la rédemption. Une rédemption par les mots que seule la magie du roman saura mener à bien. (Présentation de léditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >