Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

ENRIGHT, Anne

(Dublin, 1962 ? ). Après des études au Trinity College à Dublin, puis à Vancouver, elle a travaillé comme productrice et réalisatrice à la télévision nationale irlandaise (RTÉ). Nouvelliste et romancière, tous ses livres sont traduits en français.
 
ANTHOLOGIES / REVUES : Nouvelle : « [Elle possède] chaque chose » ((She owns) Every Thing), tiré du recueil The Portable Virgin (1991), traduit de l?anglais par Jean-Pierre Kremer, dans Trésor de la nouvelle de la littérature irlandaise, tome 2, Les Belles Lettres, 2002 / sous le titre « (Elle possède) tout », traduit de l?anglais par Marc Le Boucher, dans Anthologie de nouvelles irlandaises contemporaines, Rive droite, 2003.
 
? La Vierge de poche (The Portable Virgin, 1991), nouvelles, traduit de l'anglais par Edith Soonckindt-Bielök. [Paris], Éditions Rivages, « Littérature étrangère », 1992, 200 p., 16.77 ?.
 
? La Perruque de mon père (The Wig my Father Wore, 1995), roman, traduit de l'anglais par Edith Soonckindt-Bielök. [Paris], Éditions Joëlle Losfeld, 2000, 198 p., 17.50 ?.
 
? Finbar's Hotel (Finbar?s Hotel, 1997), ?uvre collective de Dermot Bolger, Roddy Doyle, Anne Enright, Hugo Hamilton, Jennifer Johnston, Joseph O?Connor, Colm Tóibín, traduit de l'anglais par Florence Lévy-Paolini. [Paris], Éditions Joëlle Losfeld, 1999, 264 p., 19.50 ?.
 
? L'Art de quoi ? (What are you like ?, 2000), roman, traduit de l'anglais par Edith Soonckindt. [Paris], Éditions de L'Olivier, 2002, 336 p., 21 ?.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook