Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

HANLEY, Gerald

(Cork, 1916 ? 1992). Gerald [Anthony] Hanley. Frère cadet de James Hanley, il a quitté l?Irlande pour l?Afrique à l?âge de dix-neuf ans et servi dans l?armée britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. Romancier du déclin de l'empire britannique (Le Consul au crépuscule, 1951), l?action de la plupart de ses romans, où se mêlent action et reflexion, se situe à l?étranger, en Birmanie (Monsoon Victory, 1946), en Afrique (L?Année du lion, 1953 ; Drinkers of Darkness, 1955), en Inde et au Pakistan (The Journey Homeward, 1961 ; Noble Descents, 1982).
 
? Le Consul au crépuscule (The Consul at Sunset, 1951), roman, traduit de l'anglais par José-André Lacour. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons », 1952, 336 p., épuisé.
 
? L?Année du lion (The Year of the Lion, 1953), roman, traduit de l'anglais par Michel Chrestien. [Paris], Éditions Mercure de France, « Parallèles », 1966, 296 p., épuisé.
 
? Amour sans amour (Without Love, 1957), roman, traduit de l'anglais par Hervé Masson. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons », 1957, 328 p., épuisé.
 
? Le Dernier éléphant (Gilligan?s Last Elephant, 1962), roman, traduit de l'anglais par Anne-Marie Soulac. [Paris], Éditions Mercure de France, « Parallèles », 1964, 240 p., épuisé ; réédition : [Paris], Éditions Gallimard, « Folio » n° 1940, 1988, 280 p., 6.30 ?.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook