Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

DONLEAVY, J. P.

(Brooklyn, New-York, 1926 ? ). John Patrick Donleavy. Né de parents irlandais, à vingt ans, il débarque à Dublin pour faire ses études à Trinity College, mais apparemment si l'on en juge son livre sur cette période de sa vie (Mon Irlande) il mène surtout joyeuse vie en compagnie de Brehan Behan, Patrick Kavanagh et autres piliers de pubs. Il se met à peindre et écrit L'Homme de Gingembre, monumentale « virée » d'un jeune américain et de son copain à travers Dublin. Démesuré, truculent, paillard, le roman ainsi que sa version théâtrale sont interdits par la censure irlandaise. Quelque peu désenchanté, il retourne aux États-Unis et publie de nombreux romans, nouvelles et pièces de thèâtre, tous plus ou moins dans la lignée de son premier livre. Puis un beau jour, il revient en Irlande « dans l?espoir, malgré tout ce que j?y avais vécu, et ce qu'ils avaient fait à L'Homme de gingembre dans cette ville de Dublin, en retournant à ces prairies émeraudes, de m?y installer et d?être éternellement exempté d'impôts pour mes gribouillages créatifs futurs et passés. »
 
? L?Homme de gingembre (The Ginger Man, 1955), roman, traduit de l?anglais par Suzanne Mayoux. [Paris], Éditions Denoël, « Les Lettres Nouvelles »,1968, 328 p., épuisé ; réédition : [Paris], Éditions Gallimard, « Folio » n° 1140, 1979, 2001, 404 p., 5.80 ?.
 
? Un homme singulier (A Singular Man, 1961), roman, traduit de l?anglais par Suzannne Mayoux. [Paris], Éditions Denoël, « Les Lettres Nouvelles », 1971, 384 p., 8.99 ?.
 
? Un conte de fées new-yorkais (Fairy Tales of New York, 1961), roman, traduit de l?anglais par Anne Villelaur. [Paris], Éditions Denoël, « Arc-en-ciel », 1977, 378 p., 11.74 ? ; réédition : [Paris], Éditions Gallimard, « Folio » n° 1976, 1988, 464 p., 7.60 ?.
 
? La Sale saison de Samuel S., suivi de La Molécule Folle et autres nouvelles (The Saddest Summer of Samuel S., 1966), traduit de l?anglais par Marie-Josée Lacube. [Paris], Éditions Denoël, « Arc-en-ciel », 1979, 240 p., 8.69 ?.
 
? Les Béatitudes bestiales de Balthazar B. (The Beastly Beatitudes of Balthazar B., 1968), roman, traduit de l?anglais par Suzanne Mayoux. [Paris], Éditions Denoël, « Les Lettres Nouvelles », 1973, 420 p., épuisé ; réédition : [Paris], Éditions Gallimard, « Folio » n° 987, 1977, 2000, 588 p., 7 ?.
 
? Mangeurs d?oignons (The Onion Eaters, 1971), roman, traduit de l?anglais par Anny et Claude Mourthé. [Paris], Éditions Denoël, « Arc-en-ciel », 1976, 292 p., épuisé ; réédition : [Paris], Éditions 10-18, « 10-18. Domaine étranger », n° 2667, 1995, 384 p., 6.90 ?.
 
? Le Destin de Darcy Dancer, gentleman (The Destinies of Darcy Dancer, Gentleman, 1977), roman, traduit de l?anglais par Suzanne Mayoux. [Paris], Éditions Denoël, 1983, 400 p., 15.55 ? ; réédition : [Paris], Éditions 10-18, « 10-18. Domaine étranger », n° 2667, 1995, 510 p., 6.90 ?.
 
? Le Tennis de Alfonse (De Alfonse Tennis. The Superlative Game of Eccentric Champions, Its History, Accoutrements, Rules, Conduct and Regimen, 1984), roman, traduit de l?anglais par Anne Villelaur. [Paris], Éditions Denoël, 1986, 312 p., 24.85 ?.
 
? Mon Irlande, avec tous ses péchés et certaines de ses grâces (J. P. Donleavy?s Ireland, 1986), traduit de l?anglais par Anne Villelaur. [Paris], Éditions Denoël, 1987, 312 p., illus., 24.85 ?.
 
? La Dame qui aimait les toilettes propres. Chronique d?une des plus étranges histoires colportées dans les environs de New York (The Lady Who Liked Clean Rest Rooms, 1995), traduit de l'anglais par Pierre Guglielmina. [Paris], Éditions Calmann-Lévy, 1998, 120 p., 13.05 ? ; réédition : [Paris], Éditions Gallimard, « Folio » n° 3363, 2000, 138 p., 4 ?.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook