Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

COLLINS, Michael

(Limerick, 1964 ? ). Après des études dans sa ville natale, il s?établit aux États-Unis et enseigne à l?université Notre-Dame d?Indiana. Il a publié des recueils de nouvelles (The Meat Eaters, 1992 ; The Man Who Dreamed of Lobsters, 1993 ; The Feminists Go Swimming, 1995) et des romans (The Life and Times of Tea-Boy, 1994 ; La Filière émeraude, 1998 ; Les Gardiens de la vérité, 2000 ; Les Profanateurs, 2001).
 
ANTHOLOGIES / REVUES : Nouvelle : « La fille du boucher » (The Butcher?s Daughter), tiré du recueil The Meat Eaters (1992), traduit de l?anglais par Marc Le Boucher, dans Anthologie de nouvelles irlandaises contemporaines, Rive droite, 2003.
 
? La Filière émeraude (Emerald Underground, 1998), roman, traduit de l'anglais par Jean Guilloineau. [Paris], Éditions Christian Bourgois, 2000, 352 p., 22.87 ? ; réédition : [Paris], Éditions Le Seuil, « Points. Roman » n° 887, 2001, 352 p., 6.50 ?.
 
? Les Gardiens de la vérité (The Keepers of Truth, 2000), roman, traduit de l'anglais par Jean Guilloineau. [Paris], Éditions Christian Bourgois, 2001, 314 p. ; réédition : [Paris], Éditions Le Seuil, « Points. Roman » n° 978, 2002, 412 p.
 
? Les Profanateurs (The Resurrectionists, 2001), roman, traduit de l'anglais par Jean Guilloineau. [Paris], Éditions Christian Bourgois, 2002, 504 p., 25 ? ; réédition : [Paris], Éditions Le Seuil, « Points. Roman » n° 1086, 2003, 504 p.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook