Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

AZEVEDO, Ricardo

[BRÉSIL] (São Paulo,1949). Ricardo José Azevedo Duff. Écrivain, essayiste, illustrateur et compositeur. Depuis 1980, il a publié plus d'une centaine de livres, dont de nombreux ouvrages pour la jeunesse. Il a également donné des conférences et publié des articles sur des sujets tels que la littérature et la poésie à l'école, la culture populaire, la musique populaire brésilienne et l'illustration de livres.

LIVRES (Traductions françaises)
ISBN — Ricardo Azevedo, Les Trompe-la-Mort (Contos de enganar a morte, 2003 ), contes, traduits du portugais (Brésil) par Carine Simão Pires et Bernard Tissier, illustrations de Marion Duval. [Paris], Éditions Chandeigne, « Lusitane », 2008, 84 pages.
Toutes les astuces sont bonnes pour faire lanterner la Camarde : tromperie, imploration, musique envoûtante, arbre ensorcelé, château mystérieux... D'entourloupes en traquenards, la Mort ne sait plus où donner de la tête. Mais, ferronnier ou médecin, jeune ou vieux, actif ou oisif, combien de temps peut-on berner la Mort ? A travers quatre contes puisés dans un vieux fonds tant européen que brésilien, Ricardo Azevedo traite avec drôlerie et poésie de cette question que chaque individu se pose dès sa plus tendre enfance. Des illustrations aux couleurs chaleureuses entraînent le lecteur dans le sillage d'une Mort souvent bonne fille qui a bien du mal à faire son travail... Quatre contes pleins d'humour qui passionnent enfants et grands. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Résistants et collaborateurs

    Aujourd'hui, presque 80 ans après les faits, les thèmes de la collaboration et de la résistance irriguent toujours le débat public : les films, livres, commémorations continuent á alimenter ce que l'historien Henry Rousso appelle une "obsession"qui ne semble pas prête de s'éteindre. Une certaine vision des années d'occupation se maintient jusqu'á la fin des années 60 avant qu'un renversement des mémoires ne s'opère au début des années 80.

    27 juin 2020

    >> Lire la suite

Facebook