Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BOUCICAULT, Dion

(Dublin, 1820 ? New York, 1890). Dionysius Lardner Boucicault ou Bousiquot. Acteur sous le pseudonyme de Lee Moreton et auteur dramatique prolifique, il a écrit plus de cent cinquante pièces. Après une comédie à succès (London Assurance, 1841), il s?oriente vers le mélodrame social (The Poor of New York, 1857 ; The Octoroon, 1859, etc.) Par la suite, il donne une série de pièces populaires où il fut le premier à faire de l?Irlandais de théâtre plus qu?une caricature (The Shaughraun, 1874).
 
? Le Bel air de Londres (London Assurance, 1841), adaptation française de Jean-Marie Besset. [Arles], Éditions Actes Sud-Papiers, 1998, 76 p.,
 
? Le Lac de Glenaston (The Colleen Bawn, or The Brides of Garryouwen, 1860), drame en cinq parties, adaptation du roman de Gerald Griffin, The Collegians (1829), précédé de Les Chercheurs d?or, prologue en un acte, imité de l?anglais par Adolphe d?Ennery. [Paris], Michel Lévy, 1861, 86 p., illus., épuisé.
 
? Jean La Poste (Arrah-na-Pogue, or The Wicklow Wedding, 1864), drame en cinq actes et dix tableaux, traduit de l'anglais par Eugène Nus. [Paris], Petite librairie dramatique, 1866, 30 p., épuisé ; réédition : [Paris], Éditions E. Dentu, 1876, 30 p., épuisé.
 
? La Dépêche. Le Fil qui parle (The Speaking Wire), drame en cinq actes et sept tableaux, traduit de l?anglais par Eugène Nus. [Paris], Éditions E. Dentu, 1873, 24 p., épuisé.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook