Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

 [BRÉSIL] (Castro, État du Paraná, 1932). Romancière, poètesse (Enquanto não chegas, 1960), sculptrice, peintre, traductrice de l’espagnol, de l’anglais et du français. Le Père (1990), est une évocation du père de l’auteur, Dilermando de Assis (1888-1951) qui, le 15 août 1909, tua d’un coup de revolver Euclides da Cunha, un des plus grands écrivains de la littérature brésilienne.

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN — Le Père (O pai, 1990), traduit du portugais (Brésil) par Rafael Hime et Catherine Hugon, révisé par Véronique Basset. [Paris], Éditions Eulina Carvalho, « Cultures du Brésil » n°4, 2002, 108 pages. 

« Tout était bien rangé. Le secrétaire était énorme, avec ses deux parties latérales de cinq tiroirs chacune. Au milieu, sous le grand tiroir, un espace pour les jambes où je pouvais aisément me tenir assise. Je fis glisser deux autres tiroirs. Dans des dossiers bleu clair, il y avait dautres lettres et des papiers. Froidement, sans hâte, jouvris encore un tiroir et fouillai clins les papiers. Avec la précision du voleur. Avant même de reconnaître sur les coupures de journaux collées sur chaque feuille de ce gros dossier sombre la photographie de mon père, je marrêtai, étourdie. Les lettres, brutales, fusaient du papier jauni comme un coup de poing : “LASSASSIN”. Je lus une, deux, trois fois. Pas derreur. Ce nétait pas la chaleur, ce nétait, pas un cauchemar. Il était là, dans le dossier, sur le tapis : Lassassin. Et le nom de mon père... »

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Résistants et collaborateurs

    Aujourd'hui, presque 80 ans après les faits, les thèmes de la collaboration et de la résistance irriguent toujours le débat public : les films, livres, commémorations continuent á alimenter ce que l'historien Henry Rousso appelle une "obsession"qui ne semble pas prête de s'éteindre. Une certaine vision des années d'occupation se maintient jusqu'á la fin des années 60 avant qu'un renversement des mémoires ne s'opère au début des années 80.

    27 juin 2020

    >> Lire la suite

Facebook