Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BEHAN, Brendan

(Dublin, 1923 ? Dublin, 1964). Breandán Ó Beacháin. Né dans une famille farouchement républicaine. Arrêté à Liverpool à seize ans pour activité au sein de l'I.R.A., il passe deux ans dans une maison de redressement en Angleterre. Sept mois après sa libération, il est condamné à quatorze ans de travaux forcés pour avoir tiré (mais raté) sur un policier lors d'un affrontement dans un cimetière de Dublin. Amnistié au bout de quatre ans et demi, et interdit de séjour en Angleterre, il travaille d'abord comme peintre en bâtiment puis comme journaliste à Dublin. En 1956, Joan Littlewood met en scène à Londres la version anglaise établie d?après l'original en gaélique du Client du matin. Cette pièce, au succès immédiat et unanime, est suivi de Deux otages, montée dans les mêmes conditions à Londres et à Dublin en 1958. Après avoir voyagé quelques temps en Europe et aux États-Unis pour assister aux représentations de ses pièces, il sombre progressivement dans l'alcoolisme et meurt à l'âge de quarante et un ans. Dans ses deux livres autobiographiques, Un peuple partisan (1960), sur sa jeunesse et Confessions d'un rebelle irlandais (1965), sur son expérience de révolutionnaire puis d'auteur dramatique à succès « c'est l'Irlande tout entière qui revit avec ses combats et ses ?Pâques sanglantes?, son catholicisme profond, qui n'exclut pas les proclamations athées et anticléricales, son goût 'pour les complaintes et les balades qui rythment tous les événements de la vie, ses prisons où les soldats de l'IRA. ont le régime des criminels, l'amour de l'Eire et de ses vingt-six comtés. Même si l'amour de la patrie ne doit pas exclure la lucidité. » (Nicole Zand, Le Monde, 23 janvier 1987).

Outre des poèmes en gaélique (Nuabhearsaiocht, 1950), il a écrit des pièces radiophoniques (Moving Out, 1952 ; A Garden Party, 1952 ; The Big House, 1952). Il a laissé une pièce inachevée (Richard?s Cork Leg, montée en 1972) et un fragment de roman (The Catacombs, publié en 1981)

ANTHOLOGIES / REVUES : Poèmes dans Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle, Verdier, 1996 ? Théâtre : extraits de Le Client du matin, dans Les Lettres Nouvelles n° 9, avril 1959 ; extrait de L?Otage, traduit de l?anglais et présenté par Jean Brihault, dans Anthologie du théâtre irlandais d?Oscar Wilde à nos jours, Presses universitaires de Caen, 1998 ? nouvelle, traduit de l'anglais par Bernard Hoeppfner, dans Petits romans noirs irlandais, J. Losfeld, 1997.

? Le Client du matin (The Quare Fellow, 1956), théâtre, traduit de l'anglais par Jacqueline Sundstrom et Boris Vian. [Paris], Éditions Gallimard, « Le Manteau d'Arlequin », 1959, 168 p., 3.45 ?.

? Deux otages (An Giall ; traduction anglaise : The Hostage, 1958), théâtre, traduit de l'anglais par Elisabeth Janvier. [Paris], Éditions Gallimard, « Le Manteau d'Arlequin » n° 22, 1961, 256 p., 5.64 ? ? nouvelle édition sous le titre Un Otage : [Paris], traduit de l?anglais par Jacqueline Sundstrom et Jean Paris, dans L?Avant-Scène Théâtre n° 266, 1962.

? Un peuple partisan (Borstal Boy, 1958), récit autobiographique, traduit de l'anglais par Roger Giroux. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1960, 1987, 392 p., 14.48 ?.

? Mon Dublin (Bredhan Behan?s Island. An Irish Sketch Book, 1962). Histoires et la pièce La Grande maison (The Big House), traduit de l'anglais par Paul Bensimon et Richard Marienstras, dessins de Paul Hogarth. [Paris], Éditions Denoël, « Les Lettres Nouvelles », 1967, 168 p., épuisé.

? Encore un verre avant de partir (Hold Your Hour and Have Another, 1963), recueil d?articles, traduit de l'anglais par Paul-Henri Claudel. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1970, 208 p., 16.77 ?.

? Confessions d?un rebelle irlandais (Confessions of an Irish Rebel, posth., 1965), récit autobiographique, édition de Rae Jeff, traduit de l'anglais par Mélusine de Haulleville. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1986, 348 p., 19.06 ?.

? L?Escarpeur (The Scaperer, posth., 1966), roman, traduit de l'anglais par Paul-Henry Claudel. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1968, 1986, 206 p., 14.03 ?.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Proust, toujours vivant

    On n’en finit jamais avec Proust. “A la recherche du temps perdu” continue de susciter de nombreux commentaires et interprétations comme si cette oeuvre majeure de la littérature était inépuisable et d’une inlassable modernité. A l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à “A l’ombre des jeunes filles en fleurs” en Décembre 1919, plusieurs publications témoignent de cette passion sans cesse renouvelée pour la cathédrale proustienne.

    13 juin 2019

    >> Lire la suite

Facebook